Le chardonneret

Couverture du livre « Le chardonneret » de Donna Tartt aux éditions Plon
  • Date de parution :
  • Editeur : Plon
  • EAN : 9782259221863
  • Série : (non disponible)
  • Support : Papier
Résumé:

Qui est Theo ? Que lui est-il arrivé à New York pour qu'il soit aujourd'hui, quatorze ans plus tard, cloîtré dans une chambre d'hôtel à Amsterdam comme une bête traquée ? Qu'est devenu le jeune garçon de treize ans qui visitait des musées avec sa mère et menait une vie de collégien ordinaire ?... Voir plus

Qui est Theo ? Que lui est-il arrivé à New York pour qu'il soit aujourd'hui, quatorze ans plus tard, cloîtré dans une chambre d'hôtel à Amsterdam comme une bête traquée ? Qu'est devenu le jeune garçon de treize ans qui visitait des musées avec sa mère et menait une vie de collégien ordinaire ? D'où vient cette toile de maître, Le Chardonneret, qu'il transporte partout avec lui ?

À la fois roman d'initiation à la Dickens et thriller éminemment moderne, fouillant les angoisses, les peurs et les vices de l'Amérique contemporaine, Le Chardonneret laisse le lecteur essoufflé, ébloui et encore une fois conquis par le talent hors du commun de Donna Tartt.

Donner votre avis

Articles (1)

  • Le Chardonneret de Donna Tartt
    Le Chardonneret de Donna Tartt

    A un rythme de publication qui frôle la décennie, il va sans dire que le nouveau roman de Donna Tartt,  « Le Chardonneret », est très attendu, nous ayant habituée à des best-sellers avec  « Le Maître des illusions » et « Le petit copain ».

Voir tous les articles

Les derniers avis

  • Theo a treize ans. Adolescent, il bougonne, fait des bêtises. Et c’est justement pour cette dernière raison que ce jour-là, convoqués au collège, sa mère et lui traversent New York. En avance, sa mère décide de s’arrêter au Metropolitan, pour faire découvrir à Theo certaines oeuvres qu’elle aime...
    Voir plus

    Theo a treize ans. Adolescent, il bougonne, fait des bêtises. Et c’est justement pour cette dernière raison que ce jour-là, convoqués au collège, sa mère et lui traversent New York. En avance, sa mère décide de s’arrêter au Metropolitan, pour faire découvrir à Theo certaines oeuvres qu’elle aime beaucoup.

    Theo et sa mère visitent donc le musée, flânant devant les toiles. Theo, subjugué par une jeune fille qui visite elle aussi, semble-t-il avec son grand-père, s’éloigne de sa mère un moment. C’est alors que retentit une formidable explosion. Theo se retrouve dans le noir et la fumée, recouvert de débris. A ses côtés, le vieil homme de tout à l’heure, qui le supplie de prendre sa bague pour la remettre à un ami, et de sauver un minuscule tableau représentant un oiseau. Theo assiste, impuissant, aux derniers instants du vieil homme, prend la bague, décroche le tableau et entreprend de fuir cette salle, de fuir le musée dont il est prisonnier.

    Sans rencontrer âme qui vive, il réussit à sortir et, hébété, court se réfugier chez lui, où il espère retrouver sa mère… Mais celle-ci ne revient pas. Theo se retrouve seul, car son père violent est parti sans laisser d’adresse du jour au lendemain, il y a plus d’un an.

    Après avoir enveloppé et caché le tableau dans sa chambre, il décide alors de se rendre à l’adresse indiquée par le vieil homme…

    Je ne vais pas détailler la suite du récit, car résumer 800 pages n’aurait pas de sens, et gâcherait le suspense très présent dans le roman.

    Ne soyez pas effrayés pas ce roman fleuve ! Ni rebutés par les premières pages, comme je l’ai été. On y découvre un Theo adolescent, peu intéressant, préoccupé par les sujets de son âge, et j’ai en effet trouvé les premières pages un peu ennuyeuses. Mais j’ai poursuivi, et j’ai bien fait Car ce roman est vite devenu passionnant, et même quasi addictif !

    L’histoire se déroule sur une longue période, tournant autour des personnages, Theo mais aussi Pippa la jeune fille du musée, Hobbie, l’associé du vieil homme qui recueillera Theo, et puis Boris, son jeune ami russe complètement déjanté, et shooté. Un autre élément fait figure de personnage à part entière, et de fil conducteur du récit, c’est le tableau de Carel Fabritius, élève de Rembrandt, ce petit oiseau dont la grâce semble toucher même les brutes les plus épaisses.

    On retrouve aussi la lutte constante entre bien et mal, et la douleur lancinante de la perte, qui marque à jamais un destin.

    J’avais entendu beaucoup de bien de ce livre, et je n’ai pas été déçue. C’est une oeuvre magistrale, dans laquelle j’ai pris plaisir à me plonger. La longueur du récit fait qu’on s’installe petit à petit, on a l’impression de devenir vraiment intime avec les personnages, dont les portraits son très fouillés et travaillés avec finesse.

    Une belle lecture, que je recommande.

    https://mesmotsmeslivres.wordpress.com/2018/02/18/le-chardonneret-de-donna-tart/

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Un beau livre que j'ai lu avec beaucoup de plaisir

    Un beau livre que j'ai lu avec beaucoup de plaisir

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • On n'ouvre pas ce roman par hasard puisqu'il représente environ 1000 pages .C'est une aventure durable qui nous est présentée de ce fait et l'expression des sentiments sous bien des formes reste à mon sens un des attraits de cette histoire .
    Théo,au cœur de l'adolescence qui est en elle même...
    Voir plus

    On n'ouvre pas ce roman par hasard puisqu'il représente environ 1000 pages .C'est une aventure durable qui nous est présentée de ce fait et l'expression des sentiments sous bien des formes reste à mon sens un des attraits de cette histoire .
    Théo,au cœur de l'adolescence qui est en elle même une tempête émotionnelle ,se retrouve en possession d'un tableau qu'il a dérobé au moment d'un attentat dans un musée ; Attentat qui coutera la vie à sa propre mère ;
    Seul face à ce tableau le jeune Theo connaitra les affres de la possession illégitime en même temps que les tourments de l'abandon .
    On s'attache très vite à ce personnage qu'on voit évoluer au fil des pages et on tombe avec lui dans certains tourments trop violents à juguler en même temps qu'on se laisse bercer par la nonchalance quasi dépressive de la deuxième moitié où les amours restent le fil conducteur en même temps que le tableau.
    C'est vraiment une rencontre et pas seulement une lecture puisque le temps s'allonge avec les événements et la transformation du personnage qu'on voit devenir adulte .
    On ressent un petit moment de vide a la fin de la lecture mais on reste vraiment abasourdi par le poids de ces impressions qu'il nous laisse ...Un roman incontournable

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Long récit initiatique, Le chardonneret nous raconte, sans assez d'ellipse, l'itinéraire tourmenté de Théo Decker depuis la mort de sa mère. Par cette histoire classique d'un vol de tableau et ses conséquences imprévues, dans un style effacé, Donna Tartt livre une réflexion plutôt fine sur...
    Voir plus

    Long récit initiatique, Le chardonneret nous raconte, sans assez d'ellipse, l'itinéraire tourmenté de Théo Decker depuis la mort de sa mère. Par cette histoire classique d'un vol de tableau et ses conséquences imprévues, dans un style effacé, Donna Tartt livre une réflexion plutôt fine sur l'usurpation au cœur de nos existences et sur les secours ambivalents de l'art seuls à mêmes de brouiller la frontière entre le bien et le mal.

    https://viduite.wordpress.com/2017/07/02/le-chardonneret-donna-tartt

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Un très beau roman foisonnant. Nous nous attachons au jeune Theo qui vit un traumatisme dès le début du roman. Sa vie sera inextricablement lié à une oeuvre d'art le chardonneret. Seul bémol les 300 dernières pages, j'ai décroché à un moment donné ayant l'impression que l'auteur tournait en...
    Voir plus

    Un très beau roman foisonnant. Nous nous attachons au jeune Theo qui vit un traumatisme dès le début du roman. Sa vie sera inextricablement lié à une oeuvre d'art le chardonneret. Seul bémol les 300 dernières pages, j'ai décroché à un moment donné ayant l'impression que l'auteur tournait en rond. Cela, n'enlève en rien la qualité littéraire de ce roman et la force de l'histoire.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Le Chardonneret est une incroyable épopée littéraire.

    Donna Tartt nous entraîne dans une histoire hors du commun : celle de Théo, collégien de 13 ans qui menait une vie normale jusqu'à ce jour... Ce jour où il se rend au musée avec sa mère, et où une bombe explose.

    Cherchant désespérément...
    Voir plus

    Le Chardonneret est une incroyable épopée littéraire.

    Donna Tartt nous entraîne dans une histoire hors du commun : celle de Théo, collégien de 13 ans qui menait une vie normale jusqu'à ce jour... Ce jour où il se rend au musée avec sa mère, et où une bombe explose.

    Cherchant désespérément sa mère au milieu des gravats, sonné par la violence du choc, Théo se retrouve au chevet d'un vieil homme qu'il ne connait pas et qu'il accompagne dans son dernier souffle - qui lui soufflera justement d'emporter avec lui cette pièce d'exception, ce tout petit tableau, chef d'oeuvre d'un grand peintre hollandais et qui a incroyablement "survécu" à l'explosion : le Chardonneret.

    Durant les années qui vont suivre, le tableau va devenir le meilleur ami ET le pire ennemi de Théo, incapable de s'en débarrasser mais vivant sans répit dans la hantise de se faire accuser du vol du chef d'oeuvre.

    Au fil des pages du roman, Théo va intégrer l'atelier de Hobart qui deviendra comme un second père pour lui et lui enseignera le métier d'antiquaire, Il partira rejoindre son père biologique, sorti de sa vie depuis plusieurs années, à Las Vegas où il fera la rencontre de Boris qui deviendra son meilleur ami et tiendra un rôle central dans le dénouement de cette histoire.
    Tour à tour sage et hystérique, heureux et dépressif, insouciant et hyper conscient, Théo tentera de sortir de son traumatisme et de se reconstruire une vie. Mais y parviendra-t'il... ?

    Je me suis laissée prendre par l'histoire, les personnages souvent glauques mais toujours attachants, les multiples rebondissements de ce roman.
    Donna Tartt réussit, dans un style littéraire complexe mais hyper maîtrisé, à nous plonger au coeur de la tourmente.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Théo est à l'image du sujet du tableau qui l'a volé : prisonnier, un fil à la patte. 1100 pages autour d'une obsession artistique, une vie qui tourne autour d'une oeuvre et de son mystère. L'auteur a mis 10 ans à écrire son chef-d'oeuvre et on la croit volontiers. Au-delà de l'intrigue, ce qui...
    Voir plus

    Théo est à l'image du sujet du tableau qui l'a volé : prisonnier, un fil à la patte. 1100 pages autour d'une obsession artistique, une vie qui tourne autour d'une oeuvre et de son mystère. L'auteur a mis 10 ans à écrire son chef-d'oeuvre et on la croit volontiers. Au-delà de l'intrigue, ce qui fascine le plus, c'est la précision, la multitude des détails dans la description des actions et des pensées du héros. C'est un roman hybride, entre quête personnelle, polar et saga, c'est ce qui le rend unique et parfois, bancale. J'avoue m'être un peu ennuyé du côté de Las Vegas et me demander si les crimes du final justifiaient un si grand détour par le désert. Je remercie l'auteur de ne pas avoir fini sur une histoire d'amour appropriée. Il est clair que son amour de l'Europe et de sa production littéraire et picturale l'en empêchait. On dira ce qu'on voudra, ce roman est une prouesse, moins par sa longueur, que par sa capacité à hypnotiser le lecteur.
    J'ai relevé une phrase que j'ai adorée, vers la toute fin du roman : "la coïncidence est juste la façon dont Dieu reste anonyme". Rien que pour ça, merci!

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Livre 5 étoiles ...le meilleur de Donna TArtt le plus abouti ! Ne Vous laissez pas intimider par le nombre de pages , une fois ce livre ouvert vous aurez du mal à en sortir et ses héros vous accompagneront encore longtemps quand vous l aurez refermé..chef d œuvre donc

    Livre 5 étoiles ...le meilleur de Donna TArtt le plus abouti ! Ne Vous laissez pas intimider par le nombre de pages , une fois ce livre ouvert vous aurez du mal à en sortir et ses héros vous accompagneront encore longtemps quand vous l aurez refermé..chef d œuvre donc

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Mais quel livre !

    On suit pendant plusieurs années Théo Decker (et bien d'autre personnages), marqué trop tôt par un drame qui aura des conséquences tout au long de sa vie.

    Un roman d'initiation remarquable de par son intensité, où la beauté de l'Art et l'horreur des travers de la société...
    Voir plus

    Mais quel livre !

    On suit pendant plusieurs années Théo Decker (et bien d'autre personnages), marqué trop tôt par un drame qui aura des conséquences tout au long de sa vie.

    Un roman d'initiation remarquable de par son intensité, où la beauté de l'Art et l'horreur des travers de la société américaine, occidentale se confrontent.
    J'y ai vu également une réflexion des plus intéressantes sur l'obsession et la rédemption.

    Un tableau dans le tableau captivant, servi par une écriture minutieuse (la traduction est très réussie).

    Je pense que c'est un livre capital dans son genre.
    Je pense donc que l'on parler de chef d'oeuvre, oui.

    Ma chronique complète sur https://arthemiss.com/le-chardonneret-de-donna-tartt/

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • J'ai placé ce livre au sommet de mes lectures préférées, et je sais que j'ai eu raison. Voilà plusieurs fois que je le lis, le relis, le lis en anglais, le re-relis, sans jamais m'ennuyer. Donna Tartt est le seul écrivain que je connaisse (contemporain hein, n'oublions pas les génies classiques)...
    Voir plus

    J'ai placé ce livre au sommet de mes lectures préférées, et je sais que j'ai eu raison. Voilà plusieurs fois que je le lis, le relis, le lis en anglais, le re-relis, sans jamais m'ennuyer. Donna Tartt est le seul écrivain que je connaisse (contemporain hein, n'oublions pas les génies classiques) capable de rendre aussi vivant quelques mots dans un livre. Ses personnages sont tous profonds, surtout pas caricaturés ou exagérés ou n'importe quoi d'autre qui me dégoute très facilement d'une plume. Ici, les personnages sont uniques et prennent tellement d'importance que l'intrigue passe en second plan.
    De plus, l'ambiance est très bonne (beaucoup moins que dans son roman Le Petit Copain qui est une petite merveille en terme d'ambiance avec le désert, la chaleur et le vrombissement sourd de la drogue) même si lors de ma première lecture (j'étais peut-être un peu jeune et peu habituée aux longs passages de description ou de détails) ce côté ne m'a pas marqué. À treize ans on demande autre chose d'une lecture ; mais arrivé au milieu du livre, dès la rencontre avec Boris qui est des personnages les plus élaboré que j'ai jamais croisé dans un roman, j'ai eu le déclic et tout le reste s'est lu avec une facilité déconcertante.
    En bref, je pense que Donna Tartt me comblera toujours. J'ai eu un peu de mal avec la traduction assez mauvaise de son premier roman, mais comme toujours son talent surpasse les points négatifs et j'ai sans arrête envie de relire certains passages du Chardonneret ; quelques lignes ou un certain paragraphe, ou un dialogue. Je donne cinq étoiles parce que ce livre remplie toutes les demandes que j'attends d'un roman aussi long : les personnages, l'ambiance, la description, les dialogues, la philosophie. Et ici avec en plus l'Art.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
Voir tous les avis

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Discussions autour de ce livre

Forum

Afficher plus de discussions

Récemment sur lecteurs.com