Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Une bête au paradis

Couverture du livre « Une bête au paradis » de Cecile Coulon aux éditions L'iconoclaste
Résumé:

Le roman fiévreux d'une lignée de femmes envoutées par ce qu'elles ont de plus précieux : leur terre. Puissant et Hypnotique.
La vie d'Emilienne, c'est le Paradis. Cette ferme isolée, au bout d'un chemin sinueux. C'est là qu'elle élève seule, avec pour uniques ressources son courage et sa... Voir plus

Le roman fiévreux d'une lignée de femmes envoutées par ce qu'elles ont de plus précieux : leur terre. Puissant et Hypnotique.
La vie d'Emilienne, c'est le Paradis. Cette ferme isolée, au bout d'un chemin sinueux. C'est là qu'elle élève seule, avec pour uniques ressources son courage et sa terre, ses deux petits-enfants, Blanche et Gabriel. Les saisons se suivent, ils grandissent. Jusqu'à ce que l'adolescence arrive et, avec elle, le premier amour de Blanche, celui qui dévaste tout sur son passage. Il s'appelle Alexandre. Leur couple se forge. Mais la passion que Blanche voue au Paradis la domine tout entière, quand Alexandre, dévoré par son ambition, veut partir en ville, réussir. Alors leurs mondes se déchirent. Et vient la vengeance.
« Une bête au Paradis » est le roman d'une lignée de femmes possédées par leur terre. Un huis clos fiévreux hanté par la folie, le désir et la liberté.

Donner votre avis

Articles (2)

Avis (52)

  • En fait la quatrième de couverture dit tout! ou presque... Blanche a 84 ans au début du roman, je pensais découvrir sa vie... Mais on a seulement une tranche de sa vie, quelques mois d'adolescence, l'enfance, puis on l'a retrouve à 30 ans. Puis le roman est fini. On a l'explication du titre...
    Voir plus

    En fait la quatrième de couverture dit tout! ou presque... Blanche a 84 ans au début du roman, je pensais découvrir sa vie... Mais on a seulement une tranche de sa vie, quelques mois d'adolescence, l'enfance, puis on l'a retrouve à 30 ans. Puis le roman est fini. On a l'explication du titre mais, zut, en dire plus serait vous en gâcher la lecture. En tournant la dernière page j'étais déçue de cette lecture mais finalement en y réfléchissant un peu, je suis déçue de ne pas connaître toute la vie de Blanche mais pour le reste c'est une belle découverte.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Ce roman pourrait être un huis clos en plein air. Une d'histoire de femmes, fortes, mais évidemment avec leurs fragilités. Une histoire de terroir aussi et les deux sont très liées.
    Emilienne, la doyenne, voit revenir de la ville sa fille accompagnée d'un gendre citadin, contemplatif là où il...
    Voir plus

    Ce roman pourrait être un huis clos en plein air. Une d'histoire de femmes, fortes, mais évidemment avec leurs fragilités. Une histoire de terroir aussi et les deux sont très liées.
    Emilienne, la doyenne, voit revenir de la ville sa fille accompagnée d'un gendre citadin, contemplatif là où il faut mettre les mains dans le cambouis. Blanche et Gabriel sont les deux enfants qui naîtront de cette union. Orphelins trop tôt, c'est Emilienne qui prend tout en charge, aidée par Louis, adolescent battu par un père alcoolique, qui va s'atteler aux rudes tâches de la ferme.
    Tandis que Gabriel, le cadet, sombre dans une mélancolie sans fond, son aînée Blanche sèche des larmes intérieures et remonte ses manches pour aider Louis et Émilienne avec une détermination sans faille à tenir ce Paradis, nom de la ferme à laquelle ces femmes sont viscéralement attachées.
    Les enfants grandissent, dans cette ferme isolée et tout va bien jusqu'à l'arrivée d'Alexandre, le premier amour de Blanche.
    Et là, impossible de lâcher ce roman. La pression monte, la tension est présente à chaque page. On sent le drame arriver mais on ne sait quand, ni comment.
    J'ai été littéralement emportée par cette écriture qui transpose si bien la rudesse, la fierté, l'indépendance mais aussi la folie de ces femmes accrochées à leur terre.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Cela faisait longtemps que je souhaitais lire un roman de Cécile Coulon, depuis que je l'avais vue à La Grande Librairie pour son roman Le cœur du Pélican (ça date donc vraiment). Comme beaucoup je crois, j'avais été impressionnée par cette jeune femme mature et passionnée.
    J'ai attendu,...
    Voir plus

    Cela faisait longtemps que je souhaitais lire un roman de Cécile Coulon, depuis que je l'avais vue à La Grande Librairie pour son roman Le cœur du Pélican (ça date donc vraiment). Comme beaucoup je crois, j'avais été impressionnée par cette jeune femme mature et passionnée.
    J'ai attendu, attendu et ai finalement profité de la sortie de son dernier opus à la rentrée littéraire de septembre 2019 pour apercevoir son talent. Et du talent, elle en a.

    Blanche est une femme très attachée à sa terre, son Paradis. Rien ne compte plus que sa ferme, son patrimoine ; son attachement est plus que viscéral, il semble vital. Même son amour pour Alexandre n'y changera rien, elle ne le suivra pas dans la grande ville. Car lui, Alexandre, veut au contraire s'extraire de sa condition, estimant qu'il mérite et vaut mieux que cela. La séparation sera donc inévitable.
    Mais Blanche n'est pas seule, elle fait partie d'une lignée de femmes fortes, de maîtresses-femmes, à leur corps défendant, qui sacrifient tout pour leur terre, quitte à en payer le prix fort, sa grand-mère, Émilienne, qui l'a élevée, en tête. Plus qu'un héritage, il s'agit ici d'un véritable enracinement.
    Autour de ces femmes de caractère gravitent Gabriel, le frère de Blanche, ainsi que Louis, l'homme à tout faire, amoureux transi de Blanche. Ces deux hommes, s'ils ne sont pas transparents, n'ont pas d'identité propre, témoins, plus ou moins passifs, plus ou moins consentants, du drame qui va se jouer.

    La tension est palpable dès les premières lignes et montera crescendo tout le long du roman. L'écriture est fluide, le style est sec, saccadé, tranchant, ciselé, on a envie de refermer le livre mais on ne le fait pas, tellement on se retrouve happé par ce qu'il s'y passe. On peut reprocher à Cécile Coulon de peut-être un peu trop travailler sa plume mais quand une écriture pareille sert une telle histoire, je trouve qu'il serait dommage de s'en passer. Vous aurez compris, avant même la narration, j'ai apprécié le style, une écriture blanche qui vire très vite vers le noir, c'est ce que je préfère.

    Je n'ai pu m'empêcher de faire un rapprochement avec les romans de Zola, une autre époque, une autre façon d'écrire, mais tellement de violence contenue dans la prose et les propos. J'ai senti plusieurs fois cette terre, j'ai humé son aridité, sa sécheresse, son désir de possession aussi, car elle a avant tout englouti les personnes qui s'y sont attachées pour ne plus jamais les laisser filer.

    En résumé, un roman rural, terrien plus que du terroir, sur l'impossibilité de se détacher de cette terre une fois qu'on y a goûté, quitte à y laisser sa vie.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Un livre fort, qui secoue. Cécile Coulon convoque une lignée de femmes passionnées et dures. Blanche et sa grand-mère Emilienne sont farouchement attachées à leur domaine, le Paradis. Cet amour inconditionnel passe avant toute chose dans leur existence. Les deux femmes sont indifférentes à la...
    Voir plus

    Un livre fort, qui secoue. Cécile Coulon convoque une lignée de femmes passionnées et dures. Blanche et sa grand-mère Emilienne sont farouchement attachées à leur domaine, le Paradis. Cet amour inconditionnel passe avant toute chose dans leur existence. Les deux femmes sont indifférentes à la douceur, y compris celle de Gabriel, le frère de Blanche, jugé faible et donc quantité négligeable.
    Après Trois saisons d'orage, Cécile Coulon écrit à nouveau un texte âpre et violent sur un terroir qui ne fait pas de concession à ses habitants. C'est une histoire d'amour et de mort, une histoire de trahison, qui ne laisse pas indifférent. L'écriture est poétique et abrupte.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Une bête au paradis aux éditions L’Iconoclaste.
    Ce livre a reçu le prix littéraire Le Monde en 2019.
    J’ai beaucoup aimé l’écriture limpide de Cécile Coulon.
    Blanche qui vit et travaille à la ferme du Paradis est éperdument amoureuse d’Alexandre un garçon de son village. Mais c’est connu,...
    Voir plus

    Une bête au paradis aux éditions L’Iconoclaste.
    Ce livre a reçu le prix littéraire Le Monde en 2019.
    J’ai beaucoup aimé l’écriture limpide de Cécile Coulon.
    Blanche qui vit et travaille à la ferme du Paradis est éperdument amoureuse d’Alexandre un garçon de son village. Mais c’est connu, l’amour peut faire beaucoup de mal.
    Ce livre est bien rythmé. Les personnages de Blanche, sa grand-mère Émilienne, Louis le commis de ferme et Alexandre sont pleins de justesse. On se retrouve à la campagne avec les veaux, vâches, cochons, couvées, odeurs, sensations estivales, et ça, ça fait bien sûr oh combien de bien en ce moment

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Cet ouvrage est bien écrit, bien construit. L'histoire est très réaliste. Pourtant, je suis restée sur ma faim. L'auteure relate froidement la chronique d'un monde en voie de disparition : celui des derniers petits paysans qui travaillent la terre. Il est question de propriété, de transmission....
    Voir plus

    Cet ouvrage est bien écrit, bien construit. L'histoire est très réaliste. Pourtant, je suis restée sur ma faim. L'auteure relate froidement la chronique d'un monde en voie de disparition : celui des derniers petits paysans qui travaillent la terre. Il est question de propriété, de transmission. Il est aussi question de labeur, de sueur, du sens et de la finalité de la vie sur quelques générations. Mais, les premiers chapitres lus, le décor posé, les personnages en pleine action, j'ai compris comment cette histoire allait finir... Et c'est dommage. Il m'en reste néanmoins un assez bon moment de lecture.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • C’est en découvrant des avis mitigés que j’ai eu envie de découvrir la plume de Cécile Coulon, et j’ai été agréablement surprise.

    Une intrigue sombre dans laquelle l’auteure, à travers ses personnages, elle livre un récit d’une rare intensité, malgré une langueur qui peut nous saisir au fil...
    Voir plus

    C’est en découvrant des avis mitigés que j’ai eu envie de découvrir la plume de Cécile Coulon, et j’ai été agréablement surprise.

    Une intrigue sombre dans laquelle l’auteure, à travers ses personnages, elle livre un récit d’une rare intensité, malgré une langueur qui peut nous saisir au fil des pages. Mais pas de celle qui est ennuyeuse, non, bien au contraire.

    Toute l’intrigue repose sur le postulat que les êtres humains ne sont pas ce qu’ils représentent et autant vous dire qu’elle n’y va pas avec le dos de la cuillère…

    Nous avons tous une part sombre en nous…

    Le fait de planter le décor dans le milieu rural, lui donne plus de poids. Tout le livre aurait été bien différent en ville…

    C’est rugueux, âpre sans fioritures, comme la plume de l’auteure, qui dépeint avec talent et une certaine poésie, la fatalité, le renoncement, mais surtout la passion et la trahison..

    Les personnages sont taillés à la serpe à l’image de la dureté de leur vie. C’est beau, c’est humain et intense. De l’amour à la haine, il n’y a qu’un pas et Cécile Coulon l’a franchi pour servir sur un plateau l’humanité dans toute son intensité.

    C’est cynique, émouvant et effrayant à la fois !

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Le talent n'attend pas le nombre des années : cet adage me semble tout à fait approprié pour parler de Cécile Coulon.
    J'ai découvert cette auteure avec Trois saisons d'orage, son précédent roman, paru en 2017. J'avais adoré plonger dans son univers à la fois sombre et envoutant, lumineux et...
    Voir plus

    Le talent n'attend pas le nombre des années : cet adage me semble tout à fait approprié pour parler de Cécile Coulon.
    J'ai découvert cette auteure avec Trois saisons d'orage, son précédent roman, paru en 2017. J'avais adoré plonger dans son univers à la fois sombre et envoutant, lumineux et mystérieux. J'ai retrouvé cette même ambiance, plus forte et plus poétique encore avec cette bête au Paradis. J'adore l'écriture de Cécile Coulon, tellement fluide, précise et qui fait naître tant d'images, d'odeurs et de sensations. L'histoire de cette ferme au bout du chemin s'écoule à peu à l'écart du monde, avec cette famille née dans la douleur et la perte, viscéralement attachée à la terre. C'est l'histoire de deux femmes de caractère qui savent que la vie est dure et qui avancent avec conviction, protégeant les leurs et la ferme.
    Comme dans Trois saisons d'orage, j'ai été emportée dans cet univers qui ne laisse que peu de place à la faiblesse, par cette nature puissante et omniprésente. Elle dépeint également avec beaucoup de justesse et d'empathie ces deux femmes que sont Blanche et sa grand-mère, Emilienne. Des femmes qui veulent se construire un monde d'amour et de bienveillance, qui savent soigner les blessures des hommes qui les entourent, mais qui savent aussi que la vie ne peut se réduire à cela et qui économisent leurs forces pour faire vivre la ferme.
    J'aime beaucoup les thèmes développés par l'auteure et j'aime son écriture. J'ai su des les premières lignes que ce récit ne me lâcherai pas. le suspens et la tension qui monte au fil des chapitres. Dans ce livre aussi le lecteur sent que l'orage gronde, la tension est palpable : jusqu'à la dernière page on se demandera de quel côté penchera le dénouement. Je n'en dirai pas plus : juste qu'on n'est pas déçu. le récit tient ses promesses jusqu'à la dernière page. Un roman envoutant et puissant. Qui devrait laisser une marque encore très longtemps, une impression forte encore dans quelques années, comme cela fut le cas pour Trois saisons d'orage.
    http://itzamna-librairie.blogspot.com/2020/05/une-bete-au-paradis-cecile-coulon.html

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.