Dernier arrêt avant l'automne

Couverture du livre « Dernier arrêt avant l'automne » de Rene Fregni aux éditions Gallimard
  • Date de parution :
  • Editeur : Gallimard
  • EAN : 9782072852749
  • Série : (-)
  • Support : Papier
Résumé:

Le narrateur vit de petits boulots qui lui laissent du temps pour écrire. Grâce à Pascal, un ami libraire dans un bourg de Provence, il trouve un travail idéal : gardien d'un monastère inhabité, niché dans les collines. Il s'installe dans cet endroit très solitaire avec pour seule compagnie un... Voir plus

Le narrateur vit de petits boulots qui lui laissent du temps pour écrire. Grâce à Pascal, un ami libraire dans un bourg de Provence, il trouve un travail idéal : gardien d'un monastère inhabité, niché dans les collines. Il s'installe dans cet endroit très solitaire avec pour seule compagnie un petit chat nommé Solex. Un soir, en débroussaillant l'ancien cimetière des moines, il déterre une jambe humaine fraîchement inhumée. Quand il revient avec les gendarmes, la jambe a disparu... Qui a été tué, et par qui ? Faut-il chercher du côté du camp des gitans, tout proche ? L'enquête mènera, par des chemins détournés, à des vérités inattendues... Entre temps, nous aurons traversé des paysages de cet arrière-pays provençal peint par René Frégni avec sa sensualité unique. Sa langue forte et lumineuse communique son émerveillement face à toutes les formes de vie et de plaisir. L'intrigue policière souligne l'âpreté de ces forêts et vallons sauvages et donne tout son rythme au récit jusqu'au dénouement.

Donner votre avis

Avis (2)

  • Je me suis laissée bercer, sans reprendre mon souffle, par la voix de René Frégni, sans l’avoir jamais écoutée, rien qu’en lisant « Dernier arrêt avant l’automne » paru en mai dernier aux éditions Gallimard.

    Le narrateur, écrivain de son métier, décide de compléter ses fins de mois en...
    Voir plus

    Je me suis laissée bercer, sans reprendre mon souffle, par la voix de René Frégni, sans l’avoir jamais écoutée, rien qu’en lisant « Dernier arrêt avant l’automne » paru en mai dernier aux éditions Gallimard.

    Le narrateur, écrivain de son métier, décide de compléter ses fins de mois en acceptant la proposition de son ami Pascal, libraire du village avec sa femme, de devenir gardien d’un monastère cistercien, Notre Dame de Ségriès, situé dans l’arrière pays en Haute-Provence. Ce lieu est abandonné de tous, en pleine forêt, sur une colline. En mal d’inspiration pour écrire son nouveau roman, il s’épuise en débroussaillage et élagage de toutes sortes appréciant le silence du lieu et en recommençant à écrire des mots sur ses cahiers d’écoliers. A la faveur d’un matinée identique aux autres, le narrateur déterre un bout de jambe d’homme…qui va bouleverser sa tranquillité et sa liberté.
    + sur mon blog
    https://vagabondageautourdesoi.com/2019/07/06/dernier-arret-avant-lautomne-rene-fregni/

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Lu d'une traite, ce livre m'a fait un bien fou; je le relirai lentement pour en savourer la poésie.Un écrivain en panne d'inspiration accepte un travail de gardien d'un monastère en ruines; il travaille d'arrache-pied pour rendre le terrain accessible; c'est son ami le libraire Pascal qui lui a...
    Voir plus

    Lu d'une traite, ce livre m'a fait un bien fou; je le relirai lentement pour en savourer la poésie.Un écrivain en panne d'inspiration accepte un travail de gardien d'un monastère en ruines; il travaille d'arrache-pied pour rendre le terrain accessible; c'est son ami le libraire Pascal qui lui a trouvé ce travail sans rien savoir du commanditaire. Le gardien vit seul à quelques kilomètres du village; une petite chatonne blanche l'apprivoise et se fait adopter: il l'appelle Solex car son ronronnement lui rappelle le moteur de son adolescence: tout le livre est plein de l'amour de ce chat. Il y a aussi un artisan immigré bien sympathique. Le livre est plein aussi de l'amour de la région (que je partage mais n'ai pas les mots!).
    Mais le roman plein d'amour et de poésie se transforme en roman noir quand l'écrivain trouve une jambe d'un cadavre enterré près de tombes séculaires des moines. On tremble de peur avec lui!
    A ma première lecture, la fin est tout-à-fait inattendue et permet à l'auteur de montrer ce que peut faire l'amitié.
    Il y a peu d'auteurs qui me fassent un tel effet: j'aime l'homme et l'oeuvre!

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Suggestions de lecture

Discussions autour de ce livre

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre

Soyez le premier à en lancer une !

Forum

Afficher plus de discussions