Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Eric Vuillard

Eric Vuillard
Né en 1968 à Lyon, Éric Vuillard est un écrivain et cinéaste français.

Articles en lien avec Eric Vuillard (4)

Avis sur cet auteur (70)

  • add_box
    Couverture du livre « Tristesse de la terre ; une histoire de Buffalo Bill Cody » de Eric Vuillard aux éditions Actes Sud

    Miss Marple sur Tristesse de la terre ; une histoire de Buffalo Bill Cody de Eric Vuillard

    Achat coup de cœur au supermarché du coin dont le rayon livres est quasiment vide !
    Couverture magnifique : une indienne Zikala Sa, 1898, regardant au loin, habillée de traditions et tristesse dans le regard.
    «  une histoire de Buffalo Bill Cody » ce chasseur de buffles à la fin du XIX siècle,...
    Voir plus

    Achat coup de cœur au supermarché du coin dont le rayon livres est quasiment vide !
    Couverture magnifique : une indienne Zikala Sa, 1898, regardant au loin, habillée de traditions et tristesse dans le regard.
    «  une histoire de Buffalo Bill Cody » ce chasseur de buffles à la fin du XIX siècle, qui passera les dernières années de sa vie, trop fatigué pour poursuivre son travail de chasseur ou d'éclaireur, à faire le showman au sein de la troupe du Wild West show, le cirque ambulant qu'il avait formé avec John Burke, un fieffé salopard !
    Cody a révolutionné le spectacle, le cirque puisqu'il exposait, non des animaux ou des humains déformés mais un vrai show à l'américaine, des indiens en grande tenue, ces cowboys comme lui, qu'il est devenu si célèbre que la Reine Victoria se leva pour saluer le drapeau américain aux notes de « spangled banne »r qui deviendra l'hymne américain.
    Aucun de ceux qui ont vu un des spectacles tournant en Europe n'a oublié l'année où l'indien en face de Buffalo bill était Sitting Bull le grand chef Lakota vaincu après avoir vaincu.
    Les liens entre les deux hommes font encore l'objet de recherches, l'indien ayant accepté de faire partie de la troupe itinérante, mais trop fatigué par les spectacles n'y avait vraiment participé qu'un an en 1885.
    L'analyse que fait l'auteur des guerres contre les indiens, l'utilisation de ces batailles dans la grande histoire des États Unis, et le point de vue original abordé, rendent ce petit livre particulièrement intéressant pour qui connaît un peu ces années de guerre et de larmes indiennes.
    Les personnages sont bien caractérisés et finement étudiés, les nuances justes et l’indignation à la hauteur que l'on attendait.

  • add_box
    Couverture du livre « 14 juillet » de Eric Vuillard aux éditions Actes Sud

    Christophe CORRE sur 14 juillet de Eric Vuillard

    J'ai écouté « 14 juillet » aux éditions Le livre qui parle (2017). 1 CD mp3 (durée : 4h23mn ) lu par Marc Hamon.
    Le ton grave et lent choisi pour la lecture de ce livre sur un événement majeur de l'Histoire de France convient tout à fait.

    La prise de la Bastille vu du côté du peuple. Un...
    Voir plus

    J'ai écouté « 14 juillet » aux éditions Le livre qui parle (2017). 1 CD mp3 (durée : 4h23mn ) lu par Marc Hamon.
    Le ton grave et lent choisi pour la lecture de ce livre sur un événement majeur de l'Histoire de France convient tout à fait.

    La prise de la Bastille vu du côté du peuple. Un véritable cri de révolte. On s'y croirait. Bravo à Eric Vuillard pour cette performance littéraire !

  • add_box
    Couverture du livre « 14 juillet » de Eric Vuillard aux éditions Actes Sud

    Franck FINET sur 14 juillet de Eric Vuillard

    200 pages flamboyantes qui retracent la lente montée d'une Révolution larvée.
    28 avril 1789, la "folie Titon" (manufacture de papiers-peint) est mise à sac après qu'on eu annoncé aux ouvriers une baisse de leur salaire.
    Le peuple de Paris rumine, se morfond, grogne et envahit les rues pour...
    Voir plus

    200 pages flamboyantes qui retracent la lente montée d'une Révolution larvée.
    28 avril 1789, la "folie Titon" (manufacture de papiers-peint) est mise à sac après qu'on eu annoncé aux ouvriers une baisse de leur salaire.
    Le peuple de Paris rumine, se morfond, grogne et envahit les rues pour "renverser la Bastille" .
    La journée du 14 juillet comme un point d'orgue.

    Le défi littéraire est immense. Comment relater au plus juste cette journée symbolique, grâvée dans les mémoires de France ? Comment ne pas "écrire petit" face à l'immensité de la tâche ?
    Eric Vuillard signe là une "pépite". Il prend le lecteur par la main et lui présente Pierre, Jean, Mercier, Meunier, Godailler, Lesaulnier et... tant d'autres.De jeunes gars du peuple, débarqués de leur province avec leur accent et leur énergie , à la recherche d'une vie meileure et d'un avenir heureux.
    C'est là la très grande force du roman. Nous sommes embarqués aux côtés de ces anonymes aux vies simples qui vont converger vers la Bastille car... Paris veut tout renverser, faire table rase.

    Un court roman qui vous laissera axphyxié et heureux d'avoir croisé quelques brefs instants la vie d'anonymes.
    Un très, très grand moment de lecture !

  • add_box
    Couverture du livre « Tristesse de la terre ; une histoire de Buffalo Bill Cody » de Eric Vuillard aux éditions Actes Sud

    P'tite Baf sur Tristesse de la terre ; une histoire de Buffalo Bill Cody de Eric Vuillard

    Un peu décontenancée dans les premières pages du récit.

    Progressivement me suis laissée glisser entre les mots dans la réflexion- la méditation, devrai-je plutôt dire- d’Eric Vuillard.

    L’auteur suit les traces de Buffalo Bill et ce n’est pas tant son histoire qu’il nous conte, une...
    Voir plus

    Un peu décontenancée dans les premières pages du récit.

    Progressivement me suis laissée glisser entre les mots dans la réflexion- la méditation, devrai-je plutôt dire- d’Eric Vuillard.

    L’auteur suit les traces de Buffalo Bill et ce n’est pas tant son histoire qu’il nous conte, une biographie qu’il ébauche mais plutôt une oraison sur cette période de l’histoire de l’Amérique, la profonde tristesse que recèle le sort réservé aux amérindiens, la façon dont l’histoire a retenu ces faits effaçant une nouvelle fois les victimes comme déjà un canon Hotchkiss (et je répugne à mettre une majuscule à ce nom) leur avait saisi la vie.

    Pour savourer ce récit, il faut le lire lentement, laisser les impressions s’immiscer, les émotions infuser. Tristesse et empathie s’en dégageront colorant nos regards sur le monde.

    Et si la colère est présente, en germe, latente…découvrons les aspirations non satisfaites dont elle témoigne.