Leonora Miano

Leonora Miano

Léonora Miano est née en 1973 à Douala. Installée en France depuis 1991, elle est l'auteure d'une oeuvre remarquable. Léonora Miano a reçu le Grand Prix Littéraire de l'Afrique Noire pour l'ensemble de son oeuvre, en 2012. Lui a été décerné le Prix Femina pour son roman La saison de l'ombre (Gras...

Voir plus

Léonora Miano est née en 1973 à Douala. Installée en France depuis 1991, elle est l'auteure d'une oeuvre remarquable. Léonora Miano a reçu le Grand Prix Littéraire de l'Afrique Noire pour l'ensemble de son oeuvre, en 2012. Lui a été décerné le Prix Femina pour son roman La saison de l'ombre (Grasset, 2013).

Articles (6)

Avis (27)

  • add_box
    Couverture du livre « Rouge impératrice » de Leonora Miano aux éditions Grasset Et Fasquelle

    Mireille B sur Rouge impératrice de Leonora Miano

    L’Europe n’était plus le paradis qu’ils avaient connu. Ils l’avaient quittée pour rejoindre un continent africain unifié et prospère où ils pensaient être les bienvenus. Or, un siècle plus tard, à Katiopa, ils sont toujours étrangers, pauvres, non assimilables, porteurs de tous les maux de la...
    Voir plus

    L’Europe n’était plus le paradis qu’ils avaient connu. Ils l’avaient quittée pour rejoindre un continent africain unifié et prospère où ils pensaient être les bienvenus. Or, un siècle plus tard, à Katiopa, ils sont toujours étrangers, pauvres, non assimilables, porteurs de tous les maux de la terre. Ils sont devenus la minorité à chasser.
    Rouge impératrice est l’une d’eux. Son niveau intellectuel lui permettra de s’élever et de défendre les siens. Sa liaison avec Ilunga, le chef de l’état peut-elle influencer un peuple hostile ?

    Léonora Miano signe un roman d’anticipation dans lequel j’ai eu le sentiment que les sujets de société actuels étaient transposés dans un continent pas si imaginaire que cela, où les mêmes problèmes créent les mêmes conséquences, où l’infériorité des peuples se perpétue, où le nationalisme inspire toujours, où la femme est objet….
    Ce roman est unique par son style très travaillé et son écriture presque classique, deux qualités que je revendique dans un roman pour apprécier la beauté de la langue. Pourtant, je n’ai pas dévoré ses 600 pages facilement. Oui, , la lecture n’est pas limpide, elle est sans cesse interrompue par un mot inconnu dont il faut chercher le sens -un lexique est prévu à la fin du livre- interrompant le cours de l’histoire, apportant ainsi un certaine contrainte.

    La psychologie des nombreux personnages permet de bien les appréhender et de les situer dans un puzzle complexe. J’ai particulièrement apprécié le portrait et la stratégie de Boya, maîtresse d’Ilunga.
    Cependant, les difficultés à suivre ce long texte ont emporté sur la richesse des propos de l’auteur, ce qui m’empêche d’inscrire ce roman parmi mes coups de cœur de cette rentrée littéraire.

  • add_box
    Couverture du livre « Les aubes écarlates » de Leonora Miano aux éditions Pocket

    Les Lectures de Cannetille sur Les aubes écarlates de Leonora Miano

    Les aubes écarlates sont le dernier volet d’une trilogie sur le pays de Mboasu, lieu imaginaire situé en Afrique subsaharienne dont le nom signifie en Douala, langue du littoral camerounais, notre pays. Comme l’indique le terme Mboasu, tout l’objet du roman est panafricain. Les personnages du...
    Voir plus

    Les aubes écarlates sont le dernier volet d’une trilogie sur le pays de Mboasu, lieu imaginaire situé en Afrique subsaharienne dont le nom signifie en Douala, langue du littoral camerounais, notre pays. Comme l’indique le terme Mboasu, tout l’objet du roman est panafricain. Les personnages du récit rêvent d’unité et d’identité culturelles, mais se sont égarés en chemin, emportés par la voie violente qui ensanglante l’Afrique : dans le roman, les rebelles à la vieille dictature sont incapables de sortir de l’ornière du sang et de la terreur. Les enfants-soldats commettent des atrocités que la population terrifiée et résignée endure sans réagir, espérant préserver la vie par la soumission.

    Selon l’auteur, si les Africains subsahariens subissent tant l’emprise de la violence, c’est qu’ils n’ont pas encore pu faire la paix avec le passé : ni avec les fantômes de la traite négrière, ni avec les cicatrices de la colonisation. Ne subsistent que honte et perte d’identité, une atteinte si grave qu’elle compromet l’humanité-même des populations.


    Le mythique oiseau Sankofa du titre, qui, un œuf coincé dans le bec, vole la tête tournée vers l’arrière, illustre cette impossibilité de construire l’avenir sans réconciliation avec son passé. Ce n’est qu’en affrontant ses traumatismes que l’Afrique d’aujourd’hui pourra se reconstruire et considérer un avenir enfin exorcisé des vieux démons qui la hantent.


    L’écriture de Léonora Miano est profonde, mais difficile. Pas seulement parce que certaines scènes sont atroces. Toute la structure du récit, plus fable que roman, est déconcertante : tandis que les esprits s’adressent directement au lecteur, c’est au travers d’une femme aux pouvoirs de chamane que le village au coeur du roman retrouve la paix. Ce livre, court mais dense, mérite l’effort de sa lecture. Il m’a ouvert de nouvelles pistes de réflexion.

  • add_box
    Couverture du livre « Les aubes écarlates » de Leonora Miano aux éditions Pocket

    NADIA D'ANTONIO sur Les aubes écarlates de Leonora Miano

    Léonora Miano, écrivaine camerounaise, après les succès de sa trilogie africaine « Red in blue », nous offre cette fois « Les Aubes écarlates ». Elle frappe les trois coups et elle frappe fort. Son inspiration lui est venue des « marrons », des esclaves ayant réussi à fuir leurs maîtres.
    Femme...
    Voir plus

    Léonora Miano, écrivaine camerounaise, après les succès de sa trilogie africaine « Red in blue », nous offre cette fois « Les Aubes écarlates ». Elle frappe les trois coups et elle frappe fort. Son inspiration lui est venue des « marrons », des esclaves ayant réussi à fuir leurs maîtres.
    Femme de lettres franco-camerounaise, Léonora était venue s’installer en France pour étudier la littérature américaine. Elle vit actuellement à Paris.

    Ici, elle reste dans le domaine de la fiction mais le sujet est bien réel en ce qui concerne le Continent Africain et tous les crimes qui y ont été commis.
    Le titre original du livre est « Sankofa cry ». A l’origine, il s’agit d’un oiseau mythique qui vole avec un œuf dans son bec. Il est le symbole de la croyance que le passé est un guide pour préparer le futur, ou encore « la sagesse qui permet de tirer les leçons du passé construit l’avenir. »
    En page 117, on trouve aussi ceci : « Nous sommes le cri de San Ko Fa, qui dit que le passé le plus amer ne peut être ignoré. » Tout cela est bien compatible mais venons-en à l’ouvrage :

    Au Mboassu, un petit État imaginaire de l’Afrique équatoriale, un jeune garçon, Epa, est enrôlé de force dans l’armée d’Isilo, un chef de guerre sanguinaire. Ecoeuré devant toutes les atrocités commises par ce groupe, Epa réussit à s’enfuir, grièvement blessé, et c’est une femme très attentionnée, Ayané qui va le soigner et l’aider à se reconstruire. Ayané, également surnommée « La fille de l’étrangère » à Eku car sa mère venait de Losipotipé, une autre tribu,Elle travaille dans une association « La Colombe » qui appartient à une femme blanche mais qui se dévoue pour les Africains. On pourrait d’ailleurs dire « blanche de peau et noire de cœur .

    Avec ce quatrième roman, Léonora Miano relate deux tragédies du Continent Africain : celle actuelle des enfants-soldats et celle, plus ancienne, de la traite négrière.
    Nous lisons ainsi tous les terribles événements qui gangrènent ce pays. Des retours sont faits sur le passé que l’on ne peut pas ignorer. Ce sont des récits à plusieurs voix sur un pays où le gouvernement est régi par des voleurs et pire encore car ils sont, eux aussi, des assassins.

    Outre les nombreuses guerres intestines, c’est également l’histoire du déracinement car Ayané va rester longtemps cette « Fille de l’étrangère » mais cela ne l’empêchera pas de se dévouer corps et âme à tous les blessés dont la liste est longue.
    Avec cette fiction d’un pays imaginaire (où il m’est impossible de parler, ne serait-ce qu’un peu de toutes les atrocités), l’auteure nous fait comprendre comment et pourquoi, la population ne peut pas vraiment agir : elle subit surtout.
    Avec ce titre « Les Aubes écarlates », cela signifie pour moi que ces « aubes » sont devenues « écarlates » à cause de tout le sang versé, trop de sang.

    C’est un livre magnifique où l’on entend les voix des disparus qui n’ont pas trouvé de sépulture mais qui ont recouvert le Continent noir de leur linceul. Ce sont les esclaves disparus en mer, de ceux qui ont réussi à s’expatrier sur d’autres continents. Et l’Afrique a été plongée dans un maelstrom de sang et de honte occasionné par des guerres civiles.

    En guise de conclusion, j’ai voulu retranscrire les dernières lignes de cet ouvrage qui sonnent comme une mise au point : « A ceux qui se demandent en quoi cette question intéresse d’autres que les Africains et leur diaspora, nous rappelons simplement que toute violence faite à l’autre est une violence faite à soi-même. Et comme le dit Édouard Glissant, « … ce gouffre est un non-dit des cultures mondiales : toutes les humanités sont filles de ce gouffre-là. Tant que l’on n’aura pas établi la réalité de cet immense cimetière qu’est l’Atlantique, il manquera quelque chose à l’imaginaire des humanités. » C’est donc l’humanité dans sa globalité qui a été offensée, et qui le demeure, tant que le silence pèse. Les exhalaisons des transbordés sont l’air que nous respirons, nous tous, tant que nous ne leur avons pas fait droit. ».
    Cela peut paraître un peu long mais je n’ai pas trouvé l’occasion d’y faire une coupe et j’ai donc préféré relever intégralement les derniers mots de ce livre de Léonora Miano.

    J’ai toute de même remarqué une jolie critique de « Madame Figaro «  « Jeanne de Ménibus » : « Est-ce parce qu’elle parle aux esprits que son propos nous parvient si limpide ? Une chose est sûre : son magnifique roman a la puissance d’un exorcisme. »

    Je crois qu’à présent tout est dit ou presque.

  • add_box
    Couverture du livre « Contours du jour qui vient » de Leonora Miano aux éditions Pocket

    Catherine Rechenmann Arrieutort sur Contours du jour qui vient de Leonora Miano

    Une belle écriture, mais pour moi une construction qui laisse à désirer et des répétitions...il s'agit d'un premier roman

    Une belle écriture, mais pour moi une construction qui laisse à désirer et des répétitions...il s'agit d'un premier roman

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !