Leonora Miano

Leonora Miano

Léonora Miano est née en 1973 à Douala. Installée en France depuis 1991, elle est l'auteure d'une oeuvre remarquable. Léonora Miano a reçu le Grand Prix Littéraire de l'Afrique Noire pour l'ensemble de son oeuvre, en 2012. Lui a été décerné le Prix Femina pour son roman La saison de l'ombre (Gras...

Voir plus

Léonora Miano est née en 1973 à Douala. Installée en France depuis 1991, elle est l'auteure d'une oeuvre remarquable. Léonora Miano a reçu le Grand Prix Littéraire de l'Afrique Noire pour l'ensemble de son oeuvre, en 2012. Lui a été décerné le Prix Femina pour son roman La saison de l'ombre (Grasset, 2013).

Articles (6)

Avis (27)

  • add_box
    Couverture du livre « Blues pour Elise » de Leonora Miano aux éditions Plon

    Claudie sur Blues pour Elise de Leonora Miano

    Mitigée sur ce roman. D'abord je l'ai pris pas hasard et j'ai été surprise de découvrir que tous les personnages sont noirs (afro ou antillais).
    Je trouve que c'est pas mal écrit.
    Mais ce qui me pose problème c'est la multitude de personnages à qui j'ai du mal à m'attacher car d'un chapitre...
    Voir plus

    Mitigée sur ce roman. D'abord je l'ai pris pas hasard et j'ai été surprise de découvrir que tous les personnages sont noirs (afro ou antillais).
    Je trouve que c'est pas mal écrit.
    Mais ce qui me pose problème c'est la multitude de personnages à qui j'ai du mal à m'attacher car d'un chapitre à un autre, on passe du coq à l'âne. J'ai du mal avec certains prénoms et à les enregistrer : Elise Estelle et les autres prénoms Shale Akasha Amahoro ... D'ailleurs, alors que j'en ai lu 2 chapitres avant d'écrire ces lignes j'ai du mal à me remémorer qui est qui ... Ce serait comme si on filmait chaque personnage et qu'on mettait des scènes de leur vie bout à bout mais en temps réel (on louperait forcément des moments comme le fait que Baptiste quitte l'appartement de sa mère).
    Par contre, c'est un livre qu'on a envie de terminer et peut-être que si on lit ce livre sans s'arrêter il est plus aisé de rentrer dans l'histoire.
    Donc mitigée.

  • add_box
    Couverture du livre « Ces âmes chagrines » de Leonora Miano aux éditions Pocket

    marie sb. sur Ces âmes chagrines de Leonora Miano

    "Ces âmes chagrines", ce sont celles d'Antoine et de Maxime, deux des fils de Thamar, mais aussi celles des mère et grand-mère. Tous n'ont pu être aimés comme ils l'auraient voulu.
    Est-ce une lignée familiale maudite ou tout simplement, des gens ordinaires qui n'ont pas compris qu'avant tout,...
    Voir plus

    "Ces âmes chagrines", ce sont celles d'Antoine et de Maxime, deux des fils de Thamar, mais aussi celles des mère et grand-mère. Tous n'ont pu être aimés comme ils l'auraient voulu.
    Est-ce une lignée familiale maudite ou tout simplement, des gens ordinaires qui n'ont pas compris qu'avant tout, l'amour se donne.
    Léonora Miano nous décrit ici plusieurs personnages, tous sont importants pour la compréhension du destin de chacun.
    Il peut sembler difficile de rentrer dans ce roman, peut-être parce que la narration n'est pas linéaire ou parce que les repères géographiques sont volontairement flous ( Le Continent, le Nord, l'Hexagone, l'Intra-muros).
    Mais, petit à petit, le parcours mental d'Antoine se dessine. Enfant chéri, qui pourtant se ressent rejeté par sa mère qui doit agir en fonction de son nouveau compagnon, Antoine, meurtri cherche à se venger. Tout d'abord, en affichant de lui-même une apparence sulfureuse puis en exploitant son frère et brimant sa mère.
    Maxime, le fils aîné de Thamar, enfant né d'un viol, est au contraire fier de ses racines, reconnaissant envers les siens. Il est celui qui aide, qui pardonne.
    Il y a tant d'actes manqués dans ces vies, de pardons que l'on ne donne pas ( le pasteur Masoma rejetant sa fille Modi, Modi qui laisse sa fille dans l'ignorance de ses origines, Thamar qui ne sait pas aimer ses deux premiers fils, Antoine refusant ses origines et les mains tendues de Maxime et Thamar).
    Il faut parvenir au dénouement pour appréhender toute la substance de ce roman, pour comprendre un peu cette vie sauvage et violente de ce pays imaginaire de Mboasu (que l'on peut situer au Cameroun), pour finalement aimer les personnages parfois égoïstes de Thamar et Antoine.

  • add_box
    Couverture du livre « Blues pour Elise » de Leonora Miano aux éditions Plon

    Sophie Adriansen sur Blues pour Elise de Leonora Miano

    Elles sont 4 amies, Akasha, Amahoro, Malaïka, Shale. Elles vivent à Paris. Autour d’elles gravitent, des mères, des sœurs, des cousins… et des hommes, bien sûr ; surtout des hommes. Elles mangent, boivent, dansent, se posent des questions existentielles, peinent à trouver leur place, cherche...
    Voir plus

    Elles sont 4 amies, Akasha, Amahoro, Malaïka, Shale. Elles vivent à Paris. Autour d’elles gravitent, des mères, des sœurs, des cousins… et des hommes, bien sûr ; surtout des hommes. Elles mangent, boivent, dansent, se posent des questions existentielles, peinent à trouver leur place, cherche dans le regard des autres de la reconnaissance… et de l’amour, bien sûr ; surtout de l’amour.
    Cela ressemblerait donc à du déjà lu si ces protagonistes n’étaient afro, et « bigger than life ».
    C’est ce qui fait la différence, et surtout la force de ce roman.

  • add_box
    Couverture du livre « L'intérieur de la nuit » de Leonora Miano aux éditions Pocket

    Marie-Elise POLIXENE sur L'intérieur de la nuit de Leonora Miano

    pour l'instant je le lis

    pour l'instant je le lis

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !