Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Elise Fischer

Elise Fischer
Élise Fischer est née à Champigneulles d'un père lorrain et d'une mère alsacienne. Journaliste, elle alongtemps travaillé pour Côté Femme (aujourd'hui Vivre Plus). Elle est productrice et animatrice de l'émission littéraire Au fil des pages sur RCF (réseau national) et membre du jury du Concours ... Voir plus
Élise Fischer est née à Champigneulles d'un père lorrain et d'une mère alsacienne. Journaliste, elle alongtemps travaillé pour Côté Femme (aujourd'hui Vivre Plus). Elle est productrice et animatrice de l'émission littéraire Au fil des pages sur RCF (réseau national) et membre du jury du Concours de nouvelles des lycéens de Lorraine. Elle est l'auteur de nombreux romans parus chez Calmann-Lévy et également aux Presses de la Cité et chez Fayard.

Avis sur cet auteur (8)

  • add_box
    Couverture du livre « Sur le fil » de Elise Fischer aux éditions Presses De La Cite

    Yves Lambert sur Sur le fil de Elise Fischer

    Nancy, mai 1960. Lina 50 ans vient d’être menottée, inculpée pour « non-assistance à personne en danger ayant entraîné la mort ».

    Lina attend sans illusions l’issue de son procès.

    A travers les barreaux, une religieuse, Marie-Bernadette, rend visite aux détenues.

    Lina décide d’écrire...
    Voir plus

    Nancy, mai 1960. Lina 50 ans vient d’être menottée, inculpée pour « non-assistance à personne en danger ayant entraîné la mort ».

    Lina attend sans illusions l’issue de son procès.

    A travers les barreaux, une religieuse, Marie-Bernadette, rend visite aux détenues.

    Lina décide d’écrire quelques pages sur sa vie et demandera à Marie-Bernadette de bien vouloir lire son désarroi. La sœur proposera son aide et lui proposera un avocat qui sera tout aussi à l’écoute de son histoire.
    Entre une Lina en prison et son histoire parallèle de 1916 à 1945, le roman retrace la tristesse d’une vie d’une trapéziste à l’enfance difficile qui se retrouve à voyager et vivre un quotidien dans un cirque.

    Une écriture et une histoire sans grande action où, l’émotion bien que parfois palpable dans certaines parties, ne fait pas battre le cœur. Un roman créatif davantage sur la forme que sur le fond.

    Un style qui surnage l’histoire d’une protagoniste en attente de condamnation et qui met bien en évidence les troubles du passé. Néanmoins, un regret, sur le décor qui reste effleuré : les parfums de l’Italie, les villes alsaciennes et lorraines ne ressortent pas plus que les détails du cirque dans lequel Lina travaille.

  • add_box
    Couverture du livre « Le berceau des jours meilleurs » de Elise Fischer aux éditions Presses De La Cite

    Mimosa sur Le berceau des jours meilleurs de Elise Fischer

    Très partagée sur ce roman si l'aspect social,documentaire m'a intéressée:ai découvert le travail de la famille Prouvé,architectes lorrains;le roman en lui-même m'a surpris des personnages qui évoluent en sens inverse,Zélie devient presqu'"aimable" sur ses vieux jours mais Odile,femme forte...
    Voir plus

    Très partagée sur ce roman si l'aspect social,documentaire m'a intéressée:ai découvert le travail de la famille Prouvé,architectes lorrains;le roman en lui-même m'a surpris des personnages qui évoluent en sens inverse,Zélie devient presqu'"aimable" sur ses vieux jours mais Odile,femme forte ,indépendante devient soumise et préfère les apparences à la santé de sa fille Isabelle.Un méli-mélo sur le sort des femmes,la perception du viol,les conditions de logement ,l'abbé Pierre...sans oublier l'écriture journalistique.Ai eu l'impression d'une volonté de "trop bien faire"malgré les thèmes intéressants.

  • add_box
    Couverture du livre « Les cigognes savaient » de Elise Fischer aux éditions Feryane

    Elizabeth Pianon sur Les cigognes savaient de Elise Fischer

    Clémence a promis à sa mère mourante de chercher la vérité sur des drames de famille.
    Elle achète alors une maison en Alsace pour enquêter incognito.
    Elle ira de révélations en révélations.
    On cherchera à atteindre à sa vie.
    J'aime les histoires qui se passent en Alsace, me rappelant ainsi...
    Voir plus

    Clémence a promis à sa mère mourante de chercher la vérité sur des drames de famille.
    Elle achète alors une maison en Alsace pour enquêter incognito.
    Elle ira de révélations en révélations.
    On cherchera à atteindre à sa vie.
    J'aime les histoires qui se passent en Alsace, me rappelant ainsi d'heureux souvenirs d'enfance.
    Dans celle-ci, les personnages sont tellement nombreux qu'on s'y embrouille un peu.
    Cette histoire familiale est tout sauf simple et la pauvre Clémence a bien du mérite à accomplir les volontés de son égoïste de mère.
    L'écriture est très fluide et légère, aussi le roman se dévore assez rapidement.
    On peut dire que l'histoire passionne assez vite.
    Pourtant, il y a de grosses ficelles, beaucoup d’invraisemblances, des répétitions et des longueurs.
    Outre les nombreux personnages, l'intrigue est elle aussi quelque peu alambiquée.
    Pourtant, je ne vais pas bouder mon plaisir, en passant outre toutes ces imperfections, j'ai passé un très bon moment en Alsace.

  • add_box
    Couverture du livre « Le berceau des jours meilleurs » de Elise Fischer aux éditions Presses De La Cite

    coquinnette1974 sur Le berceau des jours meilleurs de Elise Fischer

    Le Berceau des jours meilleurs de Élise Fischer est un roman reçu en service presse, via net galley, par les éditions Les Presses De La Cité.
    Entre Nancy et Champigneulles, les vies d'Odile et de sa fille Isabelle reflètent les grandes mutations de la seconde moitié du XXème siècle.
    Odile,...
    Voir plus

    Le Berceau des jours meilleurs de Élise Fischer est un roman reçu en service presse, via net galley, par les éditions Les Presses De La Cité.
    Entre Nancy et Champigneulles, les vies d'Odile et de sa fille Isabelle reflètent les grandes mutations de la seconde moitié du XXème siècle.
    Odile, épouse d'un ouvrier de métallurgie, connaîtra la difficulté d'élever seule ses enfants et la pénurie de logements ; Isabelle, forte de ses convictions, sans jamais renier ses origines populaires, aura à cœur de travailler comme journaliste.
    Je suis ravie d'avoir pu lire le dernier roman d'Elise Fischer car je garde un très bon souvenir de certains de ses livres, notamment Le rêve de La Grenouille ou Les amours de La Grenouille. J'ai pris énormément de plaisir à retrouver sa plume.
    Direction l'Est de La France, une région où je ne suis jamais allé mais que j'apprécie de découvrir grâce à cette romancière.
    Nous sommes en 1945, à la fin de la guerre, et nous découvrons le mariage d'Odile et Henri. Odile se pose des questions mais elle n'est plus une toute jeune fille et il est donc normal pour elle de se marier. C'est une fille en avance sur son temps et la pauvre ne va pas connaitre le bonheur avec Henri ! Très vite elle tombera enceinte mais rien ne se déroulera comme elle l'imaginait... "Son" Henri mène une double vie, elle va se retrouver à élever ses filles seule... comme une mère célibataire ! Elle peut compter sur le soutien sans faille de sa fille Isabelle, qui elle aussi en avance sur son temps deviendra journaliste.
    Nous avons deux très jolis portraits de femmes en avance sur leur époque, des femmes fortes, parfois têtues voir bornées, mais avaient t'elles le choix ? Nous découvrons avec elle les premiers logements sociaux, l'appel de l'abbé Pierre en hiver 1954, la guerre d'Algérie... Elles traversent les décennies avec panache, font leurs choix.. Et avec elles j'ai découvert l'architecte designer Jean Prouvé qui a rêvé d'une « maison des jours meilleurs » pour les plus démunis. Je ne connaissais pas cet homme, grande figure emblématique lorraine, et j'ai trouvé les passages le concernant très intéressants.
    J'ai beaucoup aimé ce roman, il est très bien ficelé, avec des personnages forts. J'ai été étonnée de l'évolution du personnage d'Odile. Parfois, dans la vie, on n'apprécie pas comment quelqu'un de notre entourage ou même une connaissance change, évolue. Là, c'est le cas pour moi avec Odile. Au début je l'aimais beaucoup mais certaines choses dans son comportement m'ont dérangées au fur et à mesure que les années passent et les pages se tournent. Heureusement, Isabelle (sa fille) est là et je me suis énormément attaché à elle.
    Le Berceau des jours meilleurs est un excellent roman du terroir, un roman comme je les aime et qui mérite bien cinq étoiles.