Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Alice Walker

Alice Walker

La biographie de cet auteur n'est pas encore disponible, proposez la vôtre : Contactez-nous

Avis sur cet auteur (13)

  • add_box
    Couverture du livre « La couleur pourpre (édition 2016) » de Alice Walker aux éditions Robert Laffont

    Soraya_bouquine sur La couleur pourpre (édition 2016) de Alice Walker

    "Alors j'hausse les épaules et j'me dis en moi que cette chienne de vie elle va pas durer, mais que l'Paradis c'est pour toujours"

    "Alors j'hausse les épaules et j'me dis en moi que cette chienne de vie elle va pas durer, mais que l'Paradis c'est pour toujours"

  • add_box
    Couverture du livre « La couleur pourpre » de Alice Walker aux éditions Robert Laffont

    Cécile sur La couleur pourpre de Alice Walker

    Dear Celie,
    J'avais tellement hâte de faire ta connaissance.
    Un roman épistolaire, un prix Pulitzer, une adaptation au cinéma par Steven Spielberg ; tant de promesses en un seul livre !

    Mais...
    Dès les premières pages (en VO), le parler de Celie m'a littéralement arraché les rétines....
    Voir plus

    Dear Celie,
    J'avais tellement hâte de faire ta connaissance.
    Un roman épistolaire, un prix Pulitzer, une adaptation au cinéma par Steven Spielberg ; tant de promesses en un seul livre !

    Mais...
    Dès les premières pages (en VO), le parler de Celie m'a littéralement arraché les rétines. Effectivement, le style colle à la narratrice, pas d'éducation pas de culture, des fautes d'orthographe, de grammaire à toutes les lignes...

    Oui parce que l'histoire, c'est celle de Celie, noire, pauvre, abusée par son père, mariée de force à un homme qui la bat et qu'elle déteste.
    Séparée de sa sœur Nettie dès les premiers temps de son mariage, elle écrit des lettres à Dieu car elle n'a personne d'autre à qui se confier.

    La construction du roman est intelligente, même si déroutante ; en effet, les lettres sont unilatérales et ne reçoivent jamais de réponse.
    Malgré cela, je n'ai pas réussi à passer outre le style, et Celie a manqué d'épaisseur pour que je m'attache à elle. Les personnages secondaires m'ont paru plus intéressants : Shug ou Sofia ont plus facilement emporté mon adhésion.

    Autre point gênant : la temporalité du roman. Les lettres sont peu ancrées dans le temps et plusieurs années peuvent passer sans que l'on s'en rende vraiment compte.
    Même l'évolution de Celie dans la dernière partie du roman m'a paru trop rapide et pas assez approfondie.

  • add_box
    Couverture du livre « La couleur pourpre » de Alice Walker aux éditions Robert Laffont

    Camille MONDOLONI sur La couleur pourpre de Alice Walker

    Pour ce nouveau #cafeduclasssique, un classique de la littérature américaine, dans la tradition du roman sudiste, est à l’honneur.

    C’est l’histoire de Célie, une jeune adolescente noire, que tout le monde trouve laide et trop maigre. Violentée et agressée par son père incestueux, ses enfants...
    Voir plus

    Pour ce nouveau #cafeduclasssique, un classique de la littérature américaine, dans la tradition du roman sudiste, est à l’honneur.

    C’est l’histoire de Célie, une jeune adolescente noire, que tout le monde trouve laide et trop maigre. Violentée et agressée par son père incestueux, ses enfants lui sont arrachés à la naissance. Son père la marie de force à un homme, qu’elle appelle Monsieur et dont la femme décédée, lui a laissé ses enfants sur les bras et une maison dont il ne sait pas s’occuper. Comment survire dans un tel enfer ? Célie écrit, d’abord au bon Dieu, puis à sa soeur Nettie. La couleur pourpre est un roman épistolaire.

    Célie a été rabaissée et violentée toute sa vie par les hommes de sa propre couleur de peau. Sa résilience, elle la trouve dans ses lettres. Grâce aux femmes fortes qui l’entourent, Shug et Sofia, elle s’émancipe. Elle qui a courbé l’échine toute sa vie devant les hommes, va se relever et se tenir droite et fière. Si ce roman profondément féministe a des qualités, il me laisse un goût bitter-sweet. Le style entièrement épistolaire ne permet pas d’explorer les personnages en profondeur. J’ai trouvé les personnages masculins très superficiels : ils sont violents, alcooliques et bons à rien.

    Enfin et mon plus grand regret est que ce roman est un peu fourre tout : racisme, oppression, inceste, violence, maternité, homosexualité, origines africaines, tout y passe !

    Ce roman a été adapté au cinéma par Steven Spielberg, et je dois avouer que j’ai préféré le film au roman ...

  • add_box
    Couverture du livre « La couleur pourpre » de Alice Walker aux éditions Robert Laffont