Fred Duval

Fred Duval
Fred Duval est né à Rouen en 1965. Il scénarise de nombreux strips pour la presse, puis signe son premier album chez Delcourt, « 500 fusils », avec Lamy, Rabarot, Vatine et Cailleteau. Il attaque ensuite sa première série avec Vatine et Blanchard et dessinée par Gess, « Carmen Mc Callum », toujou... Voir plus
Fred Duval est né à Rouen en 1965. Il scénarise de nombreux strips pour la presse, puis signe son premier album chez Delcourt, « 500 fusils », avec Lamy, Rabarot, Vatine et Cailleteau. Il attaque ensuite sa première série avec Vatine et Blanchard et dessinée par Gess, « Carmen Mc Callum », toujours chez Delcourt, pour qui il réalise ensuite « Travis », « Lieutenant Mac Fly » et « Gibier de Potence ». Il écrit aussi des dessins animés dont « Arsène Lupin » et « Carnaby Street » et adapte actuellement « Carmen Mc Callum » pour un film en 3D. Sa rencontre avec le dessinateur Vastra débouche sur « Mâchefer » chez Vents d'Ouest, une série qui conjugue aventures, baston, humour et grosses carrosseries.

Avis sur cet auteur (12)

  • add_box
    Couverture du livre « Nymphéas noirs » de Fred Duval et Bussi et Cassegrain aux éditions Dupuis

    Un brin de Syboulette sur Nymphéas noirs de Fred Duval - Bussi - Cassegrain

    Je n’ai pas lu le roman de Michel Bussi, j’étais donc ravie de pouvoir le découvrir par l’intermédiaire de ce roman graphique, style de roman que j’apprécie de plus en plus. « Nymphéas noirs » est un très beau roman graphique qui a su bien mener l’intrigue du roman et cette fin est juste...
    Voir plus

    Je n’ai pas lu le roman de Michel Bussi, j’étais donc ravie de pouvoir le découvrir par l’intermédiaire de ce roman graphique, style de roman que j’apprécie de plus en plus. « Nymphéas noirs » est un très beau roman graphique qui a su bien mener l’intrigue du roman et cette fin est juste incroyable. Je pense que c’est encore mieux, du coup, de ne pas avoir lu le roman de Michel Bussi avant.

    Sur 140 pages, j’ai suivi l’enquête policière menée par deux inspecteurs avec en fil rouge trois femmes, une vieille femme qui espionne tout le monde, une jeune femme institutrice qui s’ennuie et une gamine qui peint. L’histoire commence donc par la découverte du corps d’un ophtalmologue amateur d’art et de femmes. Il est retrouvé là où un enfant avait également trouvé la mort… Il va falloir aux enquêteurs rassemblaient leurs preuves tout en s’intéressant aux peintures de Claude Monnet et surtout aux Nymphéas Noirs si courus.

    Que pour ce soit l’adaptation du roman ou les illustrations, le travail de Fred Duval et Didier Cassegrain est incroyable. Fred Duval a parfaitement su retranscrire l’essentiel du roman, de l’intrigue pour en faire un roman graphique plus court de ce fait. Et Didier Cassegrain, par ses illustrations, a créer une atmosphère qui se marie à merveille avec aussi bien l’intrigue que la peinture de Monnet. Les couleurs des illustrations ressemblent à des tableaux. Les détails sont impressionnants. Tout est très réaliste et le village de Giverny est très bien représenté. Quant à l’histoire, Fred Duval a su en prendre l’essentiel pour nous conter ce roman, nous le conter en s’adaptant à l’exigence du roman graphique et pour moi, cela est vraiment réussi. « Nymphéas noirs » en roman graphique est un super roman graphique que je ne peux conseiller aussi à ceux qui ont lu, ou pas lu, le roman de Michel Bussi!!

  • add_box
    Couverture du livre « Jour J T.11 ; la nuit des tuileries » de Fred Duval et Jean-Pierre Pecau et Florent Calvez aux éditions Delcourt

    Fantomas 57 sur Jour J T.11 ; la nuit des tuileries de Fred Duval - Jean-Pierre Pecau - Florent Calvez

    Louis le seizième réussi tant bien que mal à fuir Versailles par les airs avec femme et enfants... mais il n'a plus de royaume...
    Ou l'on retrouve pèle mêle des intrigants, un jeune général du nom de Bonaparte, le comte de Fersen et Danton.
    De la très très bonne BD.

    Louis le seizième réussi tant bien que mal à fuir Versailles par les airs avec femme et enfants... mais il n'a plus de royaume...
    Ou l'on retrouve pèle mêle des intrigants, un jeune général du nom de Bonaparte, le comte de Fersen et Danton.
    De la très très bonne BD.

  • add_box
    Couverture du livre « Jour J T.13 ; Colomb Pacha » de Fred Duval et Jean-Pierre Pecau et Emem aux éditions Delcourt

    Fantomas 57 sur Jour J T.13 ; Colomb Pacha de Fred Duval - Jean-Pierre Pecau - Emem

    Une très bonne idée de base mais qui pourtant prend difficilement. Le dessin est qui plus est assez décevant.

    Une très bonne idée de base mais qui pourtant prend difficilement. Le dessin est qui plus est assez décevant.

  • add_box
    Couverture du livre « Jour J T.28 ; l'aigle et le cobra » de Fred Duval et Fafner et Jean-Pierre Pecau aux éditions Delcourt

    Fantomas 57 sur Jour J T.28 ; l'aigle et le cobra de Fred Duval - Fafner - Jean-Pierre Pecau

    Même si ce n'est pas le meilleur album de la série, il n'en reste pas moins que pour les amoureux de l'histoire, de la BD et de l'uchronie les scénarii proposés sont toujours de vrais bijoux.
    Bien écrit, se lit comme un court roman.

    Même si ce n'est pas le meilleur album de la série, il n'en reste pas moins que pour les amoureux de l'histoire, de la BD et de l'uchronie les scénarii proposés sont toujours de vrais bijoux.
    Bien écrit, se lit comme un court roman.

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !