"Honoré et moi", une biographie pleine d’humour d’Honoré de Balzac

lundi 06 janvier 2020

Qui donne envie de relire toute l'œuvre de l'auteur de "La Comédie humaine" !

"Honoré et moi", une biographie pleine d’humour d’Honoré de Balzac

Dans Honoré et moi (L’iconoclaste), Titiou Lecoq, l’auteure bien que complètement « amoureuse » de cet auteur fait preuve d’une belle objectivité dans cette biographie.

 

Nadia D'Antonio, l’un de nos membres du Cercle livresque nous donne son avis

« Je venais de finir l’écriture d’un essai sur les femmes, les maisons et les tâches ménagères. Je me sentais vide et désœuvrée. (…) Un matin, quelqu’un évoqua la maison de Balzac, à Passy. Je sentis un frémissement. Balzac, c’était le grand amour de ma jeunesse.  (…) Et si j’y allais ? » D’ailleurs, pour elle : « Parce qu’il a réussi sa vie en passant son temps à la rater, Balzac est mon frère. »

Et voilà comment une jeune journaliste, née à Paris, blogueuse sur « Girls ans Geeks », se retrouve à écrire une biographie sur son cher Honoré : « Honoré et moi ». Mais elle a également, à son actif, d’autres ouvrages où, parfois, elle a mené un combat féministe.

 

Evoquer Honoré de Balzac, c’est pour le lecteur, revenir à de nombreuses années en arrière et, dans mon cas, voir ma collection (très ancienne) de ses ouvrages.

Dans cette biographie, on y voit le rapport spécial de Balzac avec les femmes, ses dettes alors qu’il avait de l’argent - mais comme on dit : « plus on en a et plus on en veut. » Et puis Monsieur ne se prend pas pour n’importe qui… : au diable les créanciers et vive le luxe !

 

Avec Titiou Lecoq, ce que j’ai apprécié, c’est son humour qui parsème tout le récit – j’ai aimé toutes ses allusions sur les autres écrivains, sur toutes les femmes qui ont payé pour lui afin de l’aider – j’ai découvert ses défauts – bref, tout un pan de sa vie que j’ignorais.

Avec sa plume acérée et franchement jubilatoire, j’ai lu cet ouvrage en riant. J’ai également bien aimé quand elle parle d’un certain de nos ministres (je ne le nomme pas mais ça vaut le détour).

 

Quelle bonne idée de nous raconter tous les déboires de cet écrivain que fut Honoré de Balzac : détails de ses dépenses – du mal à rembourser les dettes et moins de mal à en contracter : « on ne prête qu’aux riches ! », alors autant le paraître – les mille et une façons d’échapper aux créanciers….

Mais il faudrait que j’arrête d’en dire plus. Sauf, que cet ouvrage m’a ravie et, en me tournant vers une de mes bibliothèques, je vois ses livres, ce qui me donne envie de les relire.

© Nadia D'Antonio

 

Vous avez aimé ces chroniques qui vous ont donné envie de lire  Honoré et moi ?

N’hésitez pas à suivre ce lecteur pour découvrir vos nouvelles lectures.

Retrouvez toutes les chroniques du Cercle livresque (ex Club des Explorateurs) dans  Voir plus d'articles "Cercle livresque".

À découvrir aussi

Voir plus d'articles "Cercle livresque"

Commentaires

Où trouver « Honoré et moi » en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Forum

Afficher plus de discussions