• Couverture du livre « Histoire du juif errant » de Jean d'Ormesson aux éditions Gallimard

    0.25

    Les Goûters Littéraires d'Émilie sur Histoire du juif errant de Jean d'Ormesson

    J'ai adoré ce livre qui nous transporte dans différentes époques, différents pays et dans différents cercles sociaux. On en profite en plus pour visiter Venise par la même occasion, ce qui est tout de même pas si mal ! Il y a tellement de nombreuses références littéraires en plus, c'est un vrai...
    Voir plus

    J'ai adoré ce livre qui nous transporte dans différentes époques, différents pays et dans différents cercles sociaux. On en profite en plus pour visiter Venise par la même occasion, ce qui est tout de même pas si mal ! Il y a tellement de nombreuses références littéraires en plus, c'est un vrai plaisir !

  • Couverture du livre « Guide des égarés » de Jean d'Ormesson aux éditions Gallimard

    0.15

    Marjorie Allion sur Guide des égarés de Jean d'Ormesson

    N'ayant pas lu de livre de J. d'Ormesson et ne connaissant pas vraiment son style j'ai choisi de me lancer dans son dernier ouvrage. Je ne sais pas si mon choix fut judicieux. Évoluant parfois par anadiplose, par réflexion philosophique sur les choses simples qui nous entourent, la rapidité du...
    Voir plus

    N'ayant pas lu de livre de J. d'Ormesson et ne connaissant pas vraiment son style j'ai choisi de me lancer dans son dernier ouvrage. Je ne sais pas si mon choix fut judicieux. Évoluant parfois par anadiplose, par réflexion philosophique sur les choses simples qui nous entourent, la rapidité du texte laisse parfois place à un manque, où on aimerait un peu plus sur le sujet évoqué ....

  • Couverture du livre « Guide des égarés » de Jean d'Ormesson aux éditions Gallimard

    0.25

    Danièle Lecuppre sur Guide des égarés de Jean d'Ormesson

    Vingt neuf courts chapitres pour ce vade-mecum qui essaie d'éclaircir un peu notre destin ..inconnu et obscur.
    Nous sommes coincés entre deux murs : avant notre naissance , et puis après notre mort.
    Nous ne savons et ne saurons probablement jamais rien, nous sommes des égarés entre ces deux...
    Voir plus

    Vingt neuf courts chapitres pour ce vade-mecum qui essaie d'éclaircir un peu notre destin ..inconnu et obscur.
    Nous sommes coincés entre deux murs : avant notre naissance , et puis après notre mort.
    Nous ne savons et ne saurons probablement jamais rien, nous sommes des égarés entre ces deux murs.
    Pour écrire un aussi court opus, il fallait un écrivain assez âgé , tirant son savoir de ses lectures, des historiens, des physiciens, et Jean d'O y est parvenu.
    La joie, le plaisir, le bonheur sont des mystères infinis , les chapitres qui concernent l'air, l'eau, la lumière sont éclatants de beauté.
    J'y ai quand même trouvé une grande mélancolie, bien qu'au dernier court chapitre , avec toujours un air malicieux, Jean d'O nous dise: »Puisqu'il nous reste cinq minutes, nous pourrions aborder le problème de Dieu » ...

  • Couverture du livre « Je dirai malgré tout que cette vie fut belle » de Jean d'Ormesson aux éditions Gallimard

    0.2

    Réjane MARTEAU sur Je dirai malgré tout que cette vie fut belle de Jean d'Ormesson

    Quelle belle idée que ce procès intenté par Moi sur Moi. On se délecte de l'érudition de ce grand homme qu'est Jean d'Ormesson, le style incomparable, vivant, riche, syntaxe parfaite, des décennies visitées et revisitées par un personnage hors du commun. Mémoires, confessions ? Si j'ai été un...
    Voir plus

    Quelle belle idée que ce procès intenté par Moi sur Moi. On se délecte de l'érudition de ce grand homme qu'est Jean d'Ormesson, le style incomparable, vivant, riche, syntaxe parfaite, des décennies visitées et revisitées par un personnage hors du commun. Mémoires, confessions ? Si j'ai été un peu "dérangée" par l'absence de chapitres, je ne peux que m'incliner face à ce puits de connaissances, du plus petit au plus grand, l'auteur a côtoyé tant de personnages illustres que cette vie nous emporte dans un tourbillon endiablé. bercée par les vers d'Aragon. "Je dirai malgré tout que cette vie fut belle", et qu'il vous reste de belles pages à écrire Monsieur d'Ormesson

  • Couverture du livre « Je dirai malgré tout que cette vie fut belle » de Jean d'Ormesson aux éditions Gallimard

    0.25

    marie-hélène gatti sur Je dirai malgré tout que cette vie fut belle de Jean d'Ormesson

    JE DIRAI MALGRE TOUT QUE CETTE VIE FUT BELLE
    Jean d’Ormesson

    Fidèle à son cher Aragon dans le choix de ce dernier titre, («C’est une chose étrange à la fin que le monde 2010 et « Un jour je m’en irai sans en avoir tout dit » 2013), Jean d’Ormesson nous livre ici le bilan qu’il dresse de sa...
    Voir plus

    JE DIRAI MALGRE TOUT QUE CETTE VIE FUT BELLE
    Jean d’Ormesson

    Fidèle à son cher Aragon dans le choix de ce dernier titre, («C’est une chose étrange à la fin que le monde 2010 et « Un jour je m’en irai sans en avoir tout dit » 2013), Jean d’Ormesson nous livre ici le bilan qu’il dresse de sa vie, à travers la relation d’événements marquants de son enfance, de son adolescence et de toute sa vie adulte. On y rencontre ses ancêtres, sa famille, ses amis, ses maîtres, une kyrielle d’artistes et d’intellectuels en tous genres. On y côtoie l’Académie, l'édition, le journalisme, la politique, Dieu et le cosmos. Le tout sous une plume alerte et pétillante qui ne saurait renier l’image publique de l’écrivain : son humour, sa verve, la finesse de son élocution sont éblouissants. Tout en nous confiant ses joies, ses peines, ses doutes, ses difficultés, ses erreurs, il livre une réflexion passionnante sur le monde et les relations humaines avec une grande sincérité, sans aigreur, sans fausse pudeur.
    J’ai parcouru ce livre avec beaucoup de plaisir et reste toujours impressionnée par l’immense érudition de cet homme.

  • Couverture du livre « Je dirai malgré tout que cette vie fut belle » de Jean d'Ormesson aux éditions Gallimard

    0.25

    Danièle Lecuppre sur Je dirai malgré tout que cette vie fut belle de Jean d'Ormesson

    Si tous les livres étaient aussi bien écrits, de lecture aussi agréable!
    Jean d'O passe ici devant un tribunal, le procès se passe entre le "moi" et son "surmoi" .C'est une belle formule qui donne lieu bien souvent à des échanges et à des apostrophes très savoureux.
    Certes la vie de cet...
    Voir plus

    Si tous les livres étaient aussi bien écrits, de lecture aussi agréable!
    Jean d'O passe ici devant un tribunal, le procès se passe entre le "moi" et son "surmoi" .C'est une belle formule qui donne lieu bien souvent à des échanges et à des apostrophes très savoureux.
    Certes la vie de cet Immortel est bien connue, mais ici, le ton est plus grave parfois, le temps et l'éternité sont au cœur des questions que se posent ce nonagénaire à l'esprit toujours aussi vivace et alerte. Le lecteur revisite le siècle , rencontre un monde brillant et presque disparu ,des politiques, des savants , des intellectuels de haut vol, on y retrouve même, leurs "vices cachés" , ce qui épice ce livre magnifique qui n'est certes pas un livre de "Mémoires", mais un livre de souvenirs.

  • Couverture du livre « C'était bien » de Jean d'Ormesson aux éditions Gallimard

    0.2

    Marie-Anne TANGUY sur C'était bien de Jean d'Ormesson

    Un livre qui fait du bien, qui donne l'envie de profiter de la vie au maximum et de s'enrichir de tout ce qui nous entoure. J'ai été portée tout au long de la lecture par un sentiment de bonheur. Je me suis fais plusieurs réflexions sur la manière de percevoir la vie. C'est mon premier livre de...
    Voir plus

    Un livre qui fait du bien, qui donne l'envie de profiter de la vie au maximum et de s'enrichir de tout ce qui nous entoure. J'ai été portée tout au long de la lecture par un sentiment de bonheur. Je me suis fais plusieurs réflexions sur la manière de percevoir la vie. C'est mon premier livre de Jean d'Ormesson et je suis déjà impatiente de découvrir les autres.

  • Couverture du livre « Une fête en larmes » de Jean d'Ormesson aux éditions Pocket

    0.15

    Elizabeth Neef-Pianon sur Une fête en larmes de Jean d'Ormesson

    Un d’Ormesson par an, c’est mon rythme. Plus, j’ai peur que ça fasse trop.
    Le sujet de ce livre : une journaliste interviewe un écrivain.
    « Pédantisme et topographie historique », tels sont les mots de ce dernier, et ils résument assez bien ce livre
    Défini comme un roman,. c’est en fait un...
    Voir plus

    Un d’Ormesson par an, c’est mon rythme. Plus, j’ai peur que ça fasse trop.
    Le sujet de ce livre : une journaliste interviewe un écrivain.
    « Pédantisme et topographie historique », tels sont les mots de ce dernier, et ils résument assez bien ce livre
    Défini comme un roman,. c’est en fait un déferlement des souvenirs et des pensées, certainement de Jean d’Ormesson lui-même.
    Rien de bien nouveau donc. Ses livres suivants continuent sur cette lancée.
    Mais on retrouve toujours cette courtoisie désuète, cet amour des mots, de la belle langue, de la littérature, de l’histoire, et franchement, c’est plutôt agréable.

  • Couverture du livre « Comme un chant d'espérance » de Jean d'Ormesson aux éditions Gallimard

    0.2

    Dominique Sudre sur Comme un chant d'espérance de Jean d'Ormesson

    Je ne me souvenais pas d’avoir déjà lu Jean d’Ormesson, aussi j’ai été intriguée par ce livre d’à peine 120 pages mais au titre qui sonne comme une invite au lecteur. Je ne suis pas déçue par ce court roman.
    Dans « Comme un chant d’espérance », l’auteur nous parle du Big Bang et du mur de...
    Voir plus

    Je ne me souvenais pas d’avoir déjà lu Jean d’Ormesson, aussi j’ai été intriguée par ce livre d’à peine 120 pages mais au titre qui sonne comme une invite au lecteur. Je ne suis pas déçue par ce court roman.
    Dans « Comme un chant d’espérance », l’auteur nous parle du Big Bang et du mur de Planck, du néant qu’il y avait « avant-notre-monde » et qu’il y a sans doute « après-notre-mort », de Dieu et des Hommes, de la liberté qu’ils ont d’agir ou d’être. Il nous parle aussi de l’histoire du monde, des nombres et du comique (oui, du comique, pas du cosmique !), du temps et de l’espace, du soleil et de la lumière, de tout ce qu’il aime et de ses réflexions plus intimes, lui qui affirme que « dieu n’existe pas mais il est. Il n’est rien d’autre que rien - c’est-à-dire tout».
    J’ai particulièrement aimé la liste qu’il dresse, comme un chant d’espérance, et qui démontrerait que Dieu se dissimule dans ce monde qu’il aurait créé. Il m’a donné envie d’en établir une à mon tour, non pour savoir où se dissimule un hypothétique Dieu, mais pour mieux réaliser où se cache la beauté du monde et, parfois, des hommes. C’est un roman sur « rien », un roman qui essaie à sa façon de dire le pourquoi, mais c’est avant tout un roman d’optimisme.

  • Couverture du livre « Le rapport Gabriel » de Jean d'Ormesson aux éditions Gallimard

    0.1

    Ghislaine Moreau sur Le rapport Gabriel de Jean d'Ormesson

    On ne peut pas nier la qualité d' écriture de Jean d'Ormesson mais hélas ce roman est inégal. Passages agréables avec les inerventions de Gabriel mais bien souvent soporifiques quand d'Ormesson s' apesantit sur ses mémoires. Ce rapport Gabriel n'était qu' une façon déguisée de parler de lui-même

    On ne peut pas nier la qualité d' écriture de Jean d'Ormesson mais hélas ce roman est inégal. Passages agréables avec les inerventions de Gabriel mais bien souvent soporifiques quand d'Ormesson s' apesantit sur ses mémoires. Ce rapport Gabriel n'était qu' une façon déguisée de parler de lui-même

Discussions autour de cet auteur

Lancez une discussion

Pour lancer une discussion, vous devez être connecté...
Vous n'avez pas encore de compte ? Rendez-vous ici et laissez-vous guider !

Récemment sur lecteurs.com