George Orwell

George Orwell

George Orwell (de son vrai nom Eric Blair) est né aux Indes en 1903 et a fait ses études à Eton. Sa carrière est très variée et beaucoup de ses écrits sont un rappel de ses expériences. De 1922 à 1928 il sert dans la police indienne impériale. Pendant les deux années suivantes il vit à Paris puis...

Voir plus

George Orwell (de son vrai nom Eric Blair) est né aux Indes en 1903 et a fait ses études à Eton. Sa carrière est très variée et beaucoup de ses écrits sont un rappel de ses expériences. De 1922 à 1928 il sert dans la police indienne impériale. Pendant les deux années suivantes il vit à Paris puis part pour l'Angleterre comme professeur. En 1937 il va en Espagne combattre dans les rangs républicains et y est blessé. Pendant la guerre mondiale il travaille pour la B.B.C., puis est attaché, comme correspondant spécial en France et en Allemagne, à l'Observer. Il meurt à Londres en janvier 1950.

 

Crédit photo Wikipedia

Articles (4)

Voir tous les articles

Avis (78)

  • Couverture du livre « La ferme des animaux » de George Orwell aux éditions Gallimard

    Jennifer DAHER sur La ferme des animaux de George Orwell

    Le génialissime George Orwell nous offre un récit lucide, une fable. C’est une histoire de fond et de forme, de style et de message. Dans ce court roman tout est dit. Politique, poétique et polémique se côtoient.

    Des animaux qui s’emparent du langage (cela n’est pas sans nous rappeler Jean de...
    Voir plus

    Le génialissime George Orwell nous offre un récit lucide, une fable. C’est une histoire de fond et de forme, de style et de message. Dans ce court roman tout est dit. Politique, poétique et polémique se côtoient.

    Des animaux qui s’emparent du langage (cela n’est pas sans nous rappeler Jean de La Fontaine), se révoltent et tissent ensemble leurs nouvelles lois et leur nouvelle société ayant pour principe de base cette volonté d’égalité entre tous les animaux. Volonté, est bien le mot … théorique. Certains ne tarderont pas à se trouver plus égaux que d’autres...

    George Orwell nous donne à lire un cruel parallèle sur ce qui fonde en grande partie notre genre humain et le mécanisme effrayant dont nous sommes tous de silencieux coupables, soumis à cautionner l’inconcevable et le contestable voire tout simplement la Bêtise.

    "La ferme des animaux" mène à réflexion : à force d’une affolante passivité, ne serions-nous pas nos propres bourreaux ?

  • Couverture du livre « Hommage a la catalogne » de George Orwell aux éditions 10/18

    Dominique Lemasson sur Hommage a la catalogne de George Orwell

    Le grand mérite de ce livre est, à mon sens, double.
    En premier lieu, il offre un témoignage direct et frais (écrit moins d’un an après les faits qu’il rapporte et donc avant la fin de cette terrible guerre civile) d’un combattant, infiniment plus objectif et passionnant que ceux des...
    Voir plus

    Le grand mérite de ce livre est, à mon sens, double.
    En premier lieu, il offre un témoignage direct et frais (écrit moins d’un an après les faits qu’il rapporte et donc avant la fin de cette terrible guerre civile) d’un combattant, infiniment plus objectif et passionnant que ceux des observateurs dont on voit bien, dans la dernière partie du livre, qu’ils étaient grossièrement manipulés, certains de bonne foi d’autres de leur plein gré.
    Sa description du front de l’Aragon devant la ville de Huesca, sur lequel il ne se passe pas grand-chose avant qu’il ne soit grièvement blessé, il le précise lui-même, vaut par la force de son vécu d’une guerre de tranchée (l’impréparation, la jeunesse des brigadistes et leurs illusions, le manque d’armes, de nourriture, de couvertures, le froid, la faim, les rats, les poux) mais ne doit pas laisser croire que cette guerre ne fut que de position. Quelques semaines après sa blessure, le front d’Aragon deviendra lui-aussi très meurtrier lors de l’attaque de Huesca. Il n’oublie pas de décrire l’effroyable misère des paysans aragonais ainsi que leurs outils antédiluviens car, s’il a pris les armes et accepté de mettre sa vie en danger, c’est d’abord en raison de sa conscience sociale. C’est un homme de gauche sincère et courageux qui est venu pour affronter le fascisme. Il ne sait pas encore que c’est le stalinisme qui, pour reprendre une expression qui fit florès dans les années trente, sera tout proche de lui planter un couteau dans le dos.
    En second lieu, il démythifie la guerre d’Espagne, et cela dès 1937. Commençons par préciser, puisque c’est lui qui le dit, et contrairement à ce qu’on peut lire ici ou là, qu’Orwell ne s’est pas engagé dans les Brigades internationales mais dans celles du P.O.U.M. C’était un parti communiste antistalinien prônant une révolution prolétarienne mondiale de type anarcho-syndicaliste. Le terme d’anarcho-syndicaliste, qui qualifie aussi le syndicat C.N.T, désigne des organisations dont le but était d’instaurer en Espagne un communisme libertaire, aux antipodes du centralisme (auquel il m’est impossible d’accoler l’adjectif démocratique dont la doctrine léniniste l’avait pourtant affublé) de l’URSS de 1936 qui, il faut l’avoir en mémoire comme l’indique Orwell, était la seule à fournir des armes à la République. Il n’était pas venu pour la République mais pour la Révolution.
    Laissons le parler : « Ce qui avait eu lieu en Espagne, en réalité, ce n’était pas simplement une guerre civile, mais le commencement d’une révolution. C’est ce fait-là que la presse antifasciste à l’étranger avait pris tout spécialement à tâche de camoufler. Elle avait rétréci l’événement aux limites d’une lutte « fascisme contre démocratie » et en avait dissimulé, autant que possible, l’aspect révolutionnaire. En Angleterre, où la presse est plus centralisée et le public plus facilement abusé que partout ailleurs, deux versions seulement de la guerre d’Espagne avaient pu être publiées : la version de la droite selon laquelle il s’agissait de patriotes chrétiens luttant contre des bolcheviks dégoûtants de sang ; et la version de gauche selon laquelle il s’agissait de républicains bien élevés réprimant une rébellion militaire. La vérité a été soigneusement dissimulée ». Sa version de l’élimination sanglante par les communistes et leurs alliés soviétiques des milices et organisations anarchistes à Barcelone en mai 1937 a, depuis, été largement validée par les historiens. Le rôle de la presse, docile diffuseuse de la propagande des staliniens, est bien mis en lumière, ce qui ne signifie pas en valeur. Si le Daily Worker (le journal du PC anglais) a droit à une page entière* sur sa collaboration aux mensonges répandus par les staliniens sur le compte du P.O.U.M (en substance, le parti était non seulement trotskyste mais surtout allié des fascistes italiens et allemands, donc de Franco), justifiant ainsi l’élimination physique de milliers de ses membres, la presse « mainstream » n’est pas plus épargnée.
    « Certains des journaux étrangers antifascistes s’abaissèrent même jusqu’au mensonge pitoyable de prétendre qu’on n’attaquait les églises que lorsqu’elles servaient de forteresses aux fascistes. En réalité les églises furent saccagées partout, comme de juste, parce qu’on avait bien compris que l’Eglise espagnole était partie intégrante dans la combine capitaliste. En l’espace de six mois en Espagne, je n’ai vu que deux églises intactes, et jusqu’aux environs de juillet 1937 aucune église, à l’exception de deux ou trois temples protestants de Madrid, ne reçut l’autorisation de rouvrir et de célébrer les offices ».
    On ne peut qu’apprécier la clairvoyance et l’honnêteté intellectuelle d’un homme libre et sincère qui va, à plusieurs reprises, jusqu’à écrire à ses lecteurs « méfiez-vous de ma partialité, des erreurs sur les faits que j’ai pu commettre, et de la déformation qu’entraîne forcément le fait de n’avoir vu qu’un coin des événements. Et méfiez-vous exactement des mêmes choses en lisant n’importe quel autre livre sur la guerre d’Espagne ».
    J’ai la conviction que les événements de mai 1937 à Barcelone, relatés avec beaucoup d’émotion et d’amertume (il y a perdu des amis et a failli lui-aussi y laisser la vie, non pas à cause de l’ennemi ce qui faisait partie des risques de la guerre mais par ceux de son camp dont il pensait être le camarade à défaut d’être l’ami) ont fortement contribué à sa vision développée dans 1984. Quand certains intellectuels, comme Czeslaw Milosz, ayant eu à pâtir du régime stalinien saluèrent «l'étonnante intuition orwellienne des mécanismes politiques et psychologiques du totalitarisme quand bien même Orwell ne l'a pas connu », ils oubliaient qu’il les avait fréquentés d’un peu trop près à Barcelone.
    * p 274 dans la version 10/18, les noms des rédacteurs sont cités et les extraits les plus incisifs de leurs articles également. Je plains sincèrement leurs actuels descendants s’ils le laissent aller à lire ces très vilaines pages ou si on vient à les leur rappeler.

  • Couverture du livre « 1984 » de George Orwell aux éditions Gallimard

    tita sur 1984 de George Orwell

    un de mes livres favoris, que j'ai lu à plusieurs reprises...le thème abordé à son époque est incroyablement d'actualité, l'histoire est là mais ce qu'on peut lire entre les lignes est encore plus terrifiant et fait qu'on se questionne beaucoup durant la lecture.....

    un de mes livres favoris, que j'ai lu à plusieurs reprises...le thème abordé à son époque est incroyablement d'actualité, l'histoire est là mais ce qu'on peut lire entre les lignes est encore plus terrifiant et fait qu'on se questionne beaucoup durant la lecture.....

Voir tous les avis

Vidéos (1)

  • Matthias Dandois, champion de BMX, vide son sac !

Voir toutes les videos

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !

Récemment sur lecteurs.com