Irene Nemirovsky

Irene Nemirovsky
Couronnée à titre posthume par le Renaudot pour Suite française , Irène Némirovsky (1903-1942) compte parmi les grands écrivains de la première moitié du xx e siècle. Observatrice lucide et cruelle de la société de l'entre-deux-guerres, elle témoigna de ses bouleversements à travers plus d'une tr... Voir plus
Couronnée à titre posthume par le Renaudot pour Suite française , Irène Némirovsky (1903-1942) compte parmi les grands écrivains de la première moitié du xx e siècle. Observatrice lucide et cruelle de la société de l'entre-deux-guerres, elle témoigna de ses bouleversements à travers plus d'une trentaine de romans qui constituent une oeuvre intemporelle.

Avis (31)

  • add_box
    Couverture du livre « Ida ; la comédie bourgeoise » de Irene Nemirovsky aux éditions Gallimard

    Marie Hélène Fasquel sur Ida ; la comédie bourgeoise de Irene Nemirovsky

    Ida

    Cette nouvelle évoque la thématique du succès, avec ses bonheurs - la gloire - et l’inévitable revers de la médaille : vieillissement et chute de son piédestal. Cette évolution de la carrière est particulièrement cruelle pour les danseurs et, en l’occurrence, pour les danseuses, qui en...
    Voir plus

    Ida

    Cette nouvelle évoque la thématique du succès, avec ses bonheurs - la gloire - et l’inévitable revers de la médaille : vieillissement et chute de son piédestal. Cette évolution de la carrière est particulièrement cruelle pour les danseurs et, en l’occurrence, pour les danseuses, qui en général dès l’âge de trente ans doivent laisser la place à une nouvelle génération. Bien qu’elle se déroule dans le music-hall, cette histoire montre avec réalisme et finesse que la notion de star existe bel et bien même dans ce milieu de revues plus ou moins dénudées. Le ressenti est le même pour Ida, adulée de son public, que pour une danseuse d’opéra. Et lorsque se présente la relève, Cynthia, jeune beauté pleine d’ambition, la chute est cruelle. Pour la danseuse vieillissante, le temps a passé à son insu, comme souvent pour beaucoup d’entre nous. L’échéance paraissait lointaine, presqu’infinie, mais elle arrive, et elle fait des ravages. Une très belle nouvelle, admirablement écrite comme tous les textes d’Irène Némirovsky, morte en déportation.

    La comédie bourgeoise

    Dans cette nouvelle, l’auteure évoque un milieu dont elle connaît bien les travers puisqu’elle en est issue. De Balzac à Mauriac (sans parler du cinéma avec Claude Chabrol), les turpitudes, les conventions et les hypocrisies de cette classe sociale qui s’est imposée politiquement dès le dix-neuvième siècle, sont admirablement résumées, comme dans ce texte court mais redoutablement efficace. Quelle que soit la situation et en dépit des sentiments l’ordre et la morale doivent régner dans cet univers, sans partage et sans exception, pour que les possédants qui détiennent le pouvoir puissent continuer à imposer un modèle social et à mettre en avant des privilèges représentatifs d’un but - en général illusoire - à atteindre pour les classes les plus démunies… Nul ne doit déroger au modèle, sous peine d’être exclu. Et Madeleine en fera l’amère expérience. Un texte parfaitement écrit sur la société bien-pensante et sur les codes immuables qu’elle impose de génération en génération pour perpétuer sa domination.

  • add_box
    Couverture du livre « Suite française » de Irene Nemirovsky aux éditions Gallimard

    Aude ACM sur Suite française de Irene Nemirovsky

    L'exode de 1940: très peu de témoignage sur cette période.

    L'exode de 1940: très peu de témoignage sur cette période.

  • add_box
    Couverture du livre « Suite française » de Irene Nemirovsky aux éditions Gallimard

    Sandrine Tosti sur Suite française de Irene Nemirovsky

    Très très très péniblement, j'arrive à la moitié du livre et j'estime avoir suffisamment laissé sa chance à ce bouquin en le lisant aussi loin, je vais arrêter là.
    Quand je regarde la bande annonce du film tiré du livre, je n'ai pas l'impression qu'il s'agisse de la même histoire...
    Aucune...
    Voir plus

    Très très très péniblement, j'arrive à la moitié du livre et j'estime avoir suffisamment laissé sa chance à ce bouquin en le lisant aussi loin, je vais arrêter là.
    Quand je regarde la bande annonce du film tiré du livre, je n'ai pas l'impression qu'il s'agisse de la même histoire...
    Aucune histoire de femmes, aucune d'histoire d'amour entre une française et un allemand.
    Peut-être que le film ne concerne que la 2ème partie du livre je n'en sais rien mais cela n'a strictement aucun rapport avec la 1ère partie que je viens de lire et qui est terriblement ennuyeuse... tellement, que je peinais à me replonger dedans chaque soir.

  • add_box
    Couverture du livre « Le bal » de Irene Nemirovsky et Bertrand Louet aux éditions Hachette Education

    Sophie Wag sur Le bal de Irene Nemirovsky - Bertrand Louet

    Une adolescente, exclue par ses parents du bal qu'ils vont donner, doit poster les invitations... Un petit chef d'oeuvre, efficace et très bien écrit!

    Une adolescente, exclue par ses parents du bal qu'ils vont donner, doit poster les invitations... Un petit chef d'oeuvre, efficace et très bien écrit!

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !