Joseph Incardona

Joseph Incardona

Joseph Incardona est né en 1969, de père sicilien et de mère suisse. Écrivain, scénariste et réalisateur, il est l’auteur d’une quinzaine de livres. Personnalité atypique et auteur prolifique, ses références sont issues à la fois de cette culture de l’immigration ainsi que du roman noir et de la ...

Voir plus

Joseph Incardona est né en 1969, de père sicilien et de mère suisse. Écrivain, scénariste et réalisateur, il est l’auteur d’une quinzaine de livres. Personnalité atypique et auteur prolifique, ses références sont issues à la fois de cette culture de l’immigration ainsi que du roman noir et de la littérature nord‑américaine du xxe siècle.

Malgré la gravité des thèmes qu’il a pour habitude de traiter avec un style très noir et rythmé, on trouve aussi dans ses oeuvres un ton décalé souvent associé à une forme de pudeur.

Il remporte en 2011 le Grand prix du roman noir français avec Lonely Betty et en 2015 le Grand prix de littérature policière pour Derrière les panneaux il y a des hommes, tous deux parus aux Éditions Finitude. On lui doit plus récemment Permis C (BSN Press, 2016) – repris chez Pocket sous le titre Une saison en enfance –, Chaleur (Finitude, 2017, Prix du Polar Romand) et Les Poings (BSN Press, 2018).

Avis sur cet auteur (17)

  • add_box
    Couverture du livre « La soustraction des possibles » de Joseph Incardona aux éditions Finitude

    Madame Tapioca sur La soustraction des possibles de Joseph Incardona

    [ MONEY MONEY MONEY]

    Il y a:
    La fortune.
    Mais ce n'est pas une histoire d'argent.
    Le crime.
    Mais ce n'est pas une histoire de truands.
    Le châtiment.
    Mais ce n'est pas une histoire de bourreau.
    L'amitié.
    Mais ce n'est pas une histoire de copains.
    L'érotisme.
    Mais ce n'est pas une...
    Voir plus

    [ MONEY MONEY MONEY]

    Il y a:
    La fortune.
    Mais ce n'est pas une histoire d'argent.
    Le crime.
    Mais ce n'est pas une histoire de truands.
    Le châtiment.
    Mais ce n'est pas une histoire de bourreau.
    L'amitié.
    Mais ce n'est pas une histoire de copains.
    L'érotisme.
    Mais ce n'est pas une histoire de désir.
    La ruse.
    Mais ce n'est pas une histoire de trahison.
    La vanité.
    Mais ce n'est pas une histoire d'ambition.
    Alors, quoi ?
    Rien.
    Ceci est une histoire d'amour.
    La mienne.

    Je ne vois pas ce que je pourrais rajouter à ce prologue qui donne le ton, qui dit tout sans rien dévoiler et qui immédiatement te pousse à tourner la page.
    Joseph Incardona nous offre une plongée haletante dans le monde de la finance, du capitalisme et des truands à la fin des années 80. Un monde de puissants, de très riches, un monde dans lequel un prof de tennis, gigolo a ses heures perdues, et une jeune financière vont tenter de faire leur place.

    Un exemple de roman noir, un exemple de roman tout simplement. Les forces sont nombreuses: absence de temps mort, environnement méconnu, galerie de personnages fascinants... mais surtout une narration très originale qui accroche instantanément.

    Ce livre m'attirait de façon irrationnelle (sans connaître le sujet, sans connaître l'auteur) et mon instinct ne m'a pas trompé. Je suis tombée totalement sous le charme de l'écriture de Joseph Incardona.
    Cette vision impitoyable des arcanes de l'argent, des faiblesses humaines et de ses perversions est une grande réussite - ma meilleure lecture de janvier.

  • add_box
    Couverture du livre « La soustraction des possibles » de Joseph Incardona aux éditions Finitude

    Littéraflure sur La soustraction des possibles de Joseph Incardona

    C’est un peu « le bûcher des vanités » dans sa version francophone. New York devient Genève mais l’argent est y toujours ce roi sans partage. L’époque, les années 90 et la fin de l’empire soviétique, hystérise les comportements, excite les appétits, avilit les instincts. Joseph Incardona sait...
    Voir plus

    C’est un peu « le bûcher des vanités » dans sa version francophone. New York devient Genève mais l’argent est y toujours ce roi sans partage. L’époque, les années 90 et la fin de l’empire soviétique, hystérise les comportements, excite les appétits, avilit les instincts. Joseph Incardona sait planter un décor, introduire un personnage, provoquer une tension. En quelques lignes, on agrippe les fils des marionnettes, d’autant qu’il s’amuse à nous expliquer comment il les manipule. Ce dialogue avec le lecteur pourrait s’avérer déroutant. Il est savoureux. Mais tout n’est pas parfait. Les ficelles sont un peu grosses, parfois. Je ne suis pas friande des formules telles que « nous en étions là quand… », « sauf que... », « oui mais voilà… », ça donne l’impression diffuse que l’écrivain se fatigue à raconter.
    J’ai aimé la première partie du livre, quand les vanités s’installent. Incardona fait un portrait au vitriol de ce monde de la finance où seuls les carnassiers prospèrent, où le crime n’est jamais loin du profit. Avec un peu de tendresse et beaucoup de cruauté, il dépeint la riche ménopausée, la jeune ambitieuse, le gigolo frustré ou le banquier cynique. Son tableau est d’un réalisme stupéfiant.
    J’ai été moins convaincue par la deuxième partie du livre, quand les vanités des protagonistes s’entrechoquent, quand le dénouement approche et que la testostérone de l’auteur finit par gâter son style et faire douter de la finesse qui semblait le caractériser jusque-là. En 2019, on ne devrait plus lire qu’un homme pénètre une femme sans préliminaire tellement elle mouille. On dirait du Gérard De Villiers. « La Soustraction des possibles » est un roman haletant, truffé de scènes d’anthologie, mené tambour battant. Un livre parfait pour l’été.
    Bilan :

  • add_box
    Couverture du livre « Chaleur » de Joseph Incardona aux éditions Finitude

    Lisa FRERING sur Chaleur de Joseph Incardona

    https://animallecteur.wordpress.com/2019/12/17/chaleur-joseph-incardona/

    Cette histoire ne ressemble à aucune autre et pourtant le base de ce roman est vraie. En Finlande, le concours de sauna a vraiment existé jusqu’en 2010 lorsqu’un participant est décédé.

    Au début du roman on ne sait...
    Voir plus

    https://animallecteur.wordpress.com/2019/12/17/chaleur-joseph-incardona/

    Cette histoire ne ressemble à aucune autre et pourtant le base de ce roman est vraie. En Finlande, le concours de sauna a vraiment existé jusqu’en 2010 lorsqu’un participant est décédé.

    Au début du roman on ne sait pas trop comment peut finir cette histoire et puis peu à peu on se rend compte que cette histoire est une véritable farce au ton tragico-comique. On suit deux participants que tout oppose, d’un côté il y a Igor, un ex sous-marinier russe, la soixantaine, petit et mince, qui mange sain et équilibré et dont la rigueur est son mot d’ordre. De l’autre on suit Niko, un acteur de films pornos qui picole, baise et a une forte résistance à la chaleur puisqu’il a été 3 fois champions de sauna, il est grand et costaux, porte un peignoir léopard sur lequel est inscrit « pas de cerveau, pas de migraine », il a une peluche Ikea et est l’incarnation même des dérives.

    Cette histoire qui peut paraître très légère est en réalité une vraie critique de notre société en perte de sens, où l’absurdité devient la norme, une société qui fabrique des êtres égocentriques en quête de sensations toujours plus fortes pour se sentir vivants. On se rend bien compte que la bêtise humaine n’a pas de limites. Et en même temps cette histoire nous rappelle à quelle point nous sommes seuls et emplis de désespoir.

    Ce roman m’a fait sourire, rire et même un peu réfléchir à ma propre condition et à celle de l’être humain du 21ème siècle. J’ai passé un très bon moment à le lire !

  • add_box
    Couverture du livre « Chaleur » de Joseph Incardona aux éditions Finitude

    Les Lectures de Sophie sur Chaleur de Joseph Incardona

    Aussi incroyable que ça puisse paraître, l'auteur est parti d'une histoire vraie pour écrire son roman. Un drame qui a eu lieu en 2010, au championnat du monde de sauna...

    Savoir que deux hommes ont réellement pris de tels risques pour gagner le championnat du monde de sauna me laisse...
    Voir plus

    Aussi incroyable que ça puisse paraître, l'auteur est parti d'une histoire vraie pour écrire son roman. Un drame qui a eu lieu en 2010, au championnat du monde de sauna...

    Savoir que deux hommes ont réellement pris de tels risques pour gagner le championnat du monde de sauna me laisse dubitative... mais surtout ça ajoute au côté dramatique de ce roman, dont le cynisme est incroyable. L'auteur invente des vies aux deux compétiteurs, et le moins qu'on puisse dire, c'est qu'il va loin dans sa recherche pour nous présenter deux hommes au bout du rouleau, pour des raisons très différentes, et qui s'accrochent à la gloire du titre de champion du monde de sauna.

    D'un côté, le russe, ancien sous-marinier, militaire plus ou moins espion de l'URSS puis de la Russie, fatigué et seul. De l'autre le finnois, acteur porno à la carrière florissante, désabusé et toujours (trop) entouré de femmes qui en veulent à son corps !!!

    Comme je le disais, la plume de l'auteur est d'un pur cynisme, trempée dans le vitriol, et je comprends que ça puisse déplaire à certains, mais moi j'ai aimé ce cynisme, même si, par moments, j'en ai eu marre de lire les exploits de la star du X. Car oui, en plus d'être cynique, ce roman est cru. Ou plutôt brut. Sans artifices. Il y a de la sueur, du sexe, du sang. Sans compter les rancœurs entre compétiteurs, pour qui ce championnat est le climax de leur année d'entrainement.

    J'ai apprécié cette lecture qui, et c'est le moins qu'on puisse dire, sort des sentiers battus. L'auteur nous emmène dans un monde déjanté, déconnecté de nos réalités quotidiennes. Et le fait sans concessions, quitte à s'aliéner des lecteurs potentiels. Si vous n'avez pas peur de vous confronter à une écriture brute de décoffrage, sur un sujet pour le moins original, tentez l'aventure, vous ne serez pas déçus par l'expérience !

    J'ai gagné ce roman sur le site lecteurs.com, que je remercie pour la découverte. En effet, si j'ai trouvé le sujet intriguant en découvrant les titres de la rentrée littéraire Pocket présentés sur le site, j'étais passée complètement à côté dans la masse des sorties d'août...

    https://wp.me/p7Nwnd-1de