Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Rene Fregni

Rene Fregni
Né le 8 juillet 1947 à Marseille, René Frégni a déserté l'armée après de brèves études et vécu pendant cinq ans à l'étranger sous une fausse identité. De retour en France, il a travaillé durant sept ans comme infirmier dans un hôpital psychiatrique avant de faire du café-théâtre et d'exercer dive... Voir plus
Né le 8 juillet 1947 à Marseille, René Frégni a déserté l'armée après de brèves études et vécu pendant cinq ans à l'étranger sous une fausse identité. De retour en France, il a travaillé durant sept ans comme infirmier dans un hôpital psychiatrique avant de faire du café-théâtre et d'exercer divers métiers pour survivre et écrire. Depuis plusieurs années, il anime des ateliers d'écriture dans la prison d'Aix-en-Provence et celle des Baumettes. Il a reçu en 1989 le prix Populiste pour son roman Les chemins noirs (Folio n° 2361), le prix spécial du jury du Levant et le prix Cino del Duca en 1992 pour Les nuits d'Alice (Folio n° 2624), le prix Paul Léautaud pour Elle danse dans le noir (Folio n° 3576) en 1998, et le prix Antigone pour On ne s'endort jamais seul (Folio n° 3652) en 2001.

Avis sur cet auteur (17)

  • add_box
    Couverture du livre « Dernier arrêt avant l'automne » de Rene Fregni aux éditions Gallimard

    annie-france belaval sur Dernier arrêt avant l'automne de Rene Fregni

    Lu d'une traite, ce livre m'a fait un bien fou; je le relirai lentement pour en savourer la poésie.Un écrivain en panne d'inspiration accepte un travail de gardien d'un monastère en ruines; il travaille d'arrache-pied pour rendre le terrain accessible; c'est son ami le libraire Pascal qui lui a...
    Voir plus

    Lu d'une traite, ce livre m'a fait un bien fou; je le relirai lentement pour en savourer la poésie.Un écrivain en panne d'inspiration accepte un travail de gardien d'un monastère en ruines; il travaille d'arrache-pied pour rendre le terrain accessible; c'est son ami le libraire Pascal qui lui a trouvé ce travail sans rien savoir du commanditaire. Le gardien vit seul à quelques kilomètres du village; une petite chatonne blanche l'apprivoise et se fait adopter: il l'appelle Solex car son ronronnement lui rappelle le moteur de son adolescence: tout le livre est plein de l'amour de ce chat. Il y a aussi un artisan immigré bien sympathique. Le livre est plein aussi de l'amour de la région (que je partage mais n'ai pas les mots!).
    Mais le roman plein d'amour et de poésie se transforme en roman noir quand l'écrivain trouve une jambe d'un cadavre enterré près de tombes séculaires des moines. On tremble de peur avec lui!
    A ma première lecture, la fin est tout-à-fait inattendue et permet à l'auteur de montrer ce que peut faire l'amitié.
    Il y a peu d'auteurs qui me fassent un tel effet: j'aime l'homme et l'oeuvre!

  • add_box
    Couverture du livre « Les vivants au prix des morts » de Rene Fregni aux éditions Gallimard

    Stephalivres sur Les vivants au prix des morts de Rene Fregni

    Je l’ai choisi sans lire la quatrième de couverture, je n’avais donc pas la moindre idée du sujet. Et j’avoue que le premier quart, je me suis demandée ce que je faisais là. Oh la nature est très belle, le récit est poétique, contemplatif, mais 200 pages là dessus? Mais je vais piquer du...
    Voir plus

    Je l’ai choisi sans lire la quatrième de couverture, je n’avais donc pas la moindre idée du sujet. Et j’avoue que le premier quart, je me suis demandée ce que je faisais là. Oh la nature est très belle, le récit est poétique, contemplatif, mais 200 pages là dessus? Mais je vais piquer du nez!

    Et puis apparaît Khader. Et là, tout change. L’écriture est toujours très agréable, mais il se passe quelque chose, on avance, on veut savoir. Et on se pose des questions. Était-ce vraiment le seul choix? Comment va-t’il s’en sortir, va-t’il s’en sortir d’ailleurs? Et a-t-on le droit de rendre ce personnage sympathique?

    Ce livre m’a beaucoup fait penser à « d’après une histoire vraie » de Delphine de Vigan. Au début tout va bien, l’auteur raconte sa vie, et puis, quelque part a un endroit qu’on a du mal à déterminer, la fiction apparaît. D’ailleurs, où est la limite, où est la réalité, où est la fiction? Dans les deux livres, on se doute bien qu’à un moment la fiction prend toute la place, mais c’est bien amené, réellement.

    https://stephalivres.wordpress.com/2018/10/16/les-vivants-au-prix-des-morts-rene-fregni/

  • add_box
    Couverture du livre « Sous la ville rouge » de Rene Fregni aux éditions Gallimard

    Audrey Light And Smell sur Sous la ville rouge de Rene Fregni

    Le propos est poétique, l’écriture est puissante, mais pourtant, je vais avoir du mal à vous parler de ce livre. D’une part, il fait partie de ces romans trop courts pour prendre le risque d’en parler longtemps sans vous dévoiler l’information de trop. Et d’autre part, c’est le genre d’ouvrage...
    Voir plus

    Le propos est poétique, l’écriture est puissante, mais pourtant, je vais avoir du mal à vous parler de ce livre. D’une part, il fait partie de ces romans trop courts pour prendre le risque d’en parler longtemps sans vous dévoiler l’information de trop. Et d’autre part, c’est le genre d’ouvrage qui résonnera différemment d’un lecteur à l’autre, question de sensibilité sans aucun doute.

    Placé sur ma route par hasard, j’ai choisi de lire ce roman en raison de son résumé et de la promesse d’une lecture rapide. Un choix judicieux puisque la lecture fut fulgurante et quelque peu intense ! L’auteur narre en moins de cent trente pages, la vie d’un écrivain qui ne recevra ses lettres de noblesse que dans la déchéance.

    La vie de Charlie, Marseillais de cœur et de vie, est rythmée par ses entraînements de boxe, sport qu’il pratique dans un club où il a ses habitudes, et ses moments bien à lui où il laisse la passion de l’écriture et des mots s’exprimer. Entre les deux, il y a quelques boulots alimentaires… Allant de désillusion en désillusion sur le milieu littéraire trusté par l’élite parisienne et le copinage de circonstance, il recevra pourtant un jour ce coup de fil tant attendu d’un éditeur parisien ! Ce coup de fil que chaque auteur ne peut s’empêcher d’espérer…

    Mais coup, non par de poing, mais de théâtre : l’opportunité s’évapore devant l’opposition ferme et définitive d’un membre du comité de lecture de l’éditeur. Exaltation puis stupeur, désespoir, colère… Des sentiments forts et antagonistes qui transformeront le feu en glace. Consumé par la rancœur et la haine, l’homme perd ainsi pied et laisse cette violence qui sourdait en lui, comme un monstre tapi dans le recoin sombre d’une rue, exploser. Il faut dire que depuis qu’il a décidé de consacrer sa vie à l’écriture, Charlie a eu le temps d’accumuler les camouflets, les désillusions et cette absolue certitude que le monde de l’édition est scindé en deux. D’un côté, les opportunistes sans talent qui ont du succès grâce à leurs relations, et de l’autre, ceux qui, comme lui, écrivent avec leurs tripes, mais qui ne font pas partie de cette élite parisienne que les médias s’arrachent.

    Dans un déchaînement de violence face à l’injustice de la situation, Charles va commettre l’irréparable. Commencera alors pour lui une lente descente aux enfers faite de sueur, de peur, de terreur, mais aussi d’introspection. Déambulant dans les rues de Marseille, cette ville de tous les extrêmes, il essaiera de noyer sa culpabilité dans la luxure, du moins, sur écran, et dans le réconfort de ces rues qu’il connaît si bien. L’homme repense aussi au passé, et à cette mère qui l’a tant aimé… Puis dans un ultime geste de délivrance et d’abandon, à moins que ce ne soit dans un dernier sursaut de vie, il réussit ce dont il ne pensait plus être capable. Mais n’est-ce pas trop tard ? Le rêve ne s’est-il pas déjà évaporé ne laissant sur son sillage qu’un homme nu face à la vie ?

    Ce roman est déstabilisant, l’auteur mêlant avec talent brutalité, voire bestialité, et beauté/poésie. L’écriture est belle, poétique, fluide tout en dégageant ce qu’il faut de noirceur pour poser, page après page, les jalons d’un futur drame. On sent cette violence émanant de Charlie quitter la salle de boxe pour s’insérer dans sa vie, par tous les pores de cette peau dans laquelle notre homme ne semble pas forcément à l’aise. Le drame prend alors corps sous nos yeux tout en nous invitant à nous interroger sur ce désir d’écriture tellement intense qu’il pousse un homme à tout sacrifier…

    En conclusion, d’une très belle plume teintée de vérité, de beauté et de violence, René Frégni nous propose ici le portrait d’un homme bercé par des rêves d’écriture qui viendront durement et brutalement se fracasser devant la réalité. Un roman court et intense qui revisite avec succès, bien que de manière succincte, le mythe de l’écrivain maudit, ou du moins, de l’écrivain abîmé par la vie et cette écriture dans laquelle il s’est plongé corps et âme au point de s’y noyer…

    Chronique disponible sur mon blog https://lightandsmell.wordpress.com/2018/10/29/sous-la-ville-rouge-rene-fregni/

  • add_box
    Couverture du livre « Sous la ville rouge » de Rene Fregni aux éditions Gallimard

    Bernard Viallet sur Sous la ville rouge de Rene Fregni

    Un été à Marseille. Le soleil brille. Il fait chaud dans la cité phocéenne. Un tueur en série accumule les assassinats, répandant la terreur dans la ville… Un écrivain, Charlie Hasard vit en solitaire dans un modeste appartement rue Barthélemy, ne voyant quasiment personne. Il se veut écrivain...
    Voir plus

    Un été à Marseille. Le soleil brille. Il fait chaud dans la cité phocéenne. Un tueur en série accumule les assassinats, répandant la terreur dans la ville… Un écrivain, Charlie Hasard vit en solitaire dans un modeste appartement rue Barthélemy, ne voyant quasiment personne. Il se veut écrivain mais n’arrive pas à faire publier ses textes. Tous reviennent par la poste avec la fameuse formule « ne cadre pas avec la ligne éditoriale de nos collections ». Pour se défouler, il fréquente une salle de boxe où il évacue sa rage en frappant sur des sacs de son. Sa vie bascule quand enfin un éditeur daigne s’intéresser à ce qu’il écrit…
    « Sous la ville rouge » est un court roman avec un double sujet : la condition de l’écrivain en herbe, ses difficultés pour ne pas dire son impossibilité à entrer dans le cercle des élus et en parallèle la ville de Marseille, ses quartiers populaires ou non, sa population bigarrée. Si le style de l'auteur est de très belle qualité, son inspiration est nettement moins originale. Cette histoire de « wannabee » n’arrivant pas à se faire éditer, se faisant humilier et pétant un câble a été traitée bien des fois et parfois de meilleure manière. L’intrigue manque un peu d’épaisseur et de tenue. On se demande par exemple ce que le tueur en série vient faire dans l’histoire de Charlie. Quant à la fin ouverte, elle est plutôt décevante. Au total, un ouvrage qui ne tient que par son style et par quelques descriptions ou observations. C’est un peu léger… Mais, consolation, l’auteur s’est contenté de 124 pages qui se lisent très vite. Qu’il en soit remercié !