Rejoignez gratuitement le réseau des passionnés de lecture !  Je m'inscris

Minh Tran Huy

Minh Tran Huy

Née en 1979, Minh Tran Huy est une journaliste littéraire, éditrice et romancière d'origine vietnamienne.

Elle est l’auteur de "La Princesse et le pêcheur" (Actes Sud, 2007, rééd. Babel), récit d’une amitié amoureuse sur fond de mémoire du Vietnam, de "La double vie d’Anna Song" (Actes Sud, 2009...

Voir plus

Née en 1979, Minh Tran Huy est une journaliste littéraire, éditrice et romancière d'origine vietnamienne.

Elle est l’auteur de "La Princesse et le pêcheur" (Actes Sud, 2007, rééd. Babel), récit d’une amitié amoureuse sur fond de mémoire du Vietnam, de "La double vie d’Anna Song" (Actes Sud, 2009, rééd. J’ai Lu, Prix Pelléas et Prix Drouot 2010), histoire d'amour fou, de musique et d’imposture, d’un recueil de contes, "Le Lac né en une nuit et autres légendes du Vietnam" (Babel, 2008) et d’un album illustré, "Comment la mer devint salée" (Actes Sud junior).

 

Elle a publié en août 2014 "Voyageur malgré lui" (Flammarion), où l’itinéraire d’Albert Dadas, fugueur maladif et premier cas de « tourisme pathologique », permet à la narratrice, Line, de se remémorer son histoire familiale, celle de son père en particulier, placée sous le signe de l’exil et de l’errance. Le roman, sélectionné pour le Prix Interallié, a également figuré parmi les trois finalistes du Grand Prix de l’Académie française.

Vidéos relatives à l'auteur

  • La riposte de Minh Tran Huy aux Explorateurs

    Voyageur malgré lui (Flammarion) est le troisième roman de Minh Tran Huy. Plébiscité par les Explorateurs de la rentrée littéraire, il est dans le top 3 du palmarès. Découvrant l'étrange cas d'Albert Dadas, premier...

Articles en lien avec Minh Tran Huy (7)

Avis sur cet auteur (21)

  • add_box
    Couverture du livre « Les inconsolés » de Minh Tran Huy aux éditions Actes Sud

    Alex M. sur Les inconsolés de Minh Tran Huy

    Certes le livre est bien écrit et on passe un moment de lecture agréable. J’ai particulièrement apprécié les références à la culture et aux coutumes vietnamiennes. Et tout cela aurait pu être délicieux si je n’avais pas eu une impression de ’redite’ - je m’explique: je venais de lire ‘la...
    Voir plus

    Certes le livre est bien écrit et on passe un moment de lecture agréable. J’ai particulièrement apprécié les références à la culture et aux coutumes vietnamiennes. Et tout cela aurait pu être délicieux si je n’avais pas eu une impression de ’redite’ - je m’explique: je venais de lire ‘la princesse et le pêcheur’ du même auteur qui m’avait beaucoup plus. Et j’ai trouvé trop de similitudes entre les deux romans, parfois à la limite du copier-coller (coup de foudre amoureux dans l’un/coup de foudre amical dans l’autre, un personnage principal qui a exactement la même personnalité dans les deux livres, la grand-mère qui tient un rôle fondamental dans les deux histoires, etc...), du coup j’ai trouvé ’Les Inconsolés’ répétitif un peu ‘paresseux’ - l’auteur pousse quand même le bouchon un peu loin: dans chacun des deux livres, à un moment donné un des protagonistes raconte une lègende vietnamienne (ce qui est plutôt sympa) - mais c’est mot pour mot la même histoire qui est narrée dans les deux romans. Manque d’imagination? Remplissage?

    Donc si vous n’avez pas encore lu de livres de Minh Tran Huynh je vous conseille celui-ci, qui n’est pas déplaisant du tout - mais si vous connaissez ses autres romans vous serez peut-être un peu déçu

  • add_box
    Couverture du livre « Voyageur malgré lui » de Minh Tran Huy aux éditions Flammarion

    Olivier BIHL sur Voyageur malgré lui de Minh Tran Huy

    Un roman à caractère biographique, un roman habité, un docu - fiction ? Difficile de le définir arrivé à la fin de ma lecture. En tout cas une idée de base des plus originales qui naît dans l’esprit de la narratrice, la jeune Line pour lier en deux chapitres majeurs (les allers en première...
    Voir plus

    Un roman à caractère biographique, un roman habité, un docu - fiction ? Difficile de le définir arrivé à la fin de ma lecture. En tout cas une idée de base des plus originales qui naît dans l’esprit de la narratrice, la jeune Line pour lier en deux chapitres majeurs (les allers en première partie, les retours en seconde) le destin véritable d’un ouvrier gazier français du siècle dernier , Albert Dadas, première victime reconnue d’un diagnostic de fugueur pathologique dont les fuites et les pérégrinations à travers toute l’Europe lui sont totalement involontaires, celui véridique également d’une jeune athlète somalienne, victime politique et raciale ; Samia Yusuf Omar au parcours olympique fulgurent mais présumée morte dans une dernière fuite sur un bateau de réfugiés ayant sombré, tous les deux sur le départ continuel aux histoires de membres de sa propre famille, victimes politiques (conflit vietnamien), malades et surtout à un père qui n’a jamais insisté pour partager son histoire, à l’heure où la maladie lui fait perdre toute mémoire.

    En tout cas une découverte passionnante et sensible pour moi, transporté par les destins d’anonymes mais si humains et remarquables

    · Trame et personnages :

    C’est au hasard d’un voyage professionnel à New York en août 2012 que notre narratrice d’origine vietnamienne mais de nationalité française, très proche de son père, découvre les histoires véridiques d’Albert Dadas puis de Samia Yusuf Omar, deux itinérants involontaires ou condamnés à la fuite et au départ. Ces destins plus ou moins tragiques l’amènent à les rapprocher des bribes de vie récoltées auprès de son père des parcours de certains de ses proches comme de ce dernier, volontairement discret voire secret sur son passé. Ce sont tous les sursauts que connut le Vietnam et les récits de vie plus ou moins heureux de son peuple, soumis aux aléas des conflits, des systèmes politiques et des colonisateurs.

    Ainsi Lise va-t-elle présenter à ses lecteurs, l’oncle Thinh à l’esprit perdu, la cousine Hoai au destin tragique que la chute de Saïgon va séparer de son amour le jeune Nam alors qu’elle est enceinte, le père adoptif du père de Line, le Juge Tam et son frère Bao séparés par la fragmentation du Vietnam mais aussi le meilleur ami du père de Line , Linh, qui vaincu par la nostalgie et le manque du pays maternel choisit l’engagement politique au Vietnam tragique plutôt que la France qui lui offrait sa naturalisation.

    Et enfin, alors que la narratrice avait eu tant de mal à reconstituer l’histoire de son père qui ne voulait pas se dévoiler, les pages déchirantes du journal de ce dernier, dernières pièces d’un puzzle dont le lecteur suit la constitution avec le plus grand intérêt, alors qu’il se sait atteint de la maladie d’Alzheimer.

    · Contexte et véracité du récit :

    C’est sans mal que l’on suit l’évolution du récit tant l’histoire du siècle dernier du Vietnam nous est prégnante. Les histoires d’Alfred Dadas et de Samia Yusuf Omar sont véridiques. On ne peut donc que reconnaître à ce livre et son caractère romanesque, documentaire et son fondement historique.

    · Sentiment global au terme de la lecture :

    Jamais le thème du voyage contraint (notion antinomique à notre époque) n’a été abordé sous cet angle et la qualité, la sensibilité, la précision et la concision m’ont convaincu et emballé. Les récits sur l’histoire récente du Vietnam et de son peuple ne manquent, certes pas, mais là encore l’angle choisi est pertinent, instructif et on est porté par ces histoires de vie.

  • add_box
    Couverture du livre « Les inconsolés » de Minh Tran Huy aux éditions Actes Sud

    corinne J sur Les inconsolés de Minh Tran Huy

    Livre très bien ecrit, comme dans un conte de fée avec tout le poids de l'éducation, la culture et l'enfance qui ont laissé des traces, des blessures et des cicatrices indélébiles. Un roman magnifiquement écrit.

    Livre très bien ecrit, comme dans un conte de fée avec tout le poids de l'éducation, la culture et l'enfance qui ont laissé des traces, des blessures et des cicatrices indélébiles. Un roman magnifiquement écrit.

  • add_box
    Couverture du livre « Les inconsolés » de Minh Tran Huy aux éditions Actes Sud

    Fabienne DEFOSSE sur Les inconsolés de Minh Tran Huy

    Minh Tran Huy est critique littéraire et écrivain. En 2007 paraît son premier roman La Princesse et le Pêcheur. Son second roman La double vie d'Anna Song fut récompensé par le prix Pelléas, le Prix des lecteurs du Salon Livres et Musiques de Deauville, ainsi que du Prix Drouot 2010. Les...
    Voir plus

    Minh Tran Huy est critique littéraire et écrivain. En 2007 paraît son premier roman La Princesse et le Pêcheur. Son second roman La double vie d'Anna Song fut récompensé par le prix Pelléas, le Prix des lecteurs du Salon Livres et Musiques de Deauville, ainsi que du Prix Drouot 2010. Les Inconsolés est son quatrième roman.

    Entre Lise et Louis, la rencontre produit des étincelles dignes des romans et des films que la jeune fille, rétive aux renoncements de l’âge adulte, confond parfois avec la vie. Leur histoire – le premier amour – se déroule tel un conte. Mais comme dans un conte, elle est rapidement minée par la petite musique de l’enfance mal aimée, le refrain des rapprochements impossibles, des différences infranchissables. Et bientôt la nuit des malédictions envahit le rose des rêveries romantiques.

    Nimbé d’un mystère qui de page en page s’épaissit, Les inconsolés est une histoire de fantômes et de vengeance dont le merveilleux se mêle à celui des légendes orientales. Alors que tout les sépare, leur condition sociale, leur ambition, leur rencontre est digne d'un feu d'artifice tellement elle étincelle. A l'instar des contes, l'histoire de Lise et Louis débute dans une fusion magiquement ouatée. Puis le torchon brûle entre les deux tourtereaux. De leur amour ne resterait que des cendres... Elle est fragile, rêveuse, délicate. Il est ambitieux, protecteur, nerveux. Elle vient d'un milieu modeste, il vient d'un milieu aisé. Tout ce qui les a réunit finira par les opposer.

    Les inconsolés oscille ente thriller romantique et conte de fées cruel. Grâce à ses mots choisis avec soin, à sa plume mystique, à sa temporalité, Minh Tran Huy nous embarque dans son univers entre douleur et passion, conte et drame, magie et sorcellerie. Elle n'hésite pas à jouer de ses origines pour apporter une touche d’exotisme à son récit qui balance entre conte classique et légende orientale.

    Aucun doute pour apprécier Les inconsolés, il faut accepter le voyage, se laisser bercer par les mots et l'histoire de Minh Tran Huy. Il faut croire au merveilleux et prendre son temps pour se laisser envoûter.