Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Anais Llobet

Anais Llobet

Anaïs LLobet est journaliste. En poste à Moscou pendant cinq ans, elle a suivi l'actualité russe et effectué plusieurs séjours en Tchétchénie, où elle a couvert notamment la persécution d'homosexuels par le pouvoir local. Elle est l'auteure d'un roman, Les Mains lâchées (2016). Son deuxième roman...

Voir plus

Anaïs LLobet est journaliste. En poste à Moscou pendant cinq ans, elle a suivi l'actualité russe et effectué plusieurs séjours en Tchétchénie, où elle a couvert notamment la persécution d'homosexuels par le pouvoir local. Elle est l'auteure d'un roman, Les Mains lâchées (2016). Son deuxième roman "Des hommes couleur de ciel" (2019), qui raconte le destin d'un jeune homosexuel tchétchène, a reçu le prix Étonnants Voyageurs-Ouest France.

Articles en lien avec Anais Llobet (3)

Avis sur cet auteur (72)

  • add_box
    Couverture du livre « Au café de la ville perdue » de Anais Llobet aux éditions L'observatoire

    Geneviève Munier sur Au café de la ville perdue de Anais Llobet

    Anaïs Llobet est une auteure que je suis depuis ses débuts. Son premier roman "Les mains lâchées" m’avait enthousiasmée. Le deuxième "Des hommes couleur de ciel" m’avait, de la même façon, emportée. Pour ce troisième opus, "Au café de la ville perdue", même si j’ai retrouvé ses talents de...
    Voir plus

    Anaïs Llobet est une auteure que je suis depuis ses débuts. Son premier roman "Les mains lâchées" m’avait enthousiasmée. Le deuxième "Des hommes couleur de ciel" m’avait, de la même façon, emportée. Pour ce troisième opus, "Au café de la ville perdue", même si j’ai retrouvé ses talents de conteuse, j’ai été moins emballée.

    Dans ce nouvel ouvrage l’auteur nous raconte Chypre, l’invasion turque de 1974 et le sort bien terrible de Varosha devenue ville fantôme entourée de fils barbelés et d’un no man’s land. C’est un peu une sorte de roman dans le roman. L’auteure, je veux dire la jeune femme qui s'apprête à écrire un ouvrage sur le sujet, s’entretient avec le personnage principal, Ariana, qui a grandi dans le souvenir du 14, rue Ilios, perdu par sa famille lors de l’envahissement. C’est toute l’histoire de cette famille qui va être mise au jour : Ioannis, grand-père d’Ariana, Chypriote grec et Aridné sa grand-mère Chypriote turque.

    Si j’ai parfois eu l’impression de me perdre, d’être un peu dans le vague, de ne pas suivre le fil choisi par l’auteur. Si ce bémol, ce petit rien m’a empêchée d’aller jusqu’au coup de cœur, j’ai aimé ce roman qui m’a fait redécouvrir l’histoire de Chypre, qui m’a obligée à me replonger dans les remous de l’histoire. J’ai aimé les personnages, surtout Ariana et Aridné, femmes fortes et déterminées. J’ai retrouvé l’écriture poétique de l’auteur, sa puissance, son équilibre et sa juste simplicité qui rend la lecture aisée. J’ai retrouvé aussi sa précision de journaliste, une analyse géopolitique honnête des événements, l’intensité et la profondeur du propos. Encore une fois, elle traduit à merveille les sentiments, la douleur de la perte, les souvenirs heureux enfouis.

    Un roman intéressant et particulièrement documenté.

    Sélectionné pour le Prix Orange du Livre 2022

  • add_box
    Couverture du livre « Au café de la ville perdue » de Anais Llobet aux éditions L'observatoire

    Chantal YVENOU sur Au café de la ville perdue de Anais Llobet

    Une destination peu commune pour ce roman qui se déroule sur une quarantaine d’année. Un tout petit territoire , qui fait peu parler de lui et pourtant, l’histoire l’a peu épargné. Il s’agit de la petit île de Chypre marquée par les difficultés de cohabitions de deux communautés, les chypriotes...
    Voir plus

    Une destination peu commune pour ce roman qui se déroule sur une quarantaine d’année. Un tout petit territoire , qui fait peu parler de lui et pourtant, l’histoire l’a peu épargné. Il s’agit de la petit île de Chypre marquée par les difficultés de cohabitions de deux communautés, les chypriotes grecs et les chypriotes turcs. La scission qui a conduit à une partition du territoire a été responsable d’une guerre sanglante et de l’installation d’une haine héréditaire inaccessible à toute négociation.

    Nous suivrons l’histoire chaotique de l’île à travers le destin de deux familles et de l’amour impossible d’Aridné et de Ioannis, renouvelant le drame des Montaigu et des Capulet.

    Très intéressant sur le plan historique, car ce conflit durable et violent n’a pas été très médiatisé. La situation complexe de l’’île sous-tend pourtant un contexte politique particulier, opposant la Turquie et la Grèce.

    Par contre l’histoire familiale est difficile à suivre. Les nombreux personnages et les époques se mêlent, en une confusion que l’auteur tente de dissiper en restituant, jusqu’à la fin du récit, la place respective de chacun.

    Lecture mitigée donc, appréciée pour les connaissances historiques et politiques, moins pour l’histoire romanesque.

  • add_box
    Couverture du livre « Au café de la ville perdue » de Anais Llobet aux éditions L'observatoire

    josette jourdan sur Au café de la ville perdue de Anais Llobet

    Livre plein d humour qui fait revivre le passé dans ce café qui doit revivre

    Livre plein d humour qui fait revivre le passé dans ce café qui doit revivre

  • add_box
    Couverture du livre « Au café de la ville perdue » de Anais Llobet aux éditions L'observatoire

    MAPATOU sur Au café de la ville perdue de Anais Llobet

    Le hasard fait qu’en quelques semaines, j’ai reçu deux romans traitant de la guerre en 1974 sur l’île de Chypre.

    Le premier que j’ai lu fut « L’île aux arbres disparus » d’Elif Shafak : https://patriciasanaoui.wordpress.com/2022/02/07/lile-aux-arbres-disparus-delif-shafak/

    Le roman d’Anaïs...
    Voir plus

    Le hasard fait qu’en quelques semaines, j’ai reçu deux romans traitant de la guerre en 1974 sur l’île de Chypre.

    Le premier que j’ai lu fut « L’île aux arbres disparus » d’Elif Shafak : https://patriciasanaoui.wordpress.com/2022/02/07/lile-aux-arbres-disparus-delif-shafak/

    Le roman d’Anaïs Llobet vient compléter fort à propos ce que j’ai appris sur la situation tragique de cette île.

    La narratrice est une journaliste française, elle séjourne au Nord-Est de Chypre dans la partie grecque (République de Chypre). A quelques mètres de là, débute une zone de no man’s land établie par la République Turque de Chypre Nord.

    Lors de l’invasion d’août 1974 par des troupes venues de Turquie, la ville touristique et très prospère de Varosha a été vidée de ses habitants qui ont fui en laissant tout derrière eux. L’armée turque a alors entouré cette ville de barbelés, en interdisant tout accès.

    Depuis presque 50 ans, Varosha est une ville fantôme, toujours visible mais inaccessible. Elle reste un symbole très fort pour ceux qui y ont vécu.

    Dans le petit café jouxtant les barbelés où la narratrice a pris l’habitude de venir écrire, une photo de la maison familiale à Varosha est accrochée en bonne place. Comme une référence à un passé qui ne veut pas mourir et empiète sur le présent d’Andreas, le propriétaire du café, et d’Ariana, sa fille.

    Cette dernière demande à la journaliste d’écrire sur leur maison et de redonner vie à ses habitants de l’époque.

    C’est ainsi que l’on découvre Ioannis et Aridné, grands-parents d’Ariana. Lui était chypriote grec, elle chypriote turque. Un mariage mixte qui n’a pas été sans difficultés. Giorgos, meilleur ami d’Ionnis depuis l’enfance, va jouer un rôle déterminant dans leurs vies.

    Au fur et à mesure de l’histoire la tension monte. Tant du côté de la situation de l’île que de la vie des grands-parents d’Ariana.

    Dans le même temps, leurs descendants sont mis devant un choix : faut-il continuer à garder la maison du 14 rue du Soleil et donc vivre toujours dans le passé, ou bien faire table rase et regarder vers le futur ?

    » Au café de la ville perdue » est un très bon roman. J’en ai aimé le sujet et la construction faisant des allers-retours entre présent et passé.

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !

Récemment sur lecteurs.com