Si c'est un homme

Couverture du livre « Si c'est un homme » de Primo Levi aux éditions Pocket
  • Date de parution :
  • Editeur : Pocket
  • EAN : 9782266022507
  • Série : (non disponible)
  • Support : Poche
Résumé:

« On est volontiers persuadé d'avoir lu beaucoup de choses à propos de l'holocauste, on est convaincu d'en savoir au moins autant. Et, convenons-en avec une sincérité égale au sentiment de la honte, quelquefois, devant l'accumulation, on a envie de crier grâce.
C'est que l'on n'a pas encore... Voir plus

« On est volontiers persuadé d'avoir lu beaucoup de choses à propos de l'holocauste, on est convaincu d'en savoir au moins autant. Et, convenons-en avec une sincérité égale au sentiment de la honte, quelquefois, devant l'accumulation, on a envie de crier grâce.
C'est que l'on n'a pas encore entendu Levi analyser la nature complexe de l'état du malheur.
Peu l'ont prouvé aussi bien que Levi, qui a l'air de nous retenir par les basques au bord du menaçant oubli : si la littérature n'est pas écrite pour rappeler les morts aux vivants, elle n'est que futilité ».
Angelo Rinaldi

Donner votre avis

Articles (1)

  • La bibliothèque idéale de Fabrice Humbert
    Les choix de Fabrice Humbert

    Fabrice Humbert est professeur agrégé et écrivain. Il a remporté le Prix Orange du livre 2009 pour L’Origine de la Violence. Son dernier, Avant la chute (éd. Le Passage) est sorti en août 2012.

Voir tous les articles

Les derniers avis

  • Il y a des livres dont on sait qu'il nous faut les lire. Celui-ci était sur mes étagères depuis très très longtemps mais il faut choisir le moment pour le lire car on sait qu'on ne ressortira pas indemne, même si l'on connaît les faits, qu'on a déjà lu des témoignages entre autre celui de Simone...
    Voir plus

    Il y a des livres dont on sait qu'il nous faut les lire. Celui-ci était sur mes étagères depuis très très longtemps mais il faut choisir le moment pour le lire car on sait qu'on ne ressortira pas indemne, même si l'on connaît les faits, qu'on a déjà lu des témoignages entre autre celui de Simone Veil, que c'est une plaie qui ne se refermera jamais.

    Au moment où je rédige cette chronique je ne peux m'empêcher de songer qu'il y a des coïncidences (et ce n'est qu'une coïncidence) troublantes. En rentrant hier soir d'un comité de lecture, j'apprenais que Marceline Loridan-Ivens, autre voix-témoin des atrocités des camps de déportation, nous quittait. Comme Simone Veil, Primo Levi et elle (et d'autres anonymes ou non) œuvraient inlassablement pour que l'on n'oublie pas, jamais.

    J'ai refermé ce livre avec un profond sentiment d'indignation vis-à-vis des bassesses humaines. Jusqu'où peut aller la folie humaine, les atrocités perpétrées par certains qui au-delà des souffrances physiques vont jusqu'à s'attaquer à l'âme de l'homme, le ramener plus bas que terre, n'être plus rien, transparent, ignoré, n'être plus qu'un numéro 174 517 tatoué sur la peau qui, même pour les survivants, restera la trace de leur passé.

    Ils nous enlèveront jusqu'à notre nom : et si nous voulons le conserver, nous devrons trouver en nous la force nécessaire pour que derrière ce nom, quelque chose de nous, de ce que nous étions, subsiste. (p34)

    Marquer des êtres humains comme on marque un troupeau et encore ceux-là avaient une petite chance de survie d'un jour, quelques jours..... Les courts numéros étaient peu nombreux à son arrivée. Tenir un jour de plus relevait de l'exploit, de petite magouilles, d'entraide et parfois de haine et Primo Levi narre de façon presque urgente, comme si ce genre de souvenirs pouvaient s'oublier (Si c'est un homme a été publié 2 ans après sa sortie du camp).

    La redoutable sélection, ceux qui vont rester, ceux qui vont disparaître,  les exécutions, la potence, les travaux inhumains dans le froid qui finissent de détruire les corps qui n'ont déjà plus l'apparence d'êtres humains, la Faim omniprésente, trouver un peu plus que l'ordinaire pour tenir, pour ne pas faire partie des faibles qui disparaîtront à la prochaine sélection, les rivalités, les kapos et puis l'attente insoutenable des libérateurs, sans pratiquement aucune ressource. Le compte à rebours est lancé : qui les verra, qui vivra ce jour tant attendu et après......

    Primo Levi veut rendre hommage à tous ceux qui n'en sortiront jamais et à ceux qui une fois sortis, n'ont pas survécu parce que le passé encore trop présent, parce que le passé a laissé trop de traces, trop de douleurs, parce que même pour l'auteur survivre a été un combat à l'époque mais aussi après (il s'est suicidé en 1987).

    Le récit se divise en deux parties : son arrestation, le voyage vers l'enfer, l'arrivée, la découverte et la vie dans le camp. Le processus d'annihilation totale des êtres humains est extrêmement bien restituée, disséquée : la méthode, la dureté des traitements, la lucidité du narrateur sur son environnement.

    Les loques ne se révoltent pas. (p288)

    Primo Levi a ensuite jugé intéressant de partager dans un appendice à la fin du livre les principales questions qui lui étaient posées lors de conférences ou de rencontres afin de témoigner, d'expliquer inlassablement, ce dont il avait été témoin afin d'espérer qu'un jour cela ne puisse pas se reproduire.... Il explique parfaitement pourquoi et comment les nazis pensèrent et mirent en œuvre l'anéantissement des juifs, les peuples connaissaient-ils l'existence de ces camps, a-t-il retrouvé des survivants qui partageaient son bloc.

    J'ai trouvé intéressant sa réponse à la question :

    On ne trouve pas trace de haine à l'égard des Allemands (...) ni même de désir de vengeance. Leur avez-vous pardonné ?
    La haine est assez étrangère à mon tempérament. Elle me paraît un sentiment bestial et grossier, et dans la mesure du possible, je préfère que mes pensées et mes actes soient inspirés par la raison ; c'est pourquoi je n'ai jamais, pour ma part, cultivé la haine comme désir primaire de revanche, de souffrance infligée à un ennemi véritable ou supposé, de vengeance particulière. (p277)

    On ressent à la fois l'implacabilité des faits, l'absurdité (parfois avec une pointe d'humour) de certaines consignes, certains réglements, l'humiliation permanente, la faim, le froid, la promiscuité,  ne nous faisant part uniquement de ce qu'il a vécu, vu, entendu, se jugeant privilégié car ayant survécu grâce à sa formation de chimiste qui lui a permis les derniers mois d'avoir un poste "enviable" dans le camp, de tenir mais aussi la douleur, un sentiment de culpabilité qui l'envahissent petit à petit, car au-delà du quotidien du camp c'est aussi un regard sur notre humanité, ce que l'homme peut devenir : bourreau, victime.

    Ce livre est un témoignage écrit dans l'urgence de faire connaître au monde l'horreur, il n'y a pas une recherche d'écriture, la construction du récit est chronologique, dans la restitution d'un vécu, comme un journal des 9 mois vécus à Auschwitz et comme il le dit lui-même dans sa préface :

    J'ai eu la chance de n'être déporté à Auschwitz qu'en 1944, alors que le gouvernement allemand, en raison de la pénurie croissante de main-doeuvre, avait déjà décidé d'allonger la moyenne de vie des prisonniers à éliminer, améliorant sensiblement leurs conditions de vie et suspendant provisoirement les exécutions arbitraires individuelles (...) Il me semble inutile d'ajouter qu'aucun des faits n'y est inventé. (p7-8)

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • « Alors, pour la première fois, nous nous apercevons que notre langue manque de mots pour exprimer cette insulte : la démolition d'un homme. En un instant, dans une intuition quasi prophétique, la réalité nous apparaît : nous avons touché le fond. Il est impossible d'aller plus bas: il n'existe...
    Voir plus

    « Alors, pour la première fois, nous nous apercevons que notre langue manque de mots pour exprimer cette insulte : la démolition d'un homme. En un instant, dans une intuition quasi prophétique, la réalité nous apparaît : nous avons touché le fond. Il est impossible d'aller plus bas: il n'existe pas, il n'est pas possible de concevoir condition humaine plus misérable que la nôtre. Plus rien ne nous appartient: ils nous ont pris nos vêtements, nos chaussures, et même nos cheveux; si nous parlons, ils ne nous écouteront pas, et même s'ils nous écoutaient, ils ne nous comprendraient pas. Ils nous enlèveront jusqu'à notre nom: et si nous voulons le conserver, nous devrons trouver en nous la force nécessaire pour que derrière ce nom, quelque chose de nous, de ce que nous étions, subsiste. »



    J’évoque souvent ici de « lectures nécessaires ». Elles le sont pour moi dès l’instant où elles évoquent des notions qui me semblent aussi indispensables que vitales, à savoir la Liberté, l’Egalité, la Fraternité et la Paix.

    J’ai envie aujourd’hui de vous rappeler une œuvre magistrale. De celles que l’on ne peut oublier. La preuve, elle reste gravée dans ma mémoire depuis mes années lycée, il y a… quelque temps. Un texte qu’il convient de transmettre, de partager, encore et toujours. Un grand « classique ». Il s’agit de « Si c’est un homme » de Primo Levi.

    Il est bien difficile, j’en suis consciente, d’en extirper la substantifique moelle, tant aborder ce témoignage est compliqué, car il est si… (vous mettrez dans ces pointillés ce que vous en aurez retenu), que plaquer des mots dessus pourrait revenir à le banaliser. Et pourtant !

    Primo Levi est un rescapé d’Auschwitz. L’un des rares juifs a avoir survécu à l’horreur. Il témoigne de l’indicible, de l’inadmissible totalement admis dans un pays soumis au régime nazi.

    Si c’est un homme n’est pas un énième témoignage sur l’horreur concentrationnaire. L’auteur aborde le sujet sans haine. Pour dire. Pour perpétuer ce devoir de mémoire qui me semble indispensable en ces temps où l’extrémisme le plus nauséabond répand d’infects effluves, partout dans le Monde. Le sujet, dans toute son horreur, est abordé d’un ton neutre, quasi journalistique, ce qui ne fait qu’accroître ce sentiment d’effroi qui vous saisit au fil des pages.

    Primo Levi livre donc là un témoignage unique, parsemé d’allusions à la Divine Comédie de Dante, notamment le chant d’Ulysse. Il parvient à déposer des traces humaines au plus profond d’un cloaque d’inhumanité. Sans doute pour survivre. Certainement pour dire. Pour qu’à notre tour, nous disions.

    « La conviction que la vie a un but est profondément ancrée dans chaque fibre de l’homme, elle tient à la nature humaine »

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • C’est le livre Une vie, de Simone Veil, qui m’a donné envie de découvrir ce « classique » que je n’avais jamais lu. Non que je sois particulièrement passionnée par cette sombre période historique, ni que je cherche à tout prix à accumuler les témoignages, mais les mots de Simone Veil, qui...
    Voir plus

    C’est le livre Une vie, de Simone Veil, qui m’a donné envie de découvrir ce « classique » que je n’avais jamais lu. Non que je sois particulièrement passionnée par cette sombre période historique, ni que je cherche à tout prix à accumuler les témoignages, mais les mots de Simone Veil, qui s’étend très peu sur sa propre expérience à Auschwitz finalement, m’ont touchée et donné envie de lire un récit plus circonstancié si l’on peut dire.

    Primo, ingénieur chimiste, est raflé avec d’autres juifs de Turin. Il est envoyé au camp d’Auschwitz en février 1944. De cet univers d’hommes jeunes (les femmes, enfants et vieux ont vite disparu de leur vue), il raconte la promiscuité, la faim, le travail harassant. Mais aussi l’organisation qui étonnamment découle inexorablement de toute assemblée d’êtres humains, peu importe leurs conditions de vie. Une organisation dont il faut très vite comprendre les rouages, les règles, sous peine de se faire voler son pain, battre encore plus, affecter aux tâches les plus pénibles, subir la « sélection »… Une organisation avec une hiérarchie qui peut protéger ou malmener, des règlements en dehors de toute humanité, des amitiés fortes aussi, malgré tout.

    Entre ceux qui ont irrémédiablement perdu leur part d’humanité, ceux qui pensent la garder en étant plus brutaux que nécessaire, ceux qui luttent pour leur vie, pour l’avenir ou tout simplement pour arriver au lendemain, ceux qui se pensent supérieurs… c’est un condensé de l’humanité dans toutes ses composantes, dans des conditions de vie extrêmes.

    Dans une écriture très forte, oscillant entre détachement et précision naturaliste, Primo Levi décrit très bien le processus de déshumanisation mis en oeuvre par les nazis, et toute l’horreur des mécanismes mis en oeuvre. C’est un témoignage incontournable sur un épisode historique insoutenable, mais qu’il faut néanmoins garder en mémoire…

    L’édition que j’ai lue comportait une partie documentaire avec une interview de l’auteur, une préface de livre, et des réponses (à destination des lycéens) répondant aux questions qui lui ont le plus souvent été posées. J’ai beaucoup apprécié ces compléments, qui permettent en effet d’ajouter des éléments d’information sur l’époque ou le ressenti de Primo Levi à d’autres moments.

    https://mesmotsmeslivres.wordpress.com/2018/02/27/si-cest-un-homme-de-primo-levi/

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Un témoignage bien réel qui semble tellement iréel.

    Un témoignage bien réel qui semble tellement iréel.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • J’ai lu de nombreux romans et livres d’histoire traitant de cette sombre période. Rares sont les livres qui ont une telle force de témoignage que Si c’est un homme. On est plongé dans l’angoisse et la peur quotidienne, mais aussi dans la nécessité de survivre et de garder une trace d’humanité....
    Voir plus

    J’ai lu de nombreux romans et livres d’histoire traitant de cette sombre période. Rares sont les livres qui ont une telle force de témoignage que Si c’est un homme. On est plongé dans l’angoisse et la peur quotidienne, mais aussi dans la nécessité de survivre et de garder une trace d’humanité. Ce roman est surprenant car l’auteur parle sans haine de ses bourreaux, il garde une distance avec ce type de sentiment pour ne s’accrocher qu’à ceux qui maintiennent en lui un fin espoir.

    Tout au long de la lecture on aborde la vie dans le camp, comment étaient rythmées les journées, mais aussi les saisons, celles attendues et celles redoutées. L’auteur nous détaille comment une simple cuillère devient le bien le plus précieux que vous possédiez. On apprend également que malgré les risques et la faiblesse, les captifs parvenaient à mettre en place un « marché de la survie ». Ce qui frappe c’est la force de ces hommes qui savent que la mort les attend au bout, mais qui se raccrochent encore à chaque petites choses qui font encore d’eux des êtres humains. Un besoin vital de ne pas sombrer dans la bestialité et de conserver une part d’espoir pour rester soi.

    Car il n’est pas rare quand on a tout perdu de se perdre soi-même.
    Un devoir de mémoire

    Je trouve intéressant, voire nécessaire la lecture de ce type de roman. Même si l’on peut se renseigner facilement et massivement sur cette période via le net ou les livres, je trouve qu’un témoignage comme celui de Primo Levi est incontournable. Il ne véhicule pas un message de haine, mais à profiter de chaque instant pleinement, ne sachant ce qui peut advenir dans la minute qui suit, dans l’heure ou le jour d’après. Il témoigne de la volonté de ces hommes à maintenir un minimum de dignité lorsque l’on cherche à les réduire à l’état d’ombres sans pensées. Ce sont des faits qui ne doivent pas être oubliés ni diminuer, et ce sont avec des témoignages comme celui de Primo Levi que les générations qui n’ont pas vécu ces horreurs doivent prendre conscience de l’importance de la vie. C’est une lecture forte et qui ne laisse pas insensible car la mort est omniprésente. Ici pas de voyeurisme, juste la cruelle vérité sur des faits avérés.

    Le style

    Primo Levi décrit avec simplicité et pudeur le cauchemar que fût sa captivité. Il utilise des mots simples, dénués d’arabesques pour coller à la véracité du récit. Tout au long du livre on ressent la détresse et l’abnégation forcée à laquelle était soumis l’auteur.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Tout le monde connait ou presque mais pour moi le plus beau livre écrit sur LA SURVIE dans les camps de la mort, émouvant jusqu'a l'extreme. Un message d'espoir contre l'horreur, tout est possible, il est surtout possible de garder sa part d'humanité même lorsqu'on essaye de nous anéantir.

    Tout le monde connait ou presque mais pour moi le plus beau livre écrit sur LA SURVIE dans les camps de la mort, émouvant jusqu'a l'extreme. Un message d'espoir contre l'horreur, tout est possible, il est surtout possible de garder sa part d'humanité même lorsqu'on essaye de nous anéantir.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Récit bouleversant. C'est un témoignage qu'il faut avoir lu !

    Récit bouleversant. C'est un témoignage qu'il faut avoir lu !

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Un roman témoignage poignant. Les camps sont décrits de l'intérieur, leur fonctionnement est expliqué. Les limites de l'horreur sont repoussées dans ce livre pourtant écrit avec un détachement impressionnant.
    Lévi raconte comment il s'est accroché à la vie, comment il a su rester humain quand...
    Voir plus

    Un roman témoignage poignant. Les camps sont décrits de l'intérieur, leur fonctionnement est expliqué. Les limites de l'horreur sont repoussées dans ce livre pourtant écrit avec un détachement impressionnant.
    Lévi raconte comment il s'est accroché à la vie, comment il a su rester humain quand on les traitait comme des bêtes.
    Un livre à lire dans sa vie, pour ne jamais oublier cet épisode tragique, pour ne jamais oublier que "l'homme est un loup pour l'homme"

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Il faut le lire. Absolument

    Il faut le lire. Absolument

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • .L’étonnement dans ce livre tient dans le ton détaché avec lequel il est écrit.
    Détaché pour ne pas succomber à l’horreur.
    Détaché pour n’en pas mourir.
    Etonnement aussi qu’il ne soit pas un réquisitoire de haine pour les SS
    Etonnement des relations entre prisonniers.
    Mais c’est...
    Voir plus

    .L’étonnement dans ce livre tient dans le ton détaché avec lequel il est écrit.
    Détaché pour ne pas succomber à l’horreur.
    Détaché pour n’en pas mourir.
    Etonnement aussi qu’il ne soit pas un réquisitoire de haine pour les SS
    Etonnement des relations entre prisonniers.
    Mais c’est simplement un témoignage, un témoignage d’une période abominable vécue.
    A la manière d’un sociologue, Primo Levi décrit son internement à Auschwitz, l’organisation des détenus entre eux, pas toujours tendres, pas toujours coopératifs, pas toujours compréhensifs.
    Une véritable tour de Babel où chacun lutte pour sa vie. Prennent toute la place comme préoccupations essentielles la faim, le froid la fatigue et la peur.
    Mais comment peut-on réagir dans cette abominable entreprise de déshumanisation ?
    Il ne s’agit plus de vivre, mais de survivre, et surtout… surtout….de réussir à ne pas oublier qu’on est un homme.
    Le lager, « une gigantesque expérience biologique et sociale » dont on ne sort évidemment pas indemne, et qu’il ne faut surtout pas oublier, jamais, d’où ce poignant témoignage.
    Trop, c’est trop. Peut-on réellement survivre ? Peut-on réellement vivre, même après avoir écrit ce livre, avoir tant et tant témoigné en paroles, même après que tant d’années soient passées ?

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
Voir tous les avis

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Récemment sur lecteurs.com