Eric Vuillard

Eric Vuillard
Né en 1968 à Lyon, Éric Vuillard est un écrivain et cinéaste français.

Articles (4)

Voir tous les articles

Avis (64)

  • Couverture du livre « L'ordre du jour » de Eric Vuillard aux éditions Actes Sud

    Bill sur L'ordre du jour de Eric Vuillard

    Ni roman, ni livre d'histoire, ce roman décrit en quelques brefs chapitres de qualité très inégale quelques événements - réunions, entre autres - qui ont accompagné la montée au pouvoir de Hitler, l'Anschluss, ainsi qu'une dernière scène au procès de Nuremberg ... 

    Tout commence par une...
    Voir plus

    Ni roman, ni livre d'histoire, ce roman décrit en quelques brefs chapitres de qualité très inégale quelques événements - réunions, entre autres - qui ont accompagné la montée au pouvoir de Hitler, l'Anschluss, ainsi qu'une dernière scène au procès de Nuremberg ... 

    Tout commence par une réunion des plus grands industriels allemands de l'entre-deux-guerres (la photo de couverture est d'ailleurs un portrait de Gustav Krupp) qui le 20 février 1933 décident de financer le parti qui monte et qui va gagner les élections de la quinzaine suivante ... Tous à la tête de grandes entreprises, .... bien plus célèbres qu'eux mêmes (BASF, Telefunken, Opel, Allianz, Agfa, Siemens ...) 

    On découvrira les pannes de Pantzer au moment de franchir la frontière autrichienne le jour de l'Anschluss, avant de croiser quelques ministres anglais pris au piège d'un dîner avec Ribbentrop.

    Il n'y a que la scènes dans les coulisses d'un plateau hollywoodien qui semble de trop  ... 

    Je ne sais pas si j'ai apprécié cet objet littéraire qui n'est pas un roman ; j'aurais je pense beaucoup plus apprécié la même chose avec des chapitres plus fouillés.

    Là, trop de choses sont éludée On se retrouve en présence de fragments de scènes sans fil rouge commun que la seconde guerre mondiale qui s'approche et se termine.

    Bref, je ne connaissais pas l'auteur et je ne sais pas si je le relirai !

  • Couverture du livre « L'ordre du jour » de Eric Vuillard aux éditions Actes Sud

    Missbook85 sur L'ordre du jour de Eric Vuillard

    L'unique mot qui me vient à l'esprit en refermant ce livre est : RESPONSABILITE.
    "Personne ne pouvait ignorer les projets des nazis, leurs intentions brutales."
    Glaçant...
    "Ici, il n'y a qu'un seul cadrage qui vaille, il n'y a qu'un art de convaincre qui vaille, il n'y a qu'une seule manière...
    Voir plus

    L'unique mot qui me vient à l'esprit en refermant ce livre est : RESPONSABILITE.
    "Personne ne pouvait ignorer les projets des nazis, leurs intentions brutales."
    Glaçant...
    "Ici, il n'y a qu'un seul cadrage qui vaille, il n'y a qu'un art de convaincre qui vaille, il n'y a qu'une seule manière d'obtenir ce que l'on souhaite - la peur. Oui, ici, c'est la peur qui règne."
    Vingt-quatre des plus grands hommes d'influence de la vie politique et économique allemande sont réunis dans le palais de l'Assemblée.
    On assiste dans ce récit historique à une sorte de "huit-clos" encerclé par une pression exacerbée sur fond de conspirationnisme.
    Témoin de ces pseudo-négociations, on se sent comme oppressé puisque nous connaissons la finalité de ces fausses diplomaties.
    "Les manœuvres les plus brutales nous laissent sans voix. On n'ose rien dire. Un être trop poli, trop timide, tout au fond de nous, répond à notre place ; il dit le contraire de ce qu'il faudrait dire."

  • Couverture du livre « L'ordre du jour » de Eric Vuillard aux éditions Actes Sud

    Olivier Pirou sur L'ordre du jour de Eric Vuillard

    Je découvre Eric Vuillard avec ce prix Goncourt ciselé et dense. Le national-socialisme passe de la constestation au premier plan politique grâce à la complicité sonnante et trébuchante des plus gros industriels allemands. Leurs marques prestigieuses fleurissent encore les balcons de la belle...
    Voir plus

    Je découvre Eric Vuillard avec ce prix Goncourt ciselé et dense. Le national-socialisme passe de la constestation au premier plan politique grâce à la complicité sonnante et trébuchante des plus gros industriels allemands. Leurs marques prestigieuses fleurissent encore les balcons de la belle mécanique industrielle outre-Rhin. Une cupidité affligeante dont nos amis allemands n’ont pas le monopole, d’ailleurs. Un récit enlevé, un brin lyrique,

Voir tous les avis

Ils le suivent

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !

Récemment sur lecteurs.com