Evans S. Connell

Evans S. Connell
Evan S. Connell est né le 17 août 1924 à Kansas City, dans le Missouri. En 1943, il interrompt ses études de médecine pour s'engager dans la Navy et devenir pilote. En 1959, il publie son premier roman, Mrs. Bridge, qu'il dédie à sa sœur et qui connaît un succès considérable. Il s'attelle ensuite... Voir plus
Evan S. Connell est né le 17 août 1924 à Kansas City, dans le Missouri. En 1943, il interrompt ses études de médecine pour s'engager dans la Navy et devenir pilote. En 1959, il publie son premier roman, Mrs. Bridge, qu'il dédie à sa sœur et qui connaît un succès considérable. Il s'attelle ensuite à l'écriture d'un roman partiellement autobiographique sur une jeune recrue dans la Navy et d'un recueil de poèmes. En 1969, il marie Mrs. Bridge à Mr. Bridge, ce dernier connaissant lui aussi un très grand succès. Les deux romans seront adaptés au cinéma en 1990 par James Ivory avec Paul Newman et Joanne Woodward dans le rôle des époux Bridge.
Malgré cette reconnaissance, Evan Connell mène une vie solitaire, quasi-recluse, et reste inconnu du grand public. Et s'il continue d'écrire, il assure son quotidien frugal en devenant tour à tour facteur, employé du gaz ou conseiller dans une agence pour l'emploi. En 2009, il est nommé au Man Booker Prize pour l'ensemble de son œuvre et reçoit le Robert Kirsh Award décerné par le Los Angeles Times en 2010. Evan Connell s'est éteint le 10 janvier 2013, à Santa Fe.

Avis (5)

  • Couverture du livre « Mr. Bridge » de Evans S. Connell aux éditions 10/18

    Christlbouquine sur Mr. Bridge de Evans S. Connell

    Si Mrs Bridge m’avait parfois agacée dans sa passivité et son obsession des convenances, Mr Bridge me paraît être un personnage plus complexe.
    Voilà un homme qui a des opinions tranchées et des avis bien précis. Qu’il puisse avoir tort ne semble même pas être une option pour lui.
    Il est...
    Voir plus

    Si Mrs Bridge m’avait parfois agacée dans sa passivité et son obsession des convenances, Mr Bridge me paraît être un personnage plus complexe.
    Voilà un homme qui a des opinions tranchées et des avis bien précis. Qu’il puisse avoir tort ne semble même pas être une option pour lui.
    Il est parfois touchant dans ses rapports avec ses enfants ou avec sa femme mais il est le plus souvent tyrannique, imposant ses vues sans laisser prise à la discussion et plein de préjugés ce qui l’amène à être ridicule assez régulièrement.
    On en vient à regarder Mrs Bridge avec un autre œil, elle qui a dû supporter l’arrogance et l’autoritarisme de son mari durant toutes ces années. Ce couple ne semble être ni heureux ni malheureux, dans une sorte de rapport tiède où personne ne se parle vraiment et où le temps passe sans heurts mais sans grandes joies non plus.
    Evan S. Connell réussi le tour de force de nous donner envie d’aller au bout de ses romans, alors même qu’il ne s’y passe rien de notable. Mais l’écriture par petits chapitres concis donne un rythme particulier à la lecture, l’humour est souvent présent et l’auteur distille des allusions à l’époque qui permettent de situer les événements dans un contexte plus global.
    L’erreur, selon moi, est toutefois de juger ce couple selon les critères de notre 21ème siècle. Ces deux romans reflètent certainement une image assez conforme de ce que pouvait être un couple un peu bourgeois dans les années 30 aux États-Unis.
    Au final ce dyptique passe au scanner la vie de ce couple à l’apparence si normal avec ses trois enfants, sa maison, ses amis très comme il faut et montre un revers pas si lisse dans une époque charnière de l’histoire (les années 30 et l’arrivée de la seconde guerre mondiale).
    L’œuvre de Evan S. Connell est en tous les cas totalement atypique et à découvrir !

  • Couverture du livre « Mrs. Bridge » de Evans S. Connell aux éditions 10/18

    Christlbouquine sur Mrs. Bridge de Evans S. Connell

    Mrs Bridge ou l’archétype de la Desperate Housewife. Difficile de s’attacher totalement à ce personnage et à son côté un peu « gentillet ». Caricature de la femme au foyer américaine des années 30, cette Mrs Bridge semble dépassée par tout : son mari, ses enfants, ses amis et la vie en général....
    Voir plus

    Mrs Bridge ou l’archétype de la Desperate Housewife. Difficile de s’attacher totalement à ce personnage et à son côté un peu « gentillet ». Caricature de la femme au foyer américaine des années 30, cette Mrs Bridge semble dépassée par tout : son mari, ses enfants, ses amis et la vie en général. Préoccupée par le sens des convenances et de la bienséance, enfermée dans le respect des conventions, elle a du mal à suivre les évolutions de la société. Son côté : « je veux être gentille avec tout le monde et je m’adapte aux opinions des autres » peut un peu taper sur les nerfs. Heureusement, d’autres personnages féminins émaillent le livre et amènent à espérer que leur contact permettra à Mrs Bridge de mieux appréhender son époque et ses changements. D’ailleurs, elle-même s’interroge parfois fugacement sur le vide de sa vie.
    L’écriture est agréable. Le découpage en chapitres très brefs (117 chapitres en 310 pages) donne un rythme vif au livre et l’humour est présent constamment notamment dans le descriptif de ses rapports avec ses enfants. Un livre intéressant dans la mesure où il est un bon instantané d’une époque.

  • Couverture du livre « Mrs bridge » de Evans S. Connell aux éditions Belfond

    Salix_alba sur Mrs bridge de Evans S. Connell

    Un livre au verbe simple mais néanmoins porteur de réflexions sur la condition féminine dans les années 1940 aux Etats-Unis.
    Est-ce ceci le miracle américain ou plutôt le mirage, pour ces familles. Nous avons ici une femme Madame BRIDGE, qui incarne la femme "modèle", Mais une femme [incapable...
    Voir plus

    Un livre au verbe simple mais néanmoins porteur de réflexions sur la condition féminine dans les années 1940 aux Etats-Unis.
    Est-ce ceci le miracle américain ou plutôt le mirage, pour ces familles. Nous avons ici une femme Madame BRIDGE, qui incarne la femme "modèle", Mais une femme [incapable de réfléchir, dénuée d'imagination et que tout sidère].
    Est-ce ceci le paradigme de la femme? Et je pense que l'on peut extrapoler cette vie avec sa suite de chocs psychologiques à toutes les femmes de ce monde.

    Un "pantin" avec des sentiments réprimés, une absence d'ambition, la peur de décevoir, bref, pour tout dire, un femme malheureuse!

    Où l'on aperçoit seulement, maintenant, leur révolte afin de faire "exploser" ce carcan des conventions, du diktat des normes sociales...édictées par l'homme!

    Agréable à lire, et à mettre sur la table de chevet des hommes...

Voir tous les avis

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !

Récemment sur lecteurs.com