Marc Dugain

Marc Dugain
Fils de coopérants en Afrique, Marc Dugain est né au Sénégal en 1957. Après des études de sciences politiques et de finance, il devient expert-comptable puis patron d'une compagnie d'aviation. À 35 ans, il écrit son premier roman, La Chambre des officiers (1998), primé dix-huit fois (prix Nimier,... Voir plus
Fils de coopérants en Afrique, Marc Dugain est né au Sénégal en 1957. Après des études de sciences politiques et de finance, il devient expert-comptable puis patron d'une compagnie d'aviation. À 35 ans, il écrit son premier roman, La Chambre des officiers (1998), primé dix-huit fois (prix Nimier, prix des Libraires, prix des Deux-Magots...). Il a publié aux Éditions Gallimard Heureux comme Dieu en France (collection Blanche, 2002, Folio n° 4019), La Malédiction d'Edgar (collection Blanche, 2005, Folio n° 4417), Une exécution ordinaire (collection Blanche, 2007, Folio n° 4693).

Articles en lien avec Marc Dugain (5)

  • La Der des Ders : des livres incontournables pour mieux comprendre la Première Guerre mondiale
    Des livres incontournables pour mieux comprendre la Première Guerre mondiale

    La Grande Guerre ou Der des Ders qui dura quatre ans, de 1914 à 1918 est célébrée pour son centenaire en 2014. Cette terrible guerre a mobilisé nombre de soldats, qui s’ils revenaient du combat passaient la plupart du temps du qualificatif de « poilu » à celui de « gueule cassée ». De nombreux hommages sont rendus depuis le mois de janvier 2014. La littérature foisonne de témoignages et de romans sur cette première guerre mondiale, inspirant toujours les auteurs contemporains.

  • Anthony, lecteur du mois pour "L'Emprise" de Marc Dugain
    Anthony, lecteur du mois pour "L'Emprise" de Marc Dugain

    Chaque mois, une lectrice ou un lecteur nous livre la chronique d'un livre. Ce mois-ci, Anthony vous fait découvrir le dernier roman de Marc Dugain, L'Emprise (Gallimard).

  • Premier essai, premier coup de maître : des débuts fracassants
    Premier essai, premier coup de maître : des débuts fracassants

    Pour certains, leur premier opus a fait mouche. Leur livre a séduit l’éditeur qui a accepté de le publier et la notoriété leur est tombée dessus. On a tout de suite crié au succès, au génie…. ou au scandale. La presse les a encensé de critiques dithyrambiques ou au contraire porté leur œuvre au pilori mais ils sont devenu célèbres grâce à un talent d’écriture. Ils ont su surprendre. Certains ont écrit d’autres livres à succès et d’autres sont entrés dans la légende avec un seul….ou tombés dans l’oubli. Petit florilège de pépites.

  • Thrillers politiques : état de psychose permanente
    Thrillers politiques : état de psychose permanente

    Longtemps rare en France, le thriller politique est en passe de devenir une véritable mode saisonnière. Pour Netflix, qui vient de s’installer sur le marché français, c’est même une évidence. La première décision du site de vidéo à la demande par abonnement américain ? Lancer la production de « Marseille », inspirée de sa série à succès « House of Cards », sur la corruption politique dans le Sud de la France. Et si le polar politique n’en est qu’à ses balbutiements dans la fiction audiovisuelle française, il gagne de l’ampleur dans l’édition hexagonale – quoique toujours moins ancré que dans la littérature anglo-saxonne.

Avis sur cet auteur (112)

  • add_box
    Couverture du livre « Transparence » de Marc Dugain aux éditions Gallimard

    Aurélien sur Transparence de Marc Dugain

    Je sors assez mitigé de cette lecture.

    Je vais commencer déjà par le positif. L'auteur soulève des réflexions tout à fait intéressantes et d'actualité, il parle notamment dans ce livre de problèmes bien connus comme la surpopulation, le tourisme de masse, le pouvoir des grandes...
    Voir plus

    Je sors assez mitigé de cette lecture.

    Je vais commencer déjà par le positif. L'auteur soulève des réflexions tout à fait intéressantes et d'actualité, il parle notamment dans ce livre de problèmes bien connus comme la surpopulation, le tourisme de masse, le pouvoir des grandes multinationales du numérique... Ce roman d'anticipation se rapproche donc furieusement de notre monde actuel et le lecteur n'a aucun mal à imaginer une histoire tel que raconté d'ici quelques années. De plus, l'écriture est agréable, ça se lit très bien tout en amenant le lecteur à réfléchir.

    Seulement voilà, quelques points négatifs m'ont fait baisser la note de ce roman. Tout d'abord le sentiment de répétition, des problématiques, des arguments se répètent tout le long du livre et l'on a alors un fort sentiment de déjà vu et ce essentiellement en raison de la construction un peu erratique du livre. Autre point plutôt négatif, les réflexions sur notre monde actuel prennent vraiment beaucoup le pas sur l'histoire du roman qui devient finalement très secondaire. Un roman ? On se rapproche beaucoup plus par moment d'une sorte d'essai engagé.

    Du coup, l'aspect roman passe au second plan et ça manque de fluidité. On tourne un peu en rond par moment comme lorsque lorsque le personnage principal fait la tournée des popotes entre les présidents de certains pays ou les chefs religieux.

    Bon, mis à part ces quelques points, cela reste un livre sympa à lire qui a le mérite de faire se questionner le lecteur sur notre société actuelle sans trop tomber dans un côté moralisateur qui serait bien désagréable. Vraiment dommage que l'aspect roman ne soit pas un peu plus fouillé et mieux construit car cela donne vraiment l'impression d'un enrobage pas vraiment réussi.

    Je ne conseillerai pas forcément ce livre mais en même temps je ne le déconseille pas non plus pour les réflexions intéressantes qu'il apporte bien qu'enfonçant parfois des portes déjà bien ouvertes.

  • add_box
    Couverture du livre « La chambre des officiers » de Marc Dugain aux éditions Pocket

    Géland Charline sur La chambre des officiers de Marc Dugain

    C'est l'histoire d'un officier qui se fait défigurer pendant la première guerre mondiale. C'est intense et émouvant.

    C'est l'histoire d'un officier qui se fait défigurer pendant la première guerre mondiale. C'est intense et émouvant.

  • add_box
    Couverture du livre « Transparence » de Marc Dugain aux éditions Gallimard

    Nathalie Chartier sur Transparence de Marc Dugain

    Une lecture en demi-teinte de la part d’un auteur dont j’attendais d’avantage certainement.

    L’auteur réunit un certain nombre d’ingrédients : avidité des GAFA, projet d’immortalité, réchauffement climatique, révolution numérique, le tout transposé dans les années 2060.

    J’ai commencé le...
    Voir plus

    Une lecture en demi-teinte de la part d’un auteur dont j’attendais d’avantage certainement.

    L’auteur réunit un certain nombre d’ingrédients : avidité des GAFA, projet d’immortalité, réchauffement climatique, révolution numérique, le tout transposé dans les années 2060.

    J’ai commencé le récit la curiosité en éveil appréciant l’originalité du scénario, de l’intrigue et de la démonstration.

    Hélas, j’ai très vite piétiné pour diverses raisons :
    Je ne me suis pas du tout attachée à l’héroïne dénuée d’empathie, de sentiments.
    Le traitement froid, sans émotions de la disparition du fils de l’héroïne m’a dérangée.
    J’ai été vite agacée par la succession de démonstrations pessimistes et alarmantes, de lieux communs.

    Je me suis demandé tout au long du récit quelle serait la chute….. qui m’a laissée perplexe.

    En résumé, un roman d’anticipation qui n’a pas emporté mon adhésion, dommage.

  • add_box
    Couverture du livre « Ils vont tuer Robert Kennedy » de Marc Dugain aux éditions Gallimard

    Christelle Point sur Ils vont tuer Robert Kennedy de Marc Dugain

    Mark O’Dugain (il s’agit donc d’une fiction !), professeur canadien d’histoire contemporaine, n’a jamais digéré la mort de ses parents, un double suicide début 1968, à quelques semaines d’intervalles. Il n’avait pas 15 ans lorsque sa mère se tire une balle dans la tête. Quelques semaines...
    Voir plus

    Mark O’Dugain (il s’agit donc d’une fiction !), professeur canadien d’histoire contemporaine, n’a jamais digéré la mort de ses parents, un double suicide début 1968, à quelques semaines d’intervalles. Il n’avait pas 15 ans lorsque sa mère se tire une balle dans la tête. Quelques semaines ensuite, son père précipite son véhicule du haut d’une falaise. Ce suicide là, précisément, à fait naitre une idée dans son esprit, une idée qui frise l’obsession : l’accident de son père a eu lieu le même jour que l’attentat qui a couté la vie à Robert Kennedy à LA. Il sent que la mort de ses parents à un lien avec cet événement et décide de consacrer sa thèse à la vie des Kennedy, comptant bien sur ce travail d’historien pour élucider le mystère du double suicide. Le roman de Marc Dugain est double, un chapitre sur deux, c’est l’histoire de sa famille qui est longuement décortiquée. Toute cette partie là met un certain temps avant de devenir intéressante, une bonne dizaine de chapitres au moins. Les digressions familiales semblent tourner à vide pendant une bonne dizaine de chapitres, sans rapport avec le cœur du sujet. Il faut être patient car quand il commence à évoquer les travaux de son père, éminent psychiatre et spécialiste de l’hypnose, cela devient pour le coup très intéressant et drôlement plus pertinent. Les autres chapitres racontent les 5 dernières années de la vie de Robert Kennedy. Ces chapitres là, qui vont de l’attentat de Dallas à celui de Los Angeles (racontés plus ou moins chronologiquement), sont passionnants d’entrée, surtout si comme moi on aime l’Histoire, et l’Histoire Contemporaine. Dugain y décrit un Robert Kennedy n’ayant jamais vraiment surmonté la mort de son frère ainé, un Robert Kennedy plus idéaliste, plus torturé que son frère aussi. Le Robert Kennedy raconté par Dugain est un Kennedy plus à gauche que JFK, assassiné alors (ou plutôt parce) qu’il était quasi assuré d’accéder à la Maison Blanche. Je pense depuis longtemps que de tous les Kennedy, c’était Robert le plus intéressant politiquement, et que l’aura de son frère l’aura éclipsé toute sa vie alors qu’il était politiquement plus affuté. C’est pratique la fiction, pour mettre par écrit ce que l’on pense de ces deux attentats, tout en se préservant d’une accusation de complotisme . Concernant la mort de JFK, la théorie du livre épouse celle de Jim Garrison et elle est désormais bien connue. La mort de RFK est elle aussi percluse d’éléments troublants. Je ne sais quel crédit il faut accorder aux propos de Dugain sur l’attentat de LA, mais son travail à l’air terriblement documenté et Dugain est terriblement convaincant. Les deux histoires, celles des parents O’Dugain et celle des Kennedy se rejoignent dans une fin que l’on a vu venir d’assez loin, quand même. Les dernier chapitres sont une sorte d’alibi pour dédouaner l’auteur de tous soupçon de complotisme, d’autres explications plus « rationnels » sont exposées, finalement, c’est au lecteur de choisir sa fin. J’ajoute pour finir que c’est très bien écrit, avec parfois des formules qui sonnent comme des petits uppercuts, on est même tenté de relire certains paragraphes particulièrement bien troussés. On peut même trouver quelques petites pointes d’humour ça et là et quelques vacheries bien senties sur Le père Bush (et le fils aussi, à qui « il manque ¼ d’heure de cuisson » !), sur Mitterrand et surtout sur Johnson, qui sort du roman de Marc Dugain dans un piteux état !