Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Anais Llobet

Anais Llobet

Anaïs LLobet est journaliste. En poste à Moscou pendant cinq ans, elle a suivi l'actualité russe et effectué plusieurs séjours en Tchétchénie, où elle a couvert notamment la persécution d'homosexuels par le pouvoir local. Elle est l'auteure d'un roman, Les Mains lâchées (2016). Son deuxième roman...

Voir plus

Anaïs LLobet est journaliste. En poste à Moscou pendant cinq ans, elle a suivi l'actualité russe et effectué plusieurs séjours en Tchétchénie, où elle a couvert notamment la persécution d'homosexuels par le pouvoir local. Elle est l'auteure d'un roman, Les Mains lâchées (2016). Son deuxième roman "Des hommes couleur de ciel" (2019), qui raconte le destin d'un jeune homosexuel tchétchène, a reçu le prix Étonnants Voyageurs-Ouest France.

Articles en lien avec Anais Llobet (3)

Avis sur cet auteur (71)

  • add_box
    Couverture du livre « Au café de la ville perdue » de Anais Llobet aux éditions L'observatoire

    Joëlle Guinard sur Au café de la ville perdue de Anais Llobet

    https://leslivresdejoelle.blogspot.com/2022/05/au-cafe-de-la-ville-perdue-danais-llobet.html

    Ariana a grandi à l'ombre du 14, rue Ilios à Varosha, destination de rêve avec sa grande baie de sable fin et ses hôtels de luxe. Sa famille a perdu cette maison pendant l'invasion de Chypre en 1974,...
    Voir plus

    https://leslivresdejoelle.blogspot.com/2022/05/au-cafe-de-la-ville-perdue-danais-llobet.html

    Ariana a grandi à l'ombre du 14, rue Ilios à Varosha, destination de rêve avec sa grande baie de sable fin et ses hôtels de luxe. Sa famille a perdu cette maison pendant l'invasion de Chypre en 1974, lorsque l'armée turque a, du jour au lendemain, vidé de ses habitants et ceinturé de barbelés Varosha la transformant en ville fantôme. Des milliers de réfugiés ont alors été relogés à Nicosie.

    Tandis qu'elle débarrasse les tables du café de son père, elle remarque une jeune femme en train d'écrire. L'étrangère a pour projet d'écrire un livre sur Varosha pour laquelle elle éprouve une véritable fascination, elle trouve son inspiration dans l'ambiance et l'observation des habitués du café mais bute contre les mots : la ville, impénétrable, ne se laisse pas approcher.

    Au même moment, Ariana apprend que son père a décidé de vendre la maison familiale. Sa stupeur est grande, d'autant plus que c'est dans cette demeure qu'ont vécu Ionnis et Aridné, ses grands-parents. Se défaire de cet héritage, n'est-ce pas un peu renier leur histoire ? Car Ionnis était chypriote grec, Aridné chypriote turque, et pendant que leur amour grandissait, l'île, déjà, se déchirait.

    Ariana, qui voue une véritable obsession pour sa maison, propose dès lors un marché à la jeune écrivaine : si elle consigne la mémoire du 14, rue Ilios avant que les bulldozers ne le rasent, elle l'aidera à s'approcher au plus près des secrets du lieu.

    Au sein d'une ville morte entourée de barbelés et de miradors, le 14 rue Ilios est un personnage à part entière de cette histoire qui se déroule sur une quarantaine d'années. J'ai aimé découvrir le contexte historique peu médiatisé de cette île divisée en deux parties qui s'ignorent, en deux communautés à l'équilibre fragile, chypriotes grecs et chypriotes turcs. Une île idéalement située aux confins du Moyen-Orient dont le contrôle est un enjeu majeur pour la Grèce et la Turquie. J'ai aimé la personnalité d'Ariana qui a couvert son corps d'un tatouage, un figuier qui grimpe sur ses côtes pour ancrer sa ville dans sa peau, "elle a gravé Varosha dans sa chair pour être sûre de ne jamais céder". Par contre j'ai moins adhéré à la partie romanesque dans laquelle le nombre de personnages et le mélange des époques engendrent une certaine confusion.

  • add_box
    Couverture du livre « Au café de la ville perdue » de Anais Llobet aux éditions L'observatoire

    JuanGarciaMadero sur Au café de la ville perdue de Anais Llobet

    Mme Anaïs Llobet raconte Varosha, ville perdue de Chypre, où en 1974 tout s’est arrêté après l'annexion du nord de Chypre par la Turquie.

    Des cafés chypriotes on trouve dans ce roman l’ambiance, la chaleur, les limonades et les chats errants qui passent, et l’on rêve avec la narratrice...
    Voir plus

    Mme Anaïs Llobet raconte Varosha, ville perdue de Chypre, où en 1974 tout s’est arrêté après l'annexion du nord de Chypre par la Turquie.

    Des cafés chypriotes on trouve dans ce roman l’ambiance, la chaleur, les limonades et les chats errants qui passent, et l’on rêve avec la narratrice d’essayer de retrouver ce qu’était Varosha, en entrant avec elle dans le Tis Khamenis Polis, le café de « La Ville Perdue », où se retrouvent des habitants ce cette ville fantôme, à la recherche de leur passé, cherchant à comprendre ce qui a bien pu se produire. L’on suivra notamment le parcours d’Ariana, hantée par le 14, rue Ilios, cette maison familiale abandonnée, derrière les barrières aujourd’hui, menacée par les bulldozers turcs et qui, si elle disparaît, signifiera l’extinction d’une partie de son histoire. Mais comme l’écrit la romancière : « Dans la vie, sitôt le livre refermé, l’oubli s’emparerait du reste ».

    L’ensemble est solidement documenté, et l’histoire racontée touchante, avec de beau moment de grâce, mais je lui ai trouvé des longueurs évitables, et un style trop souvent journalistique et manquant de souffle pour véritablement faire ressentir les conflits intérieurs des personnages et l’ampleur des drames qu’ils vivent.

    Cela reste toutefois passionnant pour l’histoire de Chypre, et pour la réflexion sur la ville abandonnée et son impact sur les vies des personnages.

  • add_box
    Couverture du livre « Au café de la ville perdue » de Anais Llobet aux éditions L'observatoire

    MHP sur Au café de la ville perdue de Anais Llobet

    Encore un livre intéressant d’Anaïd Llobet, particulièrement réussi. Je me suis laissée embarquer dans l’histoire de cette famille mêlant fiction et réalités historiques et présentes. La construction est originale, rythmée et l’on découvre plein de choses sur Chypre. Je le recommande.

    Encore un livre intéressant d’Anaïd Llobet, particulièrement réussi. Je me suis laissée embarquer dans l’histoire de cette famille mêlant fiction et réalités historiques et présentes. La construction est originale, rythmée et l’on découvre plein de choses sur Chypre. Je le recommande.

  • add_box
    Couverture du livre « Au café de la ville perdue » de Anais Llobet aux éditions L'observatoire

    Florence C-B sur Au café de la ville perdue de Anais Llobet

    Comme avec les romans précédents d'Anaïs, j'ai été captivée de la première à la derniere page! Je recommande vivement la lecture de ce nouveau roman, dans un contexte historique méconnu. Belle lecture! et bravo et merci @Anaïs

    Comme avec les romans précédents d'Anaïs, j'ai été captivée de la première à la derniere page! Je recommande vivement la lecture de ce nouveau roman, dans un contexte historique méconnu. Belle lecture! et bravo et merci @Anaïs

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !