Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Tropique de la violence

Couverture du livre « Tropique de la violence » de Nathacha Appanah aux éditions Gallimard
  • Date de parution :
  • Editeur : Gallimard
  • EAN : 9782070197552
  • Série : (-)
  • Support : Papier
Résumé:

«Ne t'endors pas, ne te repose pas, ne ferme pas les yeux, ce n'est pas terminé. Ils te cherchent. Tu entends ce bruit, on dirait le roulement des barriques vides, on dirait le tonnerre en janvier mais tu te trompes si tu crois que c'est ça. Écoute mon pays qui gronde, écoute la colère qui rampe... Voir plus

«Ne t'endors pas, ne te repose pas, ne ferme pas les yeux, ce n'est pas terminé. Ils te cherchent. Tu entends ce bruit, on dirait le roulement des barriques vides, on dirait le tonnerre en janvier mais tu te trompes si tu crois que c'est ça. Écoute mon pays qui gronde, écoute la colère qui rampe et qui rappe jusqu'à nous. Tu entends cette musique, tu sens la braise contre ton visage balafré? Ils viennent pour toi.» Tropique de la violence est une plongée dans l'enfer d'une jeunesse livrée à elle-même sur l'île française de Mayotte, dans l'océan Indien. Dans ce pays magnifique, sauvage et au bord du chaos, cinq destins vont se croiser et nous révéler la violence de leur quotidien.

Donner votre avis

Articles (6)

Avis (51)

  • L’écriture est abrupte, la réalité cruelle…

    L’histoire débute avec Marie, jeune infirmière, qui rencontre un homme dont elle tombe amoureuse et le suit à Mayotte. Elle y découvre la misère locale et l’amour pour Moïse, petit garçon qu’elle adopte après qu’il ait été abandonné par sa mère...
    Voir plus

    L’écriture est abrupte, la réalité cruelle…

    L’histoire débute avec Marie, jeune infirmière, qui rencontre un homme dont elle tombe amoureuse et le suit à Mayotte. Elle y découvre la misère locale et l’amour pour Moïse, petit garçon qu’elle adopte après qu’il ait été abandonné par sa mère maternelle pour avoir des yeux de couleurs différentes. Aimé et élevé par une femme blanche Mo est mal vu dans le quartier de « Gaza » de Mayotte où c’est la loi du plus fort qui domine.
    « Pour être le roi, il faut avoir des sympathisants, à qui tu offres une cigarette, un joint, un conseil, une protection et qui, en retour, te parlent. (…) Avant tout, il faut avoir de l’argent, de la thune, du fric, money money money, il faut que ça rentre, il faut que ça sorte, il faut que ça boive, que ça fume et que ça revende. Le meilleur joint c’est toi qui dois l’avoir. C’est toi qui dois l’offrir aux autres. » (page 95)

    Peut-être est-ce la dureté du récit à laquelle je n’étais pas prête, mais la première partie du roman m’a déconcertée. Je n’ai pas réussi à me mettre dedans, un sentiment d’avoir raté un moment clé à plusieurs instants…

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Voici une lecture bouleversante et qui nous entraîne et nous montre de façon très réaliste et poétique à la fois, la misère qui peut régner dans un département français. Cette histoire se déroule à Mayotte et non pas dans des pays pauvres. Polyphonique, ce roman va nous raconter la vie de Marie,...
    Voir plus

    Voici une lecture bouleversante et qui nous entraîne et nous montre de façon très réaliste et poétique à la fois, la misère qui peut régner dans un département français. Cette histoire se déroule à Mayotte et non pas dans des pays pauvres. Polyphonique, ce roman va nous raconter la vie de Marie, une infirmière métropolitaine qui a suivi un beau mahorien, ils travaillent tous les deux à l'hôpital de la ville mais une naissance tarde à venir et elle voudrait tant avoir un enfant. Elle se sépare alors de son bellâtre et se retrouve toute seule. Puis un jour, des clandestins sont accueillis à l'hôpital et une jeune mère lui confie son fils, il porterait malheur avec ses deux yeux de couleurs différents : ce serait le fils d'un djinn. Moïse va alors vivre avec Marie mais celui-ci va être tenté de se trouver, et va fréquenter des jeunes du quartier-ghetto, Gaza où règne la violence et la loi des bandes. Il va d'ailleurs intégrer la bande de Bruce, le Roi de Gaza. Nous allons aussi croiser le long des pages Stéphane, un jeune qui travaille dans une ONG pour quelques mois, car cela fait bien dans un Cv et pourquoi partir vers Haïti ou en Afrique, mais il va être très surpris de la situation qu'il va trouver sur cette île qui aurait tout pour être paradisiaque. Il y a aussi Olivier le policier et Bacar le pompier. L'auteure nous entraîne dans les vies de chacun de ses personnages et il y a aussi beaucoup d'humanité dans cette misère et de belles pages, en particulier quand Moïse arrive à faire une pose et lire et relire l'enfant et la rivière d'Hervé Bosco, il va d'ailleurs baptiser ainsi sont bâtard de chien. L'auteure nous décrit une situation si difficile mais elle nous parle avec beaucoup d'humanité du point de vue de chacun et il y a tout de même de l'humanité, de la solidarité dans ses relations humaines. Un livre coup de poing et très choquée que telles choses puissent se dérouler dans un département français.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Ce livre parle du côté sombre de Mayotte, de l'amour adoptif mais également du fait que rien n'est simple pour un adolescent adopté.
    Marie est une jeune infirmière française. Elle rencontre Cham et décide de le suivre dans son île Mayotte. Ils sont heureux au début mais la stérilité de Marie...
    Voir plus

    Ce livre parle du côté sombre de Mayotte, de l'amour adoptif mais également du fait que rien n'est simple pour un adolescent adopté.
    Marie est une jeune infirmière française. Elle rencontre Cham et décide de le suivre dans son île Mayotte. Ils sont heureux au début mais la stérilité de Marie conduit Cham à l'abandonner. Elle adopte ensuite un bébé comorien Moïse qu'elle élève de tout son coeur. Cependant Marie meurt brutalement et l'adolescent se retrouve seul attiré par une bande de jeunes garçons voyous qui le plonge dans la violence.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Marie, une jeune infirmière française est partie se marier avec Cham à Mayotte d'où il est originaire. Mais Marie est stérile et Cham veut des enfants.

    Ils se quittent mais le jour où une 'boat-people' comorienne met son bébé dans les bras de Marie, elle demandera à Cham de reconnaître...
    Voir plus

    Marie, une jeune infirmière française est partie se marier avec Cham à Mayotte d'où il est originaire. Mais Marie est stérile et Cham veut des enfants.

    Ils se quittent mais le jour où une 'boat-people' comorienne met son bébé dans les bras de Marie, elle demandera à Cham de reconnaître l'enfant, condition pour qu'elle accepte de divorcer.

    Marie élèvera dans l'amour ce fils miraculeux, ce fils aux yeux hétérochromes, un vert, un noir, qu'elle a prénommé Moïse.

    Son adolescence difficile sera brisée par la mort prématurée de Marie. Il rencontrera des mauvais garçons, une bande menée par un loup, Bruce, ce roi de Gaza, ainsi nomme t-on la zone, ce quartier défavorisé de l'île.

    De bagarres en trafics, de main tendue à jalousie malsaine, tous les ingrédients sont réunis pour que tout s'embrase, explose et que des vies basculent ...

    Un roman très dur, trés factuel, un roman qui montre que rien n'est simple pour les adoptés, un roman qui montre que le passage du bien au mal tient à si peu de choses 

    Un roman qui montre le côté sombre d'une île qui pourrait être paradisiaque.

    Une belle écriture. 

    Un auteur qui m'avait marquée il y a plus de dix ans avec "La noce d'Anna", et que j'aurais dû relire plus vite !

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • J’ai été très remuée par ce livre poignant, à la belle écriture puissante et presque onirique.
    Ce roman nous conduit à Mayotte, île française lointaine et pourtant méconnue, exotique, à la fois enfer et paradis. On plonge dans les bas-fonds de Mayotte dans le bidonville de Mamoudzou, surnommé...
    Voir plus

    J’ai été très remuée par ce livre poignant, à la belle écriture puissante et presque onirique.
    Ce roman nous conduit à Mayotte, île française lointaine et pourtant méconnue, exotique, à la fois enfer et paradis. On plonge dans les bas-fonds de Mayotte dans le bidonville de Mamoudzou, surnommé Gaza. Parce qu’ici c’est la guerre et la violence.
    L’ambiance de l’île est bien rendue, et son paradoxe entre le paradis tropical et l’enfer de la misère. L’auteur avec beaucoup de finesse, montre la violence de la misère, et des vies qu’elle brise.
    On s’attache surtout au destin du beau personnage de Moïse, l’enfant maudit aux yeux vairon.
    Le destin de Moïse est une allégorie de Mayotte, sa vie qui bascule et sombre, presque par accident, par malchance, par négligence, par peur, par désespoir, par impuissance, par fatalité, jusqu’au drame. Mo est aspiré dans une spirale implacable, sa vie et son humanité lui échappent, dans une sorte de malédiction, de fatalité.
    On ne peut s’empêcher de faire un parallèle entre le destin tragique de Moïse et celui de Mayotte. On sent qu’il ne faudrait pas grand chose pour sauver Moïse ou en tout cas pour qu’il ne sombre pas. En est-il de même pour Mayotte, île oubliée?
    Ce roman nous parle d’abandon. Jusqu’où peut-on tomber, jusqu’où peut-on se perdre quand on est, ou qu’on se sent abandonné, livré à soi-même, sans aucune perspective, ni aucun espoir ?
    Très beau livre.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Nathacha Appanah est journaliste et romancière mauricienne. Elle a quitté son île paradisiaque pour la France. Paru en 2016, Tropique de la violence est issu de l'expérience de son séjour à Mayotte où elle a découvert une jeunesse à la dérive. Ce roman a remporté pas moins de treize prix. Il est...
    Voir plus

    Nathacha Appanah est journaliste et romancière mauricienne. Elle a quitté son île paradisiaque pour la France. Paru en 2016, Tropique de la violence est issu de l'expérience de son séjour à Mayotte où elle a découvert une jeunesse à la dérive. Ce roman a remporté pas moins de treize prix. Il est disponible en poche chez Folio que je remercie au passage.


    Marie a vingt-six ans lorsqu'elle rencontre Chamsidine, infirmier comme elle. Elle en a vingt-sept quand ils se marient, vingt-huit quand elle part vivre à Mayotte, cette île française nichée dans le canal du Mozambique. Marie se désespère d'avoir un enfant. Elle a trente et un ans quand Cham l'a quitte pour une autre. Elle en a trente-trois quand une jeune comorienne de seize ans abandonne entre ses bras son bébé de quelques jours qui porte malheur. Mais ce petit ange est parfait. Il a juste un œil noir et l'autre vert. Il est atteint d'hétérochromie, une anomalie génétique bénigne. Marie le prénomme Moïse. La vie sʼécoule tranquillement jusqu'à l’adolescence. Puis, le jeune garçon se lie avec Bruce, chef de gang animé par la rage, qui l’embarque dans l’enfer des rues. Marie meurt. Moïse a seize ans et commet un meurtre.

    Tropique de la violence est un roman polyphonique qui met en lumière l'incandescence d'une île de l'océan indien qu'un rien suffirait à embraser. Avec un sens de la narration parfaitement maîtrisé, Natacha Appanah donne voix à ses cinq personnages qui dépeignent un quotidien fait de misère et de violence. On reçoit leur témoignage en pleine face tel un uppercut. Dans ce pays magnifique, sauvage et au bord du chaos, la jeunesse est abandonnée, livrée à elle-même. Tropique de la violence est bien plus qu'un roman, c'est un véritable réquisitoire contre la misère, un appel au secours pour sauver cette île abîmée, coincée entre pression migratoire et montée infernale de la violence.

    L'écriture simple et fluide de l'auteure, son style aride et envoûtant rend le tout éminemment puissant, rude, obscur, violent. Terriblement violent. Un peu trop peut-être pour une lecture d'été.

    https://the-fab-blog.blogspot.com/2019/08/mon-avis-sur-tropique-de-la-violence-de.html

    comment Commentaire (1) flag Signalez un abus
  • L'envers du décor

    Visitez Mayotte, l'ile au lagon, sa végétation luxuriante, sa barrière de corail, ses plages paradisiaques….. et sa misère.
    Avec « Tropique de la violence » vous allez déchanter et les clichés vont passer à la trappe.
    On découvre ce qui est bien caché derrière les images...
    Voir plus

    L'envers du décor

    Visitez Mayotte, l'ile au lagon, sa végétation luxuriante, sa barrière de corail, ses plages paradisiaques….. et sa misère.
    Avec « Tropique de la violence » vous allez déchanter et les clichés vont passer à la trappe.
    On découvre ce qui est bien caché derrière les images touristiques : la misère des clandestins venues des iles voisines, la délinquance, la drogue, la jeunesse sans avenir.
    Nathacha Appanah nous immerge au coeur des problèmes de l'ile, territoire oublié de notre république.

    5 narrateurs, dont 2 fantômes, 5 destins qui s'entrecroisent pour dévoiler le délabrement de l'île, la faillite des institutions, l'abandon de tout une population par un état impuissant, et tout cela sans tomber dans le voyeurisme ou le discours politique.

    L'écriture est limpide, sensuelle, chaude, puissante, poisseuse.
    Un climat anxiogène s'installe au fur et à mesure dans un texte qui parfois revêt des allures de conte à travers le style poétique de l'auteure.
    Un roman polyphonique qui arrive à la fois à déranger et à bouleverser.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Marie infirmière vit à Mayotte et recueille un bébé abandonné par une Anjouanaise. Moïse est élevé comme un blanc, est atteint d'hétérochromie qui pour les comoriens signifie esprit maléfique. Adolescence, à la recherche de ses origines il est enrôlé par les trafiquants de l'île.
    Ce récit tiré...
    Voir plus

    Marie infirmière vit à Mayotte et recueille un bébé abandonné par une Anjouanaise. Moïse est élevé comme un blanc, est atteint d'hétérochromie qui pour les comoriens signifie esprit maléfique. Adolescence, à la recherche de ses origines il est enrôlé par les trafiquants de l'île.
    Ce récit tiré de faits réels nous montre qu'un département de l'océan indien renferme une grande souffrance humaine car trop petit pour accueillir tout le monde.
    Tableau de la violence où se cottoient les jeunes mahorais et les clandestins qui vivent dans les bidonvilles de Mayotte où règne la loi du plus fort .

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.