Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Gilles Paris

Gilles Paris
Né le 5 avril 1959 à Suresnes (92), Gilles Paris entre dans la vie active après son bac. Serveur, testeur de médicaments, garçon de bureau au Monde, concepteur de dossier de presse notamment pour Manuel Canovas et Dior, il intègre à dix-huit ans le Ministère de la Jeunesse comme documentaliste. ... Voir plus
Né le 5 avril 1959 à Suresnes (92), Gilles Paris entre dans la vie active après son bac. Serveur, testeur de médicaments, garçon de bureau au Monde, concepteur de dossier de presse notamment pour Manuel Canovas et Dior, il intègre à dix-huit ans le Ministère de la Jeunesse comme documentaliste. Puis il crée et dirige la société APS, un argus de la presse spécialisée dans le spectacle, agence qu'il déplace chaque année au Festival de Cannes. Après cinq ans, il décide de prendre le large et voyage toute une année en Afrique et en Grèce. A son retour, il devient pigiste pour de nombreux journaux, Elle, Le Figaro Magazine, Femme, Pariscope, Maison Française, Libération, Le Nouvel Observateur où il signe des articles sur le cinéma, la musique et des personnalités. Il entre parallèlement dans l'édition, d'abord comme attaché de presse aux éditions 13 (Groupe Carrère), puis comme directeur du service de presse de Jean-Claude Lattès pendant sept ans, et directeur du service de presse des éditions Plon, pendant dix ans. En 2006, il crée une SARL, agence de communication qui porte son nom, spécialisée dans l'édition, et qui s'ouvre également sur la musique, les expositions et les spectacles. Depuis 2017, il est attaché de presse indépendant. En 1991, il publie son premier roman Papa et maman sont morts aux éditions Point-Virgule (Seuil), réédité en Point-Seuil le 19/01/12 En 2002, Autobiographie d'une Courgette sort chez Plon pour lequel Gilles Paris reçoit le Prix de la Mairie du XVIIème. Au pays des kangourous, son troisième roman est publié aux éditions Don Quichotte (parution le 19 janvier 2012). Son 4ème roman, L'été des lucioles est paru aux éditions Héloïse d'Ormesson en 2014. En 2016, son deuxième roman Autobiographie d'une Courgette est adapté au cinéma en film d'animation sous le titre Ma vie de Courgette et rencontre un très grand succès auprès du public et des critiques. Le film remporte une vingtaine de prix d'Annecy à Melbourne en passant par Genève et Angoulême et reçoit notamment le prix du meilleur film européen d'animation aux European Film Awards et deux César. Son roman Le vertige des falaises a été publié chez Plon en avril 2017. En 2018, il publie un recueil de nouvelles chez Gallimard dans la collection Haute enfance La lumière est à moi. En mars 2019, il fait paraître son premier livre pour la jeunesse Inventer les couleurs avec les magnifiques illustrations d'Aline Zalko chez Gallimard Giboulées. En janvier 2021 il fait paraître son premier récit chez Flammarion Certains cœurs lâchent pour trois fois rien sur ses années de dépression et son histoire familiale.

Vidéos relatives à l'auteur

  • Gilles Paris présente "Au pays des kangourous"

    lecteurs.com vous présente le roman de Gilles Paris Au pays des kangourous (éditions Don Quichotte). Simon, neuf ans, vit avec son père Paul et sa mère Carole dans un vaste appartement parisien au Trocadéro. En fait, le couple n’en est plus un depuis...

Articles en lien avec Gilles Paris (2)

Avis sur cet auteur (79)

  • add_box
    Couverture du livre « Le bal des cendres » de Gilles Paris aux éditions Plon

    Dominique Sudre sur Le bal des cendres de Gilles Paris

    Guillaume de la Salle est le directeur d’un hôtel au pied du volcan Stromboli, sur l’île éolienne homonyme à quelques encablures de la Sicile.
    Dans cet hôtel évoluent Mathéo, son ami de toujours, ancien militaire comme lui, confident, chaperon, protecteur ;
    Giulia, sa femme disparue à la...
    Voir plus

    Guillaume de la Salle est le directeur d’un hôtel au pied du volcan Stromboli, sur l’île éolienne homonyme à quelques encablures de la Sicile.
    Dans cet hôtel évoluent Mathéo, son ami de toujours, ancien militaire comme lui, confident, chaperon, protecteur ;
    Giulia, sa femme disparue à la naissance de Giulia sa fille désormais adolescente un peu rebelle qui voudrait en savoir plus sur cette mère qu’elle n’a pas connue ;
    Thomas, qui pleure Emilio son amour disparu en mer, et Lior, sa nouvelle conquête ;
    Anton le séducteur médecin turc et Sevda, l’épouse trompée mais toujours amoureuse et résignée ;
    L’américaine Abigale et son amant Eytan, qui chaque jour fidèlement téléphone à l’épouse restée au foyer ;
    Sebastian et Ethel, un frère et une sœur qui se sont perdus de vue pendant des années et se sont enfin retrouvés ;
    Cécile, la mère de Tom, Louise et Corentin, et Gris le grand frère disparu que ne voient que ceux qui savent ;
    Elena, la comtesse italienne et sa discrète infirmière dame de compagnie, qui l’accompagne partout depuis l’accident qui l’a contrainte à vivre dans un fauteuil roulant et le décès de son époux ;
    et tant d’autres qui se retrouvent à l’hôtel Strongyle pour quelques jours de vacances, d’amour, de rencontres, de bonheur, de repos.

    Ces hommes et ces femmes nous racontent tour à tour une partie de leur histoire. En chapitres courts et rythmés, parfois déroutants, surtout au début quand la multiplicité des personnages m’a parfois légèrement perdue. Mais je me suis très vite familiarisée avec chacune de ces tranches de vies venues s’échouer dans le lobby de l’hôtel, sur la plage, dans les ruelles du village, sur les pentes abruptes et parfois dangereuses du volcan.

    Au fil des pages, rencontres, situations, se dessinent un passé, des secrets, des espoirs et des attentes, des déceptions plus ou moins acceptées, des interactions entre ces protagonistes que pourtant rien ne semblait rapprocher au départ.

    Un roman polyphonique où les relations se nouent, les masques tombent, les secrets se dévoilent, sur cette île au paysage à la fois idyllique et sec.

    chronique complète sur le blog Domi C Lire https://domiclire.wordpress.com/2022/08/11/le-bal-des-cendres-gilles-paris/

  • add_box
    Couverture du livre « Le bal des cendres » de Gilles Paris aux éditions Plon

    NATHALIE BULLAT sur Le bal des cendres de Gilles Paris

    Ma chronique : Une île italienne. Une terre du diable, anthracite, fascinante de beauté face au Stomboli, toujours éveillé.
    Un hôtel élégant. Des familles, des couples en vacances. Des patrons au passé trouble. Un adolescente qui déborde d'émotions. Une vingtaine de personnes qui ne se...
    Voir plus

    Ma chronique : Une île italienne. Une terre du diable, anthracite, fascinante de beauté face au Stomboli, toujours éveillé.
    Un hôtel élégant. Des familles, des couples en vacances. Des patrons au passé trouble. Un adolescente qui déborde d'émotions. Une vingtaine de personnes qui ne se connaissent pas encore vont se découvrir et nous révéler leurs failles. Parce qu'un jour le volcan crache sa colère lors d'une excursion, le destin de certains sera profondément égratigné.
    A partir de cette soirée fatale le roman prend de l'ampleur, les secrets refont surface. Avec finesse, l' auteur nous surprend par des rebondissements inattendus. Des drames surviennent, quelques vengeances aussi. Même les personnages rudes en proie à leurs démons, et au passé tumultueux tels que Guillaume, Matheo ou Anton parviennent à nous émouvoir grâce à la plume de Gilles Paris. Une charmante vieille comtesse et son infirmière préparent un plan de vengeance bien rodé. J' ai eu une préférence pour la fragilité de Lior, Thomas ou Sébastien. Sevda est trop forte, trop rude. Abigale est une croqueuse d' hommes qui irradie de sa belle humeur. Vous le comprenez, c' est toute une galerie de sensibilité que dessine l'auteur. Certaines de ces existences ont été assises sur des mensonges et les révélations des derniers chapitres sont déroutantes. Le talent de l'auteur fait que le lecteur n'imagine pas un tel dénouement.

  • add_box
    Couverture du livre « Le bal des cendres » de Gilles Paris aux éditions Plon

    Olivier BIHL sur Le bal des cendres de Gilles Paris

    Gille Paris se lance ici dans une galerie de portraits aussi éclectique que lumineuse où le clair obscur des personnages n'est jamais très loin. Pour se faire, il fallait trouver un décor, un cadre et quelle bonne idée d'installer ici ses lecteurs dans une des îles éoliennes volcanique...
    Voir plus

    Gille Paris se lance ici dans une galerie de portraits aussi éclectique que lumineuse où le clair obscur des personnages n'est jamais très loin. Pour se faire, il fallait trouver un décor, un cadre et quelle bonne idée d'installer ici ses lecteurs dans une des îles éoliennes volcanique parfaitement rendue dans ses descriptifs et ses colères mais peu connue. Depuis Agatha Christie, on sait que les îles sont souvent le cadre de drames, de révélations sur ses visiteurs et bien sûr d'un certain exotisme...

    On n'échappera pas ici à cette règle, l'auteur installe un cadre plutôt calme et placide, déserté durant une majeur partie de l'année autour d'une communauté restreinte mais souvent marquée par un certain nombre de mystères, de violence parfois et qui aux temps estivaux se charge d'une communauté de touristes plus large, aux parcours de vie divers, troubles parfois, souvent opposés.

    Le lecteur voit ainsi entrer en scène une large galerie de personnages plus ou moins attachante mais souvent trouble, qui le temps de l'été arrivant, se retrouve au cœur d'un hôtel d'un certain cachet, souvent le lieu de rendez-vous d'une clientèle d'habituées et d'habitués. C'est ici que les talents de portraitiste, de connaisseur des turpitudes de l'auteur s'imposent. Le décor s'installe avec au cœur du mécanisme et de l'intrigue ; Guillaume, un homme au passé torturé, relativement brisé et de sa fille adolescente, Giulia, à la fois indépendante et farouche, en recherche de son origine maternelle. Tout autour de ce noyau, se débattent et évolue une grande variété de personnages ; entre couples illégitimes, êtres au confort matériel d'origine trouble, plongeur de grands fonds, guide touristique, femme aux moeurs très libres, une invalide et son infirmière, couple hétéro, homosexuel et tant d'autres. Une particularité pour chacune et chacun ;  un secret enfoui, des turpitudes, une attitude à-priori indolente et désinvolte et cela se découvre et explose au moment de l'éruption du volcan Stromboli durant une randonnée qui ne sera pas sans répercussion funeste sur ces destins. J'avoue que c'est au moment où les choses s'accélèrent, que les cartes sont totalement rebattues et que la véritable nature et histoire de chacunes et chacuns est révélée que je me suis retrouvé happé et avide de connaître l'issue de ce récit. 

    Un talent de narrateur, fin connaisseur des travers comme des failles de l'âme humaine, c'est la clé de la fébrilité avec laquelle vous dévorez ce livre. Merci de ce souffle.

  • add_box
    Couverture du livre « Le bal des cendres » de Gilles Paris aux éditions Plon

    evergreen13 sur Le bal des cendres de Gilles Paris

    Stromboli

    Me voici un peu embarrassée au moment de rédiger ma chronique sur ce roman dont je ne sais pas trop quoi en penser… Après réflexion, c'est une impression assez négative qui prédomine, alors qu'à priori ce livre avait beaucoup pour me plaire : l'Italie, un pays que j'adore, le...
    Voir plus

    Stromboli

    Me voici un peu embarrassée au moment de rédiger ma chronique sur ce roman dont je ne sais pas trop quoi en penser… Après réflexion, c'est une impression assez négative qui prédomine, alors qu'à priori ce livre avait beaucoup pour me plaire : l'Italie, un pays que j'adore, le Stromboli l'un des volcans les plus actifs d'Europe (je suis fascinée par les volcans, je garde un souvenir précieux de l'ascension de l'Etna en 2018...), de nombreux personnages qui se rencontrent… Et puis, patatras, je ne suis pas parvenue à entrer dans l'histoire (si toutefois il y en a une…), il y a bien un fil conducteur évidemment, mais insuffisant pour rendre l'intrigue passionnante (à mes yeux). Quant aux personnages, pour la plupart stéréotypés, ils n'ont pas réussi à m'attacher.
    S'agissant d'un roman choral, l'auteur passe de l'un à l'autre, chapitre après chapitre. A un moment, je me suis sentie perdue, ne me souvenant plus de qui était qui…
    Pour le positif, je retiendrai le décor, l'ile de Stromboli et le volcan bien sûr, dangereux et fascinant.
    Voici pour ce court voyage en Italie, qui pour une fois ne restera pas inoubliable !
    Concernant le Stromboli : https://www.futura-sciences.com/planete/actualites/volcan-nouvelle-explosion-majeure-stromboli-98536/