Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Fatima Daas

Fatima Daas
Fatima Daas est née en 1995 à Saint-Germain-en-Laye. Ses parents, venus d'Algérie, se sont installés à Clichy-sous-Bois. Elle grandit dans la petite ville de Seine-Saint-Denis, entourée d'une famille nombreuse. Au collège, elle se rebelle, revendique le droit d'exprimer ses idées et écrit ses pre... Voir plus
Fatima Daas est née en 1995 à Saint-Germain-en-Laye. Ses parents, venus d'Algérie, se sont installés à Clichy-sous-Bois. Elle grandit dans la petite ville de Seine-Saint-Denis, entourée d'une famille nombreuse. Au collège, elle se rebelle, revendique le droit d'exprimer ses idées et écrit ses premiers textes. Elle se définit comme féministe intersectionnelle. La Petite Dernière est son premier roman.

Avis sur cet auteur (5)

  • add_box
    Couverture du livre « La petite dernière » de Fatima Daas aux éditions Noir Sur Blanc

    Camille MONDOLONI sur La petite dernière de Fatima Daas

    Mon petit péché mignon de la rentrée littéraire : découvrir des premiers romans. Et cette année, je suis gâtée !

    « La Petite Dernière » de Fatima Daas est le récit autobiographique d’une jeune fille (non désirée, on aurait préféré un garçon… tiens, ça me rappelle quelque chose mais ce n’est...
    Voir plus

    Mon petit péché mignon de la rentrée littéraire : découvrir des premiers romans. Et cette année, je suis gâtée !

    « La Petite Dernière » de Fatima Daas est le récit autobiographique d’une jeune fille (non désirée, on aurait préféré un garçon… tiens, ça me rappelle quelque chose mais ce n’est pas le sujet, gardons ce thème pour un autre roman !), qui grandit à Clichy-sous-Bois, dans une famille musulmane. Un père taiseux, des sœurs, une mère, qui règne dans son royaume, au milieu des casseroles et des épices, et la petite dernière, la mazoziya.

    « Je m’appelle Fatima Daas,
    Je suis française d’origine algérienne.
    Mes parents et mes sœurs sont nés en Algérie.
    Je suis née en France. »

    L’autrice se livre face à un lecteur confortablement installé dans son canapé. Le roman se parcourt comme le fil d’une thérapie. Elle se présente, expose ce qu’elle pense la définir, doute, se dévoile, remet son voile, mais elle avance. En une centaine de pages, sont condensées les pluralités de notre personnalité et la complexité de la construction de celle-ci. Roman percutant, phrases courtes et incisives, il pourrait se slamer. Fatima Daas, cette petite dernière qui n’a pas choisi sa place, semble aujourd’hui l’avoir trouvée et fait une entrée remarquée dans l’univers de la littérature ! Autrice à suivre !

    Lisez ce roman, jusqu’au bout, pour cette dernière page, tellement émouvante.

  • add_box
    Couverture du livre « La petite dernière » de Fatima Daas aux éditions Noir Sur Blanc

    Marie Hélène Fasquel sur La petite dernière de Fatima Daas

    Quelle beauté ! Quelle poésie toute en simplicité, en douceur malgré les thématiques destructrices, les souffrances évoquées (alcoolisme, non acceptation de la différence, indifférence, maladie chronique...).
    Ce texte puissant, touchant au-delà des mots, nous parle de tensions multiples...
    Voir plus

    Quelle beauté ! Quelle poésie toute en simplicité, en douceur malgré les thématiques destructrices, les souffrances évoquées (alcoolisme, non acceptation de la différence, indifférence, maladie chronique...).
    Ce texte puissant, touchant au-delà des mots, nous parle de tensions multiples (religieuses, sexuelles, entre le pays d'origine de sa famille et le pays dans lequel Fatima est née...), de la difficulté de se construire dans un groupe qui nous juge, se construire alors que l'on manque de l'essentiel (la tendresse de ses parents), qu'on se sent de trop, la petite dernière, "l'accident".
    "(...) élève instable. Adulte, je suis hyper inadaptée. J’écris des histoires pour éviter de vivre la mienne."
    Nous sommes dans une histoire dans l'histoire, dans une histoire écrite pour ne pas vivre la sienne, traumatisante à maints égards, une histoire qui permet de grandir et de s'accepter telle que l'on est.
    Un texte qui aborde régulièrement le sujet de la religion et qui, en quelque sorte, mêle fond et forme en rappelant le Coran, les Sourates avec ses répétitions presque systématiques, l'accumulation aussi qui nous indique que l'identité de la narratrice prend forme, petit à petit.
    "Je m’appelle Fatima Daas. Je suis la mazoziya, la petite dernière. Celle à laquelle on ne s’est pas préparé. Française d’origine algérienne. Musulmane pratiquante. Clichoise qui passe plus de trois heures par jour dans les transports. Une touriste. Une banlieusarde qui observe les comportements parisiens."
    Dans cet ouvrage, une fois de plus est évoquée une problématique d'une brûlante actualité : entre communautarisme, tentation du repli identitaire et intégration au prix du déni de ses origines, quel chemin personnel trouver ?
    Comment bâtir sa vie avec autant d'injonctions contradictoires, voire semble-til irréconciliables ?
    Où iront les loyautés de l'enfant, de l'adolescente, de l'adulte ? Comment naviguer sans dommages d'un univers à l'autre ?
    Un combat qui demande lucidité et courage, et la distance de l'humour aussi.
    Les mots, leur définition, signification, origine sont essentiels dans cette recherche d'un passé, d'une cohérence, d'une identité, et d'un avenir possible, peut-être apaisé.
    Un premier roman particulièrement réussi ! Lu d'une traite.

  • add_box
    Couverture du livre « La petite dernière » de Fatima Daas aux éditions Noir Sur Blanc

    Littéraflure sur La petite dernière de Fatima Daas

    Fille (non désirée), arabe, musulmane et lesbienne, Fatima a tout pour être stigmatisée dans cette société où les particularismes émergent tant bien que mal. J’ai aimé la manière dont cette jeune femme appréhende sa culture musulmane et tente de la faire coexister avec ses convictions...
    Voir plus

    Fille (non désirée), arabe, musulmane et lesbienne, Fatima a tout pour être stigmatisée dans cette société où les particularismes émergent tant bien que mal. J’ai aimé la manière dont cette jeune femme appréhende sa culture musulmane et tente de la faire coexister avec ses convictions personnelles. Je n’ai ressenti aucune radicalité mais une dynamique du compromis. C’est une suite de combats quotidiens, comme la couleur d’une bague, l’interprétation d’une sourate, les ablutions, le sens du mot « haram » ou manger du mouton pour l’Aïd. Ce qu’il faut de courage à Fatima (la mazoziya) pour oser aborder les sujets de l’intime que sa communauté enferme à double tour dans le déni et la tradition.
    Un peu comme « Le consentement » (sur un sujet différent), « La petite dernière » se distingue moins par sa virtuosité littéraire que par la puissance et la sincérité de son cri. Il est tout aussi nécessaire de le lire si l’on prétend comprendre ce monde en ébullition. La fiction se permet des saillies, des vérités que l’information ignore. L’une d’entre elles est une bombe à retardement : la jeunesse musulmane est déchirée entre la famille et la société. Le déséquilibre n’a jamais été aussi grand. Fatima en parle : le nombre des « psychologues musulmans » augmente de façon exponentielle.
    Le premier roman de Fatima Daas est important parce qu’il ouvre la voie. Il confirme aussi une des tendances de cette rentrée littéraire : les premiers romans sont plus intéressants que les énièmes produit des « marques-écrivain ».
    Bilan :

  • add_box
    Couverture du livre « La petite dernière » de Fatima Daas aux éditions Noir Sur Blanc

    Jen sur La petite dernière de Fatima Daas

    Un récit construit autour de fragments implacables et toniques qui content l’histoire de Fatima. Fatima la mazoziya, la petite dernière, qui se découvre et qui lutte pour conjuguer les différentes facettes de son identité. Qui se heurte à l’image d’une femme qui n’est pas celle que l’on attend,...
    Voir plus

    Un récit construit autour de fragments implacables et toniques qui content l’histoire de Fatima. Fatima la mazoziya, la petite dernière, qui se découvre et qui lutte pour conjuguer les différentes facettes de son identité. Qui se heurte à l’image d’une femme qui n’est pas celle que l’on attend, qui rebondit sur les traditions, la religion, tout en cherchant l’épanouissement et l’évanescence d’une vie libre. La souffrance d’être cette femme et fille, française mais d’origine Algérienne, musulmane pratiquante mais lesbienne, dans cette France-là que tout le monde ne connait pas. Fatima est multiple, Fatima est malheureuse de ne pouvoir être conforme mais Fatima est combative. Elle écrit et transmet et c’est peut-être ce courage-là, qui permettra l’émancipation d’autres Fatima de ce monde.

    https://unmotpourtouspourunmot.blogspot.com/2020/08/ce-ux-qui-me-peuplent-juillet-2020.html

Bibliographie de Fatima Daas (1)

Thèmes en lien avec Fatima Daas

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !