Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Clotilde Bruneau

Clotilde Bruneau
Clotilde Bruneau a scénarisé les albums Charlemagne et Soliman le Magnifique dans la collection « Ils ont fait l'Histoire », ainsi que plusieurs albums de la série Le Petit Prince en bande dessinée. Réside en Île-de-France.

Avis sur cet auteur (20)

  • add_box
    Couverture du livre « Hippolyte » de Clotilde Bruneau et Carole Chaland aux éditions Vents D'ouest

    Bd.otaku sur Hippolyte de Clotilde Bruneau - Carole Chaland

    No man’s land

    La scénariste Clotilde Bruneau qui s’était fait remarquer sur la série « La Sagesse des mythes » met à profit sa connaissance de la mythologie pour revisiter, à sa façon, le mythe des Amazones. Le lien avec l’histoire antique est d’emblée souligné en 4eme de couverture de...
    Voir plus

    No man’s land

    La scénariste Clotilde Bruneau qui s’était fait remarquer sur la série « La Sagesse des mythes » met à profit sa connaissance de la mythologie pour revisiter, à sa façon, le mythe des Amazones. Le lien avec l’histoire antique est d’emblée souligné en 4eme de couverture de l’album par l’article factice de dictionnaire qui est mis en exergue : « du grec ancien Hippolutos : « qui délie » ou « qui dompte les chevaux » 1. Reine des Amazones, fille d’Arès 2. Ancienne ville minière d’Arizona habitée exclusivement par des femmes ».

    On retrouve en effet dans les héroïnes des caractéristiques des amazones antiques : elles vivent au bord d’une rivière (le fleuve Thermodon dans l’Antiquité) ; ce sont des cavalières émérites ; elles vivent sans hommes et en disposent comme elles le veulent (la relation entre Victoria et le jeune télégraphiste) ; enfin, elles organisent leurs vies autour de la chasse et de la guerre et leurs « reines » connaissent un destin tragique.
    Mais la grande originalité de cette bande dessinée c’est d’avoir fusionné cet univers mythologique antique avec une mythologie des temps modernes : celle du western.

    Cowgirls’ power

    Dans la distribution quasi exclusivement féminine (les hommes meurent rapidement et sont au mieux réduits à des seconds rôles !) on retrouve les archétypes du film de genre : Victoria, la brune taciturne cheffe de guerre ; Jo, la métisse ; Abby la doyenne alcoolique, Augustina la jeune blanc bec impatiente et imprudente et puis bien sûr celle par qui le malheur arrive : l’ex-rivale revenue de nulle part aux motivations bien complexes…
    Les décors sont eux aussi bien familiers : une ville fantôme ; une ville minière en pleine récession avec son général store, son saloon, son bureau de poste et ses habitants abrutis par la chaleur et l’alcool ; d’immenses étendues désertiques.

    On reconnaît enfin des scènes obligées : des filatures par un chasseur de primes, des scènes de beuverie, des attaques de diligence et des embuscades dans une mise en scène qui rend une fois encore hommage aux grands westerns.

    On trouve ainsi dans l’album des plans d’ensemble en plongée dans de superbes pleine pages aux tons orangés ; un travelling avant magnifique dans la double première page qui semble sortie tout droit de « il était une fois dans l’Ouest », de nombreux inserts, des plans américains à n’en plus finir… Bref la grammaire du genre est parfaitement maîtrisée par Carole Chaland dont c’est la première incursion en bande dessinée mais qui a travaillé dans l’illustration et le jeu vidéo et ça se voit pour les scènes d’actions dans lesquelles le mouvement est parfaitement rendu ! On notera également une attention particulièrement soignée au graphisme des onomatopées qui donne un grand dynamisme aux pages.

    Histoires de femmes

    Les femmes dans le western sont à la mode : on pensera dans une veine parodique (voire trash !) à la « Perdy » de Kickliy ou encore aux cowgirls du « Mondo reverso » de Bertail et Le Gouefflec ainsi qu’ à l’Emily vengeresse de « La Venin » de Laurent Astier dans une veine plus classique ; mais c’est la première fois que deux jeunes femmes sont aux crayons !

    On perçoit ainsi une profondeur dans les portraits féminins qu’on n’avait pas forcément dans les ouvrages précédents (le Astier excepté). Même si cette société matriarcale est très hiérarchisée, que des inimitiés existent et qu’elles sont tout sauf feutrées, les décisions sont prises à la majorité et toutes sont réunies par un idéal commun : ne plus dépendre des hommes et récuser la soumission. Ceci acquiert une résonnance particulière dans le contexte actuel et renvoie aux questionnements sur la place de la femme dans la société. En ce sens, cet album peut être rapproché d’une autre bande dessinée : le célèbre comics « Wonder woman » dont le premier volume, paru en 1941, avait pour but de permettre l’identification des jeunes lectrices à la princesse Diana fille d’Hippolyte reine des Amazones (tiens, tiens… ) qui quittait son île paradisiaque pour faire régner la justice et aider l’Amérique. Cette troisième mythologie du comic et des super héros apparait en filigrane dans le façonnage de l’album : le sertissage de certaines planches de gris foncé et de noir, le gaufrier où parfois les vignettes se multiplient et se réduisent, les trames apparentes et les couleurs tranchées.

    Mais dans « Hippolyte » les femmes ne sont pas des super héroïnes et leur intérêt naît, au contraire, de leurs travers, de leurs faiblesses, de leurs secrets de famille. Et c’est d’ailleurs la seule frustration qu’on a dans l’album : on a parfois l’impression que certains personnages sont trop rapidement expédiés et même réduits parfois à l’état de silhouettes (même si là encore on doit saluer le remarquable travail d’individualisation effectué par Carole Chaland qu’on peut d’ailleurs admirer dans les pages de chara design du cahier graphique final). On aimerait vraiment les voir développés et comprendre davantage les raisons qui les ont fait venir à Hippolyte. Ce sera peut-être le cas : les autrices évoquent leur volonté de se replonger dans cet univers en créant des « spin-offs » qui développeraient certaines des héroïnes.

    Il ne reste plus qu’à souhaiter que cet album rencontre le succès qu’il mérite pour que ce beau duo d’autrices se reforme rapidement !

  • add_box
    Couverture du livre « Prométhée et la boîte de Pandore » de Luc Ferry et Clotilde Bruneau et Didier Poli et Giuseppe Baiguera et Simon Champelovier aux éditions Glenat

    L.B. sur Prométhée et la boîte de Pandore de Luc Ferry - Clotilde Bruneau - Didier Poli - Giuseppe Baiguera - Simon Champelovier

    J'ai redécouvert avec plaisir le mythe de Prométhée grâce à ce nouvel opus qui parvient à synthétiser, de manière cohérente, les différentes sources littéraires qui lui ont donné naissance. Je ne pensais pas me retrouver à réfléchir aux origines de l'écologie en refermant ce tome et avec l'envie...
    Voir plus

    J'ai redécouvert avec plaisir le mythe de Prométhée grâce à ce nouvel opus qui parvient à synthétiser, de manière cohérente, les différentes sources littéraires qui lui ont donné naissance. Je ne pensais pas me retrouver à réfléchir aux origines de l'écologie en refermant ce tome et avec l'envie de me plonger sur la dimension philosophique de cette question d'actualité. Preuve en est que les mythes grecs mènent à tout, ou presque et qu'ils n'ont pas fini de nous enseigner. Cette belle réalisation sous forme de BD, le prouve et en rend la lecture, comme la redécouverte, particulièrement plaisante. Peut-être un peu trop courte, toutefois.

  • add_box
    Couverture du livre « L'Iliade T.3 ; la chute de Troie » de Luc Ferry et Pierre Taranzano et Clotilde Bruneau aux éditions Glenat

    L.B. sur L'Iliade T.3 ; la chute de Troie de Luc Ferry - Pierre Taranzano - Clotilde Bruneau

    Ce troisième opus clôt une saga où le lecteur peut découvrir ou redécouvrir la richesse graphique de ce texte devenu mythique qu'est l'Iliade. L'accompagnement des réflexions et explications philosophiques de Luc Ferry en fin de tome est particulièrement efficace et complète bien cette lecture...
    Voir plus

    Ce troisième opus clôt une saga où le lecteur peut découvrir ou redécouvrir la richesse graphique de ce texte devenu mythique qu'est l'Iliade. L'accompagnement des réflexions et explications philosophiques de Luc Ferry en fin de tome est particulièrement efficace et complète bien cette lecture tout en donnant des pistes de réflexion à ceux qui désireraient aller plus loin. J'ai, pour ma part, désormais très envie de redécouvrir l'Odyssée de ce personnage fascinant qu'est Ulysse avec la série de tomes qui lui est consacrée dans la même édition.

  • add_box
    Couverture du livre « L'Iliade T.2 ; la guerre des dieux » de Luc Ferry et Pierre Taranzano et Clotilde Bruneau aux éditions Glenat

    L.B. sur L'Iliade T.2 ; la guerre des dieux de Luc Ferry - Pierre Taranzano - Clotilde Bruneau

    Luc Ferry et son équipe poursuivent sur leur lancée avec cette saga qui rend l'Iliade et les textes grecs accessibles au plus grand nombre. Si le lecteur peut parfois regretter la brièveté du scénario, il reste facilement happé par la beauté de ces pages que l'on feuillette avec plaisir.

    Luc Ferry et son équipe poursuivent sur leur lancée avec cette saga qui rend l'Iliade et les textes grecs accessibles au plus grand nombre. Si le lecteur peut parfois regretter la brièveté du scénario, il reste facilement happé par la beauté de ces pages que l'on feuillette avec plaisir.

Thèmes en lien avec Clotilde Bruneau

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !