Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Les approches de la coordination en sciences sociales

Couverture du livre « Les approches de la coordination en sciences sociales » de Tric Julien Ludovic aux éditions Pu De Paris Ouest
Résumé:

Les contributions qui composent cet ouvrage confrontent les questions et les solutions inscrites dans les problématiques de philosophes, de juristes, de gestionnaires et d'économistes. Trois thèmes généraux sont privilégiés. Dans Etat et entreprises, la question de la coordination est abordée... Voir plus

Les contributions qui composent cet ouvrage confrontent les questions et les solutions inscrites dans les problématiques de philosophes, de juristes, de gestionnaires et d'économistes. Trois thèmes généraux sont privilégiés. Dans Etat et entreprises, la question de la coordination est abordée comme problème de gestion privée ou de gestion publique. Dans Les limites du marché, l'inefficacité possible de l'ordre marchand est déclinée comme défaut de coordination ou comme défaut de coopération. Dans Les élargissements de la rationalité, certains problèmes de coordination ou de coopération sont résolus en amendant l'hypothèse traditionnelle de rationalité.
La question de la coordination est transversale aux sciences sociales, qui toutes s'intéressent au lien social. Spécifiquement, l'expression de coordination apparaît adéquate à la problématique moderne du lien social. D'une part, elle se démarque du terme de subordination, plus pertinent pour décrire les sociétés holistes caractérisées par une hiérarchie donnée de l'ensemble social. D'autre part, la coordination interindividuelle émerge comme problème sous le régime social moderne, dans la mesure où celui-ci pose la primauté de l'individu indépendant.
En dépit de rapprochements récents, la sociologie et l'économie ont longtemps apporté des réponses essentiellement opposées à cette question de l'intégrité des sociétés individualistes. La sociologie a essentiellement avancé les « normes sociales » intériorisées par l'homo sociologicus comme ciment de l'« ordre » social. L'économie a spécifiquement mobilisé la « concurrence marchande » animée par l'homo oeconomicus comme source de l'« équilibre » social. L'économie occupe une place singulière au sein des sciences sociales. En partant d'un postulat d'individu indépendant saisi comme rationnel, elle a développé la thèse paradoxale d'un ordre spontané émergeant des comportements individuels intéressés, selon la célèbre figure smithienne de la main invisible. Ce faisant, l'économie politique a proposé une justification conséquentialiste de l'action égoïste, et elle a assuré l'autonomie d'un social dès lors auto-soutenu, indépendamment de toute volonté de faire société. « L'avènement de l'individu » mène aussi à « la découverte de la société », c'est-à-dire à la conception d'une objectivité du social dont la sociologie pourra faire son objet d'étude.

Donner votre avis

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.