Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

35 kilos d'espoir

Couverture du livre « 35 kilos d'espoir » de Frederic Rebena et Anna Gavalda aux éditions Bayard Jeunesse
Résumé:

Grégoire déteste l'école. Il la déteste si bien qu'en sixième, il a déjà redoublé deux fois. Ce qu'aime Grégoire, c'est le bricolage. Tous les bricolages. A treize ans, il sait percer, scier, décoller du papier peint à la vapeur, démonter le moteur d'une tondeuse en panne... Il a déjà inventé,... Voir plus

Grégoire déteste l'école. Il la déteste si bien qu'en sixième, il a déjà redoublé deux fois. Ce qu'aime Grégoire, c'est le bricolage. Tous les bricolages. A treize ans, il sait percer, scier, décoller du papier peint à la vapeur, démonter le moteur d'une tondeuse en panne... Il a déjà inventé, entre autres choses, une machine à éplucher les bananes et des chaussures à talon déplaçable pour marcher en montagne...
Car Grégoire n'est pas idiot, loin s'en faut. Il est seulement nul à l'école, allez savoir pourquoi. Ses parents aimeraient bien l'aider, mais ils passent plus de temps à se chamailler qu'à s'occuper réellement de leur fils. Le seul qui l'écoute vraiment, c'est son grand père Léon. Un bricoleur de génie lui aussi. Dès qu'il le peut, Grégoire court le rejoindre dans son cabanon, au fond du jardin. Là, il peut enfin oublier le cauchemar de l'école et sa solitude. Le vieil homme ne lui demande rien et Grégoire peut s'adonner sans retenue à sa passion.
Quand Grégoire est renvoyé du collège, pourtant, Léon se fâche. Il refuse de bricoler avec son petit-fils et lui explique que s'il ne sait pas lire, écrire, compter correctement, il n'arrivera à rien. D'abord, Grégoire ne comprend pas. Il a l'impression que son grand-père l'abandonne, à son tour. Mais petit à petit, grâce à l'amour parfois maladroit du vieil homme, il comprendra qu'il lui faut sortir de l'enfance, et que grandir impose des sacrifices, des batailles parfois difficiles, comme celle qu'il devra livrer en pension, pour devenir quelqu'un, alors que Léon, loin de lui et de plus en plus malade, tombera dans le coma...
Un roman dense et bouleversant. Anna Gavalda n'a pas son pareil pour dire sans artifice les émotions et les sentiments les plus forts.

Quatrième de couverture Grégoire déteste l'école, si fort qu'en sixième il a déjà redoublé deux fois. Le seul endroit qu'il aime, son refuge, c'est le cabanon de son grand-père Léon, avec qui il passe des heures à bricoler.
Quand Grégoire est renvoyé du collège, pourtant, Léon est furieux. II renonce à consoler son petit-fils et lui refuse sa protection. II est temps, peut-être, que Grégoire accepte de grandir...

Donner votre avis

Avis (6)

  • Grégoire, surnommé Toto par son grand père Léon, déteste l’école, depuis toujours. Depuis son premier jour de maternelle, il en a fait le tour et ne veut plus y aller, au grand dam de ses parents qui n’en peuvent plus de ses notes catastrophiques et de ses échecs.

    Car Grégoire a déjà redoublé...
    Voir plus

    Grégoire, surnommé Toto par son grand père Léon, déteste l’école, depuis toujours. Depuis son premier jour de maternelle, il en a fait le tour et ne veut plus y aller, au grand dam de ses parents qui n’en peuvent plus de ses notes catastrophiques et de ses échecs.

    Car Grégoire a déjà redoublé deux fois, et n’a rien trouvé de mieux que de se faire renvoyer, pour des problèmes de comportement… Rien ne l’intéresse à l’école, les cours semblent ressortir de sa tête aussitôt entrés, et même en sport il n’est pas bien fort. A la maison ce n’est pas mieux, ses parents, dont il perçoit bien qu’ils ne s’entendent plus, semblent prendre prétexte de ses erreurs et de ses mauvaises notes pour se déchirer encore plus.

    A cours de solution, ses parents l’inscrivent bientôt dans un collège du quartier, le seul qui a bien voulu l’accueillir. Mais Grégoire semble se laisser encore plus couler… Et cette fois, c’est son grand-père Léon qui se fâche, lui qui l’a toujours défendu, qui lui a offert ses plus beaux moments, à bricoler ensemble dans son cabanon, la coupe est pleine, Grégoire a treize ans et il faut qu’il se ressaisisse !

    Et si la pension était la solution ? L’idée est proposée par Léon, les parents de Grégoire finissent par s’y résoudre, mais quel établissement va bien vouloir de lui ? Cette fois c’est Grégoire qui propose un collège, il avait gardé en tête l’image d’un prospectus où on voyait des élèves dans une serre, devant un établi, mais l’établissement recrute sur dossier, et avec les notes et les appréciations qu’il a c’est fichu d’avance ! Alors Léon lui suggère d’oublier ses fautes d’orthographe et de laisser parler son coeur pour écrire à la directrice. Bingo, il est admis, à condition de passer des tests… Alors que son grand-père est à l’hôpital, car sa santé décline, c’est lui qui donne encore une fois la force à Grégoire de se surpasser et de réussir !

    Maintenant, Grégoire se bat pour surpasser ses difficultés, pour trouver de l’intérêt à ses cours. Son grand-père lui a permis de trouver une solution, alors c’est à son tour de lui prouver qu’il est fort et jeune et qu’il en veut, et de lui insuffler, en pensée, toute la force de sa jeunesse pour qu’il se rétablisse !

    J’ai trouvé ce récit très émouvant. On y découvre Grégoire, un ado complètement démotivé, entouré d’adultes désarmés devant son inadaptation au système scolaire (ou est-ce l’inverse…). Seul son grand-père semble mesurer ses capacités, et voir en lui le potentiel, sous réserve qu’il veuille bien se donner la peine de faire des efforts ! On y perçoit les sentiments contradictoires de chacun, les difficultés, les espoirs aussi. Enfin je trouve le plus important, c’est que l’auteure passe bien le double message, pour les jeunes, qu’il faut croire en soi et ne pas baisser les bras, et pour les adultes qu’il faut croire en son enfant et l’aider à trouver sa voie.

    Un joli livre, plein de douleurs mais aussi de douceur, à lire en famille pour le plaisir bien sûr, mais aussi pourquoi pas pour évoquer les difficultés scolaires et réfléchir ensemble.

    https://mesmotsmeslivres.wordpress.com/2018/12/19/35-kilos-despoir/

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Une belle histoire, courte et plutôt simple, mais un très bon moment de passer avec Grégoire et ses petits tracas d'adolescent :)

    Une belle histoire, courte et plutôt simple, mais un très bon moment de passer avec Grégoire et ses petits tracas d'adolescent :)

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Il y a quelques temps, j’ai vu en film à la télé qui m’avait touchée et dont je me souviens bien, ce qui n’est pas toujours le cas.
    Ces derniers jours, dans la chambre de ma petite-fille, je vois un livre d’Anna Gavalda : 35 kilos d’espoir. Tiens ! Elle écrit pour les enfants ! Curieuse, je...
    Voir plus

    Il y a quelques temps, j’ai vu en film à la télé qui m’avait touchée et dont je me souviens bien, ce qui n’est pas toujours le cas.
    Ces derniers jours, dans la chambre de ma petite-fille, je vois un livre d’Anna Gavalda : 35 kilos d’espoir. Tiens ! Elle écrit pour les enfants ! Curieuse, je commence à lire et quelle n’est pas ma surprise de constater que le fameux film était une adaptation de ce livre.
    Je connaissais donc l’histoire, celle de ce jeune garçon qui détestait l’école mais adorait bricoler avec son cher grand-père, « grand-Léon »
    Anna Gavalda a su trouver les mos justes pour parler aux plus jeunes : langage, sentiments, humour, révoltes, impuissance…..
    Bref, j’ai passé un excellent moment à retrouver ces personnages et ma petite-fille a beaucoup aimé aussi.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.