Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Rene Fregni

Rene Fregni
Né le 8 juillet 1947 à Marseille, René Frégni a déserté l'armée après de brèves études et vécu pendant cinq ans à l'étranger sous une fausse identité. De retour en France, il a travaillé durant sept ans comme infirmier dans un hôpital psychiatrique avant de faire du café-théâtre et d'exercer dive... Voir plus
Né le 8 juillet 1947 à Marseille, René Frégni a déserté l'armée après de brèves études et vécu pendant cinq ans à l'étranger sous une fausse identité. De retour en France, il a travaillé durant sept ans comme infirmier dans un hôpital psychiatrique avant de faire du café-théâtre et d'exercer divers métiers pour survivre et écrire. Depuis plusieurs années, il anime des ateliers d'écriture dans la prison d'Aix-en-Provence et celle des Baumettes. Il a reçu en 1989 le prix Populiste pour son roman Les chemins noirs (Folio n° 2361), le prix spécial du jury du Levant et le prix Cino del Duca en 1992 pour Les nuits d'Alice (Folio n° 2624), le prix Paul Léautaud pour Elle danse dans le noir (Folio n° 3576) en 1998, et le prix Antigone pour On ne s'endort jamais seul (Folio n° 3652) en 2001.

Avis sur cet auteur (20)

  • add_box
    Couverture du livre « Dernier arrêt avant l'automne » de Rene Fregni aux éditions Gallimard

    EmmanuelleM06 sur Dernier arrêt avant l'automne de Rene Fregni

    Bonjour à tous !
    «Dernier arrêt avant l’automne» de René Frégni pour le Jour5...
    @editions_gallimard 2019
    En cette nouvelle matinée de confinement,
    Un roman qui se lit comme un conte...

    c’est l’histoire d’un écrivain, un peu bohème, qui décide de s’isoler dans un petit village perdu de...
    Voir plus

    Bonjour à tous !
    «Dernier arrêt avant l’automne» de René Frégni pour le Jour5...
    @editions_gallimard 2019
    En cette nouvelle matinée de confinement,
    Un roman qui se lit comme un conte...

    c’est l’histoire d’un écrivain, un peu bohème, qui décide de s’isoler dans un petit village perdu de Provence entre Sisteron (village médiéval perché magnifique vous connaissez?) et Manosque.... Décor mythique qui nous rappelle le film « Le Hussard sur le toit » de Giono, 4 ans après « la Peste » d’A. Camus enfant de Provence également.
    La plume de R. Fregni est aussi dense, érudite que celle de ces 2 grands écrivains.

    les 50 premières pages servent à décrire les paysages arides, les souvenirs d’enfance et camper l’esprit de notre «héros» lui-même écrivain; son isolement durera 9 mois.... recruté comme gardien d’un étrange domaine en friche... et il s’occupe à corps perdu, sans relâche !
    C’est épatant de voir vivre cet esthète dans ce monastère moyenâgeux en compagnie d’un adorable chaton tout blanc et cotonneux.
    Il m’a donné envie d’avoir un chat !! Quand il le caresse, nous lecteurs, le sentons ronronner sur notre ventre ou se faufiler entre nos jambes !

    Puis attention l’intrigue s’envole ! Les dialogues « façon Pennac » s’enchaînent, on rit beaucoup et on garde le sourire jusqu’à la fin, pourtant un peu plus dramatique...
    Extrait :
    « - un poème?...
    « - « je creuse, tu creuses, il creuse, nous creusons, vous creusez, ils creusent. Ce n’est pas un très beau poème, mais c’est très profond. »
    « - (...) Ce soir je vais lire Jacques Prevert.
    C’est le seul qui peut nous dire où est passé le cadavre ! »
    Bonne lecture à vous!

    je vous laisse, j’entame un autre roman, ah, la découverte, le meilleur moment! On se retrouve sur mon Instagram EMMANUELLEM06

  • add_box
    Couverture du livre « Je me souviens de tous vos rêves » de Rene Fregni aux éditions Gallimard

    Elobooks sur Je me souviens de tous vos rêves de Rene Fregni

    J'ai découvert René Frégni cette année, grâce à son magnifique texte Les jours barbares, écrit pendant le confinement : une réflexion forte sur la responsabilité des Hommes dans la destruction de la biodiversité, sur la folie consumériste de notre société qui nous pousse à nous priver de...
    Voir plus

    J'ai découvert René Frégni cette année, grâce à son magnifique texte Les jours barbares, écrit pendant le confinement : une réflexion forte sur la responsabilité des Hommes dans la destruction de la biodiversité, sur la folie consumériste de notre société qui nous pousse à nous priver de l'essentiel pour accumuler toujours plus de choses superflues, sur l'urgence d'ouvrir les yeux et d'agir avant qu'il ne soit trop tard.

    Je me souviens de tous vos rêves est une très belle ode à la nature et à la vie. On est bercé par le rythme lent des mots, leur simplicité et leur poésie. Ce n'est pas un roman au sens traditionnel du terme, il est majoritairement fait de contemplations, d'anecdotes et de peu d'actions, c'est « le roman de nos vies, et toutes nos vies sont bien plus romanesques qu'un roman. ».
    René Frégni évoque sa nostalgie de l'enfance, son amour pour les personnes qui lui sont chères, et sa tendresse pour ce « petit peuple d'errants », toujours avec les mots justes, sans jamais juger ou faire de misérabilisme.
    J'ai aimé sa façon de raconter la Provence, la beauté de ses paysages et sa lumière. Grâce à la magie de ses mots, on ferme les yeux et les couleurs du Sud apparaissent, on respire les odeurs de garrigue, on contemple les animaux et on écoute le silence.
    Dans nos vies à cent à l'heure, René Frégni nous rappelle combien il est important de prendre son temps, de savourer chaque petit bonheur simple, et qu'il n'est nul besoin de voyager à l'autre bout de la planète pour être ébloui par la beauté du monde.

    J'ai été profondément touchée par la beauté de ce texte, que j'ai envie de relire encore et encore, pour essayer de garder au fond de moi un peu de sa luminosité et de sa douce tranquillité.

  • add_box
    Couverture du livre « Dernier arrêt avant l'automne » de Rene Fregni aux éditions Gallimard

    ROMANELM sur Dernier arrêt avant l'automne de Rene Fregni

    Encore sous le charme et l’émotion de la lecture de ce dernier roman de René Frégni… J’y ai retrouvé avec délectation son univers, les parfums de sa Provence, son humanité et sa tendresse immense pour les hommes et les femmes qui l’entourent, la douceur du silence, la chaleur des pierres sous le...
    Voir plus

    Encore sous le charme et l’émotion de la lecture de ce dernier roman de René Frégni… J’y ai retrouvé avec délectation son univers, les parfums de sa Provence, son humanité et sa tendresse immense pour les hommes et les femmes qui l’entourent, la douceur du silence, la chaleur des pierres sous le soleil… Quand un tout tient dans un petit rien, quand la vie se love dans le ronronnement d’un chat, quand l’amour inonde des sourires… Un livre de René ne nous quitte jamais…

  • add_box
    Couverture du livre « Dernier arrêt avant l'automne » de Rene Fregni aux éditions Gallimard

    Elizabeth Neef-Pianon sur Dernier arrêt avant l'automne de Rene Fregni

    Le dernier né de René Frégni.
    L’histoire, comme toujours, se passe dans le sud.
    Par l’intermédiaire d’un ami libraire, un écrivain un peu en mal d’inspiration, devient provisoirement gardien d’une abbaye abandonnée.
    Ambiance bucolique, jusqu’à ce que…………
    J’aime bien lire René Frégni.
    C’est...
    Voir plus

    Le dernier né de René Frégni.
    L’histoire, comme toujours, se passe dans le sud.
    Par l’intermédiaire d’un ami libraire, un écrivain un peu en mal d’inspiration, devient provisoirement gardien d’une abbaye abandonnée.
    Ambiance bucolique, jusqu’à ce que…………
    J’aime bien lire René Frégni.
    C’est toujours frais, rafraîchissant.
    Mais aussi sensible et poétique.
    Il nous donne des envies de nature
    Il cultive l’art de prendre son temps, l’art de l’écriture, l’art de la contemplation
    Et ses histoires sont toujours sympathiques même quand il y a mort d’homme
    Cette lecture m’a reposée, emmenée ailleurs.