Les carnets de l'édition, épisode 8 : découvrez les secrets de fabrication des prestigieux livres de La Pléiade

jeudi 05 novembre 2015

Le métier de technicienne en atelier de reliure

Les carnets de l'édition, épisode 8 : découvrez les secrets de fabrication des prestigieux livres de La Pléiade

Les Carnets de l’édition vous font découvrir les secrets de fabrication des prestigieux livres de La Pléiade. 

Suivez-nous, nous nous sommes immergés dans un lieu au savoir-faire d’exception : les ateliers Babouot. Nous avons suivi les coulisses de fabrication de la nouvelle édition Michel Foucault qui parait chez Gallimard en octobre.
Les ateliers comme celui-ci se raréfient et tendent à disparaitre, ceux qui résistent permettent la transmission d’un savoir-faire d’exception. A seulement quelques kilomètres de Paris, 30 personnes créent avec passion des objets aussi exceptionnels que la collection de La Pléiade.

Embarquez avec nous pour cette superbe visite, La Pléiade est une collection unique, grâce à laquelle on peut découvrir les plus grands auteurs : Saint Exupéry, Yourcenar, Duras, Sévigné, Victor Hugo.

En 1923, le principe de départ de La Pléiade était de proposer les œuvres complètes des auteurs classiques au format poche. Pour garder un confort de lecture, on utilise alors le papier bible, ce papier si fin et si particulier. Les couvertures en cuir et la dorure à l’or fin donnent à ces magnifiques livres de bibliothèque toutes leurs lettres de noblesse.
Après-guerre, La Pléiade devient une collection de référence et trouve son équilibre entre fonds et nouveautés, littératures classique et contemporaine, refonte de ses anciennes éditions (Camus, Rimbaud, Montaigne…), œuvres françaises et étrangères. Elle étend son programme au-delà des seuls catalogues de Gallimard ou de ses filiales, accueillant par exemple les œuvres de Julien Green, François Mauriac, Julien Gracq, Claude Simon ou Marguerite Duras…
André Gide est le premier auteur contemporain à y entrer de son vivant dès 1939, suivi par onze autres jusqu’à Milan Kundera en 2011, puis Jean d’Ormesson en 2015. 

Le nombre de tirage moyen est d’environ 5000 exemplaires dans un premier temps. La parution des œuvres de Jean d’Ormesson en avril dernier a généré autour de 20 000 exemplaires. Le chiffre de meilleures ventes revient à l’édition de Saint Exupéry en 1953.

Ce n’est pas moins de huit millions d’exemplaires qui ont été vendus depuis 1933 par la maison Gallimard !

Un grand merci aux éditions Gallimard qui ont rendu possible ce reportage et cette passionnante visite .

 

Revoir tous les épisodes sur les divers métiers :

Attaché de presse
Directrice de communication
Editeur
Auteur-illustrateur jeunesse
Editeur-illustrateur jeunesse
Traducteur
Editeur en binôme

Technicienne en atelier de reliure
Directeur des collections
Photographe pour les éditions de beaux livres
Directeur artistique

 

Retrouvez toutes nos vidéos ici

 

Discussions autour de cet article

Il n'y a pas encore de discussion sur cet article
Soyez le premier à en lancer une !

Les lecteurs en parlent...

Afficher plus de discussions

Lancez une discussion

Pour lancer une discussion, vous devez être connecté...
Vous n'avez pas encore de compte ? Rendez-vous ici et laissez-vous guider !

Récemment sur lecteurs.com