Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

De pierre et d'os

Couverture du livre « De pierre et d'os » de Berengere Cournut aux éditions Le Tripode
  • Date de parution :
  • Editeur : Le Tripode
  • EAN : 9782370552129
  • Série : (-)
  • Support : Papier
Résumé:

« Les Inuit sont un peuple de chasseurs nomades se déployant dans l'Arctique depuis un millier d'années. Jusqu'à très récemment, ils n'avaient d'autres ressources à leur survie que les animaux qu'ils chassaient, les pierres laissées libres par la terre gelée, les plantes et les baies poussant au... Voir plus

« Les Inuit sont un peuple de chasseurs nomades se déployant dans l'Arctique depuis un millier d'années. Jusqu'à très récemment, ils n'avaient d'autres ressources à leur survie que les animaux qu'ils chassaient, les pierres laissées libres par la terre gelée, les plantes et les baies poussant au soleil de minuit. Ils partagent leur territoire immense avec nombre d'animaux plus ou moins migrateurs, mais aussi avec les esprits et les éléments. L'eau sous toutes ses formes est leur univers constant, le vent entre dans leurs oreilles et ressort de leurs gorges en souffles rauques. Pour toutes les occasions, ils ont des chants, qu'accompagne parfois le battement des tambours chamaniques. » (note liminaire du roman) Dans ce monde des confins, une nuit, une fracture de la banquise sépare une jeune femme inuit de sa famille. Uqsuralik se voit livrée à elle-même, plongée dans la pénombre et le froid polaire. Elle n'a d'autre solution pour survivre que d'avancer, trouver un refuge. Commence ainsi pour elle, dans des conditions extrêmes, le chemin d'une quête qui, au-delà des vastitudes de l'espace arctique, va lui révéler son monde intérieur.

Deux ans après son roman Née contente à Oraibi, qui nous faisait découvrir la culture des indiens hopis, Bérengère Cournut poursuit sa recherche d'une vision alternative du monde avec un roman qui nous amène cette fois-ci dans le monde inuit. Empreint à la fois de douceur, d'écologie et de spiritualité, De pierre et d'os nous plonge dans le destin solaire d'une jeune femme eskimo.

Édition augmentée d'un cahier de photographies.

Donner votre avis

Articles (3)

Avis (44)

  • Ce roman est une ode au monde ancien des inuits, entre rituels, chant chamanique et voyage de l'âme. C'est aussi un roman initiatique sur le voyage d'une jeune femme Uqsuralik, qui va être séparée de sa famille à cause d'une fracture de la banquise. Il est question de survie, de rencontres,...
    Voir plus

    Ce roman est une ode au monde ancien des inuits, entre rituels, chant chamanique et voyage de l'âme. C'est aussi un roman initiatique sur le voyage d'une jeune femme Uqsuralik, qui va être séparée de sa famille à cause d'une fracture de la banquise. Il est question de survie, de rencontres, d'animaux, d'enfantement et de deuils. le roman est entrecoupé de poèmes inuits. le style est délicat et poétique. Bérengère Cournut nous entraîne dans un univers onirique authentique, hors du temps. Un très beau moment de lecture et un très beau travail de recherches. Un carnet de photographies complète ce roman et nous laisse l'impression d'avoir vécu avec notre héroïne le temps de cette lecture.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Rendez-vous en terre inconnue

    J'ai fait un très beau voyage en terre Arctique avec Uqsuralik, une toute jeune fille inuit. Un de ces voyages immersifs où tous les sens en alerte, je me suis laissée porter à la découverte d'une société aux mœurs et au mode de vie tellement différents des...
    Voir plus

    Rendez-vous en terre inconnue

    J'ai fait un très beau voyage en terre Arctique avec Uqsuralik, une toute jeune fille inuit. Un de ces voyages immersifs où tous les sens en alerte, je me suis laissée porter à la découverte d'une société aux mœurs et au mode de vie tellement différents des miens que observant, écoutant, je me suis laissée imprégner de ces sensations nouvelles et dépaysantes. J'ai été plus proche de la nature et de la vie brute que jamais. L'eau, le vent, la glace ont fait partie intégrante de mon quotidien.
    Et en ce sens la version audio de ce roman de Bérengère Cournut est un plaisir d'écoute total avec des musiques, des bruitages, des chants psalmodiés et la diction claire et parfaite de Marianne Denicourt.

    Une nuit d'hiver alors qu'Uqsuralik est sortie de l'igloo familial, la banquise se fracture et elle se retrouve isolée de sa famille seule avec quelques chiens. Pour survivre, elle va devoir déployer beaucoup de courage et de force de caractère. Elle va partir à la recherche d'autres inuits car on ne peut pas vivre seul dans cet environnement hostile. Elle est la narratrice du roman qui la suit jusqu'à la fin de sa vie. Un parcours initiatique puissamment onirique et poétique illustré de chants( les inuits en ont pour toutes les occasions), parsemé de rites ancestraux qui peuvent parfois nous paraître extrêmement violents, et de croyances millénaires, dans une société animiste où les esprits tiennent un rôle fondamental dictant nombre de règles et de tabous quotidiens... Le tout est narré avec un certain fatalisme et une douceur surprenante, avec une écriture sans fioritures, fluide, au plus près des ressentis d'Uqsuralik, sans jugement ni commentaires.

    ❤ Inoubliable Uqsuralik, "au caractère d'ours et au prénom d'hermine", une femme forte, indépendante qui ne cessera de s'affirmer tout au long de sa vie...

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Voici un livre qui nous entraîne sur la banquise avec des inuits. Avec une belle écriture poétique, nous sommes avec Uqsuralik, une jeune fille qui perd ses parents suite à une fracture de banquise, elle va retrouver d'autres familles, au fils de ses errances dans cette nature si hostile ou pas....
    Voir plus

    Voici un livre qui nous entraîne sur la banquise avec des inuits. Avec une belle écriture poétique, nous sommes avec Uqsuralik, une jeune fille qui perd ses parents suite à une fracture de banquise, elle va retrouver d'autres familles, au fils de ses errances dans cette nature si hostile ou pas. L'auteure décrit très bien ce milieu hostile, ces moments de communion entre les habitants, des familles qui se regroupent pendant l'hiver, dans de grandes tentes communautaires, puis au printemps, ils partent à la chasse. La vie de ces peuples, chasseurs, pécheurs. de magnifiques pages sur le rapport à la nature, aux mythes (des contes, des chants, des cérémonies de chamanisme). Un conte,qui décrit la vie d'une femme face à la nature, aux autres. Une belle écriture fait de ce texte un beau et troublant voyage dans les pôles : l'auteure décrit bien la vie des inuits, les règles de vie, les mythes, de belles pages sur les chasses, sur les séances de chamanisme, de fêtes. Ce texte est entrecoupé de chants, qui rajoute à la magie des paysages, des mythes. Un livre très proche des femmes et de leur rôle dans ces communautés : fille, femme, mère, grand mère... Un très beau texte sur les femmes. J'ai beaucoup aimé les photographies à la fin du volume, qui nous montre que ce livre n'est pas seulement un livre de fiction ou un conte, mais qu'il nous raconte aussi la vie d'une communauté, en voie de disparition. Un conte sur la banquise et un magnifique portrai d'une femme faite de volonté et qui prend en main sa vie.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • "Qu'il est donc difficile d'être seule, sans père, sans époux, sans famille, sans raison de vivre finalement."

    C'est en audio que j'ai décidé d'aborder ce livre que j'ai beaucoup vu passer sur les réseaux il y a quelques mois et qui me faisait très envie.
    Et la version audio apporte une...
    Voir plus

    "Qu'il est donc difficile d'être seule, sans père, sans époux, sans famille, sans raison de vivre finalement."

    C'est en audio que j'ai décidé d'aborder ce livre que j'ai beaucoup vu passer sur les réseaux il y a quelques mois et qui me faisait très envie.
    Et la version audio apporte une dimension supplémentaire au texte, la fabuleuse interprétation de Marianne Denicourt, la musique, les chants qui rythment le récit, en font une expérience à part, telle que je n'en avais pas encore vécue en "écoutant" un livre.

    Les promesses de dépaysement ont été tenues, j'ai retrouvé les paysages neigeux et glacés que j'affectionne tant ; mais je n'ai pas trouvé que la beauté de l'immensité dangereuse et hostile, j'ai rencontré également le froid, la famine, les bêtes sauvages et affamées.

    J'ai rencontré l'inuit Uqsuralik au moment où elle se retrouve séparée de sa famille ; je l'ai suivie sur la banquise alors qu'elle cherche à survivre, seule, sans outils pour chasser et donc se nourrir ; je l'ai accompagnée quand elle croise un autre groupe d'inuits et fait un bout de chemin avec eux ; j'ai affronté à ses côtés la méchanceté et la cruauté des hommes ; mais j'ai assisté aussi à la naissance de belles relations.

    C'est tout un cycle d'une vie d'inuit qui nous est raconté dans De pierre et d'os. Leurs coutumes et croyances sont fascinantes. Ce n'est pas qu'un récit, c'est un voyage, simple et puissant, auquel j'ai participé.

    "Tout aurait pu s'arrêter là mais..."

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Uqsuralik, jeune inuit, est séparée de sa famille par une fracture de la banquise. Livrée à elle-même, elle va être confrontée à sa vraie nature, au froid glacial et aux esprits avant de trouver un clan d'adoption.

    Des chapitres courts et une alternance de prose et de poèmes permettent de...
    Voir plus

    Uqsuralik, jeune inuit, est séparée de sa famille par une fracture de la banquise. Livrée à elle-même, elle va être confrontée à sa vraie nature, au froid glacial et aux esprits avant de trouver un clan d'adoption.

    Des chapitres courts et une alternance de prose et de poèmes permettent de découvrir un mode de vie communautaire fondé sur le partage et l'ouverture au monde invisible.

    Malheureusement, le style de la narration n'a trouvé aucun écho en moi. Je suis restée en marge de l'histoire, sans intérêt pour ce qui allait advenir aux personnages.

    La couverture me charme par contre aujourd'hui tout autant que la première fois que je l'ai vue.

    A lire sur la banquise.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Récit âpre sur le fond mais narré tel un conte. Beaucoup de poésie !

    Récit âpre sur le fond mais narré tel un conte. Beaucoup de poésie !

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Permet de bien s evader surtout en cette période de confinement

    Permet de bien s evader surtout en cette période de confinement

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Uqsuralik est une jeune Inuit qui se retrouve séparée de sa famille quand la banquise se fracture, l'éloignant inexorablement des siens. Condamnée à survivre avec sa fidèle chienne, elle s'en remet à l'expérience acquise auprès d'un père excellent chasseur, et au hasard qui la fait croiser avec...
    Voir plus

    Uqsuralik est une jeune Inuit qui se retrouve séparée de sa famille quand la banquise se fracture, l'éloignant inexorablement des siens. Condamnée à survivre avec sa fidèle chienne, elle s'en remet à l'expérience acquise auprès d'un père excellent chasseur, et au hasard qui la fait croiser avec plus ou moins de bonheur la route d'autres familles.

    Dans un roman au goût de conte initiatique, agrémenté de chants dans lesquels s'expriment hommes et esprits, le lecteur découvre le mode de vie ancestral de ces habitants de l'extrême, qui vivent en communion constante avec une nature sauvage qu'ils doivent apprivoiser pour se procurer de quoi vivre et éviter les pièges mortels, répétant des gestes transmis de génération en génération pour chasser en mer ou sur terre, le phoque ou le caribou, parfois l'ours, tout en respectant scrupuleusement les croyances de leur peuple. Uqsuralik ne déroge pas à cette règle, habile pour manier le harpon mais également pour mâcher les peaux, elle évite, pour ne pas mettre un esprit en colère, de chasser un animal terrestre avec une arme ayant servi à tuer un animal marin, n'oublie pas les offrandes sur le territoire des « petites personnes », esprits réputés farceurs, écoute le géant sous la glace, et remercie la proie tuée à la chasse.

    D'une écriture ensorcelante, l'auteure passe de scènes du quotidien, bien ancrées dans la réalité de ces rudes nomades voyageant d'un territoire à l'autre suivant les saisons, souffrant du froid hivernal lorsque souffle « Pilarngaq » le vent femme, à des passages plus oniriques emportant le lecteur vers des horizons inconnus, comme la rencontre de la jeune Inuit avec l'homme-lumière.

    Je me suis laissé bercer par cette magnifique évocation d'un univers à des années-lumière du mien, comme une parenthèse hors du temps, même si on peut supposer que la réalité d'aujourd'hui est bien différente. La magie opère à travers ce magnifique texte qui nous emmène sur les traces de l'envoûtante Uqsuralik, « au caractère d'ours et au nom d'hermine », que l'on voit au fil du récit devenir femme, mère, chamane, et femme de pierre.

    comment Commentaire (1) flag Signalez un abus

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.