Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Jean-Louis Tripp

Jean-Louis Tripp
Jean-Louis Tripp est né le 4 Février 1958 à Montauban. Après des débuts précoces dans "Métal Hurlant" en 1977, il publie une dizaine d'albums aux éditions Futurupolis, Milan et Glénat dont Soviet Zig-Zag (scénario Marc Barcelo) et Zoulou Blues, respectivement couronnés par le prix de la presse et... Voir plus
Jean-Louis Tripp est né le 4 Février 1958 à Montauban. Après des débuts précoces dans "Métal Hurlant" en 1977, il publie une dizaine d'albums aux éditions Futurupolis, Milan et Glénat dont Soviet Zig-Zag (scénario Marc Barcelo) et Zoulou Blues, respectivement couronnés par le prix de la presse et le Prix du Public à Angoulême (1986 et 87). À partir de 1990, il se consacre à la peinture et à la sculpture pendant douze ans avant de revenir à la bande dessinée en 2002 en dessinant les deux tomes du Nouveau Jean-Claude  adaptés du Story Board qu'il a réalisé pour le film du même nom réalisé par Tronchet. En 2003, il part au Québec ou il succède à Edmond Baudoin au poste de professeur en Bande dessinée à l'Université du Québec en Outaouais, à Ottawa. C'est à Montréal que, partageant l'atelier de Régis Loisel, il réalise Paroles d'Anges en 2004 et Magasin Général.

Avis sur cet auteur (36)

  • add_box
    Couverture du livre « Les vents ovales Tome 1 : Yveline » de Jean-Louis Tripp et Horne et Aude Mermilliod aux éditions Dupuis

    Claire @fillefan2bd sur Les vents ovales Tome 1 : Yveline de Jean-Louis Tripp - Horne - Aude Mermilliod

    1967 Larroque-sur-Garonne et Castelnau-sur-Garonne, deux villages reliés par un pont enjambant la rivière du même nom. Deux villages du Sud-Ouest qui vivent au rythme des matchs de rugby de leurs deux équipes concurrentes. Celle de Castelnau entraînée par le curé et celle de Larroque entraînée...
    Voir plus

    1967 Larroque-sur-Garonne et Castelnau-sur-Garonne, deux villages reliés par un pont enjambant la rivière du même nom. Deux villages du Sud-Ouest qui vivent au rythme des matchs de rugby de leurs deux équipes concurrentes. Celle de Castelnau entraînée par le curé et celle de Larroque entraînée par le propriétaire de l'usine.

    La narratrice de ce premier tome des Vents ovales est Yveline, 19 ans. En nous racontant son histoire, elle va également nous narrer celle des habitants de ces deux villages, alors que s'apprête à souffler le vent du changement.

    On fait ainsi connaissance avec la famille de la jeune fille qui exploite une ferme. Celle-ci appartient à Monsieur le Marquis. Il soutient Yveline dans sa volonté de faire ses études à Paris à la rentrée de septembre 1967.
    Monique est la meilleure amie d’Yveline dont le père, Monsieur Amadieu, est un industriel. Ce dernier est un homme rétrograde, emblématique de ce que sont beaucoup d’hommes de cette période vis à vis des femmes. Et enfin, il y a Éric Pellefigues l’instituteur, qui avec ses idées communistes, n’est pas toujours d’accord avec les habitants du village.

    Les vies de tous ces personnages, et il y en a de nombreux autres, sont imbriquées à différents niveaux. Familial, amical, sportif, politique, professionnel et amoureux
    Ces deux villages sont une parfaite représentation de ce qu’est la France rurale en cette fin des années 60. Ils montrent les oppositions entre les classes sociales, mais aussi entre les jeunes et les plus âgés, entre ceux de droite et ceux de gauche. Et enfin entre les hommes et les femmes. Des jeunes femmes qui, bien que loin des grandes villes, revendiquent elles aussi leur émancipation.

    Cet album signé JeanLouis Tripp, Aude Mermilliod et Horne est un véritable vent de fraîcheur. Un récit choral où joie de vivre ainsi que revendications sociales et sociétales se conjuguent à merveille avec le monde de l’ovalie.
    L’arrivée d’Yveline à Paris dans le tome 2, devrait nous entraîner vers la plage se trouvant sous les pavés.

  • add_box
    Couverture du livre « Les vents ovales Tome 1 : Yveline » de Jean-Louis Tripp et Horne et Aude Mermilliod aux éditions Dupuis

    bulle.noire sur Les vents ovales Tome 1 : Yveline de Jean-Louis Tripp - Horne - Aude Mermilliod

    Mai 1968
    Les événements parisiens ont semé des graines jusqu'à Larroque-sur-Garonne où le stade est occupé. On dort sous la tente, on chante et on se réunit autour du barbecue. De l'autre côté du pont, c'est Castelnau-sur-Garonne... Deux villages au cœur de l'ovalie, une époque, une histoire...
    Voir plus

    Mai 1968
    Les événements parisiens ont semé des graines jusqu'à Larroque-sur-Garonne où le stade est occupé. On dort sous la tente, on chante et on se réunit autour du barbecue. De l'autre côté du pont, c'est Castelnau-sur-Garonne... Deux villages au cœur de l'ovalie, une époque, une histoire que Yveline Talairac, 19 ans, va nous raconter...

    Aude Mermilliod et Jean-Louis Tripp ont semble-t-il puisé dans leurs souvenirs d'enfance pour proposer ce récit choral plein de vie qui livre l'ambiance de la France rurale à la veille d'une période agitée pleine d'oppositions. Un récit où les jeunes femmes ont toute la place, Yveline d'abord dans ce premier tome, qui doit bientôt partir faire ses études à Paris et son amie Monique, attendue à Béthune pour devenir prof de sport.

    C'est le dessinateur Horne (avec les belles couleurs de Delf) qui met en images ce début de la fin des 30 glorieuses. Il y a tout, des personnages truculents, des symboles indémodables :la DS, la deuche, les Beatles... et des pages qui replacent le contexte avec des éléments d'actualité bien utiles... Il y a surtout une vie, une énergie, une joie communicative qui transpirent de chaque page.

    Voilà un début de série qui fait du bien, qui dégage un optimisme bienvenu et il faut bien reconnaître que c'est bien agréable. C'est aussi une radiographie intéressante d'une époque et d'une jeunesse en quête d'émancipation. Vivement la suite ! 

    A noter l'excellent article de Sylvain Venayre, prof d'histoire et scénariste, sur l'époque des trente glorieuses.

  • add_box
    Couverture du livre « Le petit frère » de Jean-Louis Tripp aux éditions Casterman

    HEIM sur Le petit frère de Jean-Louis Tripp

    Un magnifique roman graphique de 334 pages pour ce récit autobiographique de l'auteur qui a perdu dans un accident de la circulation son petit frère de 11 ans, le 05 août 1976.
    45 ans plus tard, Jean-Louis Trapp nous livre cette tragique histoire, l'accident, l'attente, le deuil impossible et...
    Voir plus

    Un magnifique roman graphique de 334 pages pour ce récit autobiographique de l'auteur qui a perdu dans un accident de la circulation son petit frère de 11 ans, le 05 août 1976.
    45 ans plus tard, Jean-Louis Trapp nous livre cette tragique histoire, l'accident, l'attente, le deuil impossible et bien d'autres choses. C'est aussi un long travail pour s'affranchir de sa culpabilité et d'un lien familial à renouer après un tel drame.

    Les planches comportent très peu de couleur hormis au moment du drame avec un peu de bleu et de rouge. De même, beaucoup de planches n'ont aucun texte et c'est là une force du dessin qui fait rejaillir l'émotion des personnages et qui la transmet aux lecteurs.

    Cette lecture nous attrape et ne nous lâche plus.
    Je recommande vivement !

  • add_box
    Couverture du livre « Le petit frère » de Jean-Louis Tripp aux éditions Casterman

    H sur Le petit frère de Jean-Louis Tripp

    Magnifique roman graphique autobiographique sur un drame survenu il y a 45 ans.
    Beau travail de l’auteur qui n’oublie aucun ressenti, même de ceux nés après le drame, et qui n’ont pas étés épargnés par la douleur, la culpabilité, le vide et la tristesse d’un enfant mort à 11 ans (presque...
    Voir plus

    Magnifique roman graphique autobiographique sur un drame survenu il y a 45 ans.
    Beau travail de l’auteur qui n’oublie aucun ressenti, même de ceux nés après le drame, et qui n’ont pas étés épargnés par la douleur, la culpabilité, le vide et la tristesse d’un enfant mort à 11 ans (presque 12).
    C’est poignant mais pas plombant !!