Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Charles Dickens

Charles Dickens
Charles Dickens, né à Portsmouth (Hampshire) le 7 février 1812, mort à Gadshill (Kent) le 9 juin 1870, est un écrivain britannique. Issu d'une famille peu fortunée, Charles Dickens est né dans un petit faubourg à Londres. C'est un enfant malheureux car son père entre en prison à cause des dettes ... Voir plus
Charles Dickens, né à Portsmouth (Hampshire) le 7 février 1812, mort à Gadshill (Kent) le 9 juin 1870, est un écrivain britannique. Issu d'une famille peu fortunée, Charles Dickens est né dans un petit faubourg à Londres. C'est un enfant malheureux car son père entre en prison à cause des dettes alors qu'il n'a que 12 ans. À la sortie de l'école, il entre dans un cabinet juridique et, poussé par une grande curiosité intellectuelle, fréquente assidûment les salles de lecture. Employé comme sténographe dans une revue, il se fait rapidement remarquer. En 1837, avec Les Aventures de M. Pickwick, chef-d'?uvre de l'humour britannique, le succès est immédiat. Dès lors, il partage sa vie entre la littérature et les voyages. Il meurt, riche et célèbre, à cinquante-huit ans. Écrivain engagé, Dickens a su concilier - grâce à un talent de conteur indéniable - condamnation de la m isère et de l'exploitation industrielle et description de petits tableaux de la vie quotidienne, bourrés d'humour. Ses personnages caractéristiques et inoubliables ont fait de lui un écrivain très populaire, une figure centrale de la littérature du XIXe siècle.

Articles en lien avec Charles Dickens (1)

  • The London tour : quels sont les meilleurs romans sur la capitale britannique ?
    The London tour : quels sont les meilleurs romans sur la capitale britannique ?

    Londres, une ville cosmopolite où tous les styles sont permis. Une ville chargée d’Histoire et d’histoires aux personnages réels ou imaginaires. Entre Jack l'éventreur, Miss Marple, Mary Poppins où Simon Templar, c’est une foule de héros qui peuple l’imaginaire collectif. Alors, afin de savourer cette mémorable « british touch » dont, seuls, les formidables auteurs britanniques ont le secret, un petit city tour s’impose !

Avis sur cet auteur (24)

  • add_box
    Couverture du livre « Un conte de deux villes » de Charles Dickens aux éditions L'arbre Vengeur

    MAPATOU sur Un conte de deux villes de Charles Dickens

    Un Dickens dont je n'avais jamais entendu parler, je n'allais pas passer à côté !

    Si le roman débute en Angleterre, nous nous retrouvons très vite à Paris. Monsieur Lorry, représentant de la banque Tellson, vient chercher un ancien client, le Docteur Manette. Celui-ci a été embastillé pour...
    Voir plus

    Un Dickens dont je n'avais jamais entendu parler, je n'allais pas passer à côté !

    Si le roman débute en Angleterre, nous nous retrouvons très vite à Paris. Monsieur Lorry, représentant de la banque Tellson, vient chercher un ancien client, le Docteur Manette. Celui-ci a été embastillé pour d'obscures raisons pendant 18 ans.

    Accompagné de la jeune Lucie, fille du prisonnier qu'elle n'a jamais connu, c'est un homme brisé et affaibli, que Lorry ramène en Angleterre.

    5 ans plus tard, Lucie et le Docteur Manette seront cités comme témoins à Temple Bar au procès d'un émigré français, Charles Darnay, accusé de haute trahison par la Couronne Britannique.

    Les bases de l'histoire sont posées. Il ne reste plus (si j'ose m'exprimer ainsi !) à Dickens qu'à dérouler le fil de la toile d'araignée tissée autour des principaux personnages. C'est une parfaite démonstration de la physique quantique : tout dans le monde est lié.

    Charles Darnay , devenu le gendre du Docteur Manette, devra après quelques années de bonheur sans nuage rentrer en France pour sauver un ami quand bien même l'hexagone est sous l'emprise de la Terreur.

    C'est donc un voyage en sens inverse qu'effectuent les personnages du début. Leur arrivée à Paris nous plonge directement dans l'horreur des dérives de la Révolution.

    » Devant ce tribunal injuste, aucune forme – ni aucun semblant de forme- ne garantissait le droit de défense de l'accusé. Si l'on n'avait détourné aussi monstrueusement les lois, les règles et les coutumes, la Révolution n'aurait pas existé, ni son désir suicidaire de vengeance qui lui fit jeter au vent l'ancien ordre judiciaire. »

    J'ai grandement apprécié la lecture de ce roman. Je ne dirai pas que Dickens est un grand écrivain, ce serait enfoncer une porte ouverte mais quel plaisir que son écriture. Je crois qu'il faut aussi saluer le talent de la traductrice Laure Terrilli.

    » L'eau de la fontaine allait à la rivière, la rivière se précipitait vers le fleuve, le jour se hâtait vers le soir, l'existence vers la mort. Telle est la règle : la marche du temps et des événements n'attend pas. Les rats dormaient, entassés dans leurs trous obscurs, les invités du bal costumé soupaient, inondés de lumière. Chaque chose suivait son cours, chacun sa destinée. «

  • add_box
    Couverture du livre « David Copperfield » de Charles Dickens aux éditions Gallimard

    Soraya_bouquine sur David Copperfield de Charles Dickens

    Dès l'incipit j'ai été happée par cette narration à la première personne. Le contexte est l'époque victorienne. Le narrateur revient sur sa naissance, sa petite enfance heureuse avec sa mère et la bonne et puis sa descente aux enfers. Le jeune David Copperfield, orphelin de père, devient un...
    Voir plus

    Dès l'incipit j'ai été happée par cette narration à la première personne. Le contexte est l'époque victorienne. Le narrateur revient sur sa naissance, sa petite enfance heureuse avec sa mère et la bonne et puis sa descente aux enfers. Le jeune David Copperfield, orphelin de père, devient un enfant gênant lorsque sa mère se remarie avec le tyrannique Mr Murdstone .Il est alors envoyé en pensionnat.
    Débute pour lui une période triste, ponctuée par des négligences, des abandons et des mauvaises rencontres très habillement décrit par le narrateur. Jusqu'à sa prise en charge par une grande tante et le début de son aventure haut en couleur. [...

  • add_box
    Couverture du livre « Un chant de Noël » de Charles Dickens aux éditions J'ai Lu

    Carrie sur Un chant de Noël de Charles Dickens

    Depuis le temps que je voulais lire Un chant de Noël de Dickens, c'est enfin chose faite. Oh, je n'ai pas été surprise par l'histoire que je connaissais par coeur. Elle est THE classique de Noël par excellence et a été maintes et maintes fois reprises pour la télévision. Je ne pourrais dire dans...
    Voir plus

    Depuis le temps que je voulais lire Un chant de Noël de Dickens, c'est enfin chose faite. Oh, je n'ai pas été surprise par l'histoire que je connaissais par coeur. Elle est THE classique de Noël par excellence et a été maintes et maintes fois reprises pour la télévision. Je ne pourrais dire dans combien de téléfilms de Noël j'ai vu cette histoire, toujours par contre avec une héroïne bien plus sexy que Scrooge ne l'est dans la version initiale, son rôle souvent joué par une actrice qu'on aura vu un jour ou l'autre dans Beverly Hills ou Melrose Place (ben oui, c'est ma génération).

    Pour reprendre l'histoire en quelques mots pour les quelques malheureux qui ne la connaîtraient pas : Scrooge est un vieux bonhomme aigri et solitaire. Il n'aime personne, se garde bien d'aider son prochain et se montre d'une avarice sans nom. C'est simple, il répond à lui seul à l'adage qui dit qu'on n'a jamais vu un coffre-fort suivre un corbillard, mais dans son cas, ce serait certainement ce qui arriverait.En cette veille de Noël, il se montre encore plus grincheux que d'habitude, bien embêté de devoir « céder » un jour de congé à son commis car le temps c'est de l'argent et un jour sans travailler est un jour perdu. Même son neveu venu lui proposer de passer Noël chez lui, en famille, ne trouve grâce à ses yeux. Scrooge représente à lui seul tout ce que Dickens, l'humaniste, détestait. Sauf que cette nuit-là, trois esprits de Noël, celui des Noëls passé, celui des Noëls présents et celui des Noëls futurs, viennent le rencontrer pour lui montrer ce qu'il a manqué, ce qu'il rate ou ce qu'il l'attend s'il ne se décide pas à modifier son comportement. Scrooge se laissera-t-il emporter par la magie de Noël ?

    Je me suis laissée embarquer avec joie dans ce conte que j'ai trouvé merveilleux, encore mieux que ce que j'imaginais. Je connaissais la plume de Dickens par des extraits de David Copperfield étudiés en cours. Et, depuis très longtemps, j'ai envie de me plonger dans ses fameuses Grandes Espérances, et je compte bien le faire, ce conte m'ayant donné un aperçu du talent de l'auteur. J'avoue avoir été très émue en lisant cette histoire et je remercie monsieur Dickens de l'avoir écrite.

    Un livre que je conseille, bien évidemment, et particulièrement en cette période de l'année. Je pense aussi qu'il faut le faire découvrir aux enfants, par le biais d'albums illustrés.

  • add_box
    Couverture du livre « Le drôle de noël de Scrooge » de Charles Dickens aux éditions Hachette Jeunesse

    Claforiane sur Le drôle de noël de Scrooge de Charles Dickens

    Une belle période pour lire ce roman : Noel.
    Ce personnage grognon a tout pour être heureux, mais non, il est grognon, insociable, radin....
    Quoi de mieux pour le remettre sur le droit chemin : lui faire découvrir ou redoucouvrir son passé, présent et avenir.
    Un très beau roman, un classique...
    Voir plus

    Une belle période pour lire ce roman : Noel.
    Ce personnage grognon a tout pour être heureux, mais non, il est grognon, insociable, radin....
    Quoi de mieux pour le remettre sur le droit chemin : lui faire découvrir ou redoucouvrir son passé, présent et avenir.
    Un très beau roman, un classique à lire en cette période de l'année.
    Prochaine étape : le dessin animé et le film.