Albert Camus

Albert Camus
1913-1960 - Le père d'Albert Camus travaillait dans un domaine viticole, près de Mondovi, pour un négociant de vins d'Alger. C'est dans ce département de Constantine que l'écrivain voit le jour en novembre 1913. Un an plus tard, Lucien Camus meurt à la bataille de la Marne et la famille s'install... Voir plus
1913-1960 - Le père d'Albert Camus travaillait dans un domaine viticole, près de Mondovi, pour un négociant de vins d'Alger. C'est dans ce département de Constantine que l'écrivain voit le jour en novembre 1913. Un an plus tard, Lucien Camus meurt à la bataille de la Marne et la famille s'installe à Alger. Albert y fait ses études, encouragé par ses professeurs dont Jean Grenier. Il commence à écrire très jeune et ses premiers textes paraissent dans la revue Sud (1932). Après le bac, il obtient un diplôme d'études supérieures en Lettres, section philosophie, mais la tuberculose l'empêche de passer l'agrégation. En 1935, il commence à écrire L'Envers et l'Endroit qui sera publié deux ans plus tard. A Alger, il fonde le Théâtre du Travail qu'il remplace en 1937 par le Théâtre de l'Equipe: entretemps, il a quitté le parti communiste auquel il adhérait. Il entre au journal du Front Populaire, créé par Pascal Pia: son enquête "Misère de la Kabylie" aura une action retentissante. En 1940, le Gouvernement Général de l'Algérie interdit le journal et s'arrange pour que Camus ne trouve plus de travail. Il s'installe à Paris et travaille comme secrétaire de rédaction à Paris-Soir. En 1943, il est lecteur chez Gallimard et prend la direction de Combat quand P. Pia est appelé à d'autres fonctions dans la Résistance. La rupture avec Sartre a lieu en 1952, après la publication dans Les Temps Modernes de l'article de Jeanson qui reproche à la révolte de Camus d'être "délibérément statique". En 1956, à Alger, il lance son "Appel pour la trêve civile", alors que dehors, on hurle des menaces de mort. Il obtient le prix Nobel de littérature en 1957.Le 4 janvier 1960, au Petit-Villeblevin, Camus trouve la mort en voiture. Il est enterré à Lourmarin où il avait acheté une maison.

Articles en lien avec Albert Camus (9)

  • La Bibliothèque des souvenirs
    La bibliothèque des souvenirs

    On les a tous lus , et on s’en souvient. Ou alors on ne les a pas lus, ces livres fondateurs de l’inconscient collectif des trentenaires et quarantenaires, mais ça nous dit quelque chose quand même. 

  • Tendance : La catastrophe naturelle inspire les romanciers français
    Tendance : La catastrophe naturelle inspire les romanciers français

    Ouragans, tsunamis, inondations, éruptions : les éléments déchaînés inspirent les auteurs français. Sans remonter jusqu’aux grands classiques (« L’Inondation », nouvelle de Zola ou « La Peste » de Camus), chaque rentrée littéraire, ou presque, livre « son roman de catastrophe ». 

  • Comment j’ai appris à lire, d’Agnès Desarthe
    Comment j’ai appris à lire, d’Agnès Desarthe

    L’aveu est difficile : comment un écrivain peut-il avouer n’avoir pas aimé lire ? Agnès Desarthe décide de dévoiler son secret d’enfance, dans une longue promenade à travers la lecture quand elle nous permet de savoir mieux qui l’on est. Ceux que les mystères de l’écriture et l’univers des écrivains fascinent ont trouvé leur Graal.

  • Portrait de Salim Bachi, l’écrivain caméléon
    Portrait de Salim Bachi, l’écrivain caméléon

    Quand tant de plumes habiles s’abîment parfois dans les affres de l’autofiction, Salim Bachi aime plutôt se glisser dans la peau de ses personnages, ou plutôt des personnalités, réelles ou fictives, qu’il met en scène dans ses ouvrages. Déjà, dans « Le Chien d’Ulysse », paru en 2001 et qui lui valut le Goncourt du premier roman, l’écrivain né à Alger en 1971 imaginait l’odyssée impossible d’un Ulysse oranais dans une Algérie fantasmée...

Avis sur cet auteur (148)

  • add_box
    Couverture du livre « L'étranger » de Albert Camus aux éditions Gallimard

    Rachida sur L'étranger de Albert Camus

    Relu dernièrement, j'ai à nouveau été saisie par le style de Camus. La création de ce personnage reste un mystère pour moi. Où Camus est-il allé cherché tout cela ? Comment un personnage de roman peut autant véhiculer de messages en quelques pages ? Lu pour la première fois quand j'avais 15 ans,...
    Voir plus

    Relu dernièrement, j'ai à nouveau été saisie par le style de Camus. La création de ce personnage reste un mystère pour moi. Où Camus est-il allé cherché tout cela ? Comment un personnage de roman peut autant véhiculer de messages en quelques pages ? Lu pour la première fois quand j'avais 15 ans, je n'ai pas certainement pas pu comprendre la portée symbolique du livre.

  • add_box
    Couverture du livre « Noces ; l'été » de Albert Camus aux éditions Gallimard

    Eny-Dane sur Noces ; l'été de Albert Camus

    "Noces" et "Eté à Alger" sont des récits qui ont conservé une modernité intacte. Récits lyriques où la sensualité et les sentiments y sont exaltés, où le bonheur simple est trouvé dans l'instant et dans le lien entre la nature et l'être. La puissance du soleil dans une Algérie aimée, l'errance...
    Voir plus

    "Noces" et "Eté à Alger" sont des récits qui ont conservé une modernité intacte. Récits lyriques où la sensualité et les sentiments y sont exaltés, où le bonheur simple est trouvé dans l'instant et dans le lien entre la nature et l'être. La puissance du soleil dans une Algérie aimée, l'errance et la solitude, la jeunesse, la liberté, les sentiments bruts, sont livrés avec style et lucidité. Ne rien attendre d'autre de la vie que ce qu'elle vous donne ici, maintenant, ce soleil et cette mer d'Alger, cette ivresse qui vit dans le coeur de Camus.

  • add_box
    Couverture du livre « La peste » de Albert Camus aux éditions Gallimard

    Amelielit sur La peste de Albert Camus

    J'ai été moins emballée par La Peste que par l'Étranger. Il m'a fallu un temps certain pour entrer véritablement dans l'histoire.

    J'ai été moins emballée par La Peste que par l'Étranger. Il m'a fallu un temps certain pour entrer véritablement dans l'histoire.

  • add_box
    Couverture du livre « L'étranger » de Albert Camus aux éditions Gallimard

    Amelielit sur L'étranger de Albert Camus

    Un incontournable de la littérature française. On partage le point de vue d'un meurtrier qui n'a pas de motivations ni même d'intentions.

    Un incontournable de la littérature française. On partage le point de vue d'un meurtrier qui n'a pas de motivations ni même d'intentions.