Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Jean-Claude Izzo

Jean-Claude Izzo

La biographie de cet auteur n'est pas encore disponible, proposez la vôtre : Contactez-nous

Avis sur cet auteur (12)

  • add_box
    Couverture du livre « Les marins perdus » de Jean-Claude Izzo aux éditions J'ai Lu

    Dominique Jouanne sur Les marins perdus de Jean-Claude Izzo

    Remarquable fiction noire pour traiter le drame vécu par les marins dont le cargo est immobilisé à quai dans un port sur ordre de justice.

    « — L’Aldébaran fait l’objet de saisies conservatoires pour des dettes d’une société dont les créanciers prétendent qu’elle serait liée à l’armateur....
    Voir plus

    Remarquable fiction noire pour traiter le drame vécu par les marins dont le cargo est immobilisé à quai dans un port sur ordre de justice.

    « — L’Aldébaran fait l’objet de saisies conservatoires pour des dettes d’une société dont les créanciers prétendent qu’elle serait liée à l’armateur. Alors que la société dont dépend l’Aldébaran est totalement séparée en droit de la société débitrice…
    L’équipage l’écouta en silence. Sans comprendre un traitre mot de ce charabia juridique. (…) Chacun avait perçu l’essentiel. Même les deux Birmans de l’équipage. Ce n’était pas demain la veille que le navire reprendrait la mer. »

    Le bateau arraisonné à Marseille, devait livrer en Mauritanie 2000 tonnes de farine chargées à la Spezia en Italie.

    Les marins reçurent chacun une faible indemnisation forfaitaire et quittèrent le cargo sauf le capitaine libanais, le second grec et le radio turc qui, eux, restèrent à bord.

    Le destin de ces trois-là va se natter dramatiquement. Un huis-clos où vont se mêler des histoires de cœur, de sexe et de mafia, où le passé et le présent vont se télescoper.

    Trois marins à terre, perdus à Marseille, ville chère au cœur de l’auteur qui en profite pour faire résonner des questions actuelles sur l’avenir de la Méditerranée.

    Livre de marins avec une juste traduction psychologique des personnages à travers leurs vies personnelles et l’histoire de leurs grands voyages aux traversées sillonnant le globe contre vents et tempêtes.

    Ce livre est un roman magnifique et passionnant signé par le fortement regretté Jean-Claude Izzo.

    « La mer, (…) on ne la découvre jamais seul, et on ne la voit pas qu’avec nos propres yeux (…) On la regarde telle que d’autres l’ont vue avec en tête les images et les récits qu’ils nous ont transmis (…) J’ai appris la mer comme ça. C’est comme ça aussi que j’ai appris l’histoire, la géographie. Et que la littérature s’est mise à avoir un sens. »

  • add_box
    Couverture du livre « Total khéops » de Jean-Claude Izzo aux éditions Gallimard

    Bernard Viallet sur Total khéops de Jean-Claude Izzo

    Marseille, années 90, quartier du Panier et autres lieux populaires plus vraiment pagnolesques. Ugo revient sur les lieux de son enfance. Il est accueilli par Lole, la belle gitane qui vient de perdre Manu, l’ami d’Ugo, descendu par on ne sait qui. Ugo n’a plus qu’une idée : se venger sur la...
    Voir plus

    Marseille, années 90, quartier du Panier et autres lieux populaires plus vraiment pagnolesques. Ugo revient sur les lieux de son enfance. Il est accueilli par Lole, la belle gitane qui vient de perdre Manu, l’ami d’Ugo, descendu par on ne sait qui. Ugo n’a plus qu’une idée : se venger sur la personne de l’éventuel commanditaire, Zucca, gros bonnet de la pègre marseillaise. Ugo emprunte une mobylette à de jeunes maghrébins pour aller le descendre froidement en pleine rue. Mais, l’affaire conclue, il trouve deux flics qui l’attendent devant chez Lole. Bien qu’il se soit débarrassé de son arme peu avant, les flics le croyant armé, l’abattent sans sommation. Fabio Montale est chargé de l’enquête. Celle-ci lui tient d’autant plus à cœur que les deux victimes font partie de ses amis d’enfance. Un peu plus tard, une autre amie de Montale, Leïla, une jolie beurette qui ne le laissait pas indifférent, est abattue de trois coups de révolver après avoir été violée…
    « Total Khéops » est plus un roman noir qu’un roman policier. Izzo ne s’attache pas vraiment à emmener son lecteur dans une enquête classique avec suspects, hypothèses, contre-hypothèses, pistes et fausses pistes. Il préfère décrire le décor et l’ambiance de la capitale phocéenne et surtout les états d’âme et la vie quotidienne de son héros, Montale. Le lecteur saura tout de lui. Ses amours, ses emmerdes, son incapacité à garder une femme, ses goûts musicaux, ses plats, ses vins et ses alcools préférés sans oublier ses loisirs comme ses parties de pêche sur sa barcasse aux abords des îles du Frioul ! Mais comme peintre d’ambiance, n’est pas Simenon qui veut. Il importe de rester dans la réalité. Et là, Izzo nous la baille belle avec sa merveilleuse ville. Il a pour elle les yeux de Chimène. Tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil au royaume de la diversité heureuse… Le lecteur en arrive à se demander comment les morts peuvent s’accumuler pareillement. La réponse est évidente et bien dans la logique d’une doxa qui n’est pas à une invraisemblance près : Marseille regorge de néo-nazis et autres crypto-fascistes tous encartés dans un parti particulièrement nauséabond dont le nom rime avec « haine ». Cette conformité au politiquement correct peut agacer les uns et réjouir les autres. On ne tranchera pas. Mais quel intérêt peut-on trouver à lire une telle fable si ce n’est vouloir se contenter d’un charmant mensonge devenu une vérité d’Evangile par la magie d’une répétition « ad nauseam » ?

  • add_box
    Couverture du livre « VIVRE FATIGUE » de Jean-Claude Izzo aux éditions J'ai Lu

    Fantomas 57 sur VIVRE FATIGUE de Jean-Claude Izzo

    Pour les adeptes des polars , ces petites nouvelles sont un condensé de la misère humaine et de ses travers. Rien de sensationnel juste des instants de vies qui tournent au drame.

    Pour les adeptes des polars , ces petites nouvelles sont un condensé de la misère humaine et de ses travers. Rien de sensationnel juste des instants de vies qui tournent au drame.

  • add_box
    Couverture du livre « Solea » de Jean-Claude Izzo aux éditions Gallimard

    Bill sur Solea de Jean-Claude Izzo

    Après Total Khéops et Chourmo, je viens de dévorer en quelques heures le dernier tome de la trilogie mettant en scène Fabio Montale, ex flic marseillais.

    Sa ville est beaucoup mois présente dans cet opus que dans les précédents. 

    Bien plus noir que les précédents, il montre comment la...
    Voir plus

    Après Total Khéops et Chourmo, je viens de dévorer en quelques heures le dernier tome de la trilogie mettant en scène Fabio Montale, ex flic marseillais.

    Sa ville est beaucoup mois présente dans cet opus que dans les précédents. 

    Bien plus noir que les précédents, il montre comment la pieuvre étend son empire dans toutes les composantes de l'économie et de la société, et que, de l'Italie, elle gangrène le sud de la France t les institutions économico-financières. 

    ses amis sont morts dans les tomes précédents, les survivants s'inquiètent pour leur sort quand des crimes mafieux déciment les restants ... 

    Un roman qui clôt admirablement la série, sur fond de calanques et de mélancolie ...