Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

L'homme qui voulait vivre sa vie

Couverture du livre « L'homme qui voulait vivre sa vie » de Douglas Kennedy aux éditions Pocket
  • Date de parution :
  • Editeur : Pocket
  • EAN : 9782266194600
  • Série : (-)
  • Support : Poche
Résumé:

La vie d'un avocat devenu accidentellement meurtrier par amour. Il prend l'identité de la victime et recommence sa vie.

La vie de Ben Bradford n'est qu'une vaste comédie : en apparence c'est un père et un mari comblés, en réalité il souffre de la froideur de son épouse. Brillant avocat envié... Voir plus

La vie d'un avocat devenu accidentellement meurtrier par amour. Il prend l'identité de la victime et recommence sa vie.

La vie de Ben Bradford n'est qu'une vaste comédie : en apparence c'est un père et un mari comblés, en réalité il souffre de la froideur de son épouse. Brillant avocat envié par ses pairs, il ne rêvait que d'être photographe.
Alors qu'il se persuade qu'il est heureux, il découvre que sa femme le trompe et, qui plus est, avec un photographe ! Anéanti, il supprime son rival. Que faire ? Se rendre ou fuir ? Ben choisit la fuite et recommence une nouvelle vie à l'autre bout des Etats-Unis en prenant l'identité de sa victime.

Donner votre avis

Articles (2)

  • Douglas Kennedy
    Douglas Kennedy, auteur de best-seller

    Ecrivain américain à succès, Douglas Kennedy est né le 1er janvier 1955 à Manhattan. Il fait ses études à New York et Dublin, entreprend le métier de régisseur de théâtre puis se lance dans l’écriture.

  • La littérature fait son cinéma
    La littérature fait son cinéma

    Le cinéma s’est souvent inspiré de la littérature, des classiques les plus anciens aux romans contemporains, le 7ème art donne parfois un regain de jeunesse à des œuvres tombées dans le domaine public, à l’image souvent ennuyeuse. Et curieusement, ils sont souvent un grand succès public comme Le Hussard sur le toit, La Reine Margot, Cyrano de Bergerac..

Avis (19)

  • Ben Bradford est le prototype de la réussite à l’américaine. Il a tout pour lui, il a réussi, financièrement parlant du moins. Sa carrière professionnelle est au top, il gagne énormément d’argent, il possède tout ce dont il a envie, maison, femme, enfants, mais voilà, comme dit la chanson : « il...
    Voir plus

    Ben Bradford est le prototype de la réussite à l’américaine. Il a tout pour lui, il a réussi, financièrement parlant du moins. Sa carrière professionnelle est au top, il gagne énormément d’argent, il possède tout ce dont il a envie, maison, femme, enfants, mais voilà, comme dit la chanson : « il ne fait pas ce qu’il aurait voulu faire… Il aurait voulu être un artiste, pour pouvoir faire son numéro… » tout le monde connaît « Le blues du businessman »

    Ben rêvait de faire de la photographie, et un jour, une catastrophe le pousse à fuir, à mourir pour de faux et endosser une nouvelle identité. Il va ainsi partir loin, et vivre en faisant des photos qui vont avoir la côte. Mais, est-il si facile de se débarrasser de son passé ?

    J’ai bien aimé cette histoire qui montre la société consumériste américaine où il est de bon ton d’afficher sa réussite professionnelle, dans la mesure où on gagne et dépense beaucoup d’argent, mais aussi l’envers du décor : il y a un moment où le matériel ne suffit pas, la quête de sens fait son chemin, poussant le héros à tourner le dos à cet univers dans lequel il étouffe.

    Il y a qu’une simple recherche de la liberté, des grands espaces, il y le désir de trouver qui on est vraiment.

    C’est le premier roman de Douglas Kennedy que je lis : j’aime beaucoup ses passages à la grande librairie ou dans d’autres émissions culturelles, la manière dont il s’exprime en français. Mais, je repoussais toujours la lecture car jusqu’à une période récente, je ne lisais pas beaucoup les auteurs américains, exception faite de Philip Roth : les USA me hérissent un peu le poil, j’avoue !

    Ce roman est agréable à lire, l’écriture est légère, donc on le dévore, car le héros est attachant, et l’auteur sans complaisance avec ce qu’on appelle « American way of life »…

    Dans ma période post-opératoire, j’avais envie de sortir certains livres, pas trop ardus qui traînaient sur les étagères de ma bibliothèque depuis longtemps, celui-ci en faisait partie et j’ai passé un bon moment. C’est le genre de romans qui me convient dans les périodes où j’ai besoin de repos….

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Un livre spécifique au style de Douglas KENNEDY qui cache le cynisme et les fissures derrière la façade heureuse en apparence. Très beau livre riche en rebondissement et en suspens.

    Un livre spécifique au style de Douglas KENNEDY qui cache le cynisme et les fissures derrière la façade heureuse en apparence. Très beau livre riche en rebondissement et en suspens.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • « L’homme qui voulait vivre sa vie » m’a fait découvrir Douglas Kennedy il y a quelques années, et jamais depuis je n’ai retrouvé dans ses autres livres, à part dans « Cul-de-sac », cette formule magique qui fait d’un livre un page-turner : écriture ciselée, humour et rebondissements à gogo…...
    Voir plus

    « L’homme qui voulait vivre sa vie » m’a fait découvrir Douglas Kennedy il y a quelques années, et jamais depuis je n’ai retrouvé dans ses autres livres, à part dans « Cul-de-sac », cette formule magique qui fait d’un livre un page-turner : écriture ciselée, humour et rebondissements à gogo… Au-delà d’une lecture divertissante pour la plage, Douglas Kennedy, en décrivant les affres de cet homme qui voulait être libre, livre ici une satire de l’American way of life dans les banlieues matérialistes, où les bobos se la jouent artiste tout en consommant à outrance pour tromper l’ennui dans des demeures opulentes et prétentieuses. Un brin Raskolnikov, le héros, son forfait accompli, sera tenaillé par la peur et le remords… mais pas de panique, on n’est pas chez Dostoïevsky et l’épilogue ne peut pas être aussi sombre… Trépidant et grinçant, un très bon Douglas Kennedy.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Tout lui sourit à Ben Bradford, situation, famille et pourtant il est déprimé. Dans sa belle façade, la réalité fait quelques brèches, sa femme le trompe.Il tue l'amant. Il maquille le meurtre, usurpe l'identité du défunt et court mener sa vie dans un bled paumé. Mais des surprises l'attendent...
    Voir plus

    Tout lui sourit à Ben Bradford, situation, famille et pourtant il est déprimé. Dans sa belle façade, la réalité fait quelques brèches, sa femme le trompe.Il tue l'amant. Il maquille le meurtre, usurpe l'identité du défunt et court mener sa vie dans un bled paumé. Mais des surprises l'attendent encore. Mon premier Douglas Kennedy et pas le dernier...

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Le premier livre que j'ai lu de Douglas Kennedy et j'ai adoré sa façon d'écrire et suivre les tourments de son personnage. J'ai ensuite lu tous ces autres livres.

    Le premier livre que j'ai lu de Douglas Kennedy et j'ai adoré sa façon d'écrire et suivre les tourments de son personnage. J'ai ensuite lu tous ces autres livres.

    thumb_up J'aime comment Commentaires (3)
  • Une fois de plus, Douglas Kennedy nous emmène dans un lent processus de destruction de la vraisemblance, mais c'est fait avec un tel brio, un tel panache, un tel style, que je lui pardonne même les incohérences de l'histoire... Mais que ferait l'auteur sans un Deux ex Machina bien servi ??? Le...
    Voir plus

    Une fois de plus, Douglas Kennedy nous emmène dans un lent processus de destruction de la vraisemblance, mais c'est fait avec un tel brio, un tel panache, un tel style, que je lui pardonne même les incohérences de l'histoire... Mais que ferait l'auteur sans un Deux ex Machina bien servi ??? Le meurtre involontaire, l'accident providentiel, les négligences de part et d'autre (aussi bien de Gary que de Ben), etc. N’empêche, je n'ai pu que difficilement m'en décoller le nez...

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Ben Bradford a toujours rêvé de devenir photographe. Mais ce n'est pas la volonté de son père, qui le menace de lui couper les vivres s'il ne rentre pas en fac de droit. Ben capitule et rentre dans le moule en devenant avocat, en se mariant avec Beth, en vivant en banlieue et en ayant deux...
    Voir plus

    Ben Bradford a toujours rêvé de devenir photographe. Mais ce n'est pas la volonté de son père, qui le menace de lui couper les vivres s'il ne rentre pas en fac de droit. Ben capitule et rentre dans le moule en devenant avocat, en se mariant avec Beth, en vivant en banlieue et en ayant deux enfants : Adam et Josh.
    Au fil des années, Beth et Ben s'éloignent l'un de l'autre. Et c'est de pire en pire le jour où Ben découvre que sa femme le trompe avec Gary, le voisin qui ne cesse de crier sur tout les toits qu'il est un vrai photographe. Ben n'est plus lui même lorsqu'il tue l'amant de sa femme avec une bouteille de vin. Se rendant compte de son geste, Ben décide de faire disparaitre le corps et de recommencer sa vie à zéro à l'autre bout du pays... en se faisant passer pour Gary !


    Je n'avais jusque là jamais lu de Douglas Kennedy. Ce n'est pas l'envie qui me manquait, ni les divers titres de l'auteur ! Ce livre m'attirait (notamment car il a été mis en avant par son adaptation cinématographie avec Romain Duris), donc lorsque Laety me propose de le sortir de ma PAL pour une lecture commune, je n'ai pas pu refuser ^^

    Le début m'a paru assez long (une soixantaine de pages en GF) : il y a énormément de descriptions et je dois dire que je préfère lorsque l'auteur alterne descriptions et dialogues. Cependant, ces passages sont nécessaires pour introduire les personnages, notamment celui de Ben et son univers bien particulier.
    A partir de là, l'histoire prend forme et les éléments s'enchainent assez rapidement. Le livre est d'ailleurs écrit en 3 parties : la première correspond à la découverte de la liaison entre Beth et Gary et au meutre de ce dernier ; la seconde explique comment Ben a fait pour se débarasser du corps et la mise en place de sa nouvelle identité ; et enfin la troisième partie raconte la nouvelle vie de Ben/Gary dans le Montana.

    J'ai trouvé l'histoire plaisante et assez bien trouvée. D'habitude lorsque je rencontre le même genre de personnage que Ben dans d'autres livres, j'ai tendance à les prendre en grippe dès le début. Or ici, ce n'est pas le cas, j'ai réussi à éprouver de l'empathie pour cet homme, qui n'a finalement pas eu la vie qu'il voulait.
    L'auteur met bien en avant le thème de la célébrité et de la réussite sociale à travers l'histoire de Ben.

    Cependant (Bah oui, il faut bien un petit point négatif), en refermant le livre, je ne peux m'empêcher de constater qu'il y a un manque de réalisme, surtout lorsque l'on voit à quel point il est "facile" de changer d'identité. A la fin du livre, j'ai eu un peu de mal à y croire... (Mais bon c'est mon côté chiante qui ressort ^^)

    Bon sinon, le film m'intrigue aussi pas mal ! Déjà pour Romain Duris que j'aime beaucoup et aussi parce que l'histoire se passe en France, alors que dans le livre c'est du pur USA ! J'vous laisse la bande annonce à la fin de cet article ! :)

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.