Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

L'étranger

Couverture du livre « L'étranger » de Albert Camus aux éditions Gallimard
  • Date de parution :
  • Editeur : Gallimard
  • EAN : 9782070360024
  • Série : (-)
  • Support : Poche
Résumé:

« Quand la sonnerie a encore retenti, que la porte du box s'est ouverte, c'est le silence de la salle qui est monté vers moi, le silence, et cette singulière sensation que j'ai eue lorsque j'ai constaté que le jeune journaliste avait détourné les yeux. Je n'ai pas regardé du côté de Marie. Je... Voir plus

« Quand la sonnerie a encore retenti, que la porte du box s'est ouverte, c'est le silence de la salle qui est monté vers moi, le silence, et cette singulière sensation que j'ai eue lorsque j'ai constaté que le jeune journaliste avait détourné les yeux. Je n'ai pas regardé du côté de Marie. Je n'en ai pas eu le temps parce que le président m'a dit dans une forme bizarre que j'aurais la tête tranchée sur une place publique au nom du peuple français... »

Donner votre avis

Articles (2)

Avis (67)

  • J'ai étudié ce livre lorsque j'étais en Première (pour le BAC L) et il m'a totalement bouleversé. Je suis actuellement en Khâgne Littéraire, et il fait toujours partie de ces ouvrages qui nous prennent aux tripes et qui nous marquent.
    Je me rappelle évidement de cet incipit célèbrissime «...
    Voir plus

    J'ai étudié ce livre lorsque j'étais en Première (pour le BAC L) et il m'a totalement bouleversé. Je suis actuellement en Khâgne Littéraire, et il fait toujours partie de ces ouvrages qui nous prennent aux tripes et qui nous marquent.
    Je me rappelle évidement de cet incipit célèbrissime « Aujourd'hui, Maman est morte. Ou peut-être hier, je ne sais pas. » mais surtout du procès du narrateur, Meursault, où le juge lui balance sans humanité « j'accuse cet homme d'avoir enterré sa mère avec un cœur de criminel » alors que ce n'est pas le sujet du procès, et qui plus est, est totalement partial.
    Le style d'écriture un peu froid de prime abord, le narrateur parfois sordide, qui tue « à cause du soleil », qui agit comme si la mort de sa mère lui passait presque au-dessus, et qui nous décontenance... Ce livre est tout bonnement un classique, un chef d’œuvre qui se lit plus que rapidement. Qui se lit, et se relit !

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Relu dernièrement, j'ai à nouveau été saisie par le style de Camus. La création de ce personnage reste un mystère pour moi. Où Camus est-il allé chercher tout cela ? Comment un personnage de roman peut-il véhiculer autant de messages en quelques pages ? Lu pour la première fois quand j'avais 15...
    Voir plus

    Relu dernièrement, j'ai à nouveau été saisie par le style de Camus. La création de ce personnage reste un mystère pour moi. Où Camus est-il allé chercher tout cela ? Comment un personnage de roman peut-il véhiculer autant de messages en quelques pages ? Lu pour la première fois quand j'avais 15 ans, je n'ai certainement pas pu comprendre toute la portée symbolique du livre.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Je n'ai pas vraiment pour habitude de lire ou relire des classiques!

    Mais confinement oblige, je me suis mise à fouiller dans ma petite bibliothèque! Et j'y ai fait la découverte de cet exemplaire tout vieilli de L'étranger d'Albert Camus (Folio 1982).

    Et je m'y suis plongée! Tout de...
    Voir plus

    Je n'ai pas vraiment pour habitude de lire ou relire des classiques!

    Mais confinement oblige, je me suis mise à fouiller dans ma petite bibliothèque! Et j'y ai fait la découverte de cet exemplaire tout vieilli de L'étranger d'Albert Camus (Folio 1982).

    Et je m'y suis plongée! Tout de suite, conquise par l'écriture : concise, précise, efficace et qui transpire si bien la personnalité du narrateur. Embarquée avec lui sous le soleil d'Alger, dans sa cellule, dans le box des accusés au tribunal...

    J'ai maintenant très envie de découvrir d'autres Camus!!! Pour poursuivre l'exploration de cette plume!!!

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • "L'étranger" est une illustration de la philosophie de l'aburde à laquelle l'auteur semblait alors adhérer. Il évolua lors d'ouvrages ultérieurs comme "La Peste" où la fraternité des hommes semble un moment s'opposer à un univers glacial qui n'a que faire d'eux, ou "Le mythe de Sisyphe" où...
    Voir plus

    "L'étranger" est une illustration de la philosophie de l'aburde à laquelle l'auteur semblait alors adhérer. Il évolua lors d'ouvrages ultérieurs comme "La Peste" où la fraternité des hommes semble un moment s'opposer à un univers glacial qui n'a que faire d'eux, ou "Le mythe de Sisyphe" où l'accomplissement d'une fonction, même absurde, semble pouvoir apporter un certain bonheur, pour revenir plus ou moins à son point de départ avec "La chute", roman assez sombre.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Un incontournable de la littérature française. On partage le point de vue d'un meurtrier qui n'a pas de motivations ni même d'intentions.

    Un incontournable de la littérature française. On partage le point de vue d'un meurtrier qui n'a pas de motivations ni même d'intentions.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Un chef d'oeuvre absolu.A chaque lecture ,le lecteur pense avoir saisi le sens véritable du roman.Si Meursault nous ressemble comme étranger"à la vie ,nous sommes toujours surpris que le meurtre qu'il commet lui permette d'accéder à son identité.Un livre incontournable .

    Un chef d'oeuvre absolu.A chaque lecture ,le lecteur pense avoir saisi le sens véritable du roman.Si Meursault nous ressemble comme étranger"à la vie ,nous sommes toujours surpris que le meurtre qu'il commet lui permette d'accéder à son identité.Un livre incontournable .

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Que dire de ce livre qui n'a déjà été dit?

    L'étranger est pour moi mon livre de chevet, le roman que j'ai dû lire une quinzaine de fois.
    Mon histoire avec Camus avait débuté en classe de Terminale, option lettres, avec La Chute. J'avais pris, pour la première fois de ma vie, une claque...
    Voir plus

    Que dire de ce livre qui n'a déjà été dit?

    L'étranger est pour moi mon livre de chevet, le roman que j'ai dû lire une quinzaine de fois.
    Mon histoire avec Camus avait débuté en classe de Terminale, option lettres, avec La Chute. J'avais pris, pour la première fois de ma vie, une claque littéraire. Ce fut de même avec L'étranger. A chaque fois que je le lis, et toujours avec autant de plaisir, je découvre encore une autre facette de ce roman.

    Hier, ce fut grâce à cette première phrase, "Aujourd'hui, maman est morte." Car oui, Meursault est condamné à mort davantage pour ne pas avoir exprimé de tristesse au décès de sa mère que pour avoir tué un homme. Il est coupable d'être un mauvais fils plutôt qu'un mauvais homme. Il est coupable d'être un homme de peu d'émotions plutôt qu'un meutrier. Si seulement...

    Je le relirai bien une seizième fois.

    Un classique absolu

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • La première phrase du livre « Aujourd’hui, maman est morte. Ou peut-être hier, je ne sais pas », l’une des plus célèbres de la littérature française – voire LA plus célèbre – interpelle et surprend le lecteur. Qui est donc ce Meursault, sur lequel Camus ne nous livre presque aucun détail ? La...
    Voir plus

    La première phrase du livre « Aujourd’hui, maman est morte. Ou peut-être hier, je ne sais pas », l’une des plus célèbres de la littérature française – voire LA plus célèbre – interpelle et surprend le lecteur. Qui est donc ce Meursault, sur lequel Camus ne nous livre presque aucun détail ? La lecture commence de façon surprenante, déroutante même…

    Et, dès les premières pages, la justesse de la plume ne peut que séduire ! L’exercice est extrêment réussi – en même temps, c’est Camus me direz-vous ! -.

    Mais… car il y a un « mais », un immense « mais » même ! C’est d’un plat, comme l’attitude de Meursault. Il y a trop de descriptions pour ma part, j’ai très vite ressenti une grande lassitude ! L’histoire n’est ni bonne et ni mauvaise, elle parait surtout désincarnée.

    En revanche, la réflexion de fond sur la peine de mort, qui contraint à se poser des questions, permet de comprendre pourquoi c’est pratiquement un incontournable dans les collèges… même si cela revient, au final, à écœurer des générations de lecteurs potentiels !

    Bref trop de spleen, de nonchalance. Moi, cela me laisse sur le bord du chemin !

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.