Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

L'Inconnue du portrait

Couverture du livre « L'Inconnue du portrait » de Camille De Peretti aux éditions Calmann-levy
Résumé:

« La toile vibrait de beauté. Elle en avait le souffle coupé et se noyait dans l'oeil bleu ciel piqueté de vert. Est-ce qu'elle était réellement le sosie de cette inconnue ? »

Peint à Vienne en 1910, le tableau de Gustav Klimt Portrait d'une dame est acheté par un collectionneur anonyme... Voir plus

« La toile vibrait de beauté. Elle en avait le souffle coupé et se noyait dans l'oeil bleu ciel piqueté de vert. Est-ce qu'elle était réellement le sosie de cette inconnue ? »

Peint à Vienne en 1910, le tableau de Gustav Klimt Portrait d'une dame est acheté par un collectionneur anonyme en 1916, retouché par le maître un an plus tard, puis volé en 1997, avant de réapparaître en 2019 dans les jardins d'un musée d'art moderne en Italie.
Aucun expert en art, aucun conservateur de musée, aucun enquêteur de police ne sait qui était la jeune femme représentée sur le tableau, ni quels mystères entourent l'histoire mouvementée de son portrait.

Des rues de Vienne en 1900 au Texas des années 1980, du Manhattan de la Grande Dépression à l'Italie contemporaine, Camille de Peretti imagine la destinée de cette jeune femme, ainsi que celles de ses descendants. Une fresque magistrale où se mêlent secrets de familles, succès éclatants, amours contrariées, disparitions et drames retentissants.

Donner votre avis

Articles (1)

Avis (19)

  • Fréquentant avec passion les musées, Camille de Peretti s’est emparée des mystères entourant une œuvre de Klimt, « Portrait d’une dame », pour en tirer une autre fresque, très romanesque celle-là, couvrant trois générations d’une même famille entre Vienne et New York.

    C’est un petit tableau...
    Voir plus

    Fréquentant avec passion les musées, Camille de Peretti s’est emparée des mystères entourant une œuvre de Klimt, « Portrait d’une dame », pour en tirer une autre fresque, très romanesque celle-là, couvrant trois générations d’une même famille entre Vienne et New York.

    C’est un petit tableau de Klimt, un portrait de femme en buste à l’expression langoureuse, bouche entrouverte et pommettes enfiévrées. Peinte à Vienne en 1917, l’oeuvre coule des jours paisibles entre les murs d’une pinacothèque de province, en Italie, lorsque, coup sur coup, elle défraye la chronique. En 1996, l’on s’avise que le tableau est en réalité double, son épaisse couche de vernis en cachant un autre, le portrait disparu en 1912 d’une femme dont on réalise alors qu’elle est la même. Mais, non contente de déjà faire couler beaucoup d’encre, l’inconnue repeinte entame alors de rocambolesques aventures. Volée deux fois l’année qui suit – l’original d’abord, puis la copie dont personne n’avait remarqué qu’elle avait pris sa place au musée –, elle disparaît avec la promesse d’un retour vingt ans plus tard. En 2019 et avec un peu de retard, c’est chose faite : à l’occasion de travaux d’entretien d’un mur extérieur du musée italien, la belle est retrouvée par un jardinier, cachée dans un sac poubelle puis glissée dans une trappe mangée par le lierre. L’escapade de la femme sans nom et étrangement repeinte reste un mystère…

    Eminemment éliptiques, ces peu ordinaires faits de départ ont de quoi frapper l’imagination. Et de l’imagination, à défaut de tout autre matériau disponible, l’auteur en a à revendre. Avec pour focale le tableau dont la dame prend vie pour devenir un personnage en soi, à jamais ombré par les non-dits et les secrets censés couper court à l’inconvenance et au scandale, elle déploie sur un siècle l’histoire résolument romanesque de descendants cherchant eux aussi à élucider un mystère : celui de leurs origines. De la Vienne décadente du début du XXe siècle incarnée par le triste sort d’un héritier de bonne famille, au rêve américain d’un self-made man new-yorkais enrichi sur le krach de 1929, puis d’une jeune avocate s’efforçant d’effacer son accent texan dans le Manhattan d’aujourd’hui, trois destins s’entrelacent par-delà siècles et continents, cousus l’un à l’autre par la seule trace tangible laissée par une presque inconnue : son portrait.

    Si, nous faisant traverser lieux et époques d’une manière évocatrice et vivante, l’histoire se lit sans déplaisir aucun, la curiosité aiguillonnée par l’enchevêtrement et la reproduction des secrets d’alcôve et de famille, l’on achève malgré tout cette lecture avec en bouche la frustration d’un scenario un rien tiré par les cheveux, aux personnages un peu trop lisses et n’évitant pas toujours les poncifs. Est-ce d’avoir déjà trop lu de ces récits usant d’une œuvre, d’un instrument de musique ou d’un objet comme trait d’union entre plusieurs destins et périodes ? Cette impression de déjà-lu et d’assez convenu laisse poindre le regret d’un plat un peu trop fade pour régaler totalement. L’on pourra tenter de s’en consoler en se raccrochant à l’agréable fluidité de sa lecture et en rêvant à son tour au mystère du tableau de Klimt.

    thumb_up J'aime comment Réagir (2)
  • Portrait d’une dame, tableau de Klimt, est acheté par un collectionneur anonyme en 1916 et retouché par le peintre peu de temps après. Il est volé quelques années plus tard puis retrouvé.
    C’est à partir de cet événement rocambolesque que Camille de Peretti nous tisse avec l’Inconnue du...
    Voir plus

    Portrait d’une dame, tableau de Klimt, est acheté par un collectionneur anonyme en 1916 et retouché par le peintre peu de temps après. Il est volé quelques années plus tard puis retrouvé.
    C’est à partir de cet événement rocambolesque que Camille de Peretti nous tisse avec l’Inconnue du portrait un roman très agréable à lire ayant comme cadre l’Europe et l’Amérique. Une formidable histoire de famille avec de nombreux rebondissements.
    A Vienne. Martha, orpheline, devient bonne chez les Brombeere. Le jeune Franz, fils de la famille, tombe amoureux d'elle. Un jour Martha disparaît.
    Le jeune Isidore, fils de Martha devient orphelin à son tour à 9 ans. Sorti de l’orphelinat à 15 ans avec une lettre de recommandation, il fait tout pour entrer dans la famille Brombeere où se trouve le tableau de Klimt avec le portrait de sa mère. Il décide de le voler et s'enfuit en Amérique. D'abord cireur de chaussures, il économise et devient vite expert en bourse. Il rencontre Lotte, à qui il cache sa situation, et en l’épousant deviendra indispensable à sa belle-famille, surtout lorsque la bourse s’effondre en 1929.

    En Amérique. Michelle a eu une aventure avec un homme riche. De cette union naît une petite fille, Pearl. Elle se retrouve à la rue mais fait tout pour que sa fille ait une meilleure vie.
    Jeune avocate brillante, après un test ADN, Pearl apprend que son père est un riche propriétaire d’une usine de dentifrice et décide d'aller à New York le rencontrer. Il s’agit d'Isidore.
    Celui-ci est frappé par sa beauté, et surtout par sa ressemblance avec sa propre mère, Martha. Les souvenirs vont l’envahir.
    Après la mort d'Isidore, Pearl se retrouve avec le tableau de Klimt déposé chez elle par un inconnu. Elle décide de le rendre, mais sans se faire connaître.

    Très belle description de cette époque à Vienne et à New York. Par sa subtile analyse politique et économique, Camille de Peretti pose un regard juste et pertinent sur la société et la place de la femme au début du XXe siècle.

    thumb_up J'aime comment Réagir (0)
  • Coup de coeur absolu pour ce livre et la plume romanesque de Camille de Peretti. C'est beau, intelligent, on voyage dans l'espace et dans le temps.

    Au départ de l'histoire vraie d'un tableau de Klimt, Camille de Peretti nous offre une fresque magistrale de 1900 à nos jours, secrets de...
    Voir plus

    Coup de coeur absolu pour ce livre et la plume romanesque de Camille de Peretti. C'est beau, intelligent, on voyage dans l'espace et dans le temps.

    Au départ de l'histoire vraie d'un tableau de Klimt, Camille de Peretti nous offre une fresque magistrale de 1900 à nos jours, secrets de familles, disparitions, drames, on voyage à Vienne, à New York, au Texas et en Italie.

    Tout commence près de Wall Street en 1928, nous faisons connaissance d'Isidore, il a 19 ans, il est cireur de chaussures, amoureux de la belle Lotte, fille d'un richissime industriel. Il s'intéresse à la bourse, va spéculer et son destin sera incroyable.

    On rencontre Martha chassée de chez les Brombeere, richissime famille de Vienne. Elle a 17 ans, est jeune maman, et refuse de retourner vivre sur les trottoirs de Vienne.

    Bien des années plus tard, au Texas, Michelle réclame un test ADN car elle veut confondre le père de sa fille Pearl, elle serait celle d'Isidore !

    On va suivre ces trois personnages en alternance à des époques différentes, c'est véritablement bien construit, les liens se tissent habilement retraçant l'Histoire, celle de la crise de 1929, du capitalisme mais aussi de ce mystérieux tableau de Klimt.

    Ce tableau dont l'histoire est incroyable, c'est celui de "la Jouvencelle" peint par Klimt en 1910, il représente une femme de trois quart, un chapeau sur la tête et un boa autour du cou, une représentation de femme légère. Ce tableau est le seul "repeint" de Klimt, car "Portrait d'une dame" illustrant la couverture du livre, est la même femme sans chapeau, un châle autour du cou, une femme cette fois à l'allure respectable.

    Pourquoi Klimt a-t-il agit ainsi ? C'est un mystère mais l'imaginaire de Camille de Peretti en fait une histoire magnifique, qui tient la route. Ce tableau retouché en 1916 a été acheté en 1927 par la Galleria Ricci Oddi d’Art moderne, à Piacenza. Il a été volé en 1997 avant de réapparaître intact en 2019 dans les jardins du musée où il se trouve aujourd'hui.

    Un magnifique voyage vous attend, l'écriture est fluide. Les chapitres courts bien ficelés sont captivants, peu à peu les liens se tissent. Un grand roman.

    Ma note : ♥♥♥♥♥

    https://nathavh49.blogspot.com/2024/02/linconnue-au-portrait-camille-de-peretti.html

    thumb_up J'aime comment Réagir (0)
  • En amatrice de Klimt, je ne pouvais passer à côté de « L’inconnue du portrait ». Camille de Peretti s’est en effet emparée dans ce livre du double mystère du tableau de Klimt « Portrait d’une dame ».

    En effet, une analyse aux rayons X a montré en 1996 que ce tableau est en fait un double...
    Voir plus

    En amatrice de Klimt, je ne pouvais passer à côté de « L’inconnue du portrait ». Camille de Peretti s’est en effet emparée dans ce livre du double mystère du tableau de Klimt « Portrait d’une dame ».

    En effet, une analyse aux rayons X a montré en 1996 que ce tableau est en fait un double tableau puisque c’est le résultat de la retouche par le peintre d’une de ses œuvres, peinte en 1912, « Portrait d’une jeune dame » que l’on pensait disparue. Quelques mois plus tard, la peinture est volée dans le musée où elle était exposée … pour réapparaître dans le jardin de celui-ci vingt ans après !

    L’autrice livre ici le genre d’ouvrage que j’adore. Une fresque très romanesque, qui se déroule dans plusieurs pays (Autriche, États-Unis, Italie) et mêle durant près d’un siècle secrets de famille, histoires d’amour, drames et enquêtes.

    J’ai dévoré ce roman choral, qui se présente, autour de Pearl, Martha, Franz, Isidore, Lotte, comme un puzzle de plusieurs temporalités dont les pièces vont venir s’emboiter avec brio.

    Camille de Peretti est une excellente raconteuse d’histoires et j’ai complètement adhéré à ce qu’elle propose ici. Un grand plaisir de lecture !

    thumb_up J'aime comment Réagir (0)
  • Qui est l’inconnue de ce tableau de Klimt, cette jeune femme aux yeux bleus, avec ce grain de beauté sur la joue ?
    Saviez-vous que sous ses couches de couleurs se cache une autre femme, ni tout à fait la même ni tout à fait une autre, au large chapeau noir et aux épaules dénudées ?

    Camille...
    Voir plus

    Qui est l’inconnue de ce tableau de Klimt, cette jeune femme aux yeux bleus, avec ce grain de beauté sur la joue ?
    Saviez-vous que sous ses couches de couleurs se cache une autre femme, ni tout à fait la même ni tout à fait une autre, au large chapeau noir et aux épaules dénudées ?

    Camille de Peretti tisse autour de cette énigmatique toile de Klimt volée puis retrouvée 22 ans plus tard en Italie, une histoire absolument haletante et romanesque. Une fresque qui débute en Autriche puis s’enracine aux États-Unis, faisant se croiser d’incroyables destinées.
    D’Isidore, cireur de chaussures autrichien à Pearl, texane et fille de prostituée, la galerie de personnages est foisonnante et ô combien réjouissante.
    Au programme : secrets de famille, drames, succès, enquête, amours contrariés, rebondissements et bonds dans l’histoire … La mécanique, parfaitement rôdée, fait de ce roman un divertissement de toute beauté.

    thumb_up J'aime comment Réagir (0)
  • Dans ce roman, Camille de Peretti prend pour point de départ un tableau peint par Gustav Klimt, qui a connu une destinée rocambolesque. De quoi faire foisonner l’imaginaire de la romancière, qui comble les vides et créé autour de ce mystérieux tableau une fresque familiale captivante, nous...
    Voir plus

    Dans ce roman, Camille de Peretti prend pour point de départ un tableau peint par Gustav Klimt, qui a connu une destinée rocambolesque. De quoi faire foisonner l’imaginaire de la romancière, qui comble les vides et créé autour de ce mystérieux tableau une fresque familiale captivante, nous conduisant vers une enquête passionnante pour comprendre son l’histoire.

    De Vienne à New-York, depuis le début du vingtième siècle jusqu’à nos jours, entre drames et secrets de famille, chaque chapitre alterne entre les personnages et les époques, dans un puzzle romanesque qui nous fait découvrir une galerie de personnages aussi attachants que complexes.

    La dynamique des lecture est captivante, mêlant art et aventure, succès et tragédies, amour et recherche d’identité. Camille de Peretti nous livre un roman très bien documenté sur les différents sujets et époques traités, avec un style fluide mais intense, tenant le lecteur en haleine jusqu’à la dernière page.

    thumb_up J'aime comment Réagir (0)
  • De niveau modeste, Pearl est une enfant bâtarde. Jusqu’au jour où un test ADN révèle que son géniteur est un riche homme d’affaire : Isidore Hoffmann Ferguson, dont la rencontre va changer sa vie. Pearl a aussi une autre caractéristique, elle ressemble au portrait d’une inconnue peint par...
    Voir plus

    De niveau modeste, Pearl est une enfant bâtarde. Jusqu’au jour où un test ADN révèle que son géniteur est un riche homme d’affaire : Isidore Hoffmann Ferguson, dont la rencontre va changer sa vie. Pearl a aussi une autre caractéristique, elle ressemble au portrait d’une inconnue peint par Gustav Klimt en 1910, retouché un an plus tard avant d’être volé en 1997.

    « La ligne du sourcil, très marque, le nez un peu fort, la lèvre ourlée, carmine et ces joues…le peintre avait réussi à donner l’illusion d’une jeune femme rosissante. En transparence, le sang affluait sous la peau du modèle.
    Ça oui, c’est moi, pensa-t-elle. »

    Le lecteur a une longueur d’avance sur Pearl puisqu’il a déjà rencontré Martha, la mère d’Isidore, qui vivait à Vienne dans les années 1900.
    Le mystère entoure la jeune femme du portrait, tout comme Isidore dissimule ses origines.
    Sur la trace du tableau, la saga de cette famille, qui débute à Vienne au début du XXe siècle, se poursuit à New-York lors de la grande dépression pour se terminer en aout 2018, juste avant la réapparition mystérieuse du tableau volé.
    L’idée du fil rouge d’un tableau pour construire une histoire n’est pas nouvelle. Je citerais Les chasseurs dans la neige de J.Y. Laurichesse, La dormeuse de Naples d’Adrien Goetz, Le tableau du peintre juif de Benoit Séverac ou encore l’arrière-saison de Philippe Besson, mais il y en a tant d’autres.
    Dans le roman de Camille De Peretti, c’est surtout la saga d’une famille qui s’étend sur plus d’un siècle et qui part de l’Autriche pour se poursuivre en Amérique et se terminer enfin à Plaisance et Italie. Rien de très original dans ce roman historico- familial. Des intrigues, des histoires d’amour, des enfants illégitimes, des secrets de famille, le tout dans un va et vient incessant entre passé et présent, de quoi donner le tournis au lecteur. De temps à autre, l’intrigue se raccroche à l’histoire véridique du tableau dans des scènes artificielle. Parfois, ça tire à hue et à dia, ce n’est pas toujours très convaincant.
    Ça fourmille de personnages, au risque de se perdre. Un roman qui sera apprécié par les amateurs de saga familiales sur fond historique, car les rebondissements ne manquent pas.
    Le charme n’a pas opéré, je me suis parfois ennuyée le long de ces 350 pages. Mon avis est donc très mitigé.

    thumb_up J'aime comment Réagir (2)
  • Sur la couverture, le portrait d’une Dame de Gustav Klimt , toile réalisée en 1916 et retouchée en 1917. Ce tableau existe ; il a été volé puis restitué 20 ans après comme annoncé lors du méfait. Un mystère immense entoure ce tableau. Mais surtout ce qu’on ne sait pas et que Camille de Peretti...
    Voir plus

    Sur la couverture, le portrait d’une Dame de Gustav Klimt , toile réalisée en 1916 et retouchée en 1917. Ce tableau existe ; il a été volé puis restitué 20 ans après comme annoncé lors du méfait. Un mystère immense entoure ce tableau. Mais surtout ce qu’on ne sait pas et que Camille de Peretti nous dévoile dans cette fiction est l’identité de cette jeune femme, l’inconnue du portrait.
    Ce roman est une fresque immense qui s’étale sur près d’un siècle, de Vienne aux Etats unis, en passant par l’Italie contemporaine. Nous allons y découvrir les différentes périodes de l’histoire à travers des personnages, une famille sur plusieurs générations. Camille de Peretti va donner le jour à des secrets de famille, des histoires d’amours, des succès financiers pour notre plus grand plaisir.
    Cette lecture m’a quelque peu rappelé certains éléments des Années glorieuses, trilogie de Pierre Lemaitre, surtout pour la partie concernant le développement industriel, et la croissance financière.
    Encore un roman sur la peinture ? Oui, mais il n’a rien à voir avec les autres, croyez-moi ! l’histoire n’est pas comparable.
    Il s’agit d’un roman très abouti, une saga familiale dramatique qu’on ne lâche pas, des portraits plus vrais que nature, des faits historiques véridiques, de l’art, de l’économie, des guerres. Bref, un roman que j’ai adoré et que j’ai lu avec délectation sans chercher à dissocier le vrai du faux, en me laissant aller complètement dans le récit.
    Un très grand coup de cœur pour ce roman au souffle lyrique.

    thumb_up J'aime comment Réagir (0)

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.