Pierre Lemaitre

Pierre Lemaitre

Pierre Lemaitre, né le 19 avril 1951 à Paris, est un romancier et scénariste français, lauréat du prix Goncourt 2013 pour Au revoir là-haut.

Psychologue de formation, il a fait une grande partie de sa carrière dans la formation professionnelle des adultes, leur enseignant la communication, la cu...

Voir plus

Pierre Lemaitre, né le 19 avril 1951 à Paris, est un romancier et scénariste français, lauréat du prix Goncourt 2013 pour Au revoir là-haut.

Psychologue de formation, il a fait une grande partie de sa carrière dans la formation professionnelle des adultes, leur enseignant la communication, la culture générale ou animant des cycles d'enseignement de la littérature à destination de bibliothécaires. Il se consacre ensuite à l'écriture, en tant que romancier et scénariste, auteur de polars, vivant de sa plume depuis 2006.
Ses romans sont traduits ou en cours de traduction en trente langues
.

Son roman Au revoir là-haut est en cours d'adaptation au cinéma dont la réalisation est confiée au comédien et réalisateur Albert Dupontel.

Articles (6)

  • Rencontre avec Pierre Lemaitre pour son nouveau roman "Couleurs de l'incendie"
    Rencontre avec Pierre Lemaitre pour son nouveau roman "Couleurs de l'incendie"

    Après le succès public, le Goncourt et l'adaptation réussie de "Au revoir là-haut" au cinéma, cette suite est particulièrement attendue...

  • Découvrez en avant-première le nouveau roman de Pierre Lemaitre et rencontrez l'auteur
    Découvrez en avant-première le nouveau roman de Pierre Lemaître et rencontrez l'auteur

    Découvrez en avant-première "Couleurs de l'incendie", la suite de "Au revoir là-haut", et rencontrez l'auteur Pierre Lemaitre

  • Eté 2015, quel livre de poche emporter ?
    Eté 2015, quel livre de poche emporter ?

    Le temps des vacances, qui rime souvent avec lecture, est le moment idéal pour s’abandonner à ces titres qui nous ont fait envie et que nous n’avons pas eu le temps de lire. Ils viennent de sortir en format de poche, un format idéal à glisser dans la valise ou le sac de plage.

  • La Der des Ders
    La Der des Ders, il y a 100 ans, la Grande Guerre

    La Grande Guerre ou Der des Ders qui dura quatre ans, de 1914 à 1918 est célébrée pour son centenaire en 2014. Cette terrible guerre a mobilisé nombre de soldats, qui s’ils revenaient du combat passaient la plupart du temps du qualificatif de « poilu » à celui de « gueule cassée ». De nombreux hommages sont rendus depuis le mois de janvier 2014. La littérature foisonne de témoignages et de romans sur cette première guerre mondiale, inspirant toujours les auteurs contemporains.

Voir tous les articles

Avis (284)

  • Couverture du livre « Couleurs de l'incendie » de Pierre Lemaitre aux éditions Albin Michel

    Le Voyage de Lola sur Couleurs de l'incendie de Pierre Lemaitre

    Couleurs de l’incendie, le deuxième volet de la trilogie de Pierre Lemaitre après l’excellent Au revoir là-haut qui se terminait, souvenez-vous, par le suicide d’ Edouard Péricourt. 7 ans après, le nouveau Lemaitre s’ouvre sur l’enterrement de Marcel Péricourt, le père, riche fondateur des...
    Voir plus

    Couleurs de l’incendie, le deuxième volet de la trilogie de Pierre Lemaitre après l’excellent Au revoir là-haut qui se terminait, souvenez-vous, par le suicide d’ Edouard Péricourt. 7 ans après, le nouveau Lemaitre s’ouvre sur l’enterrement de Marcel Péricourt, le père, riche fondateur des Etablissements banquiers Péricourt. Marcel était un homme apprécié, la tristesse se lit sur tous les visages, surtout celui de Madeleine, sa fille et la mère de l’unique héritier de la famille, Paul. Et soudain, au moment où le cercueil arrive dans la cour, le petit garçon, 7 ans, mu par on sait quelle force se jette par la fenêtre. Double drame en ce jour maudit, qui sonne le glas de la vie confortable de l’empire Péricourt. Paul ne meurt pas mais reste paralysé, en fauteuil. Madeleine est abattue, a du mal à faire face et se laisse manipuler par son entourage. C’est la dégringolade, Madeleine perd tout… Mais Madeleine n’est pas femme à se laisser faire, et la seconde partie du roman le prouve. La vengeance est un plat qui se mange froid, et quelle vengeance !

    Un roman dans la même veine que le précédent, riche, dense, haletant ! Cette fois encore, de nombreux personnages se croisent dans une période mouvementée, l’entre-deux guerres. La popularité de Hitler, la montée du fascisme, les fraudes fiscales, les nouvelles technologies, la presse, la politique et même l’opéra ; chaque personnages évolue dans un univers et l’auteur nous promène de l’un à l’autre avec délectation. C’est TRÈS bien ! J’ai hâte de lire le prochain, et pourtant, j’aime rarement les suites.

  • Couverture du livre « Couleurs de l'incendie » de Pierre Lemaitre aux éditions Albin Michel

    Christelle Point sur Couleurs de l'incendie de Pierre Lemaitre

    Quand j’ai lu, il y a quelques années déjà « Au revoir là-haut », je ne savais pas que Pierre Lemaitre compter lui donner une suite. Sept ans après la mort de son fils, c’est au tour de Marcel Pericourt de succomber. Le jour de ses funérailles, devant le tout Paris, son petit fils Paul âgé de 7...
    Voir plus

    Quand j’ai lu, il y a quelques années déjà « Au revoir là-haut », je ne savais pas que Pierre Lemaitre compter lui donner une suite. Sept ans après la mort de son fils, c’est au tour de Marcel Pericourt de succomber. Le jour de ses funérailles, devant le tout Paris, son petit fils Paul âgé de 7 ans (le fils de Madeleine et de l’infâme Pradelle) de défenestre. Il survit, mais demeure paraplégique. Cette tragédie incompréhensible va faire vaciller la fragile Madeleine qui, seule héritière de la banque Péricourt, va se révéler une proie pour tous les profiteurs qui l’entourent. Son oncle Charles, député affairiste et vénal, son amant André, qui se fait entretenir jusqu’à lancer sa carrière de journaliste, et Gustave, le fondé de pouvoir de la banque, qui comptait bien épouser l’héritière. Lorsque Madeleine refuse, il semble bien prendre la chose mais en réalité, il la dupe avec une facilité confondante. Mal conseillée, manipulée, Madeleine va connaitre la ruine et le déclassement, dans cette France de l’entre deux-guerre minée par la crise économique de 1929, et tentée par le fascisme. Alors qu’on la croit éliminée du jeu, Madeleine va découvrir dans l’épreuve une force de caractère, une dureté qu’elle ne soupçonnait pas. Usant de procédés intelligents, risqués et même franchement immoraux, elle entreprend de se venger de tous ceux qui l’ont fait souffrir. Comme « Au revoir là-haut », « Couleurs de l’incendie » est l’histoire d’une vengeance. Moins flamboyante et cynique que la première, celle de Madeleine sera multiple, faisant chuter l’un pour faire vaciller l’autre, elle prendra le temps qu’il faut, paiera le prix qu’il faut pour que les coupables de ses malheurs soient châtiés, non par elle mais par le système, par la justice, par la vindicte populaire. Le roman de Pierre Lemaitre se lit, ou plutôt se dévore avec une vraie gourmandise. Le style fluide, presque complice de l’auteur (qui encore une fois nous parle directement), la petite pointe d’humour, la façon qu’il a de croquer des personnages avec une vraie tendresse et une vraie profondeur, son intrigue claire malgré le nombre de personnage et parfois la complexité des sujets évoqués (placements bancaires, technologie…), tout est totalement maitrisé. On retrouve le vrai plaisir de « Au revoir là –haut », même en l’absence d’Edouard et d’Albert. Madeleine, qui n’avait qu’un rôle secondaire dans le premier tome, trouve ici une réelle épaisseur de femme fragile et forte, douce et cinglante, toute en complexité et en nuance. Autour d’elle, si l’on excepte Paul et sa passion dévorante pour l’Opéra, les hommes sont souvent plus monolithiques, souvent mués seulement par leur ambition et leur vénalité, ils peuvent paraitre un tout petit peu caricaturaux. La France de 1927 à 1936, c’est la France affairiste qui se laisse tenter par l’antiparlementarisme, qui se laisse un peu emporter par le fascisme italien et la tentation nationaliste allemande. Lorsque Pierre Lemaitre fait parler les hommes politiques de l’époque, on croit entendre les hommes politiques de 2018, mêmes arguments, mêmes vociférations, mêmes revendications économiques, mêmes tentations nationalistes. Sur le moment, c’est amusant et puis, après, on y repense et là, ça devient bien plus angoissant. « Couleurs de l’incendie » enfonce magistralement le clou d’ « Au revoir là-haut » et pose définitivement Pierre Lemaitre dans le paysage littéraire français. Dans le polar ou dans le roman, Lemaitre est en train d’en devenir un !

  • Couverture du livre « Couleurs de l'incendie » de Pierre Lemaitre aux éditions Albin Michel

    madeleinedeproust sur Couleurs de l'incendie de Pierre Lemaitre

    Poetique et lucide. Fresque d'une societe et de destins croises.

    Poetique et lucide. Fresque d'une societe et de destins croises.

Voir tous les avis

Vidéos (2)

  • Rencontre avec Pierre Lemaitre pour son nouveau roman "Couleurs de l'incendie"

Voir toutes les videos

Discussions autour de cet auteur