Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Bis repetita placent

Couverture du livre « Bis repetita placent » de Collectif aux éditions Mac Val
  • Date de parution :
  • Editeur : Mac Val
  • EAN : 9782916324883
  • Série : (-)
  • Support : Papier
Résumé:

« Bis repetita placent » est ce célèbre aphorisme inspiré par l?Art poétique d?Horace (circa 13 ap. J.-C.), dans lequel le poète déclare que telle ?uvre ne plaira qu?une fois, tandis que telle autre répétée dix fois plaira toujours. Le Festival « Bis repetita placent », articulé autour d?un... Voir plus

« Bis repetita placent » est ce célèbre aphorisme inspiré par l?Art poétique d?Horace (circa 13 ap. J.-C.), dans lequel le poète déclare que telle ?uvre ne plaira qu?une fois, tandis que telle autre répétée dix fois plaira toujours. Le Festival « Bis repetita placent », articulé autour d?un colloque, de rencontres, de projections et de performances, propose de réfléchir sur les processus de création, de médiation et de transmission de l?art contemporain à partir de la reprise et de la figure de l?interprète, l?un des fils rouges tendus par l?exposition des ?uvres de la collection « L?Effet Vertigo », à l?occasion des 10 ans du MAC VAL.
Pratique historique séculaire dans les processus de création et de transmission, pourquoi ces pratiques de la reprise sont-elles pourtant si souvent questionnées, attaquées ou suspectées dans le champ de l?art contemporain ? Peut-être parce qu?elles flirtent avec l?autorité des faits historiques, l?anachronisme, le plagiat, l?aura de l?original, l?amateurisme, la répétition, la liberté de création ?
Peut-être aussi et surtout parce qu?elles mettent à mal l?idée d?une histoire de l?art linéaire où l?emprunt et autres procédés citationnels furent jugés de manière morale et souvent péjorativement ? L?idée du remake cinématographique ou de la reprise musicale peuvent-elles être transposables dans les arts plastiques ? Comment le musée, instance de patrimonialisation et de rémanence peut-il conserver un geste, une performance, une pratique culturelle voués au mouvement, sans le répéter au risque de sa désactivation ou de sa folklorisation ? La copie, l?imitation furent les modèles de transmission académique des beaux-arts. La modernité a bousculé cette pratique prônant l?invention et une table-rase du passé. La reprise, entre répétition active et relecture postmoderne, propose une expérience de l?art basée sur un nouvel usage de son histoire, une conception de l??uvre comme matériau, document, événement, partition, nécessairement dynamique.
La publication qui accompagner le festival consiste en deux livres distincts, dont les contenus sont rigoureusement identiques. Ils le sont à la virgule près à l?exception du numéro d?isbn ; cependant, leur existence matérielle diffère de manière importante. Les deux ouvrages sont de même format ? celui de ceux qui les ont précédés dans la même collection ?, mais leurs mises en page ne sont pas les mêmes, tout comme le papier sur lequel ils sont imprimés. L?un « reprend » l?autre, ou inversement, sans que l?on sache lequel précède l?autre ou en serait le modèle. Chacun des deux ouvrages ? et il s?agit bien d?ouvrages distincts puisque leurs numéros d?isbn les différencient ? est un simulacre qui offre une expérience de lecture singulière. Ils sont le résultat d?exercices de style graphiques, manière d?affirmer que dans le champ du design comme dans d?autres, la réponse dépend du contexte et qu?elle n?est jamais unique ou immuable.

Donner votre avis