Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Marin Ledun

Marin Ledun

Né en 1975, Marin Ledun est chercheur en sciences sociales. Il s'est intéressé aux nouvelles pathologies liées à l'organisation du travail. Il a déjà publié sept romans qui reflètent, par leur atmosphère et leurs intrigues, l'angoisse, le malaise et la folie propres à notre époque.

... Voir plus

Né en 1975, Marin Ledun est chercheur en sciences sociales. Il s'est intéressé aux nouvelles pathologies liées à l'organisation du travail. Il a déjà publié sept romans qui reflètent, par leur atmosphère et leurs intrigues, l'angoisse, le malaise et la folie propres à notre époque.

Articles en lien avec Marin Ledun (4)

Avis sur cet auteur (56)

  • add_box
    Couverture du livre « La vie en rose » de Marin Ledun aux éditions Gallimard

    Miss Marple sur La vie en rose de Marin Ledun

    En rose, mais pas rose, la vie de cette tribu.. d'enfants naturels ou adoptés, laissés, le temps d'une respiration, par leurs parents à leur sœur aînée Rose.
    Rose, Camille, Ferdinand, Antoine, Pacôme et j'en oublie auxquels s'ajoute Richard le conjoint copain de Rose, lieutenant de police....
    Voir plus

    En rose, mais pas rose, la vie de cette tribu.. d'enfants naturels ou adoptés, laissés, le temps d'une respiration, par leurs parents à leur sœur aînée Rose.
    Rose, Camille, Ferdinand, Antoine, Pacôme et j'en oublie auxquels s'ajoute Richard le conjoint copain de Rose, lieutenant de police.
    Ils vivent tous à Tournon, dans la Drôme, vont au lycée, au collège, au travail, plutôt petits boulots malgré les diplômes des aînés, une vie à cent à l’heure qui va encore s'accélérer en l’absence des parents, comme si tout à coup, un hic dans l'engrenage, la chaîne déraillait !
    Livre sympa, remuant, bruyant même je dirais, cela ne s’arrête jamais, un entrain et une énergie remarquables, des hauts des bas, des pleurs, des crises, un assassin, des morts et des blessés, un enlèvement et !! je n'en dirai pas plus !
    On en ressort essoré, amusé, diverti, bref on n'a pas vu le temps passer et ça fait du bien !

  • add_box
    Couverture du livre « La vie en rose » de Marin Ledun aux éditions Gallimard

    Catherine Airaud sur La vie en rose de Marin Ledun

    Livre lu dans le cadre de la sélection La voix des lecteurs ALCA 2020.
    Un auteur dont j'ai lu plusieurs romans et dont j'avais apprécié "l"homme qui avait vu l'homme". Celui-ci est une lecture plaisante mais sans plus. J'ai eu l'impression de déjà lu. Cette famille m'a fait pensé étrangement...
    Voir plus

    Livre lu dans le cadre de la sélection La voix des lecteurs ALCA 2020.
    Un auteur dont j'ai lu plusieurs romans et dont j'avais apprécié "l"homme qui avait vu l'homme". Celui-ci est une lecture plaisante mais sans plus. J'ai eu l'impression de déjà lu. Cette famille m'a fait pensé étrangement aux premiers romans de Pennac et à ces étranges fratries. "La vie en Rose" est celle de Rose, une jeune femme, chargée de sa famille, en absence des parents qui sont partis se détendre et ressourcer à la Réunion. Elle est l'aînée de la famille, cette fratrie étrange, des enfants naturels et adoptés. Rose est une diplômée de lettres mais n'a pas trouvé de travail et fait des petits boulots : dont un, très sympathique, lectrice dans un salon de coiffure. Des conseils et des lectures pendant les mise en plis.. Et d'ailleurs ce salon de coiffure vient d'être cambriolé et son petit ami- flic va être chargé de l'enquête. Mais ce n'est qu'un début car plusieurs meurtres ou tentatives vont se dérouler. L'auteur décrit avec humour ces aventures et il parle très bien de la vie de province, de la vie au collège. Ce roman est la suite de "Salut à toi ô mon frère" mais ils peuvent se lire indépendamment. Un bon moment de lecture.

  • add_box
    Couverture du livre « Aucune bete » de Marin Ledun aux éditions Atelier In8

    Yv Pol sur Aucune bete de Marin Ledun

    Vera est coureuse de 24h, une compétition, qui, comme son nom l'indique consiste à courir 24 heures durant sur une piste. Elle a gagné la dernière course à laquelle elle a participé mais a été privée de sa victoire et condamnée à huit années de suspension, à cause d'un médicament qu'elle prenait...
    Voir plus

    Vera est coureuse de 24h, une compétition, qui, comme son nom l'indique consiste à courir 24 heures durant sur une piste. Elle a gagné la dernière course à laquelle elle a participé mais a été privée de sa victoire et condamnée à huit années de suspension, à cause d'un médicament qu'elle prenait pour signer une rhino-pharyngite.

    De retour sur le circuit, elle veut battre son record personnel et tenter de ne pas finir trop loin de la favorite, l'Espagnole Michèle Colnago.

    Court roman paru dans l'excellente collection Polaroïd des éditions In8. Les textes y sont souvent efficaces, au plus juste et sobres. Marin Ledun le fait parfaitement avec cette histoire dans laquelle on vibre, même si comme moi l'on n'est pas sportif, pour la performance et la volonté de voir Vera parvenir à ses objectifs. Vingt-quatre heures pendant lesquelles l'esprit s'évade malgré le souhait de rester concentrée sur la foulée, le rythme, le souffle. Tour à tour Vera pensera à ses trois filles, à son couple, à son boulot harassant et peu épanouissant, aux collègues aux mains baladeuses. On vibre aussi parce qu'on sent bien que outre les pensées de Vera quelque chose va se produire, mais on ne sait ni quoi ni quand ni où ni qui ni comment.

    Le texte de Marin Ledun est une ode aux femmes et à leurs exploits, pas seulement sportifs, ceux aussi de la vie quotidienne pour élever les enfants, s'occuper de la maison, ... pour supporter le travail dans ce monde éminemment masculin. Si après avoir lu ce roman, vous voulez pousser la question, il y a quelques jours, j'ai parlé du travail de Heide Goettner Abendroth sur le matriarcat que je vous re-conseille fortement. Sans doute un peu plus écrasant ne serait-ce que par son poids, mais tout aussi roboratif. Deux manières différentes de parler des femmes.

  • add_box
    Couverture du livre « Dans le ventre des mères » de Marin Ledun aux éditions J'ai Lu

    coquinnette1974 sur Dans le ventre des mères de Marin Ledun

    Pour faire baisser ma PAL papier, j'ai lu Dans le ventre des mères de Marin Ledun.
    Janvier 2008. Une explosion anéantit un village ardéchois et on y découvre des cadavres : véritables cobayes humains ils ont subi des mutations génétiques.
    Une femme apparaît dans les décombres : Laure Dahan, 29...
    Voir plus

    Pour faire baisser ma PAL papier, j'ai lu Dans le ventre des mères de Marin Ledun.
    Janvier 2008. Une explosion anéantit un village ardéchois et on y découvre des cadavres : véritables cobayes humains ils ont subi des mutations génétiques.
    Une femme apparaît dans les décombres : Laure Dahan, 29 ans. Ses jours sont comptés. Son obsession : sa fille qu'elle n'a jamais connue. Elle doit la mettre à l'abri avant qu'il ne soit trop tard.
    Pour cela, elle est prête à tout et n'hésite pas à semer la désolation sur son passage...
    Le commandant Vincent Auger enquête, à sa poursuite.... de Grenoble à Berlin, de Zagreb à la Sicile, une course-poursuite s'engage entre Laure et Vincent qui souhaite découvrir le lien entre l'explosion en Ardèche et la jeune femme...
    Dans le ventre des mères est un roman intéressant. C'est un thriller assez noir, qui nous parle de mutations génétiques, de manipulations qui font froid dans le dos.
    Il y a de l'idée dans ce roman toutefois je dois avouer que j'ai eu parfois du mal à suivre.
    Je n'ai pas réellement apprécier les personnages, d'ailleurs je n'ai pas réussi à m'attacher à eux. Ils m'ont laissé indifférente, c'est dommage.
    C'est rythmé même si parfois je me suis un peu perdue ici et là avec toutes les explications scientifiques. L'idée est bonne et c'est accessible même à un esprit non scientifique toutefois c'est surement un peu trop pour moi. Je préfère quand c'est plus léger.
    Je m'attendais à autre chose en commençant ce roman qui ne m'a pas déplu, loin de là, mais dont le thème n'est pas forcément pour moi.
    Mon avis est assez mitigé, je ne sais pas trop ce que j'ai pensé de Dans le ventre des mères. Mais je n'en garderais pas un grand souvenir, ça c'est sur.
    Ma note : trois étoiles.