Fred Vargas

Fred Vargas

Fred Vargas (Frédérique Audouin-Rouzeau) a vu le jour à Paris en juin 1957 avec sa sœur jumelle Joëlle. N'ayant pas d'idée de métier, elle est allée vers les sciences, l'archéologie médiévale.

Pendant toute sa période scolaire, Fred n'a pas cessé de faire des fouilles archéologiques et a fait d...

Voir plus

Fred Vargas (Frédérique Audouin-Rouzeau) a vu le jour à Paris en juin 1957 avec sa sœur jumelle Joëlle. N'ayant pas d'idée de métier, elle est allée vers les sciences, l'archéologie médiévale.

Pendant toute sa période scolaire, Fred n'a pas cessé de faire des fouilles archéologiques et a fait des études d'histoires après le bac. Son père a eu un rôle très important pendant sa formation. Elle s'est intéressée au violon qu'elle a pratiqué pendant une durée de plus ou moins 10 ans sans vraiment de talent. Puis elle a fait l'acquisition d'un cahier et d'un Bic et a écrit un polar.
Depuis ce jour, elle n'a jamais cessé d'écrire. Son premier roman, « Les jeux de l'amour et de la mort », reçoit le prix du "Roman policier du Festival de Cognac" en 1986 et est publié aux éditions du Masque. En 2006, la « Crime Writers' Association » qui a pour vocation de récompenser les meilleurs auteurs de romans policiers (ou thrillers) lui a attribué son prix, le « Duncan Lawrie International Dagger », pour « Debout les morts », livre paru en mars 1995 en France mais seulement publié en janvier 2006 au Royaume Uni.

Aujourd'hui, cet écrivain est mère d'un petit garçon et vit toujours à Paris. On a beau lui demander pourquoi elle écrit, c'est toujours la même réponse qu'on entend : « Je ne sais pas, je ne sais toujours pas ».

Articles (3)

  • Eté 2015, les 10 polars à ne pas manquer
    A redécouvrir : été 2015, les 10 polars à ne pas manquer

    Les psychopathes sont au meilleur de leur forme et les maîtres du polar au meilleur de leur talent pour raconter leur folie. Une imagination à faire froid dans le dos, à réveiller les plus profondes angoisses et surtout à graver avec addiction ces histoires dans vos mémoires puisque chers lecteurs, vous vous jetez dessus avec frénésie ! Alors faites votre choix, le must du thriller vous attend !

  • Michel Bussi : Quand le « Dan Brown français » s’attaque à l’enfance
    Michel Bussi : Quand le « Dan Brown français » s’attaque à l’enfance

    Dans son dernier roman, Michel Bussi fait éclater la vérité dès le premier chapitre. Avec « Maman a tort », l’auteur de polars le plus lu en France a choisi de donner la parole à un enfant de trois ans que personne ne croit. Parce que son histoire est ahurissante. 

  • Temps glaciaires de Fred Vargas : fi des conventions !
    Temps glaciaires de Fred Vargas : fi des conventions !

    Intrigue décalée et éclatée entre l’Islande, Paris et la Révolution Francaise : quatre ans après « L’Armée furieuse », les retrouvailles avec le commissaire Adamsberg, le personnage fétiche de Fred Vargas, apportent leur lot de réjouissances policières, géographiques et historiques.

Voir tous les articles

Avis (243)

  • Couverture du livre « L'homme à l'envers » de Fred Vargas aux éditions J'ai Lu

    Enidan sur L'homme à l'envers de Fred Vargas

    Ce roman de Fred Vargas se déroule dans la région du Mercantour où nous prenons le risque de croiser le loup garou la nuit. Le Mercantour, terre de mystère et de légende m'a fascinée. La présence du loup est signalée dans le sud de la France où il aurait égorgé de nombreuses brebis, mais il ne...
    Voir plus

    Ce roman de Fred Vargas se déroule dans la région du Mercantour où nous prenons le risque de croiser le loup garou la nuit. Le Mercantour, terre de mystère et de légende m'a fascinée. La présence du loup est signalée dans le sud de la France où il aurait égorgé de nombreuses brebis, mais il ne s'arrêtera pas là, en effet Suzanne, fera également partie des victimes ainsi que des hommes. Ce roman nous plonge dans une région remplie de légendes où le lecteur sera fasciné par le loup, prédateur mythique.

  • Couverture du livre « Pars vite et reviens tard » de Fred Vargas aux éditions J'ai Lu

    Sabine Valverde sur Pars vite et reviens tard de Fred Vargas

    J'aime beaucoup le style d'écriture, la peinture des personnages et la documentation sur le fond. On se plonge dans un monde dont on a bien du mal à sortir avant d'avoir tout lu.

    J'aime beaucoup le style d'écriture, la peinture des personnages et la documentation sur le fond. On se plonge dans un monde dont on a bien du mal à sortir avant d'avoir tout lu.

  • Couverture du livre « Quand sort la recluse » de Fred Vargas aux éditions Flammarion

    Marie Kirzy sur Quand sort la recluse de Fred Vargas

    Si vous aimiez Fred Vargas avant ( ce qui est mon cas ) vous aimerez partir à la poursuite de la recluse en question. Si vous n'aimiez pas avant, vous n'aimerez pas non plus celui-là !
    On est là dans du Fred Vargas ultra vargassien. Tout y est ! Un joyeux salmigondis où on croise des araignées,...
    Voir plus

    Si vous aimiez Fred Vargas avant ( ce qui est mon cas ) vous aimerez partir à la poursuite de la recluse en question. Si vous n'aimiez pas avant, vous n'aimerez pas non plus celui-là !
    On est là dans du Fred Vargas ultra vargassien. Tout y est ! Un joyeux salmigondis où on croise des araignées, des blaps, Magellan, de la garbure, des viols collectifs et des collections de boules à neige … Ben oui.
    Pas de surprise en vue, donc, on peut même assez facilement et précocement deviner qui est le coupable, mais aucune importance . Un Fred Vargas, ça se déguste lentement, comme un bonbon qu'on suçotte en espérant qu'il va durer très longtemps, histoire de profiter pleinement de la qualité de la langue, comme toujours jubilatoire avec des dialogues décalés souvent truculents voyageant en absurdie. Chaque chapitre est un éloge à la digression, à la lenteur, aux méandres de la pensée, à la force de l'intuition, bien loin de beaucoup de polars actuels qui trépident à tout va dans une course folle aux rebondissements.
    Et pourtant, notre cher Adamsberg a maille à partir avec cette épidémie fort inhabituelle de morts attribués à l'araignée recluse. Hypersensitif en mode sismographe à fleur de peau, il sent des microbulles gazeuses se promener dans son cerveau, se croiser, se cogner, le titiller, autant de proto-pensées parfois vacillantes qui vont le conduire à résoudre le mystère . Avec prime, toute sa joyeuse clique enquêtrice, sans surprise, si ce n'est un Danglard très en retrait et un poil rebelle.

Voir tous les avis

Discussions autour de cet auteur