Anna Gavalda

Anna Gavalda
Après avoir grandi en Eure-et-Loir dans une atmosphère folklorique, Anna Gavalda est envoyée en pension, à quatorze ans, à la suite de la séparation de ses parents. Elle suit une hypokhâgne et obtient une maîtrise de Lettres à la Sorbonne. De nombreux petits boulots (serveuse, caissière... ) occu... Voir plus
Après avoir grandi en Eure-et-Loir dans une atmosphère folklorique, Anna Gavalda est envoyée en pension, à quatorze ans, à la suite de la séparation de ses parents. Elle suit une hypokhâgne et obtient une maîtrise de Lettres à la Sorbonne. De nombreux petits boulots (serveuse, caissière... ) occupent son temps tandis qu'elle souhaite faire du journalisme et envoie sa candidature à 'Madame Figaro'. Elle y témoigne pour un dossier sur les enfants de parents divorcés. Profitant du calme de la Seine-et-Marne, elle cumule les métiers de chroniqueuse pour le cahier Paris-Ile-de-France du 'Journal du Dimanche', de professeur de français, d'assistante-vétérinaire et de maman de deux enfants. Cette jeune femme dynamique au style piquant, sincère et savoureux reçoit le grand Prix R.T.L. - Lire pour son premier recueil de nouvelles 'Je voudrais que quelqu'un m'attende quelque part' en 1999. Délicieux mélange de simplicité, de merveilleuses et tragiques vérités quotidiennes, ce titre ne quitte pas les classements des meilleures ventes pendant des mois et est traduit dans une trentaine de langues. Elle s'essaie les années suivantes à de nouveaux styles, écrit son premier roman et un livre pour enfant. C'est durant l'été 2003 qu'elle commence à travailler sur son quatrième titre, un nouveau roman, 'Ensemble, c'est tout'.

Articles en lien avec Anna Gavalda (3)

Avis sur cet auteur (269)

  • add_box
    Couverture du livre « Billie » de Anna Gavalda aux éditions Le Dilettante

    Manika sur Billie de Anna Gavalda

    Billie se retrouve blessée au coté de son ami de toujours Franck qu'elle croit à l'agonie. Moment qu'elle occupe avec la nuit qui arrive en se confiant à sa petite étoile en faisant le point sur sa vie.

    Alors qu'elle a grandi dans un milieu plutôt démuni, Franck vivait dans une famille ...
    Voir plus

    Billie se retrouve blessée au coté de son ami de toujours Franck qu'elle croit à l'agonie. Moment qu'elle occupe avec la nuit qui arrive en se confiant à sa petite étoile en faisant le point sur sa vie.

    Alors qu'elle a grandi dans un milieu plutôt démuni, Franck vivait dans une famille favorisée mais tous les deux sont cabossés et vont s'épauler l'un l'autre tout au long de leur vie.

    De la naissance de leur amitié presque sur un malentendu à ce moment de grâce où Franck lui fera une belle surprise, nous écoutons les confidence de Billie, parfois un peu larmoyante, parfois drôle dans un langage quasi parlé, où elle nous prend à témoin.

    J'ai eu du mal à entrer dans ce roman, je ne comprenais pas vraiment où l'auteur voulait nous emmener. Le final est assez réussi mais il se mérite le reste est un peu trop lent et plat à mon gout.

  • add_box
    Couverture du livre « Je voudrais que quelqu'un m'attende quelque part » de Anna Gavalda aux éditions J'ai Lu

    Unplatdelivres sur Je voudrais que quelqu'un m'attende quelque part de Anna Gavalda

    Ces nouvelles sont apparues en 1999, elles ont eu un franc succès à l'époque! Tant mieux pour l'auteure ! Je ne les découvre que maintenant par le biais de @lecteur.com .
    Je n'adhère pas du tout à ce style de nouvelles, elles relatent le quotidien de tout un chacun, un quotidien morose où rien...
    Voir plus

    Ces nouvelles sont apparues en 1999, elles ont eu un franc succès à l'époque! Tant mieux pour l'auteure ! Je ne les découvre que maintenant par le biais de @lecteur.com .
    Je n'adhère pas du tout à ce style de nouvelles, elles relatent le quotidien de tout un chacun, un quotidien morose où rien ne se passe vraiment. A part 2 ou 3 nouvelles que j'ai trouvé acceptables, les autres ne m'ont pas plues. C'est trop plat, ennuyeux !
    Cet avis n'engage que moi biensur.

  • add_box
    Couverture du livre « Je voudrais que quelqu'un m'attende quelque part » de Anna Gavalda aux éditions J'ai Lu

    Ellexa sur Je voudrais que quelqu'un m'attende quelque part de Anna Gavalda

    Je lis rarement des recueils de nouvelles. Cependant j'ai particulièrement apprécié celui-ci.
    Des nouvelles toutes très différentes, touchantes, drôles ou cruelles. Elles génèrent parfois un sentiment déroutant car elles touchent à l'intime, à des situations vécues, parfois un ressenti parfois...
    Voir plus

    Je lis rarement des recueils de nouvelles. Cependant j'ai particulièrement apprécié celui-ci.
    Des nouvelles toutes très différentes, touchantes, drôles ou cruelles. Elles génèrent parfois un sentiment déroutant car elles touchent à l'intime, à des situations vécues, parfois un ressenti parfois de ridicule, de honte, mais surtout d'émotion.
    L'écriture est fluide et légère, appuie là où ça fait mal et les personnages sont très attachants.
    L'auteure sait trouver la poésie des situations de vies ordinaires, ou extraordinaires !
    Je recommande pour ceux qui voudraient prendre un bon bol d'air, ce recueil de 12 tranches de vies, des nouvelles très courtes, idéal pour lire lorsque nous n'avons pas beaucoup de temps.

  • add_box
    Couverture du livre « Je voudrais que quelqu'un m'attende quelque part » de Anna Gavalda aux éditions J'ai Lu

    Root sur Je voudrais que quelqu'un m'attende quelque part de Anna Gavalda

    Parfois, on n’aime pas sans trop savoir pourquoi. Trop de ceci, pas assez de cela… Je gardais un bon souvenir d’Ensemble, c’est tout, de sa fraîcheur et de sa simplicité, et je m’attendais à retrouver ces impressions dans Je voudrais que quelqu’un m’attende quelque part, recueil de douze...
    Voir plus

    Parfois, on n’aime pas sans trop savoir pourquoi. Trop de ceci, pas assez de cela… Je gardais un bon souvenir d’Ensemble, c’est tout, de sa fraîcheur et de sa simplicité, et je m’attendais à retrouver ces impressions dans Je voudrais que quelqu’un m’attende quelque part, recueil de douze nouvelles, mais pas du tout. Et je sais précisément ce qui m’a tant déplu dans chacun de ces textes : le manque de naturel.
    J’apprécie les personnages dont on oublie qu’ils sont fictifs, qui, par leur vision des choses, leur caractère, se placent en points de repère dans une histoire. Ici, l’auteur en fait trop. Qu’il s’agisse de leur langage, de leurs réactions, ils m’ont tous agacée. Leurs remarques sont poussives, leur attitude excessive jusqu’à la caricature, les descriptions théâtrales. Cela ôte tout le charme de ces petites histoires, ces brèves tranches de vie focalisées sur un événement ordinaire.

    Les situations dans lesquelles sont plongés les personnages sont évocatrices et parleront à bon nombre d’entre nous, mais je n’ai pas pu éprouver une quelconque sympathie pour eux. Je n’ai pas eu le sentiment d’occuper un rôle privilégié en découvrant une part de leur intimité tant celle-ci semble étalée au grand jour. Tiens, je mets le doigt sur quelque chose : il y a peut-être un certain voyeurisme qui m’a dérangée, et un manque de réalisme qui tend vers un feel good – genre que je ne lis pas – indigeste. Où sont les émotions auxquelles je m’attendais ? (Seule la deuxième nouvelle aurait pu sortir du lot… sans son côté too much.) Qu’est-ce qui a pu m’induire en erreur ? Je crains que ce rendez-vous sonne comme mon dernier avec l’auteur.