Donna Tartt

Donna Tartt
Après avoir passé une partie de son enfance à combattre la maladie, Donna Tartt commence à écrire Le Maître des illusions à dix-neuf ans, au cours de sa première année à l'université du Mississipi. Bret Easton Ellis est enthousiasmé par les premières pages du manuscrit. Mais ce n'est que huit ans... Voir plus
Après avoir passé une partie de son enfance à combattre la maladie, Donna Tartt commence à écrire Le Maître des illusions à dix-neuf ans, au cours de sa première année à l'université du Mississipi. Bret Easton Ellis est enthousiasmé par les premières pages du manuscrit. Mais ce n'est que huit ans plus tard, en 1991, qu'elle en achève la rédaction. Les droits d'adaptation de ce premier roman sont vendus avant même qu'il soit publié, et le livre, qui connaît un immense succès, est traduit dans plus de dix langues. Son deuxième roman, Le Petit Copain, très attendu, figura dès sa sortie sur les listes de best-sellers aux États-Unis, en Angleterre et en Hollande.

Articles (3)

Voir tous les articles

Avis (41)

  • Couverture du livre « Le maître des illusions » de Donna Tartt aux éditions Pocket

    pascal proust sur Le maître des illusions de Donna Tartt

    Moins bien que "Le chardonneret" que j'ai beaucoup aimé mais ça se lit bien aussi.

    Moins bien que "Le chardonneret" que j'ai beaucoup aimé mais ça se lit bien aussi.

  • Couverture du livre « Le chardonneret » de Donna Tartt aux éditions Plon

    Caro Caro sur Le chardonneret de Donna Tartt

    Theo a treize ans. Adolescent, il bougonne, fait des bêtises. Et c’est justement pour cette dernière raison que ce jour-là, convoqués au collège, sa mère et lui traversent New York. En avance, sa mère décide de s’arrêter au Metropolitan, pour faire découvrir à Theo certaines oeuvres qu’elle aime...
    Voir plus

    Theo a treize ans. Adolescent, il bougonne, fait des bêtises. Et c’est justement pour cette dernière raison que ce jour-là, convoqués au collège, sa mère et lui traversent New York. En avance, sa mère décide de s’arrêter au Metropolitan, pour faire découvrir à Theo certaines oeuvres qu’elle aime beaucoup.

    Theo et sa mère visitent donc le musée, flânant devant les toiles. Theo, subjugué par une jeune fille qui visite elle aussi, semble-t-il avec son grand-père, s’éloigne de sa mère un moment. C’est alors que retentit une formidable explosion. Theo se retrouve dans le noir et la fumée, recouvert de débris. A ses côtés, le vieil homme de tout à l’heure, qui le supplie de prendre sa bague pour la remettre à un ami, et de sauver un minuscule tableau représentant un oiseau. Theo assiste, impuissant, aux derniers instants du vieil homme, prend la bague, décroche le tableau et entreprend de fuir cette salle, de fuir le musée dont il est prisonnier.

    Sans rencontrer âme qui vive, il réussit à sortir et, hébété, court se réfugier chez lui, où il espère retrouver sa mère… Mais celle-ci ne revient pas. Theo se retrouve seul, car son père violent est parti sans laisser d’adresse du jour au lendemain, il y a plus d’un an.

    Après avoir enveloppé et caché le tableau dans sa chambre, il décide alors de se rendre à l’adresse indiquée par le vieil homme…

    Je ne vais pas détailler la suite du récit, car résumer 800 pages n’aurait pas de sens, et gâcherait le suspense très présent dans le roman.

    Ne soyez pas effrayés pas ce roman fleuve ! Ni rebutés par les premières pages, comme je l’ai été. On y découvre un Theo adolescent, peu intéressant, préoccupé par les sujets de son âge, et j’ai en effet trouvé les premières pages un peu ennuyeuses. Mais j’ai poursuivi, et j’ai bien fait Car ce roman est vite devenu passionnant, et même quasi addictif !

    L’histoire se déroule sur une longue période, tournant autour des personnages, Theo mais aussi Pippa la jeune fille du musée, Hobbie, l’associé du vieil homme qui recueillera Theo, et puis Boris, son jeune ami russe complètement déjanté, et shooté. Un autre élément fait figure de personnage à part entière, et de fil conducteur du récit, c’est le tableau de Carel Fabritius, élève de Rembrandt, ce petit oiseau dont la grâce semble toucher même les brutes les plus épaisses.

    On retrouve aussi la lutte constante entre bien et mal, et la douleur lancinante de la perte, qui marque à jamais un destin.

    J’avais entendu beaucoup de bien de ce livre, et je n’ai pas été déçue. C’est une oeuvre magistrale, dans laquelle j’ai pris plaisir à me plonger. La longueur du récit fait qu’on s’installe petit à petit, on a l’impression de devenir vraiment intime avec les personnages, dont les portraits son très fouillés et travaillés avec finesse.

    Une belle lecture, que je recommande.

    https://mesmotsmeslivres.wordpress.com/2018/02/18/le-chardonneret-de-donna-tart/

  • Couverture du livre « Le chardonneret » de Donna Tartt aux éditions Plon

    pascal proust sur Le chardonneret de Donna Tartt

    Un beau livre que j'ai lu avec beaucoup de plaisir

    Un beau livre que j'ai lu avec beaucoup de plaisir

Voir tous les avis

Vidéos (1)

  • Reporter d'un jour : Dominique Sudre vous emmène au Salon du Livre de Paris

Voir toutes les videos

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !

Récemment sur lecteurs.com