Jean-Luc Coatalem

Jean-Luc Coatalem

D'origine bretonne (Finistère), né à Paris en 1959, Jean-Luc Coatalem est écrivain et rédacteur en chef adjoint au magazine Géo. Il a publié notamment Je suis dans les mers du Sud (Grasset, 2001), un essai sur Paul Gauguin, prix des Deux Magots et prix Bretagne, Le Gouverneur d’Antipodia (Le Dile...

Voir plus

D'origine bretonne (Finistère), né à Paris en 1959, Jean-Luc Coatalem est écrivain et rédacteur en chef adjoint au magazine Géo. Il a publié notamment Je suis dans les mers du Sud (Grasset, 2001), un essai sur Paul Gauguin, prix des Deux Magots et prix Bretagne, Le Gouverneur d’Antipodia (Le Dilettante, 2012), prix Nimier, Nouilles froides à Pyongyang (Grasset, 2013), et dernièrement Fortune de mer (Stock, 2014).

Articles (2)

Avis (34)

  • add_box
    Couverture du livre « La part du fils » de Jean-Luc Coatalem aux éditions Stock

    Les livres de K79 sur La part du fils de Jean-Luc Coatalem

    J’ai eu la chance de côtoyer Jean-Luc Coatalem lors de ma participation au jury du Prix Orange du Livre 2019. C’est un homme accessible et drôle avec qui j’ai eu plaisir à échanger. Alors, lorsque j’ai vu son nom apparaître dans les prévisions de la rentrée littéraire, je me suis dit que...
    Voir plus

    J’ai eu la chance de côtoyer Jean-Luc Coatalem lors de ma participation au jury du Prix Orange du Livre 2019. C’est un homme accessible et drôle avec qui j’ai eu plaisir à échanger. Alors, lorsque j’ai vu son nom apparaître dans les prévisions de la rentrée littéraire, je me suis dit que j’allais pouvoir rencontrer l’écrivain.

    Pour son nouvel opus, il se penche sur le destin de son grand-père. Celui-ci a vu sa vie déroutée par un acte de dénonciation lors de la seconde guerre mondiale. Même s’il ne l’a pas connu, l’auteur ressent une envie viscérale de connaître la vérité sur son aïeul. Il se lance alors dans une enquête. Face au silence de sa famille et au manque d’informations à sa disposition, il va devoir voyager et creuser les archives afin de réunir les pièces du puzzle. Dans le sillage de son investigation, il va aussi récolter des éléments sur le destin de son père et son oncle. Il va ainsi pouvoir reconstituer la toile complète de son héritage familial.

    Autant prévenir, ce texte n’est pas destiné à tout le monde, tant la plume est exigeante et le vocabulaire érudit. Je vous conseille donc de le lire au calme pour appréhender au mieux la beauté du verbe. La construction est complexe et on s’égare parfois, mais le talent de l’auteur reprend toujours les rênes.

    On sent bien que cette quête est importante aux yeux de Jean-Luc Coatalem et qu’il y a mis beaucoup de lui-même. Même si je pense que ce genre de texte personnel sert plus l’auteur que le lecteur, j’ai pris un réel plaisir à découvrir cette belle écriture au service d’une histoire familiale tourmentée et romanesque. Je suis ravi d’avoir enfin mis une plume sur un visage et je partirai dorénavant à la recherche de ces autres écrits, pour voir ce qu’il est capable de faire avec d’autres sujets.

    http://leslivresdek79.com/2019/09/09/487-jean-luc-coatalem-la-part-du-fils/

  • add_box
    Couverture du livre « Le gouverneur d'antipodia » de Jean-Luc Coatalem aux éditions J'ai Lu

    Cyrille Maman sur Le gouverneur d'antipodia de Jean-Luc Coatalem

    Le lieu : une île australe éloignée de tous. Ajoutez deux hommes que tout oppose et qui crèvent de leur propre solitude, saupoudrez d'une bonne dose de vents et de tempêtes....et vous obtenez un très bon huis clos.

    Le lieu : une île australe éloignée de tous. Ajoutez deux hommes que tout oppose et qui crèvent de leur propre solitude, saupoudrez d'une bonne dose de vents et de tempêtes....et vous obtenez un très bon huis clos.

  • add_box
    Couverture du livre « La part du fils » de Jean-Luc Coatalem aux éditions Stock

    Squirelito L'écureuil sur La part du fils de Jean-Luc Coatalem

    « C’est un petit pas pour l’homme, un pas de géant pour l’humanité ». 21 juillet 1969

    L’humanité… versus l’inhumanité.

    De 1943 à 1945, seront fabriqués les V2, des missiles qui devaient révolutionner la guerre et dont l’armée nazie avait grand besoin. L’un des principaux ingénieurs...
    Voir plus

    « C’est un petit pas pour l’homme, un pas de géant pour l’humanité ». 21 juillet 1969

    L’humanité… versus l’inhumanité.

    De 1943 à 1945, seront fabriqués les V2, des missiles qui devaient révolutionner la guerre et dont l’armée nazie avait grand besoin. L’un des principaux ingénieurs développe un programme et la fabrication est effectuée par des déportés dans l’enfer impitoyable de Dora, des conditions de vie qui feront des V2 une arme plus destructrice par leur fabrication que par leur utilisation. L’un des ingénieurs responsables de ce programme létal s’appelle Wernher von Braun. Après s’être rendu aux alliés en mai 1945, il s’envole aux Etats-Unis quelques mois plus tard, et, devient l’un des pionniers de la conquête spatiale américaine, il sera, d’ailleurs, naturalisé en 1955. L’un des pères du 21 juillet 1969 est un nazi notoire, responsable de centaines de morts au camp de Dora.
    Dora, D comme Dora. Là, où a été déporté Paol, le grand-père de Jean-Luc Coatalem qui livre sa part dans un récit déchirant, mais également cathartique, sur cet aïeul disparu trop tôt dans le camp de Bergen-Belsen le 12 mai 1944.

    Kergat. L’océan et son infini. L’immensité et ses espoirs. Mais aussi les vents contraires, les vents mauvais venus d’Est et qui vont souffler sur l’Europe dans les années 30 pour se transformer en une tornade destructrice quelques années plus tard ; une noirceur totale avec une grande faucheuse n’ayant aucune pitié pour le commun des mortels… et agitée par des mortels.
    Au sein de cette géhenne belliqueuse, l’horreur va supplanter l’horreur avec son lot de crimes, de tortures… et de délations, délations qui arpentent les places, les rues, les ruelles… par vengeance, par jalousie. Paol en sera une victime en ce 1er septembre 1943, emmené sans ménagement par la Gestapo. De Brest, il passe à Compiègne, puis le 20 octobre, affaibli par les privations, les interrogatoires, les coups et autres maltraitances, c’est le départ vers l’Hadès final : Buchenwald, Dora, Bergen-Belsen.
    Disparition. Silence. Silence de mort. Deuil inachevé…

    Un récit romancé mais qui relate la pérégrination d’un petit-fils pour retrouver une trace de son grand-père dans le dédale de la deuxième guerre mondiale. Un grand-père qu’il n’a jamais connu et même peu entendu parler, son père s’étant enfermé dans le silence du souvenir.
    Qui était Paol, né en 1894 ? Un combattant, un homme qui ne reculait devant rien. Il a connu quatre ans de guerre dans les tranchées, le corps à corps, la faim ; se battre dans la boue entouré de rats et de cadavres, parfois ceux de ses compagnons les plus proches. Puis, l’Indochine où il aurait peut-être mieux valu rester même si « le pays ne lui appartenait pas » et enfin le retour en Bretagne où il coulait des jours plus tranquilles en travaillant dans le civil même si la vie l’avait déjà fouetté en lui prenant un de ses enfants. Il restait ses deux fils mais l’un partira en Angleterre combattre et mènera une vie assourdissante, tant, que l’on pourrait croire en un personnage de roman. Et pourtant.
    Et puis, il y a le dernier, Pierre qui grandira sans son père, seul avec sa mère Jeanne. Parce qu’il y a cette délation qui va conduire Paol dans un tourbillon mortuaire…

    Face à cette tragédie universelle, mais également personnelle pour l’auteur, la narration cogne à chaque mot. Des phrases brèves, certaines elliptiques pour mieux signifier l’absence ou le désastre du parcours du déporté. Le train de la déportation où déjà il faut résister, lutter contre le néant qui frappe mais un néant qui fait mal, qui serre, oppresse, humilie. Puis les camps, avec leurs administrations, leurs règlements, leurs cerbères avec tout le raffinement de la torture, des sévices, des crimes indéfinissables… Et le camp de Dora… là où « la conquête spatiale a commencé » selon la phrase de Robert Carrière, rescapé de ce camp créé en 1943 pour la fabrication des V2. Une galerie minière creusée par les déportés pour cacher la production des missiles et qui a été l’une des machines infernales du III° Reich broyant des milliers de vie.

    En alternance, le lecteur découvre quelques passages plus légers sur les années asiatiques du grand-père mais aussi du père et du petit-fils. Une chevauchée lointaine comme des respirations nécessaires, celles qu’offrent les grands espaces, les territoires lointains et la référence surprise à Henry Jean-Marie Levet… comme une carte postale lancée depuis Bénarès…

    La suite de l’histoire, on ne peut la raconter car elle se lit directement ; elle se lit pour comprendre combien le journaliste a eu envie d’en savoir plus sur cet inconnu dont les gènes sont en lui, pour comprendre le gigantesque travail de recherches effectué, pour comprendre les périodes de trouble, d’effarement mais aussi de retrouvailles par les archives et les mots posés sur des feuilles de papier. Réaliser également que Paol n’était pas seul, des milliers d’humains ont subi le même sort. Au nom d’une idéologie sans nom.

    Depuis un crépuscule Jean-Luc Coatalem a semé vers l’aube des lumières des petits cailloux pour retrouver la trace de celui qui est « mort pour la France », pour colmater une douleur qui paraissait inénarrable, pour tendre la main vers l’invisible. Peut-être également pour colmater la souffrance de l’âme et quoi de mieux que la psyché de l’écrit. Parce qu’elle libère, parce qu’elle se partage. Et semer cette mémoire qui ne doit pas s’effacer et même être marquée, comme une pierre de Dora déposée sur la montagne de Menez-Hom…

    Blog : https://squirelito.blogspot.com/2019/08/une-noisette-un-livre-la-part-du-fils.html

  • add_box
    Couverture du livre « La part du fils » de Jean-Luc Coatalem aux éditions Stock

    Henri-Charles Dahlem sur La part du fils de Jean-Luc Coatalem

    «À Kergat, le nom de Paol est inscrit sur la liste des victimes de la guerre dans la nef de l’église. Au cimetière, il est gravé en lettres dorées sur le caveau familial qui ne le contient pas. Dans les allées ratissées, ce cône de granit, posé au-dessus d’un vide, est notre amer.» En creusant...
    Voir plus

    «À Kergat, le nom de Paol est inscrit sur la liste des victimes de la guerre dans la nef de l’église. Au cimetière, il est gravé en lettres dorées sur le caveau familial qui ne le contient pas. Dans les allées ratissées, ce cône de granit, posé au-dessus d’un vide, est notre amer.» En creusant l’histoire familiale, celle de son père et surtout celle de son grand-père, Jean-Luc Coatalem nous offre son roman le plus personnel, mais revient aussi sur les conflits du siècle écoulé.

    Commençons par dire quelques mots du titre du nouveau roman de Jean-Luc Coatalem. Dans La part du fils, il est en effet question d’un fils, le narrateur derrière lequel l’auteur ne se cache nullement, cherchant à découvrir qui était vraiment Pierre, son taiseux de père. Mais le récit va au-delà de cette génération et s’attarde encore davantage sur la part de Paol, le grand-père. D’où le titre de cette chronique et les premières pages, qui nous livrent en guise d’introduction, les éléments biographiques connus: «Paol est né en 1894, à Brest. Il vient d’une famille finistérienne où les hommes sont généralement employés à l’Arsenal, la base militaire et navale. Il a fait la Première Guerre. Il a épousé Jeanne. Trois enfants, Lucie, Ronan et Pierre, mon père. Officier de réserve, il a été muté en Indochine, dont il est rentré en 1930. Dans le civil, il a travaillé ensuite pour une imprimerie et dans une entreprise de construction. Puis, comme la plupart des Français, il a été mobilisé de nouveau, en 1939, au grade de lieutenant. Je ne l’ai pas connu. Parti trop tôt, trop vite, comme si le destin l’avait pressé. Mais il nous reste sa Bretagne à lui qui est devenue la nôtre.»
    C’est à partir de ces indices que la quête va pouvoir commencer et nous réserver, comme dans les meilleurs romans policiers, quelques fausses pistes et quelques avancées remarquables, accompagnées d’émotions à intensité variable. Car remuer le passé n’est pas sans risques, d’autant que la vérité peut se cacher derrière bien des non-dits ou être à géométrie variable. Alors ne vaut-il pas mieux se taire?
    C’est le choix qu’a fait Pierre: «Tout juste nous aura-t-il lâché un peu de son enfance saccagée, la morsure des dimanches pensionnaires, la veilleuse bleue des dortoirs au-dessus des cauchemars, l’odeur humide des préaux, cette dévastation initiale que le temps n'entama pas. Il lui avait fallu être ce fils courageux qui dut porter le poids de l'absence sur ses épaules, grandir quand même, et que les heures de la Libération ne libéreront pas, creusé par ce gouffre, au final le constituant, sans soupçonner que sa souffrance serait un jour, pour moi, son ainé, un appel.»
    Après les bribes d’informations soutirées presque contre son gré à ce père, il faut élargir le champ des recherches, se rendre aux archives, chercher dans les dossiers, recouper des informations souvent parcellaires. Et quelquefois se contenter de l’histoire des autres, compagnons de régiment, de tranchée ou de captivité, qui ont cheminé aux côtés de Paol.
    Jean-Luc Coatalem a compris que cette communauté de destin soude les hommes et que tous ceux qui se sortent de conflits aussi meurtriers que le fut la Grande Guerre se forgent une «opinion sur la peur, la mort, et entre les deux, ce qu’est la viande humaine sous un déluge de fer ou dans les volutes de l'ypérite.» Avant d’ajouter, fataliste: «Une histoire banale de soldat français. Paol n’a que vingt-cinq ans, Paol a déjà mille ans.» Et passer d’une guerre à l’autre, dont il ne reviendra pas.
    Si j’ai beaucoup aimé suivre le voyage qu’effectue l’auteur sur les pas de ses aînés, c’est parce qu’il ne nous cache rien de ses tâtonnements, de ses doutes, de ses interrogations, obligé de concéder que «plus les choses se ramifiaient, plus elles se complexifiaient. Un témoignage venait en contredire un autre, les dates ne se recoupaient plus, il manquait des pièces et des interactions. Tout aurait-il été embrouillé? A qui s’adresser? Il aura beau faire, aller jusqu’à Buchenwald et Bergen-Belsen, le puzzle restera incomplet.
    Mais ici ce n’est pas la résolution de l’énigme qui compte, c’est le chemin emprunté. Cette tentative de ramener à la lumière le destin d’un homme oublié, de «tenter de nouer ce dialogue singulier avec lui». Ce beau roman – plein de fureur et de pudeur – y parvient avec talent.
    https://urlz.fr/aofk

Ils le suivent

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !