Simonetta Greggio

Simonetta Greggio
D'origine italienne, Simonetta Greggio écrit en français. Elle a travaillé comme journaliste durant plusieurs années, notamment pour Le Figaro, La Repubblica et Télérama. Elle est l'auteur de trois romans, parus chez Stock : "La douceur des hommes" (2005), "Col de l'ange" (2007) et "Les mains nues" (2009).
D'origine italienne, Simonetta Greggio écrit en français. Elle a travaillé comme journaliste durant plusieurs années, notamment pour Le Figaro, La Repubblica et Télérama. Elle est l'auteur de trois romans, parus chez Stock : "La douceur des hommes" (2005), "Col de l'ange" (2007) et "Les mains nues" (2009).

Articles (5)

Voir tous les articles

Avis (55)

  • Couverture du livre « Black messie » de Simonetta Greggio aux éditions Lgf

    0.2

    Sophie Gauthier sur Black messie de Simonetta Greggio

    C'est un roman au charme vénéneux que ce "Black Messie" qui nous entraîne dans les Abysses du Mal. Nourrie de faits réels et d'un paquet de références qui agissent comme des miroirs à l'intérieur d'un kaléidoscope, réagençant constamment les faits, l'histoire se structure comme u puzzle dont les...
    Voir plus

    C'est un roman au charme vénéneux que ce "Black Messie" qui nous entraîne dans les Abysses du Mal. Nourrie de faits réels et d'un paquet de références qui agissent comme des miroirs à l'intérieur d'un kaléidoscope, réagençant constamment les faits, l'histoire se structure comme u puzzle dont les pièces prennent la forme de pans de vie des différents personnages : Jacopo, le capitaine des carabiniers, chargé d'enquêter sur les meurtres effroyables dont Florence est le décor ; Miles, déjà marqué par l'assassinat de Nonnie sa femme ; Indiana sa fille habituée à masquer ce qu'elle sait ; H.S., incarnation du mal et Légion, son allégorie.
    Cette forme à la fois savante et lumineuse, alliée à une écriture saisissante, sublime l'intrigue pour en faire une réflexion pénétrante sur la confrontation au mal, ainsi que sur les démons qui hantent l'Italie depuis des décennies.

    Percutant et passionnant !git sta

  • Couverture du livre « L'homme qui aimait ma femme » de Simonetta Greggio aux éditions Lgf

    0.1

    Pen Parrau sur L'homme qui aimait ma femme de Simonetta Greggio

    Par le titre alléchée, je me faisais une joie de découvrir cet auteur.

    Dans le Paris des années soixante, deux jeunes frères Yann et Alexandre, vont rencontrer la séduisante Maria.
    Si les premières années de leur vie d’étudiant ont la liberté et la saveur de cette époque, imprégnées par le...
    Voir plus

    Par le titre alléchée, je me faisais une joie de découvrir cet auteur.

    Dans le Paris des années soixante, deux jeunes frères Yann et Alexandre, vont rencontrer la séduisante Maria.
    Si les premières années de leur vie d’étudiant ont la liberté et la saveur de cette époque, imprégnées par le cinéma de la nouvelle vague (d’ailleurs le titre du livre raisonne avec le film de Truffaut «L’homme qui aimait les femmes») et les idées des nouveaux penseurs, on sent bien qu’un drame se tisse dans les mailles de leur destin.

    J’ai eu beaucoup de plaisir au début de ma lecture, d’autant que c’est une période que j’aime particulièrement, mais mon enthousiasme s’est essoufflé au fil des pages. Le récit se perd dans un mélo et les personnages se transforment doucement en caricature d’eux-mêmes.git sta

  • Couverture du livre « Black messie » de Simonetta Greggio aux éditions Lgf

    0.2

    Nadia D'ANTONIO sur Black messie de Simonetta Greggio

    Simonetta Greggio, née à Padoue, a déjà écrit plusieurs livres avant celui-ci, un thriller, dont le titre BLACK MESSIE donne la couleur et le ton.
    BLACK MESSIE est inspiré de faits divers réels et Madame Figaro qualifie l’auteure comme : Reine du thriller.
    Il faut dire que les meurtres se...
    Voir plus

    Simonetta Greggio, née à Padoue, a déjà écrit plusieurs livres avant celui-ci, un thriller, dont le titre BLACK MESSIE donne la couleur et le ton.
    BLACK MESSIE est inspiré de faits divers réels et Madame Figaro qualifie l’auteure comme : Reine du thriller.
    Il faut dire que les meurtres se succèdent les uns aux autres à grande allure et ont un caractère particulier parce que sacrificiel.
    L’histoire m’a fait penser au MONSTRE DE FLORENCE, à PRENDRE LILY ou à PRENDRE GLORIA, parce que traitant du même genre de meurtres et je me suis dit : encore un livre sur ces assassinats plus qu’horribles (descriptions qui seraient insoutenables aux âmes sensibles ont je ne fais pas partie. Quoique parfois ...).
    C’est Jacopo D’Orto, capitaine des carabiniers qui mène l’enquête. Comme il est proche de la retraite il se dit qu’il n’a plus rien à perdre.
    C’est un véritable cauchemar qui a eu lieu dans la belle Toscane et Jacopo repense aux meurtres qui avaient déjà été commis entre 1965 et 1980 (environ) par Le Monstre de Florence.
    Il fait la connaissance de Miles, un professeur arrivé de Louisiane et dont la fille vient de disparaître.
    Pour chaque chapitre, c’est un personnage différent qui parle et nous livre sa version des faits ; l’assassin est même de la partie.
    Avec ce style d’écriture, l’écrivaine fait participer le lecteur aux impressions de chaque narrateur. Mais quand il s’agit de H.S. et de Légion, on a affaire à des dires démentiels.
    Jacopo va avoir fort à faire avec tous ces meurtres sordides au possible. L’écrivaine n’hésite pas à nous donner des détails très scabreux (donc un livre à ne pas mettre entre toutes les mais mais j’ai déjà prévenu et il faut avoir le cœur bien accroché). On serre les dents devant l’horreur.
    Il faut signaler que ces meurtres ont inspiré le film LE SILENCE DES AGNEAUX. Et pour nous, le Monstre de Florence était mort, alors qui poursuit son œuvre (si on peut l’appeler ainsi)  qui ressemble étrangement à la sienne ? La différence est que les victimes ont droit à une rose.
    De plus, il faut signaler que Simonetta Greggio emploie un langage très cru, étonnant d’ailleurs. Comme quoi, ldes femmes aussi n’ont pas froid aux yeux.
    En parallèle avec l’enquête, on découvre un groupe au rituel secret, entièrement dévoué à la Vierge Noire.
    On y parle aussi d’une chanson des Beatles et le lecteur va de surprises en surprises aussi épouvantables les unes que les autres. Quand on croit que c’est fini, ça recommence.
    Si le professeur Miles a un comportement bizarre, alors que sa fille vient disparaître, il est ambigu mais également émouvant car il souffre.
    Bien entendu et comme d’habitude, on je peut pas raconter toute l’histoire (d’ailleurs c’est impossible car les imprévus sont nombreux) mais on peut dire qu’avec BLACK MESSIE, Simonetta Greggio sait tenir en haleine le lecteur malgré une première impression de déjà vu au début du livre.
    C’est sa façon de raconter qui est captivante et elle mérite bien les éloges qu’elle a reçus.
    Je le redis : c’est pour les amateurs de sensations fortes !git sta

Voir tous les avis

Vidéos (1)

  • Autour d'un sujet avec Simonetta Greggio

Voir toutes les videos

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur
Soyez le premier à en lancer une !

Lancez une discussion

Pour lancer une discussion, vous devez être connecté...
Vous n'avez pas encore de compte ? Rendez-vous ici et laissez-vous guider !

Récemment sur lecteurs.com