Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Là où nous dansions

Couverture du livre « Là où nous dansions » de Judith Perrignon aux éditions Rivages
  • Date de parution :
  • Editeur : Rivages
  • EAN : 9782743651695
  • Série : (-)
  • Support : Papier
Résumé:

Detroit : le vacarme des usines, le son Motown sur lequel on chaloupe, les choeurs d'une communauté que l'on sacrifie sur l'autel du capitalisme... C'est aux bruits de cette ville que Judith Perrignon offre un écho dans ce roman choral fort et bouleversant.

Donner votre avis

Avis (2)

  • Dans son nouveau roman Là où nous dansions, Judith Perrignon raconte l’histoire des premiers logements sociaux pour les noirs aux États-Unis à partir de la vie de ses habitants. C’est l’occasion pour elle de questionner « le rêve américain » mais aussi ses démons avec la ségrégation raciale, la...
    Voir plus

    Dans son nouveau roman Là où nous dansions, Judith Perrignon raconte l’histoire des premiers logements sociaux pour les noirs aux États-Unis à partir de la vie de ses habitants. C’est l’occasion pour elle de questionner « le rêve américain » mais aussi ses démons avec la ségrégation raciale, la violence et les conditions de travail.

    Lorsque le roman commence, le Brewter Project, cet ensemble d’immeubles ayant accueilli des noirs pour la première fois dans des logements de confort, est entrain d’être démoli. Un ancien habitant, Ira, un flic couvert de succès, y a vécu et commence à raconter ses souvenirs.

    Le 9 septembre 1935, Éléonore Roosevelt arrive à Détroit avec le train présidentiel pour annoncer le financement d’un plan de logements publics pour les noirs de la ville. Elle parle à une petite fille, qui sera un des personnages récurrents de ce roman.

    En 2013 est retrouvé un corps dans un des immeubles avec une balle sous l’œil. Sarah, la légiste, cherche à lui donner une identité. Mais « Frat Boy », comme elle le surnomme, va garder encore longtemps ses mystères.

    Le deuxième fil de ce roman, qui en compte plusieurs, est l’histoire de la musique américaine noire à travers la maison de disques Mottow de Berry Gordy qui a puisé ses chanteurs(es) au cœur du Brewter Project. Ainsi, il y a eu les Supremes, trois filles qui s’essayèrent à la chanson. On découvrira bien plus tard que l’une aura son heure de gloire solo dans les années 60.

    La suite ici
    https://vagabondageautourdesoi.com/2021/02/24/judith-perrignon-la-ou-nous-dansions/

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • En retraçant, de sa construction à sa démolition, la vie d’un quartier de Detroit, Judith Perrignon nous offre bien davantage qu’une tranche de vie américaine. Ici, le capitalisme triomphant se double d’une violence économique, les rêves d’émancipation se heurtent au racisme.

    «Peut-être que...
    Voir plus

    En retraçant, de sa construction à sa démolition, la vie d’un quartier de Detroit, Judith Perrignon nous offre bien davantage qu’une tranche de vie américaine. Ici, le capitalisme triomphant se double d’une violence économique, les rêves d’émancipation se heurtent au racisme.

    «Peut-être que cette ville n'est plus qu'une vieille histoire, un roman américain démodé, et je suis dedans, prêt à être écrasé quand on refermera. CLAC!» Nous sommes le 8 août 2013, le jour où les autorités lancent les travaux de démolition du Brewster Project, quartier emblématique de Detroit où ne logent plus que des animaux qui ont trouvé refuge dans les ruines. Quelquefois, les aigles sont dérangés par des intrus venus leur livrer un cadavre, comme celui de ce «Frat Boy», à qui la police essaie de donner une identité. Ira a grandi là, est devenu flic, et peut aujourd'hui raconter la ville de l'automobile, sa grandeur et sa décadence, jusqu'à la bankruptcy, la faillite.
    Une histoire qui commence le 9 septembre 1935, lorsque Joséphine Gomon débarque du train présidentiel avec Eleanor Roosevelt. L'épouse du président et la responsable des constructions viennent annoncer le remplacement des taudis par un ensemble d'immeubles en dur, un projet destiné à concrétiser la promesse du président d'offrir un toit à tous, peu importe la couleur de peau.
    C'est là que les ouvriers des usines automobiles vont pouvoir emménager avec leurs familles, c'est là que des générations vont pouvoir rêver à un avenir meilleur. C'est aussi là que, au début des années 1960, des talents musicaux vont éclore: The Miracles, Martha and the Vandellas, The Marvelettes, Mary Wells, The Contours, Marvin Gaye, The Supremes. Tous ou presque signeront dans l'usine à tubes qu'est la Motown de Berry Gordy. Un petit prodige aveugle attend son tour, Stevie Wonder. Au comptoir d'un Coney Island Patty Smith rencontre Fred Smith... Mais c'est sans aucun doute l'histoire de Diana Ross qui symbolise au mieux le drame de Détroit. Dès que la réussite pointe le bout du nez, on renie ses origines et ses amies Florence Ballard, Betty McGlown-Travis _ avec lesquelles elle avait formé son premier groupe, The Primettes et Mary Wilson ou encore Betty Travis, on efface autant que faire ses peut ses racines.
    Ira connaît mieux que personne ce vieil eldorado. Il va être le témoin de l'histoire de ce quartier, va le voir se transformer au fil des ans et se dégrader «comme dans chaque rue de cette ville pleine d'ombres et de fantômes qui s'agitent sur les trottoirs aujourd'hui défoncés du passé».
    Avec sa collègue Sarah, spécialisée dans la reconnaissance des corps, il va tenter de retrouver qui est ce Frat Boy et qui sont ses assassins. Une enquête que l'on peut voir comme un symbole que Judith Perrignon, en journaliste talentueuse, a pris soin de solidement documenter. Les remerciements à la fin du roman à Ira Todd et Sarah Krebs, membres de la police de Detroit, venant confirmer son travail très minutieux qui a sans doute commencé avec la lecture d’un fait divers relatant la mort du graffeur français connu sous le nom de Zoo Project.
    Roman sur les rêves et les espoirs, Là où nous dansions est d'abord le roman de la violence économique, d'un combat inégal qui, à l'image des bulldozers qui ont rasé le Brewster Project, entend faire sombrer dans l'oubli des milliers d'âmes.
    https://urlz.fr/eJGS

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.