La bibliothèque idéale de Bérengère Cournut

mercredi 27 novembre 2019

Bérengère Cournut, Prix du roman Fnac 2019 pour "De pierre et d'os", vous propose ses plus belles lectures du moment

La bibliothèque idéale de Bérengère Cournut

Nous vous avons déjà parlé de Bérengère Cournut, romancière capable de passer avec la même réussite de la littérature jeunesse à des romans oniriques explorant des contrées lointaines.

Son dernier récit au cœur de la culture inuit, le captivant et hypnotique De pierre et d'os, lui a valu le Prix du roman Fnac 2019, et il vous a enchantés, comme en témoignent les nombreux avis que vous avez déposés.

Bérengère Cournut a eu la gentillesse de préparer pour vous sa bibliothèque idéale, une liste d'ouvrages comme autant de possibilités de périples et de plongées dans des univers souvent hors du temps... Mais n'attendons plus et laissons-lui vite la parole :

« La bibliothèque idéale, pour moi, c’est comme certaines institutions : renouvelable au tiers tous les trois mois ou tous les trois ans – selon l’évolution des zones d’intérêt, les changements de cap dans l’écriture, les conseils glanés au hasard des discussions.

Je ne distingue pas la lecture-plaisir de la lecture-travail, et il arrive que la lecture-devoir (pour préparer des interventions ou des rencontres) vienne nourrir ce maelstrom. »

  • Les 10 livres de la bibliothèque idéale (actuelle) de Bérengère Cournut

    • add_box
      Couverture du livre « Histoire d'un ruisseau ; histoire d'une montagne » de Elisee Reclus aux éditions Arthaud

      Histoire d'un ruisseau ; histoire d'une montagne de Elisee Reclus

      La prose de ce géographe anarchiste est douce, limpide, enjouée et revigorante.
      Dans ces deux livres, il décrit les phénomènes naturels que sont la naissance et la vie d’un ruisseau, d’une montagne, tout en faisant une place généreuse à la sensibilité et la réflexion humaines.
      Élisée Reclus est à mon sens le plus grand précurseur français de la pensée écologiste moderne – et un grand humaniste.

    • add_box
      Couverture du livre « Célébrations de la nature » de John Muir aux éditions Corti

      Célébrations de la nature de John Muir

      Même constat chez le naturaliste John Muir. Son esprit d’aventure et la joie qu’il ressent parcourir des paysages grandioses et méconnus nous décillent face aux vastes territoires américains.
      Pour lui, la nature est le plus sacré des temples et il nous le fait comprendre avec la grâce de ceux qui savent voir, connaître et jouir de ce qui se donne à eux.

    • add_box
      Couverture du livre « Une année à la campagne » de Sue Hubbell aux éditions Gallimard

      Une année à la campagne de Sue Hubbell

      En 1972, cette bibliothécaire ayant étudié la biologie, décide de s’installer dans les monts Ozark, au sud-est du Missouri, pour élever des abeilles.
      Son journal d’une année, saison après saison, nous révèle la relation intime qu’elle tisse avec tous les êtres et les micro-paysages qui l’entourent.
      Un livre tout en subtilité et en empathie face à une nature sauvage qui se laisse apprivoiser petit à petit.

    • add_box
      Couverture du livre « Les jardins statuaires » de Jacques Abeille aux éditions Gallimard

      Les jardins statuaires de Jacques Abeille

      Ce roman est le premier livre de l’ample Cycle des contrées – une œuvre romanesque, poétique et graphique fascinante, inépuisable.
      Dans Les Jardins statuaires, un voyageur découvre un territoire où une communauté mystérieuse cultive des statues de pierre dans des espaces clos.
      Lu il y a de nombreuses années, c’est un livre qui me hante toujours, notamment sur la question des « pierres vivantes ».

    • add_box
      Couverture du livre « Enfant-pluie » de Marc Graciano aux éditions Corti

      Enfant-pluie de Marc Graciano

      Un conte préhistorique, dans la collection « Merveilleux » des éditions José Corti. Il s’agit de l’histoire d’un enfant né un jour de déluge, instruit – avec humour et sagesse – par Celle-qui-sait-les-herbes.
      À lire pour soi ou à n’importe quel enfant malicieux – et pour moi, un modèle de pureté stylistique, comme l’a été également en son temps Ascension, de Ludwig Hohl.
      Autre livre somptueux, du même auteur : Embrasse l’ours et porte-le dans la montagne.

    • add_box
      Couverture du livre « Du groenland au pacifique » de Knud Rasmussen aux éditions Interfolio Livres

      Du groenland au pacifique de Knud Rasmussen

      Récit de la 5e expédition du Thulé, au cours de laquelle l’explorateur, danois par son père et inuit par sa mère, raconte sa rencontre avec différents peuples inuit depuis le Groenland jusqu’à l’Alaska.
      Là encore, j’ai été frappée par l’enthousiasme de l’auteur, la façon dont il raconte avec une joie non feinte les conditions ahurissantes de cette expédition aux confins des territoires humains.

    • add_box
      Couverture du livre « Soleil Hopi » de Don Talayesva aux éditions Pocket

      Soleil Hopi de Don Talayesva

      L’autobiographie d’un chef du clan du Soleil hopi, publié dans la collection « Terre humaine ».
      C’est ce livre qui m’a convaincue d’écrire un roman d’immersion en terre hopi, pour explorer tout ce qu’avait d’étrange, de lointain et de proche à la fois, la culture de ce peuple vivant en adéquation totale avec l’environnement aride des plateaux d’Arizona.
      On voyage avec lui jusque dans la Maison des morts, pour revenir à un monde dès lors bien différent de celui qu’on croyait connaître avant.

    • add_box
      Couverture du livre « Mon passe eskimo » de Quppersimaan Georg aux éditions Gallimard

      Mon passe eskimo de Quppersimaan Georg

      Pour moi, le pendant inuit de Soleil hopi. L’auteur, né au Groenland en 1889, raconte ce qu’a été sa vie avant sa conversion au christianisme.
      On y voit se déployer un monde d’esprits tout à fait troublants pour notre rationalité occidentale – finalement assez étroite en ce qui concerne la manifestation d’éléments plus ou moins visibles mais profondément ancrés dans notre expérience du monde : qui n’est pas sensible au bruit de l’eau qui coule ou à celui du vent ?
      Les Inuit savent interpréter ces voix « naturelles ».

    • add_box
      Couverture du livre « Croire aux fauves » de Nastassja Martin aux éditions Verticales

      Croire aux fauves de Nastassja Martin

      Le récit de cette jeune anthropologue française étudiant et vivant en partie avec les Évènes, peuple nomade du Kamtchatka, est bouleversant à tous les égards.
      De sa rencontre physique et traumatique avec un ours, elle tire un récit et une réflexion qui questionnent les conditions de survivance des sociétés ancestrales et, surtout, pulvérisent les frontières établies entre l’humain et l’animal.

    • add_box
      Couverture du livre « Le fleuve » de Claude Ponti aux éditions Ecole Des Loisirs

      Le fleuve de Claude Ponti

      Dans ce superbe livre à l’italienne, Claude Ponti déploie l’humour, la bizarrerie et la délicatesse qui lui sont habituels, tout en présentant une société aussi ancestrale que moderne : chasseurs-cueilleurs vivant sur le fleuve l’Ongoh, les Olong et les Dong-Ding élèvent des enfants transgenres qui abritent les générations précédentes au creux de leurs oreilles.
      Un délice pour les adultes autant que les enfants et qui, dans son genre, convoque l’équivalent de grands mythes humains.

À découvrir aussi

Voir plus d'articles "Bibliothèques idéales d'auteurs"

Commentaires

Forum

Afficher plus de discussions