Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Jussi Adler-Olsen

Jussi Adler-Olsen
Abonné aux premières places des listes de best-sellers dans le monde entier, le Danois Jussi Adler-Olsen a été lauréat du dernier Ripper Award (prix européen du polar), du Prix Boréales du polar nordique 2014 pour l'ensemble de la série du Département V, Grand prix polar des lectrices de Elle 201... Voir plus
Abonné aux premières places des listes de best-sellers dans le monde entier, le Danois Jussi Adler-Olsen a été lauréat du dernier Ripper Award (prix européen du polar), du Prix Boréales du polar nordique 2014 pour l'ensemble de la série du Département V, Grand prix polar des lectrices de Elle 2012 pour Miséricorde, prix « Laurier d'or » des libraires au Danemark et prix Clé de verre (meilleur polar scandinave) pour Délivrance. Promesse est le sixième tome de la série.

Avis sur cet auteur (195)

  • add_box
    Couverture du livre « Les enquêtes du département V T.5 ; l'effet papillon » de Jussi Adler-Olsen aux éditions Lgf

    GWEN L.S sur Les enquêtes du département V T.5 ; l'effet papillon de Jussi Adler-Olsen

    Quand Rose voit l'échelle d'un colleur d'affiche restée en plan face à la photo d'un homme disparu depuis trois ans elle décide de pousser ces deux acolytes Carl et Assad vers une enquête qu'ils étaient loin d'avoir imaginée. Malgré leurs réticences, ils aligneront leurs pas sur ceux d'un jeune...
    Voir plus

    Quand Rose voit l'échelle d'un colleur d'affiche restée en plan face à la photo d'un homme disparu depuis trois ans elle décide de pousser ces deux acolytes Carl et Assad vers une enquête qu'ils étaient loin d'avoir imaginée. Malgré leurs réticences, ils aligneront leurs pas sur ceux d'un jeune gitan en cavale pour découvrir un trafic financier de grande envergure, oû ceux qui savent doivent se taire.

  • add_box
    Couverture du livre « Les enquêtes du département V T.6 ; promesse » de Jussi Adler-Olsen aux éditions Albin Michel

    Christelle Point sur Les enquêtes du département V T.6 ; promesse de Jussi Adler-Olsen

    C’est un appel téléphonique qui va déclencher la nouvelle enquête du Département V. Un policier municipal d’une région éloignée de Copenhague, sur le point de prendre sa retraite, demande l’aide de Carl et de son équipe à propos d’une vieille affaire qui l’obsède depuis 1997. C’est une affaire...
    Voir plus

    C’est un appel téléphonique qui va déclencher la nouvelle enquête du Département V. Un policier municipal d’une région éloignée de Copenhague, sur le point de prendre sa retraite, demande l’aide de Carl et de son équipe à propos d’une vieille affaire qui l’obsède depuis 1997. C’est une affaire en apparence toute simple, une jeune femme à vélo morte dans un accident de la route avec délit de fuite, chauffard jamais retrouvé. Le policier a voué tout son temps libre à cette affaire jamais élucidée, jusqu’à en perdre le sommeil et lui sacrifier sa vie de famille. Peu enthousiaste, Carl l’éconduit poliment. Il apprend le lendemain que le policier s’est suicidé le jour de son pot de départ, en public, avec son arme de service. Voilà Carl, Assad et Rose bien obligés, par la force des choses, de se rendre sur place. Et là c’est le choc, toute la maison du policier est emplie du sol au plafond de documents, photos, autant de pistes suivies et abandonnées, de conjectures et autres pistes à explorer. C’est à partir de cette montagne de documents que la nouvelle enquête du Département V commence.

    Quel plaisir de retrouver Carl et sa fine équipe dépareillée pour une nouvelle aventure ! Même si on commence à bien connaître la façon dont Jussi Adler Olsen construit des romans, force est de constater que ses intrigues sont toujours aussi efficaces. Dans la forme, c’est la même trame que d’habitude donc. D’un côté nous avons les chapitres concernant l’enquête, avec Carl, Assad, Rose et maintenant Gordon qui déroulent leur enquête comme on déroule une grosse pelote de laine bien emmêlée. En fil rouge, toujours les mêmes histoires parallèles : les soucis sentimentaux et familiaux de Carl (avec une scène de funérailles en famille explosive!), l’enquête sur l’histoire du pistolet à clou qui rebondit, le voile qui se soulève un tout petit plus sur le mystérieux passé d’Assad, et l’infortuné Hardy, toujours déprimé quoique légèrement plus autonome qu’avant. Rose peut paraitre un peu en retrait mais la toute fin du roman promet sur son compte un prochain tome explosif ! C’est une saga qui mérite vraiment d’être lue dans l’ordre et sans sauter un roman, sous peine de perdre tout l’intérêt de ces fils rouges, justement, qui donnent une vraie cohérence et une vraie solidité au travail de Jussi Adler-Olsen. Évidemment, on retrouve des protagonistes auxquels on a eu largement le temps de s’attacher, et le style plein d’humour « à froid » de l’auteur apporte une vraie plus-value au roman. Et puis il y les chapitres en alternances, en flash back ou pas, qui nous mettent en présence d’un suspect. Là, plus d’humour, plus de personnages attachants : on comprend au fil des chapitres des tas de choses, on pense très vite tenir le coupable, comprendre ses motivations… Mais c’est sans compter sur la roublardise de Jussi Adler-Olsen qui trouve quand même le moyen de nous surprendre par un ultime rebondissement. Comme d’habitude ce dénouement sera physiquement douloureux pour le Département V, qui va devoir une fois de plus payer de sa personne le prix de la vérité. Avec « Promesse », Adler-Olsen nous emmène dans le monde un peu étrange des sectes new age. C’est une récurrence chez lui d’explorer les communautés fermées, qu’elles soient sociales (« Profanation »), morales (« Dossier 64 »), criminelles (« L’effet Papillon ») ou religieuses (« Délivrance »). Dans « Promesse », c’est une secte new age bien zarbie (et un peu caricaturale quand même) et son gourou amateur de jolies femmes qui est au cœur d’une enquête qui tient toutes ses « promesses » sur presque 750 pages !

  • add_box
    Couverture du livre « Victime 2117 » de Jussi Adler-Olsen aux éditions Lgf

    GWEN L.S sur Victime 2117 de Jussi Adler-Olsen

    Jussi Adler Olsen signe là un thriller sans temps mort. Un journaliste au fond du gouffre est rattrapé de justesse par la 2117 ème migrante échouée morte sur une plage grec. Il tient là le sujet idéal qui fera de lui un journaliste en vogue mais ce qu'il ne sait pas c'est qu'il vient de mettre...
    Voir plus

    Jussi Adler Olsen signe là un thriller sans temps mort. Un journaliste au fond du gouffre est rattrapé de justesse par la 2117 ème migrante échouée morte sur une plage grec. Il tient là le sujet idéal qui fera de lui un journaliste en vogue mais ce qu'il ne sait pas c'est qu'il vient de mettre la plume dans le mauvais encrier. La victime 2117 c'est le passé d'Assad qui ressurgit et ses révélations sont effroyables. Mais il ne sera pas le seul atteint par le séisme 2117...Préparez vous pour deux enquêtes palpitantes et retenez votre souffle le dénouement ne nait qu'a la toute fin.

  • add_box
    Couverture du livre « Les enquêtes du département V T.5 ; l'effet papillon » de Jussi Adler-Olsen aux éditions Lgf

    Christelle Point sur Les enquêtes du département V T.5 ; l'effet papillon de Jussi Adler-Olsen

    D’un coté il y a Marco, un jeune gitan qui fait la manche et dérobe des portefeuilles dans Copenhague. Le jour où il comprend qu’il va être mutilé pour pourvoir mendier de façon plus « rentable », il prend la fuite. Dans sa fuite, il tombe sur le cadavre d’un homme tué et dissimulé par son oncle...
    Voir plus

    D’un coté il y a Marco, un jeune gitan qui fait la manche et dérobe des portefeuilles dans Copenhague. Le jour où il comprend qu’il va être mutilé pour pourvoir mendier de façon plus « rentable », il prend la fuite. Dans sa fuite, il tombe sur le cadavre d’un homme tué et dissimulé par son oncle et son père : ce cadavre porte un collier africain, il le dérobe et s’enfuit. De l’autre côté, il y a Rose, la collaboratrice du Département V qui à l’occasion d’une enquête sans grand intérêt, tombe sur l’avis de recherche d’un homme portant un collier africain. La 5ème enquête du Département V est sur les rails.
    Encore très marqués physiquement et psychologiquement par leur enquête précédente (« Dossier 64 »), les enquêteurs atypiques du département des cold case de la Police de Copenhague tombent par hasard sur un petit morceau de laine. De l’autre coté, le jeune Marco tombe sur l’autre petit morceau de laine de la même pelote. Et chacun va tirer tout au long du roman sur son petit morceau, jusqu’à démêler ce gros sac de nœuds (bien vilain) dans un final brutal comme il se doit. Le roman alterne entre Marco et le Département V. Le premier fuit inlassablement ses poursuivants qui deviennent de plus en plus nombreux et enragés au fur et à mesure qu’il leur échappe. Cette course-poursuite perpétuelle met les nerfs du lecteur à vif car le pauvre Marco n’a jamais une seconde de repos et se retrouve sans arrêt dans des positions de plus en plus périlleuses. Le Département V de son côté déroule son enquête comme d’habitude, en devant gérer en plus un changement de hiérarchie (qui promet pour l’avenir!), un audit et les désillusions sentimentales de Carl ! Ce que j’aime dans cette saga, c’est d’abord les trois enquêteurs du Département V : Carl et sa mauvaise humeur chevillé au corps, qui traine avec lui, outre ses problèmes sentimentaux, sa culpabilité sur l’affaire du pistolet à clou (voir « Misericorde »), ses soucis avec son ex-femme et tout les reste, Assad et les mystères de son passé (qui se dévoilent au fur et à mesure des romans) et ses proverbes à base de dromadaires, et Rose et son caractère de cochon. Et puis, il y a justement ces fils rouges qui courent de romans en romans, qui donnent une totale cohérence à la saga quand on prend la peine de les lire dans l’ordre. Ici, Jussi Adler-Olsen met en scène un personnage secondaire, Marco, qui rappelle tous les autres personnages des tomes précédents, en quête de quelque chose, ou en fuite, ou les deux. Et les codes son respectés : des chapitres alternés, une tension qui va crescendo, une plongée dans ce que le Danemark a de plus laid (corruption, crime organisé…) , le final est brutal, explosif même et pas grand monde n’en sortira intact. C’est efficace, on dévore ce gros roman facilement et avec un vrai plaisir. Il est peut-être, du fait des thèmes abordés, un peu plus moins enthousiasmant que le précédent mais l’envie de continuer l’aventure du Département V est toujours aussi forte.