À même la peau

Couverture du livre « À même la peau » de Lisa Gardner aux éditions Albin Michel
  • Date de parution :
  • Editeur : Albin Michel
  • EAN : 9782226320896
  • Série : (non disponible)
  • Support : Papier
Résumé:

Deux meurtres spectaculaires sont perpétrés à Boston à six semaines d'intervalle. Dans les deux cas, les victimes sont des femmes seules, atrocement mutilées, à côté desquelles l'assassin a déposé une rose.
L'inspectrice D.D. Warren, chargée de l'enquête, décèle vite une similitude entre ces... Voir plus

Deux meurtres spectaculaires sont perpétrés à Boston à six semaines d'intervalle. Dans les deux cas, les victimes sont des femmes seules, atrocement mutilées, à côté desquelles l'assassin a déposé une rose.
L'inspectrice D.D. Warren, chargée de l'enquête, décèle vite une similitude entre ces mises en scène macabres et une longue série de meurtres ayant défrayé la chronique à Boston quarante ans plus tôt et dont l'auteur, Harry Day, s'est suicidé depuis.
Seul recours pour D.D. Warren : se rapprocher des deux filles de Harry Day. Se pourrait-il qu'il y ait un lien entre les récents crimes et Shana et Adeline ? Pour le savoir, D.D. Warren va devoir se confronter à cette interrogation : peut-on échapper à son destin lorsqu'il est marqué du sceau de la mort ?

Une plongée stupéfiante au coeur d'un enfer familial : Lisa Gardner s'impose définitivement comme une virtuose du thriller psychologique.

Donner votre avis

Avis(9)

  • Même si l'histoire n'apparaît pas pour certain(e)s passionnantes, j'ai commencé à le lire alors que je souffrais énormément. La question des anti-douleurs et de la gestion de la douleur a fait résonance à ma situation avec la situation des enfants placés.
    J'ai lu ce livre presque d'une traite,...
    Voir plus

    Même si l'histoire n'apparaît pas pour certain(e)s passionnantes, j'ai commencé à le lire alors que je souffrais énormément. La question des anti-douleurs et de la gestion de la douleur a fait résonance à ma situation avec la situation des enfants placés.
    J'ai lu ce livre presque d'une traite, sans me poser vraiment de questions.
    J'ai apprécié ces moments , l'intrigue est facile à suivre même si j'avais trouvé l'assassin assez rapidement;
    Laissez vous tenter c'est un livre à glisser dans sa valise et profiter d'une détente bien méritée.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Comment ne pas lire ce roman d'une traite?! Il m'a fallu peu d'heures pour le terminer, emballée que j'étais par cette histoire de soeurettes pas bien nettes. Ce thème sororal sous-tend celui du souvenir, des relations familiales, de l'héritage que l'on reçoit, de ce que l'on en fait. Ici...
    Voir plus

    Comment ne pas lire ce roman d'une traite?! Il m'a fallu peu d'heures pour le terminer, emballée que j'étais par cette histoire de soeurettes pas bien nettes. Ce thème sororal sous-tend celui du souvenir, des relations familiales, de l'héritage que l'on reçoit, de ce que l'on en fait. Ici prétexte à une écriture parfois un peu longue, pas trop psychologique, mais alerte. Parfois des descriptions un peu gore, mais qui sous tendent la tendresse et la reconnaissance de chacune des héroïnes l'une envers l'autre.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Ce livre m'as été pretté car j'aime ce qu'écrit Lisa Gardner en général et celui ci me semblait prometteur.
    Seulement voilà des le début l'histoire se présente longue et lourde,l'histoire de deux sœurs au passé terrible et à l'héritage difficile.
    Impression de déjà lu, chapitres longs, voir...
    Voir plus

    Ce livre m'as été pretté car j'aime ce qu'écrit Lisa Gardner en général et celui ci me semblait prometteur.
    Seulement voilà des le début l'histoire se présente longue et lourde,l'histoire de deux sœurs au passé terrible et à l'héritage difficile.
    Impression de déjà lu, chapitres longs, voir ennuyeux, on revient sans cesse sur le mème déroulement et on fait du "surplace".
    Je pensait trouver un bon thriller comme je les aime mais c'est presque a la fin que l'histoire m'as un peu accroché mais ma déception avait prit le dessus et je ne l'ai sans doute pas apprécié comme il aurait fallu...

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Comme à chaque fois que je critique un roman provenant d'une opération Masse critique, je prends le temps de remercier les équipes de Babelio ainsi que l'éditeur. Je ne déroges pas à la règle et remercie donc Babelio et les éditions Albin Michel qui m'ont gentiment fait découvrir ce « petit »...
    Voir plus

    Comme à chaque fois que je critique un roman provenant d'une opération Masse critique, je prends le temps de remercier les équipes de Babelio ainsi que l'éditeur. Je ne déroges pas à la règle et remercie donc Babelio et les éditions Albin Michel qui m'ont gentiment fait découvrir ce « petit » polars en avant-première. Qu'en est-il de mon avis sur ce roman ? Et bien, aux premiers abords, il est engageant. La couverture est suffisamment attrayante avec de belles couleurs vives … de quoi attirer le regard du lecteur. le résumé est suffisamment intriguant pour attiser la curiosité du lecteur fan d'histoires sur les tueurs en série. Donc, tout fonctionne. Et pourtant … 
Avant d'entrer dans le vif du sujet, je tiens à préciser que la qualité de la couverture de l'épreuve n'est pas la meilleure que j'ai vu. Elle marque vite … à la moindre page tournée. L'épaisseur du papier ne me semble pas adaptée au format, ni à l'allure générale que veut se donner ce roman. Il a l'air d'être de mauvaise facture, ce qui est dommage ! Puis, les lecteurs n'aiment pas avoir des couvertures abîmées puisque, souvent, ils traitent leurs romans comme des collectionneurs. Ou peut-être n'est-ce que moi ? Aurais-je un trouble du comportement ? Hummm … Possible, possible ! Dans tous les cas, je me dis et je l'espère vraiment, que cette couverture n'est prévue que pour l'épreuve et non pour l'édition finale. 
Passons à ce qui nous intéresse le plus. En commençant à lire le prologue, je me suis dit que ça allait être un terrible (dans le sens positif) moment de lecture. Ce petit aperçu de l'histoire m'avait déjà enivré. Malheureusement, dans les premiers chapitres, le soufflé retombe. Mais, il retombe vraiment. L'histoire devient lourde alors que l'écriture de l'auteur ne l'est pas du tout. C'est long, c'est lassant … Malgré de bons sujets tel que l'analgésie congénitale qui était très intéressante bien que peu fouillée (ce qui est relaté dans le roman est l'un des premiers articles de Google). Rien ne fonctionne réellement. le personnage principal D.D. est peu attachante tant elle est caricaturée (on retrouve le même stéréotype dans les enquêtes de Sharko écrites pas Franck Thilliez). À croire qu'il n'existait qu'un type d'enquêteurs pour des milliers de personnalités de criminels … Les gens ne sont-ils pas tous différents ? Pour ne rien vous cacher, je trouve que l'histoire d'Adeline et de Shana se serait suffit à elle-même. D. D. est son équipe étaient en trop à mes yeux. L'histoire était alourdie par leur présence et c'est vraiment dommage car, sans ça, on aurait entre les mains un thriller incroyablement sombre. Oui, j'adore les thrillers … Je me soigne pourtant ! du moins, j'essaies.
    Les chapitres défilants, l'histoire a reprit son évolution et je suis devenu complètement accro à l'histoire. Mais … Parce qu'il y a toujours un mais ! C'était trop tard ! En appréciant ce que je lisais, je n'avais qu'une crainte c'était d'être à nouveau déçue. Ce qui n'arriva pas. Pas parce que l'identité du tueur est resté un mystère (non, je m'en suis douté dès le départ et le troisième meurtre a confirmé mes doutes) mais parce que je ne m'imaginais pas une telle fin. Une fin que j'ai apprécié même si affectivement j'aurais préféré une autre solution.
    J'ai trouvé que le comportement qui liait Shana à Adeline décrit par l'auteur était particulièrement juste. Ce besoin de se sentir aimer par les membres de sa famille. Et même si on sait que ce n'est pas possible, que c'est illusoire. On s'y raccroche, sans cesse, tout au long de sa vie. L'échappatoire des enfants adoptés pour surmonter l'abandon était également dépeinte très justement. Il est plus facile de s'imaginer que ses parents biologiques (souvent rois, ou des personnages de grandes importances) aient choisi de s'éloigner de leurs enfants dans l'unique but de les protéger (d'une sorcière ou d'un groupe politique souhaitant la mort de l'héritier). On s'en sort comme on peut, me direz-vous !
    On peut aussi noter une incohérence relativement incroyable. Comment le réceptionniste de l'immeuble d'Adeline a pu ne pas voir les ressemblances troublantes entre le nouveau voisin et le tueur à la rose ? Je ne comprends pas. Il n'était pas aveugle et aucun d'eux n'étaient grimé quand ils se sont présentés à lui. Comme quoi, il est difficile de mener une histoire sans aucune incohérence …
    En somme, je dirais que c'est un roman qui aurait pu être au-dessus de ce qu'il est puisqu'il a toutes les cartes en mains. Dommage qu'il ait été rattaché aux enquêtes de D. D., qui pour moi ne colle pas avec l'histoire. Il aurait fallut une enquêtrice particulière … Un vrai profiler. Malgré tout, après les premiers et douloureux chapitres, c'était agréable à lire et relativement enrichissant sur le point pédagogique (thanatopraxie, analgésie congénitale, méthode d'acceptation de la douleur …).

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Suggestions de lecture

Discussions autour de ce livre

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre

Soyez le premier à en lancer une !

Forum

Afficher plus de discussions