Fahrenheit 451

Couverture du livre « Fahrenheit 451 » de Ray Bradbury aux éditions Gallimard
  • Date de parution :
  • Editeur : Gallimard
  • EAN : 9782070415731
  • Série : (-)
  • Support : Poche
Résumé:

451 degrés Fahrenheit représentent la température à laquelle un livre s'enflamme et se consume.
Dans cette société future où la lecture, source de questionnement et de réflexion, est considérée comme un acte antisocial, un corps spécial de pompiers est chargé de brûler tous les livres, dont la... Voir plus

451 degrés Fahrenheit représentent la température à laquelle un livre s'enflamme et se consume.
Dans cette société future où la lecture, source de questionnement et de réflexion, est considérée comme un acte antisocial, un corps spécial de pompiers est chargé de brûler tous les livres, dont la détention est interdite pour le bien collectif.
Montag, le pompier pyromane, se met pourtant à rêver d'un monde différent, qui ne bannirait pas la littérature et l'imaginaire au profit d'un bonheur immédiatement consommable. Il devient dès lors un dangereux criminel, impitoyablement poursuivi par une société qui désavoue son passé.

Donner votre avis

Articles (3)

Avis (18)

  • Un roman de science-fiction que je voulais lire depuis longtemps car j'en avais beaucoup entendu parler. Je n'ai pas aimé ce livre malheureusement, pourtant l'idée de départ m'avait séduite mais le style rend la lecture difficile, un lexique spécialisé et particulier est employé. Je ne me suis...
    Voir plus

    Un roman de science-fiction que je voulais lire depuis longtemps car j'en avais beaucoup entendu parler. Je n'ai pas aimé ce livre malheureusement, pourtant l'idée de départ m'avait séduite mais le style rend la lecture difficile, un lexique spécialisé et particulier est employé. Je ne me suis pas attachée non plus à un des personnages, je les ai trouvés froids, distants. Une lecture décevante...

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Fahrenheit 451 est pour moi un chef d'oeuvre de la lecture distopique.
    Ce que je trouve génial c'est le fait que Ray Bradbury montre les travers de la société dans laquelle il vit et les dérives de celle-ci vers un monde totalitaire sans liberté ni place pour les livres qui sont brûlés.

    Fahrenheit 451 est pour moi un chef d'oeuvre de la lecture distopique.
    Ce que je trouve génial c'est le fait que Ray Bradbury montre les travers de la société dans laquelle il vit et les dérives de celle-ci vers un monde totalitaire sans liberté ni place pour les livres qui sont brûlés.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Wouaouhhh
    Quelle belle découverte !
    On suit Guy Montag dans sa vie de pompier, mais pas un pompier comme nous les connaissons mais un pompier bruleur de livres.
    Dans ce monde imaginaire, la culture, la littérature sont interdits. Pour éviter qu'elle ne se propage, les livres sont détruits et...
    Voir plus

    Wouaouhhh
    Quelle belle découverte !
    On suit Guy Montag dans sa vie de pompier, mais pas un pompier comme nous les connaissons mais un pompier bruleur de livres.
    Dans ce monde imaginaire, la culture, la littérature sont interdits. Pour éviter qu'elle ne se propage, les livres sont détruits et gare à ceux qui en possèdent.
    Durant la lecture, on ressent plusieurs émotions : la tristesse, la pitié pour ces hommes obligés de détruire notre passion. Puis lors de son émancipation, on ressent le courage de vouloir s'en sortir, de vouloir faire bouger les choses, ouvrir les yeux de cette population lobotomisée.
    J'ai beaucoup apprécié ce livre, qui restera longtemps dans ma mémoire.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • L'histoire de Montag prend le contrepied de celle du Vendredi de Daniel Defoe. Finalement, si la nature était le cœur des civilisations ? En tout cas, elle apparaît, ici, comme un lieu idyllique où n'ont ni leur place les "murs écrans", ni les "limiers robots".

    Que de parallèles, tellement...
    Voir plus

    L'histoire de Montag prend le contrepied de celle du Vendredi de Daniel Defoe. Finalement, si la nature était le cœur des civilisations ? En tout cas, elle apparaît, ici, comme un lieu idyllique où n'ont ni leur place les "murs écrans", ni les "limiers robots".

    Que de parallèles, tellement précurseurs, avec notre propre monde : l'omniprésence des écrans et l'étrange paradoxe d'une société de l'image qui a oublié, depuis longtemps, comment se regarder elle-même. Le seul élément qui pourrait passé pour dater, aujourd'hui, est l'absence de substance des personnages féminins ; à l'exception d'un seul qui n'est, pourtant, que le reflet du stéréotype de la jeune fille romantique. Pour autant, le voyage vaut quand même le détour mais attention : vous n'en ressortirez pas indemnes.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Description d'une société presque aseptisée au niveau émotionnel. Les intellectuels n'ont plus de place dans cette société, ils sont bannis, aucune discussion n'existe, aucune opinion n'est échangée et les livres sont supprimés. Le bonheur est obligatoire et le héros Guy Montag, pompier de...
    Voir plus

    Description d'une société presque aseptisée au niveau émotionnel. Les intellectuels n'ont plus de place dans cette société, ils sont bannis, aucune discussion n'existe, aucune opinion n'est échangée et les livres sont supprimés. Le bonheur est obligatoire et le héros Guy Montag, pompier de profession, se rend compte qu'il n'est pas du tout heureux dans cette société...et commence à s'intéresser aux livres.

    J'ai tout simplement adoré! Publié en 1955 en France, ce livre est avant-gardiste. Univers glauque, sombre, une vraie dystopie


    Un des meilleur livre que j'ai lu...

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • 250 pages qui ne manqueront pas de vous faire réfléchir à notre participation à tous, volontaire ou non, à l'appauvrissement de notre esprit critique et de notre libre arbitre. A quoi servent les livres? Sont-ils dangereux par essence? C'est l'avenir de la pensée lui-même qui est au coeur de ce...
    Voir plus

    250 pages qui ne manqueront pas de vous faire réfléchir à notre participation à tous, volontaire ou non, à l'appauvrissement de notre esprit critique et de notre libre arbitre. A quoi servent les livres? Sont-ils dangereux par essence? C'est l'avenir de la pensée lui-même qui est au coeur de ce roman. Intéressant.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Un livre vertigineux, tant il est proche de ce qui se vit ici ou là et de ce que nous pourrions vivre – car nous dansons sur un volcan…
    Un livre qui ouvre sur un véritable espoir et qui nous indique la voie de notre responsabilité : être les veilleurs d’une culture humaine qui ne doit pas...
    Voir plus

    Un livre vertigineux, tant il est proche de ce qui se vit ici ou là et de ce que nous pourrions vivre – car nous dansons sur un volcan…
    Un livre qui ouvre sur un véritable espoir et qui nous indique la voie de notre responsabilité : être les veilleurs d’une culture humaine qui ne doit pas mourir… trop vite.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Il n'y a pas de plaisir plus intense pour Guy Montag que de voir un livre au bout de son lance-flammes. Pompier d'élite, il a pour tâche de brûler les livres, devenus illégaux car possiblement subversifs. Montag jouit donc du plaisir d'incendier sans se poser de questions, sûr de son bon droit...
    Voir plus

    Il n'y a pas de plaisir plus intense pour Guy Montag que de voir un livre au bout de son lance-flammes. Pompier d'élite, il a pour tâche de brûler les livres, devenus illégaux car possiblement subversifs. Montag jouit donc du plaisir d'incendier sans se poser de questions, sûr de son bon droit et adhérant totalement aux lois d'une société qui a banni l'écrit et la réflexion au profit du divertissement pur. C'est une voisine fraîchement installée dans son quartier qui va troubler sa sérénité. La jeune fille d'à peine 17 ans lui pose un simple question : "C'est vrai qu'autrefois les pompiers éteignaient le feu au lieu de l'allumer ?". Montag commence par rire de cette aberration, mais la graine du doute s'est plantée dans sa conscience. Le soir quand il rentre chez lui, Clarisse semble l'attendre pour lui faire la conversation, évoquant les joies simples d'une promenade, la contemplation de la lune, parlant des livres qu'il brûle avec de moins en moins de conviction. Il lui semble qu'il communique plus et mieux avec cette inconnue qu'avec l'épouse qu'il retrouve chez lui plantée devant ses écrans géants. Quand elle disparaît soudainement, Montag perd pied et passe dans l'illégalité en cachant des livres.

    D'une écriture presque froide, Ray BRADBURY raconte une société futuriste où la lecture est interdite. Synonymes d'un savoir devenu inutile, les livres sont brûlés et leur détention formellement interdite. Ils ne sont pas nombreux ceux qui s'élèvent contre cette loi liberticide. D'autres divertissements bien plus grisants sont venus remplacés l'acte de lire. Dans chaque foyer, les écrans géants déversent des fictions interactives réduites à leur plus simple expression. Partie prenante dans ces scénarios minimaliste, l'individu se grise de bruit et de fureur, croit trouver là une famille. A l'extérieur non plus on ne flâne pas. Se promener est tout aussi répréhensible que lire, on préfère rouler sans limitation de vitesse, parcourir à toute allure des centaines de kilomètres pour se vider la tête. Aucun répit, jamais. Même la nuit, on peut rester connecté grâce à une prothèse auditive. Sans cesse sollicité, l'homme n'a plus le temps pour la réflexion, donc la critique.
    Montag, pompier comme son père, aime incendier les bibliothèques. Pourtant, sans qu'il en soit lui-même conscient, il abrite un terreau contestataire. N'a-t-il pas caché un livre dans un conduit d'aération de sa maison ? Début de rébellion ou simple curiosité envers cet objet controversé dont il ignore tout ? Une rencontre va changer le cours de son existence, sa première rencontre avec un être humain doué de raison. En de brèves rencontres, la jeune Clarisse va lui faire entrevoir un autre monde possible, un monde où l'on prendrait le temps de discuter, d'apprendre, de s'émerveiller. Pour Montag, c'est une révélation. Désormais, il veut savoir, connaitre, trouver des réponses et surtout sauver les livres. Hors-la-loi, il fuit sa vie, sa femme, ses collègues et rejoint les hommes-livres, hommes-libres, qui apprennent par coeur le contenu des ouvrages les plus précieux pour en garder une trace malgré les autodafés.
    Bien qu'écrit en 1953, Fahrenheit 451 n'a rien perdu de son côté visionnaire. Soixante ans après, les livres sont toujours en danger. C'est par la culture que les sociétés totalitaires asservissent les peuples. En brûlant des livres, en les censurant, les interdisant pour ne montrer que ce qui sert et justifie l'autorité. Les écrans ont bien envahi les foyers : les portables, ordinateurs, tablettes qui remplacent les vraies conversations, les programmes télévisés indigents qui ne nécessitent pas de réfléchir, les informations mises en scène comme des productions hollywoodiennes. La famille évoquée par BRADBURY est étrangement proche des amis que l'on se fait sur les réseaux sociaux : des liens sans profondeur, interchangeables à l'infini.
    Une lecture nécessaire, ode à la liberté de penser et bien sûr à la littérature qui en est l'un des vecteurs.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Suggestions de lecture

Discussions autour de ce livre

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre

Soyez le premier à en lancer une !

Forum

Afficher plus de discussions